Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Manuel des glaces (MANICE)

Chapitre 4 : Messages sur les icebergs au Canada

Ce chapitre explique comment communiquer sous forme de message les conditions des icebergs indiquées sur la carte des glaces, qu'elle soit établie à bord d'un navire ou d'un aéronef.

Comme le Canada se trouve dans le quadrant nord-ouest du globe, it faut noter que toutes les latitudes et les longitudes sont exprimées en degrés nord et ouest respectivement. Toutes les heures sont indiquées en Temps universel coordonné.

4.1 Codage des icebergs et préparation des messages

Un code de reconnaissance d'iceberg a été mis au point par le Service météorologique du Canada (SMC) et par la patrouille américaine (International Ice Patrol) en vue du transfert rapide de renseignements numériques sur les icebergs et pour permettre la manipulation assistée par ordinateur des observations sur les icebergs et leur insertion dans une analyse complète des icebergs. Le code utilise autant que possible les méthodes de codage et la nomenclature des icebergs de l'Organisation météorologique mondiale. Ce code a été mis au point pour compléter les codes existants de l'Organisation météorologique mondiale. Il permet le codage de tous les paramètres des icebergs, de la zone de surveillance, ainsi que des facteurs qui influent sur le repérage visuel et par radar des icebergs.

La structure de base du message de reconnaissance des icebergs est indiquée ci-dessous avec les descripteurs du code. Les notes mentionnées dans la description des codes sont regroupées après la section « Tableaux de codage des icebergs ».

Message d'iceberg

IBXXN CCCC YYGGgg
PPPP PtNrNrNrNr YYMMJJ

00000
QcLaLaLaLaL a LoLoLoLoLo ZGGgg 1CsAAA 2VIVI 3RlRlRlRrRrRr 4DsDsHsHs

11111
(SSSS) (IdIdIdId) CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo 01CiSiSh
(1ClLEN 2ClWID 3ClHEI 4ClDRA 5ClDIR 6ClSPE)

22222
(SSSS) CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo NtNtDrr nnCiSiSh (nnCiSiSh)

33333
CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo nnnnD ( nnnnD)

44444
CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo (1mamamomo) 2NtNtNtD nnCiSiSh (nnCiSiSh)

55555
(SSSS) CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo (1DvDvVvVv) (2NvNvrr)

Note

On peut répéter les groupes 00000 à 55555 aussi souvent que nécessaire.

4.1.1 En-tête du mesage sur les icebergs

Exemple d'en-tête du message sur les iceberg:

IBXXN CCCC YYGGgg
PPPP PtNrNrNrNr YYMMJJ

Cette section est obligatoire pour tous les messages sur les icebergs.

Tableau 4.1 : En-tête du message sur les icebergs

SymboleDescriptionTableau de Codes
IBIndicateur de message sur les icebergs 
XXPays d'où provient le messageNote 1
NChiffre indiquant la source du message sur les icebergsTableau 4.16
Note 2
CCCCIndicatif d'appel international sous lequel le message sur les icebergs a été transmisNote 3
YYJour du mois où le message a été transmis 
GGHeure à laquelle le message a été transmis 
ggMinute à laquelle le message a été transmis 
PPPPIndicatif à 4 chiffres ou à 4 lettres de la plate-formeNote 4
Note 13
Note 26
PtType de plate-formeTableau 4.14
NrNrNrNrNuméro séquentiel du message d'icebergs provenant de cette plate-formeNote 5
YYJour du mois du début du messageNote 6
MMMois du début du messageNote 6
JDernier chiffre de l'année du début du messageNote 6

4.1.2 Renseignements sur la route suivie

Exemple de message de renseignments sur la route suivie:

00000
QcLaLaLaLaLa LoLoLoLoLo ZGGgg 1CsAAA 2VIVI 3RlRlRlRrRrRr 4DsDsHsHs

Cette section est obligatoire pour les brise-glace et les aéronefs (voir la note 7, page 4-26).

