Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Discours

Notes d’allocution de l’honorable
Peter Kent, C.P., député
ministre de l’Environnement
au sujet de l’annonce du plan d’action du

Canada visant à réduire les émissions de gaz
à effet de serre provenant de l’aviation

Ottawa (Ontario)
Le 4 juin 2012

La version prononcée fait foi

Merci Stephen.

Je suis heureux d’être ici aujourd’hui, entouré par l’héritage de réalisations en aviation du Canada, en vue de discuter des réalisations futures en matière d’aviation écologique.

Le Plan d’action est la réponse du Canada à la résolution de l’Organisation de l’aviation civile internationale par rapport aux changements climatiques. Cette résolution, adoptée en octobre 2010, fixe des objectifs volontaires en ce qui concerne les émissions produites par l’aviation internationale. Elle encourage aussi les États membres à soumettre chacun un plan d’action national d’ici juin 2012, qui précisera leurs politiques et leurs mesures destinées à lutter contre les émissions provenant de l’aviation.

Le Plan d’action du Canada s’appuie sur le succès du premier protocole d’entente volontaire mondial destiné à réduire les émissions provenant de l’aviation. Ce protocole d’entente a été signé en 2005 par Transports Canada et les transporteurs aériens canadiens.

En vertu de ce protocole d’entente, l’industrie canadienne de l’aviation a surpassé les objectifs initiaux d’amélioration du rendement du carburant. En effet, elle a affiché une amélioration cumulative de 31 % par rapport aux niveaux de 1990, et nous pouvons en être fiers.

Le Plan d’action est conforme aux objectifs de l’Organisation de l’aviation civile internationale. Entre autres objectifs, il prévoit l’amélioration du rendement de carburant d’au moins 2 % par an jusqu’en 2020. Grâce à ces efforts, le secteur canadien de l’aviation appuie les objectifs globaux visant une croissance neutre en carbone dans le secteur international après 2020. Le secteur canadien appuie également des réductions absolues des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

L’annonce d’aujourd’hui représente un autre excellent exemple de l’approche responsable et pratique qu’adopte notre gouvernement pour mettre en équilibre le besoin d’un environnement plus propre et plus sain et la protection des emplois et de la croissance économique. En tant que gouvernement, nous nous sommes engagés à collaborer avec l’industrie, les intervenants et les Canadiens intéressés en vue de réaliser des réductions réelles des émissions de gaz à effet de serre.

En fait, nous constatons des progrès remarquables relativement à notre plan sectoriel visant à réduire, par l’intermédiaire de l’Accord de Copenhague, nos émissions de gaz à effet de serre de 17 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2020. 

En avril dernier, j’ai eu le plaisir d’annoncer qu’entre 2009 et 2010 nos émissions sont demeurées stables, malgré une croissance économique de 3,2 %.

Cela démontre que nous pouvons assurer la croissance de notre économie sans augmenter les niveaux d’émissions. 

Notre gouvernement a déjà pris des mesures dans le secteur des transports, la plus grande source d’émissions de gaz à effet de serre au Canada.

En octobre 2010, nous avons adopté un nouveau règlement visant les véhicules légers des années de modèle 2010 à 2016. Il est prévu que ce règlement mène à une réduction de 25 % des émissions des véhicules de l’année modèle 2016 par rapport à celles des modèles 2008.

Au début du printemps, j’ai annoncé un nouveau projet de règlement visant les émissions des véhicules routiers lourds qui s’applique à la construction de toute la gamme de véhicules, allant des grandes camionnettes, des tracteurs combinés et des autobus aux bétonnières, aux camions à ordures et aux camions à benne. Ces nouvelles normes devraient entraîner une réduction des émissions des véhicules routiers lourds de l’année modèle 2018 pouvant atteindre 23 % par rapport à celles des véhicules routiers lourds de 2010. Nous prévoyons que cela correspondra à une réduction totale des émissions de gaz à effet de serre d’environ 3 mégatonnes par année en 2020, ce qui équivaut au retrait d’environ 650 000 véhicules personnels de la circulation.

Notre règlement visant le secteur des transports non seulement permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais favorise également l’innovation et la technologie en vue de réaliser un meilleur rendement du carburant, ce qui, en retour, nous permettra tous de réaliser des économies à la pompe.

Ensemble, nous continuerons d’améliorer le rendement du carburant, de réduire les émissions, et d’améliorer la protection de l’environnement pour les Canadiens.