Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Titre d'article
Auteur

Protection des écosystèmes du Nord et des forêts boréales du Canada : Élaboration de méthodes biologiques pour évaluer et préserver les milieux terrestres du Nord canadien

Par:  Méthodes biologiques et Liaison en S-T

Télécharger le PDF (321 kB) | télécharger : lecteur gratuit

Le problème

Les forêts et les écosystèmes du Nord canadien sont des zones environnementales sensibles qui regorgent de ressources naturelles. Comment les services des sciences et de la technologie du Canada pourraient-ils s’y prendre pour protèger les sols des régions nordiques de la pollution tout en promouvant le développement durable des ressources du Nord?

Les activités industrielles telles que l’exploration et la production pétrolière et gazière, l’extraction et le traitement du minerai, les produits forestiers et la production hydroélectrique peuvent constituer des sources de contamination des sols de surface et de subsurface. La contamination du sol détériore les terres et induit un stress important sur le biote et la flore écosensibles.

Des méthodes d’essai biologiques normalisées sont utilisées actuellement à l’échelle nationale pour évaluer les sols contaminés, établir une priorisation des sites contaminés, élaborer des normes de contaminants et surveiller l’efficacité des activités d’assainissement. De tels efforts pour protéger le sol de la pollution dans les régions nordiques ne sont pas aussi efficaces qu’ils le devraient car les tests de toxicité du sol ne sont pas effectués actuellement avec des espèces représentatives des écosystèmes des milieux humides et secs de la forêt boréale du Nord du Canada - des espèces sensibles à la contamination par les hydrocarbures pétroliers, la saumure déversée à la suite d’un bris de pipeline, et les activités de forage ou de dépôt de métaux des fonderies.

À la recherche de solutions au moyen des S et T

Figure 1. Écozones terrestres et marines du Canada | Crédit : Environnement Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (source : Cadre national écologique pour le Canada, 1995)La Division des méthodes biologiques d'Environnement Canada est une importante source de soutien et d’analyse scientifiques et techniques pour les gouvernements et les secteurs industriels canadiens; elle se compose d’experts spécialisés dans l’élaboration, la validation et la standardisation des méthodes pour évaluer et vérifier l’incidence des contaminants sur les systèmes édaphiques naturels. Les scientifiques ont pour mandat d’élaborer des méthodes de mesure des effets de substances toxiques individuelles ou de mélanges de contaminants présents dans le sol sur les communautés microbiennes du sol, les plantes terrestres et les espèces invertébrées.

La Division de l’intégration scientifique et technologique d’EC offre une expertise et des conseils judicieux sur l'environnement au Programme de recherche et développement énergétiques (PRDE) de Ressources naturelles Canada. La Division des méthodes biologiques d’EC travaille actuellement de concert avec le sous-programme d’assainissement du sol et des eaux souterraines de PRDE et d’autres instituts de recherche environnementale publics et privés afin d'élaborer et de normaliser une nouvelle série de méthodes d'essai de toxicité des sols. Contrairement aux méthodes antérieures, ces essais utilisent des espèces écologiquement pertinentes aux écozones, notamment dans la forêt boréale et la région nordique subarctique, connue sous le nom d'écozone de la taïga (figure 1). Les terres humides et les tourbières à l’intérieur de ces régions présentent également un intérêt particulier dans cet effort d’élaboration de méthodes.

L’élaboration de nouvelles méthodes d’évaluation propres aux régions nordiques du Canada, combinée aux méthodes d’évaluation des sols normalisées actuelles, fournira aux scientifiques canadiens des outils pour évaluer biologiquement la toxicité des sols de surface et de subsurface sur 65 p. 100 de la masse terrestre du Canada.

Mettre les connaissances en application

À qui ces résultats servent-ils?

Échantillon de sols contaminés par les hydrocarbures | Photo : EcoDynamics Consulting Ltd.Plus de 90 p. 100 de la forêt boréale du Canada et des écozones nordiques associées sont constitués de terres publiques, faisant des gouvernements les principaux décisionnaires à l’égard de leur utilisation. Les gouvernements doivent normaliser les méthodes pour faciliter les prises de décision et l’élaboration de politiques d’évaluation et de gestion des risques efficaces, et pour réaliser des mécanismes d'application advenant des poursuites contre des pollueurs. Pour être efficaces, les politiques, les pratiques et les règlements gouvernementaux doivent intégrer les connaissances scientifiques requises pour préserver l'intégrité environnementale de ces terres dans les stratégies et les programmes de développement durable des importantes ressources canadiennes dans la région.