Tableau 4.2 : Renseignements sur la route suivie

SymboleDescriptionTableau de Codes
00000Indicateur signalant que des renseignements sur la route vont suivre 
QcQuadrant du globe (habituellement 7)Tableau 4.11
LaLaLaLaLatitude en degrés et en minutes au début de chaque étapeNote 8
Note 9
LoLoLoLoLoLongitude en degrés et en minutes au début de chaque étapeNote 8
Note 9
ZIndicateur de l'heure 
GGHeure exprimée en heures au début de chaque étape 
ggHeure exprimée en minutes au début de chaque étape 
1Indicateur du groupe général de glace de mer et d'altitude 
CsCode de disposition générale de la glace de merTableau 4.12
AAAAltitude de la plate-forme, en centaines de pieds 
2Indicateur du groupe de visibilité 
VIVIVisibilité à gauche de la route, en milles marinsNote 10
VrVrVisibilité à droite de la route, en milles marinsNote 10
3Indicateur du groupe radar 
RlRlRlPortée radar à gauche de la route, en milles marinsNote 10
RrRrRrPortée radar à droite de la route, en milles marinsNote 10
4Indicateur du groupe des vagues ou de la houleNote 11
DsDsDirection (à 10 degrés près) de la provenance des vagues ou de la houle prédominantes 
HsHsHauteur des vagues ou de la houle prédominantes en demi-mètres 

4.1.3 Observations individuelles

Exemple de message d'observations individuelles:

11111
(SSSS) (IdIdIdId) CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo 01CiSiSh
(1ClLEN 2ClWID 3ClHEI 4ClDRA 5ClDIR 6ClSPE
)

Tableau 4.3: Observations individuelles

SymboleDescriptionTableau de Codes
11111Indicateur signalant que des observations d'icebergs selon la position individuelle vont suivreNote 12
SSSSGroupe facultatif utilisé par l'industrie offshore et par les Bureaux des glacesNote 13
Note 26
IdIdIdIdGroupe facultatif utilisé par l'industrie offshore pour signaler le numéro séquentiel de l'icebergNote 14
IGroupe facultatif utilisé par l'industrie offshore pour indiquer la mobilité de l'icebergNote 14
CINiveau de confiance ou méthode d'observation utiliséeTableau 4.13
Note 15
GGHeure exprimée en heures à laquelle les observations ont été faitesNote 16
ggHeure exprimée en minutes à laquelle les observations ont été faites 
LaLaLaLaLaLatitude de l'observation individuelle en degrés, minutes et dixièmes de minute 
LoLoLoLoLoLongitude de l'observation individuelle en degrés, minutes et dixièmes de minute 
01Indicateur signalant qu'une observation individuelle d'icebergs suivra 
CiConcentration de la glace de mer près de l'icebergNote 17
SiTaille de l'icebergTableau 4.8Note 18
ShForme de l'icebergTableau 4.9
Note 18
1ClLEN
2ClWID
3ClHEI
4ClDRA

5ClDIR
6ClSPE

Groupes facultatif pour indiquer la longueur (LEN), la largeur (WID), la hauteur (HEI), et le tirant d'eau (DRA) des icebergs en mètres entiers, la direction (DIR)de la dérive des icebergs en degrés et la vitesse (SPE) de la dérive des icebergs en nœuds et dixièmes. Le niveau de confiance (Cl) indique si ces paramètres sont mesurés ou estimées.Note 19

4.1.4 Observations de groupes

Exemple de message d'orservations de groupes:

22222
(SSSS) CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo NtNtDrr nnCiSiSh (nnCiSiSh
)

Tableau 4.4: Observations de groupes

SymboleDescriptionTableau de Code
22222Indicateur signalant que des observations de groupes d'icebergs vont suivreNote 12
Note 20
SSSSGroupe facultatif utilisé par l'industrie offshore et par les Bureaux des glacesNote 13
Note 26
CINiveau de confiance ou méthode d'observation utiliséeTableau 4.13
Note 15
GGHeure exprimée en heures à laquelle les observations ont été faitesNote 16
ggHeure exprimée en minutes à laquelle les observations ont été faites 
LaLaLaLaLaLatitude au centre du groupe en degrés, minutes et dixièmes de minute 
LoLoLoLoLoLongitude au centre du groupe en degrés, minutes et dixièmes de minute 
NtNtNombre total d'icebergs dans le groupe, à l'exclusion des fragments d'iceberg et des bourguignonsNote 21
DDistribution des icebergs dans le groupeTableau 4.15
rrRayon du groupe en milles marins 
nnNombre d'icebergs de chaque taille et forme dans le groupeNote 21
CiConcentration moyenne de la glace de mer dans le groupeTableau 4.10
SiTaille des icebergs signalés dans le groupeTableau 4.8
ShForme des icebergs signalés dans le groupeTableau 4.9
Note 21
nnCiSiShAutant de groupes de 5 chiffres qu'il en faut pour décrire le nombre d'icebergs de chaque taille et forme dans le groupe d'icebergs.Note 21

4.1.5 Observations par quadrillage

Exemple de message d'observations par grillage:

33333
CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo nnnnD ( nnnnD
)

Tableau 4.5: Observations par quadrillage

SymboleDescriptionTableau de Codes
33333Indicateur signalant que des observations par quadrillage vont suivreNote 22
CINiveau de confiance ou méthode d'observation utiliséeTableau 4.13
Note 12
GGHeure exprimée en heures à laquelle les observations ont été faitesNote 16
ggHeure exprimée en minutes à laquelle les observations ont été faites 
LaLaLaLaLaLatitude en degrés, minutes et dixièmes de minute au point de quadrillage 
LoLoLoLoLoLongitude en degrés, minutes et dixièmes de minute au point d'arrêt du quadrillage 
LaLaLaLaLaLatitude en degrés, minutes et dixièmes de minute au point d'arrêt du quadrillage 
LoLoLoLoLoLongitude en degrés, minutes et dixièmes de minute au point d'arrêt du quadrillage 
nnnnNombre d'icebergs dans le quadrillageNote 23
DPosition du quadrillageTableau 4.15
Note 22
nnnnDGroupe requis si la gauche et la droite du quadrillage sont dénombrées séparément 

4.1.6 Observations zonales

Exemple de message d'observations zonales:

44444
CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo (1mamamomo) 2NtNtNtD nnCiSiSh (nnCiSiSh
)

Tableau 4.6 Observations zonales

SymboleDescriptionTableau de Codes
44444Indicateur signalant que des observations zonales des icebergs vont suivreNote 24
CINiveau de confiance ou méthode d'observation utiliséeTableau 4.13
Note 15
GGHeure exprimée en heures à laquelle les observations ont été faitesNote 16
ggHeure exprimée en minutes à laquelle les observations ont été faites 
LaLaLaLaLaLatitude en degrés, minutes et dixièmes de minute du coin sud-ouest de la zone 
LoLoLoLoLoLongitude en degrés, minutes et dixièmes de minute du coin sud-ouest de la zone 
1Indicateur de groupe facultatif servant à préciser une zone non standard 
mamaMinutes entières de latitude 
momoMinutes entières de longitude 
2Indicateur du nombre total d'icebergs dans le groupe 
NtNtNtNombre total d'icebergs dans le groupe, à l'exclusion des fragments d'iceberg et des bourguignonsNote 21
DDistribution des icebergs dans la zoneTableau 4.15
nnNombre d'icebergs de chaque taille et forme dans la zoneNote 21
CiConcentration moyenne de la glace de mer dans la zoneTableau 4.10
SiTaille des icebergs signalés dans la zoneTableau 4.8
Note 21
ShForme des icebergs signalés dans la zone4.9
Note 21
nnCiSiShAutant de groupes de 5 chiffres qu'il en faut pour décrire le nombre d'icebergs de chaque taille et forme dans la zoneNote 21

4.1.7 Positions des navires

Exemple de message de positions des navires:

55555
(SSSS) CIGGgg LaLaLaLaLa LoLoLoLoLo (1DvDvVvVv) (2NvNvrr
)

Tableau 4.7 Positions des navires

SymboleDescription
55555Indicateur de position du navire
SSSSIndicatif facultatif du navire
CINiveau de confiance ou méthode d'observation utilisée (Tableau de codes 4.13)
GGHeure exprimée en heures à laquelle la position du navire a été signalée
ggHeure exprimée en minutes à laquelle la position du navire a été signalée
LaLaLaLaLaLatitude de la position du navire ou du centre du groupe exprimée en degrés, minutes et dixièmes de minute
LoLoLoLoLoLongitude de la position du navire ou du centre du groupe exprimée en degrés, minutes et dixièmes de minute
1Indicateur du premier groupe facultatif servant à indiquer la vitesse et la direction du navire
DvDvIndication facultative de la direction du navire (01-36) exprimée en dixièmes de degré
VvVvVvIndication facultative de la vitesse du navire exprimée en nœuds
2Indicateur du deuxième groupe facultatif servant à indiquer un groupe de naviress
NvNvNombre total de navires dans le groupe
rrRayon du groupe exprimé en milles marins