Les secteurs industriels ont besoin de méthodologies d’évaluation pour assurer une mesure uniforme de l’efficacité des stratégies d’assainissement aux sites contaminés et pour surveiller les progrès liés à la conformité aux politiques et règlements environnementaux.

Le milieu particulièrement sensible dans la forêt boréale et les régions nordiques du Canada exige des gouvernements et de l’industrie des méthodes uniformes pour évaluer les risques pouvant provoquer une perte critique de la valeur écologique. Les méthodes d’évaluation biologique de la toxicité des sols élaborées par les scientifiques d’Environnement Canada offriront cette uniformité, et des outils efficaces d’aide à la prise de décision qui permettront de réduire les risques.

Avantages pour les Canadiens et les Canadiennes

Addition de vers de terre à un test de toxicité du sol | Photo : Section des méthodes biologiques, Environnement CanadaLa région boréale du Canada compte environ 15 p. 100 des emplois canadiens liés aux ressources, principalement dans l’industrie minière, l’exploitation forestière, la pêche et l’agriculture et injecte plus de 28 milliards de dollars dans l’économie canadienne. Les régions boréales représentent plus de 50 p. 100 de la masse terrestre du Canada, et accueillent les deux tiers des 140 000 espèces végétales, espèces animales et microorganismes répertoriés au Canada. La forêt boréale du Canada représente le tiers de la superficie forestière boréale mondiale et constitue l’un des derniers écosystèmes encore relativement intacts sur la planète. Les outils et les technologies de l’environnement qui peuvent allier la protection de la région boréale et le développement économique durable profiteront évidemment à toute la population canadienne.

Des outils de mesure biologique et chimique appropriés aux sites contaminés permettront une gestion efficace des risques fondée sur de meilleures données scientifiques, ce qui optimisera l’utilisation et la protection de nos écosystèmes édaphiques et protégera les ressources naturelles de la région la plus vulnérable du Canada : le Nord.

Les sols contribuent grandement à la biodiversité générale du Canada, à la productivité nationale et à la qualité de vie. Le sol est constitué de matière inorganique, de matière organique en décomposition, d’air, d’eau et de plusieurs organismes et microorganismes et comprend la plupart des nutriments et la masse biologique dont dépendent les forêts, les terres humides et autres terres indigènes. Il est important de maintenir l’intégrité écologique des systèmes du sol et de rétablir les sols historiquement contaminés ou autrement détériorés afin d’assurer un environnement durable et sain pour les générations futures.

Jusqu’en 2004, il n'existait aucune méthode canadienne d’essai biologique pour évaluer les écosystèmes édaphiques au Canada.

Les méthodes d’évaluation d’Environnement Canada complètent les directives et les règlements fédéraux, provinciaux et territoriaux, y compris les Standards pancanadiens relatifs aux hydrocarbures pétroliers dans le sol soutenus par le Conseil canadien des ministres de l’environnement, et les recommandations canadiennes pour la qualité des sols : Environnement et santé humaine.

Le Programme de recherche et de développement énergétiques (PRDE) est un programme fédéral interministériel administré par Ressources naturelles Canada qui apporte une aide financière à la recherche-développement conçue pour assurer un avenir énergétique durable au Canada.

Pour de plus amples renseignements :

Les méthodes d’essai biologique pour les vers de terre, les plantes terrestres et les collemboles d’Environnement Canada (SPE 1/RM/43, SPE 1/RM45 et SPE 1/RM/47).

Les Recommandations canadiennes pour la qualité des sols : environnement et santé humaine du Conseil canadien des ministres de l’environnement (CCME)

Römbke, J., S. Jänsch et R. Scroggins. 2006. « Identification of potential organisms of relevance to Canadian boreal forest and northern lands for testing of contaminated soils ». Environ. Rev. 14(2).

Saskatchewan Research Council. 2003. « Boreal forest plant species for testing of contaminated soil ». Publication SRC nº 11627-2E03. 49 p.

Division de la liaison en S-T | Tél 905 315 5228 | Télécopieur 905 336 4420
© Sa majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le Ministre de l'environnement, 2009.
No. de catalogue En164-15/13-2009F-PDF; ISBN 978-1-100-92878-4