4.1.8 Remarques en langage clair

REMARQUES (Note 15, p. 4-15)

FIN ( * Fin obligatoire du message)

4.2 Tableaux de codage des icebergs

Tableau 4.8: Taille de l'iceberg (Si)

DescriptionHauteurLongueurCode
Bourguignon< 1 mètre< 5 mètres1
Fragment d'iceberg1- < 5 mètres5- < 15 mètres2
Petit iceberg5- 15 mètres15-60 mètres3
Iceberg moyen16- 45 mètres61- 120 mètres4
Gros iceberg46- 75 mètres121-200 mètres5
Très gros iceberg> 75 mètres>200 mètres6
Non précisé--7
Écho radar--X

 

Tableau 4.9: Forme de l'iceberg (Sh)

DescriptionCode
Tabulaire1
Non tabulaire2
En dôme3
Pointu4
Biseauté5
Érodé6
En bloc7
Île de glace8
Non précisé0
Indéterminé (radar)X

 

Tableau 4.10: Concentration de la glace de mer (Ci)

DescriptionCode
Pas de glace de mer0
Trace de glace de mer/
1/101
2/102
3/103
4/104
5/105
6/106
7/107
8/108
9/10,9+/10 or 10/109
IndéterminéX

 

Tableau 4.11: Quadrant du globe (Qc)

LatitudeLongitudeCode
NordEst1
SudEst3
SudOuest5
NordOuest7

 

Tableau 4.12: Disposition de la glace de mer (Cs)

DescriptionCode
Pas de glace de mer0
Trace de glace de mer/
Banquise très lâche1
Banquise très lâche en cordons et bancs2
Banquise lâche3
Banquise lâche en cordons et bancs4
Banquise/pack serré5
Banquise/pack très serré6
Consolidée7
IndéterminéX

 

Tableau 4.13: Niveau de confiance/Méthode d'observation (Cl)

DescriptionCodage
Position radar avec confirmation visuelle1
Radar (Radar aéroporté à balayage latéral/Radar aéroporté à balayage avant) seulement2
Observation visuelle seulement3
Mesurée
(pour les dimensions d'iceberg)
4
Estimée
(pour les dimensions d'iceberg)
5
Satellite - confiance élevée6
Satellite - confiance moyenne7
Satellite - confiance faible8

Note:

Un <<Z>> qu'on retrouve dans la section Position des navires d'anciens messages est traité comme un code 3.

 

Tableau 4.14: Type de plate-forme (Pt)

DescriptionCode
Aéronef à voiture fixe1
Hélicoptère2
Brise-glace, y compris l'hélicoptère3
Autre navire4
Tour de forage pétrolier5
Station côtière6
Satellite7

 

Tableau 4.15: Disbribution des icebergs (D)

DescriptionCode
Égale (des deux côtés de la route)1
À gauche de la route2
À droite de la route3

 

Tableau 4.16: Source de message d'iceberg (N)

DescriptionCode
Service météorologique du Canada / International Ice Patrol1
Brise-glace2
Bureau des glaces3
Industrie offshore4
Service canadien des glaces / International Ice Patrol5

4.3 Notes sur les méthodes de codage des icebergs

  1. Pays d'origine du message sur les icebergs désigné par CN pour le Canada et par US pour les États-Unis.
  2. Pour faciliter la circulation des données sur les icebergs, les messages sont désignés par source :
    • Reconnaissance aérienne par le Service météorologique du Canada et par International Ice Patrol
    • Brise-glace de la Garde côtière canadienne
    • Données de navires commerciaux, de stations terrestres et messages divers provenant des Bureaux des glaces
    • Industrie côtière
    • Messages divers sur les icebergs provenant du Service canadien des glaces
  3. Lorsque le message est transmis à partir ou par l'intermédiaire d'une station terrestre, CCCC, est l'indicatif de 4 lettres de la station; mais lorsque le message est transmis directement à partir d'un brise-glace ou d'un aéronef, CCCC devient l'indicatif à 4 lettres ou 4 chiffres du navire ou de l'aéronef.
  4. Normalement, les observations sont effectuées à partir d'une plate-forme unique et PPPP est son indicatif que l'on met entre parenthèses, par exemple le brise-glace Henry Larsen (CGHL), l'avion Dash-7 du SMC (GCFR) et l'avion C130 de la Garde côtière américaine (1504). Cependant, les messages des Bureaux des glaces peuvent regrouper les messages de plusieurs navires commerciaux et dans ce cas, PPPP devient (SHIP), ou encore ils peuvent regrouper des messages de stations côtières et alors PPPP devient (LAND). Les messages de l'industrie offshore incluent normalement des messages de stations de forage et de navires d'approvisionnement et PPPP est alors codé (RIGG).
  5. La numérotation séquentielle des messages sur les icebergs doit commencer le 1er janvier de chaque année.
  6. Puisque les missions de reconnaissance peuvent durer deux jours,YYMMJ désigne la date à laquelle la mission a commencé, ou dans le cas d'un message provenant de l'industrie ou d'un Bureau des glaces, la date de la première observation.
  7. Une route est constituée d'une ou plusieurs étapes, définies selon la position, l'heure et les paramètres. Il y a autant d'étapes (lignes de code) que nécessaire pour décrire tous les points de virage ou toutes les modifications aux paramètres, par exemple, la description générale de la glace de mer, l'altitude de l'aéronef, la visibilité, la portée du radar et l'état de la mer. Même si l'on a besoin de détails précis pour reproduire un tracé tel qu'établi par l'observateur, on doit retracer les routes compliquées de façon à fournir une route plus simple avec la visibilité et les portées radar appropriées pour décrire la zone couverte. Dans le cas des paramètres variables, on devrait utiliser une valeur moyenne pour que la longueur du message demeure raisonnable. La dernière ligne de route ne doit contenir que les paramètres de latitude, longitude et de temps.
  8. Si une mission débute ou se termine à une base côtière, la première et la dernière position deviennent l'indicatif d'appel international de la base. Une mission aérienne peut débuter ou se terminer à n'importe quelle position. Par exemple, une mission partant d'Iqaluit pour observer les icebergs dans le détroit d'Hudson, puis la glace de mer dans la baie d'Hudson, mettrait un terme au message sur les icebergs dans le secteur ouest du détroit d'Hudson. Si, dans cet exemple, la mission est entrée de nouveau dans le détroit d'Hudson pour continuer à observer les icebergs, le dernier point de la première observation des icebergs serait joint au nouveau point de départ par une ligne droite, tous les paramètres étant codés par un X. Pour les étapes de la route qui sont au-dessus des terres, tous les paramètres peuvent être codés par un X.
  9. Chaque position de début d'étape est implicitement la position finale de l'étape antérieure. Par conséquent, la dernière ligne de données sur la route désigne toujours la position finale et l'heure. Pour les brise-glace stationnaires, ces deux positions sont les mêmes.
  10. Pour les icebergs, les limites de visibilité ou d'observation par radar se définissent selon la distance du navire ou de l'aéronef à laquelle l'observateur est certain qu'il peut voir tous les petits icebergs ou en obtenir des échos radar. Cela n'empêche pas d'observer et de signaler les icebergs au-delà de ces limites. La visibilité radar doit avoir un minimum de 2 chiffres et un maximum de 3 chiffres de chaque côté.
  11. Les observateurs expérimentés peuvent évaluer le groupe des vagues ou de la houle à l'œil ou par radar à bord d'un aéronef, ou utiliser XXXX pour désigner une condition «indéterminée». Les brise-glace devraient coder ce groupe.
  12. La méthode de repérage individuel des icebergs et d'indication des cibles devrait être utilisée dans les zones proches de la limite des icebergs, les zones de forage côtier, les abords du détroit de Belle-Isle et dans tous les autres secteurs où les icebergs sont répartis également et où leur nombre le permet. Lorsque le nombre augmente ou lorsque les icebergs sont concentrés dans de petites zones, on peut employer une combinaison des méthodes de groupe et individuelle. Lorsque le nombre d'icebergs devient très grand, on devrait inclure des zones et des quadrillages.
  13. Les messages émanant de l'industrie offshore et des Bureaux des glaces fournissent des données sur les icebergs provenant de sources individuelles telles que les navires commerciaux, les navires d'approvisionnement des tours de forage, les stations terrestres, etc. Si le message sur les icebergs ne mentionne qu'une source individuelle, on indique l'élément PPPP à la deuxième ligne de l'en-tête en le codant comme les 4 premières lettres (ou premiers chiffres) de l'indicatif d'appel de la source unique. Cependant, s'il contient des données provenant de plusieurs sources, on utilise le groupe facultatif SSSS pour désigner les indicatifs d'appel des sources individuelles.
  14. L'industrie offshore repère habituellement les icebergs dans le secteur qui l'intéresse. On attribue un numéro séquentiel aux icebergs qui arrivent dans le secteur, numéro qu'ils conservent jusqu'à ce qu'ils quittent le secteur. Le groupe facultatif IdIdIdIdId est utilisé par l'industrie offshore pour coder le numéro attribué à un iceberg et pour indiquer si celui-ci dérive librement (D), s'il est échoué (G) ou s'il est remorqué (T).
  15. Le degré de confiance dans les positions et les paramètres d'observation d'un iceberg est exprimé par Cl. Le degré de confiance le plus élevé (code 1) est une position radar confirmée par l'observation visuelle. On devrait tenter de regrouper les données visuelles et radar de façon à obtenir des niveaux de confiance élevés. Les cibles repérées uniquement par radar (code 2) n'apparaissent pas dans les zones qui font l'objet d'observations visuelles à moins qu'on ait des doutes sur ces dernières, doutes qui devraient être exprimés dans la section REMARQUES.
  16. L'heure d'observation est l'heure à laquelle un iceberg individuel, le centre d'un groupe, l'angle sud-ouest d'une zone ou le point de départ d'un quadrillage est perpendiculaire à la route. On peut arrondir l'heure au quart d'heure près, mais elle doit correspondre à un moment de l'étape au cours de laquelle l'observation a été effectuée.
  17. La concentration de la glace de mer est un facteur qui influe sur la dérive des icebergs et qui donne à l'usager un certain degré de confiance dans le repérage des icebergs, surtout si cette détection se fait par radar. On devra tenter de décrire la couverture glacielle au dixième près autour de l'iceberg. Cependant, lorsque la concentration varie de part et d'autre, la concentration notée correspond à la moyenne des conditions observées autour de l'iceberg. On ne tient pas compte des étendues d'eau libre ni du sillage des icebergs.
  18. La taille d'un iceberg est sa partie émergée. Si la hauteur et la longueur (en mètres) d'un iceberg correspondent à des catégories différentes, on utilise la dimension la plus importante. Les dimensions (en kilomètres) d'un iceberg tabulaire ou d'une île de glace peuvent être indiquées sous le symbole. Les paramètres de la taille et de la forme des icebergs sont importants pour leur réidentification et comme intrants dans les modèles de détérioration et de dérive des icebergs. Ces paramètres doivent être signalés le long de la limite des icebergs, dans les zones de forage offshore, dans les approches du détroit de Belle-Isle et dans tous les secteurs où le volume de travail le permet. Lorsque les icebergs sont plus nombreux, les paramètres des formes devraient simplement être tabulaires ou non tabulaires. Lorsque les icebergs deviennent trop nombreux, utiliser le code 7 pour les tailles non précisées et le code 0 pour les formes non spécifiées. On n'emploie X que pour les informations obtenues par radar.
  19. Les groupes facultatifs (1ClLEN 2ClWID 3ClHEI 4ClDRA 5ClDIR 6ClSPE) doivent être utilisés lorsque les valeurs de la longueur, de la largeur, de la hauteur, du tirant d'eau, de la direction et de la vitesse des icebergs sont disponibles. Le niveau de confiance dans ce groupe ne peut être que mesuré (Code 4) ou estimé (Code 5).
  20. Il est essentiel de déterminer avec précision les positions et les rayons de groupes pour éviter que les cercles chevauchent d'autres groupes, zones ou quadrillages ou encore des terres, ou se prolongent au-delà du seuil d'observation visuelle ou par radar. Normalement, les observations individuelles ne sont pas incluses dans un groupe. Cependant un iceberg dont l'observation est confirmée visuellement en regardant par une percée dans les nuages peut être inclus dans un groupe observé par radar et, dans ce cas, le nombre total d'icebergs signalés dans le groupe ne comprend pas l'iceberg individuel.
  21. S'il n'y a pas de fragments d'iceberg ni de bourguignons présents, nn est égal à NtNt pour les groupes ou à NtNtNt pour les zones. Si est représenté par 7et Sh par 0 pour les observations indéterminées. Toutefois, lorsque le volume de travail s'y prête, le code permet de préciser le nombres d'icebergs de chaque taille et forme dans le quadrillage ou la zone. Par exemple, pour un groupe d'icebergs exempt de glace de mer et comportant 1 très gros iceberg tabulaire, 3 icebergs moyens, 5 petits icebergs et 2 fragments d'iceberg, tous uniformément répartis dans un rayon de 10 kilomètres, les symboles NtNtDrr nnCiSiShnnCi SiShnnCiSiShnnCiSiS h seraient codés 09110 01061 03040 05030 02020
  22. Le quadrillage est établi selon le niveau de confiance (radar et visuel, radar seulement ou visuel seulement) d'après deux positions sur la route, les limites de visibilité ou radar codées dans la partie du message portant sur la route et la répartition des icebergs (à gauche de la route, à droite de la route ou des deux côtés de la route). Un quadrillage d'observation visuelle ou par radar ou un quadrillage d'observation visuelle seulement s'étend de la route à la limite observation visuelle. Un quadrillage d'observation par radar seulement s'étend de la route jusqu'à la portée du radar; s'il y a une limite d'observation visuelle, il s'étend de cette limite jusqu'à la portée du radar. On a besoin de deux lignes de code pour coder les quadrillages d'observations visuelles et par radar avec les mêmes points finals. On n'indique pas les groupes dans le quadrillage et on exclut normalement les icebergs individuels. Cependant, on peut indiquer dans le quadrillage les icebergs individuels jugés importants en raison de leur taille, de leur forme ou d'autres paramètres qui peuvent faciliter leur réidentification. L'heure attribuée au quadrillage le rattache aux limites d'observation visuelle et (ou) par radar codées lors de l'étape de la route, de sorte qu'il est essentiel que l'heure corresponde à l'étape appropriée. Un même quadrillage ne doit pas chevaucher 2 étapes.
  23. Il est souhaitable de dénombrer avec exactitude les icebergs dans les quadrillages, les groupes et les zones. Cependant, lorsqu'ils sont présents en trop grand nombre, on doit faire une estimation et en donner le motif dans l'espace réservé aux REMARQUES.
  24. Les zones représentent habituellement un secteur couvrant un degré de latitude sur un degré de longitude, défini par la latitude et la longitude de l'angle sud-ouest. Le groupe facultatif 1mamamomo permet d'utiliser des zones non standard. Les zones ne devraient pas empiéter sur d'autres zones, quadrillages ou groupes ni dépasser la limite appropriée d'observation visuelle ou par radar. Comme pour les groupes et les quadrillages, les icebergs individuels ne devraient pas normalement figurer dans les zones.
  25. Il faut tenir compte de facteurs tels que la turbulence, l'angle de dérive, les précipitations et l'état de la mer qui influent sur les observations radar, ainsi que de la visibilité variable et des percées dans les nuages qui influent sur les observations visuelles.
  26. L'indicatif de la plate-forme, PPPP, qu'on retrouve dans l'en-tête du message d'iceberg ainsi que l'indicatif facultatif pour navire (SSSS) codé dans les rapports d'observations peut contenir jusqu'à 7 caractères alphanumériques.

4.4 Exemples de messages codés sur les icebergs

Exemple d'une carte du 6 mars, 2014 produite par la patrouille d'iceberg. La carte identifie la location d'icebergs autour de la côte nord-est de Terre-Neuve.

Date de modification :