Colombie-Britannique

Centre canadien de la modélisation et de l’analyse climatique (Victoria, BC)

Centre canadien de la modélisation et de l’analyse climatique

© Environnement Canada, 2008

Le Centre canadien de la modélisation et de l’analyse climatique (CCmaC) d’Environnement Canada (EC) se trouve à l’Université de Victoria. Il a pour vocation d’élaborer et d’appliquer des modèles sophistiqués des climats à l’échelle mondiale et régionale en vue de faire des projections quantitatives du climat au Canada et ailleurs sur la planète, et d’en savoir davantage sur la variabilité du climat et les changements climatiques. C’est aussi là qu’on y met au point le Système de prévision interannuelle et saisonnière canadien (SPISCan) d’Environnement Canada, lequel génère des prévisions climatiques au-dessus du Canada à des intervalles mensuels à annuels.

Voici ce qu’est le CCmaC :

  • Un centre d’expertise qui s’est acquis une solide réputation internationale en tant que chef de file dans le domaine de la modélisation et de l’analyse de la variabilité du climat et des changements climatiques.
  • Un collaborateur incontournable à maintes évaluations et initiatives internationales en matière de recherche en climatologie, dont celles du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), du Programme mondial de recherches sur le climat (PMRC) et de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).
  • Un partenaire d’une multitude de réseaux dans le domaine de la recherche en climatologie auxquels participent des universités des quatre coins du Canada et qui tirent parti de son expertise et de ses infrastructures de base pour améliorer la compréhension du phénomène des changements climatiques et les projections à cet égard.
  • Un producteur de données abondamment utilisées pour analyser les impacts des changements climatiques, aider à la planification de mécanismes d’adaptation reposant sur des arguments et justifier les décisions de politiques. Les données et les modèles sont disponibles en ligne.

Édifice Douglas Jung (Vancouver, BC)

Édifice Douglas Jung

© Environnement Canada, 2008

Situé au centre-ville de Vancouver, l’édifice Douglas Jung loge plusieurs activités d’Environnement Canada ainsi que des bureaux du ministère des Pêches et Océans. Le site héberge de nombreux secteurs d’activité ainsi que les bureaux administratifs de la région, et un établissement météorologique fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Trois activités de sciences et de technologie sont tenues au site : le suivi et la surveillance de la qualité de l’eau douce, la surveillance de la qualité des eaux marines et l’évaluation des risques des substances visées par la Loi canadienne sur la protection de l'environnement.

 

 

 

 

Laboratoire national de météorologie côtière et montagnarde (Vancouver, BC)

Le Laboratoire national de météorologie côtière et montagnarde a été créé en 2004. Sa mission est d’améliorer la compréhension et la prévision des événements météorologiques à fort impact, en mettant l’accent sur la prévision des phénomènes météorologiques dans les milieux côtiers et montagneux. Le laboratoire partage les locaux du Centre de prévision des intempéries d’Environnement Canada à Vancouver. Il fait notamment de la recherche appliquée pour résoudre les problèmes de prévisions soumis par le ministère et faciliter le transfert de technologies aux programmes de prévision météorologique opérationnelle.

Centre des sciences environnementales du Pacifique (Vancouver, BC)

Pacific Environmental Science Centre

© Environnement Canada, 2008

Établi en 2005 dans une aire de conservation de 55 acres en milieu urbain dans le bras Burrard du district de North Vancouver, en Colombie-Britannique, le Centre des sciences environnementales du Pacifique (CSEP) accueille 50 ingénieurs, chimistes et biologistes à temps plein d’Environnement Canada (EC) et membres du personnel de soutien technique et administratif.

Le Laboratoire des essais environnementaux du Pacifique et du Yukon (LEEPY) offre des services analytiques spécialisés chimique, biologique, toxicologique et toxicogénomique au soutien des nombreux programmes du Ministère pour aider EC à respecter ses obligations en vertu de la Loi sur les ressources en eau du Canada, la Loi canadienne sur la protection de l’environnement et la Loi sur les pêches.

Accrédités d’après les normes ISO 17025, les laboratoires du LEEPY offrent des données scientifiques au soutien des programmes de surveillance de la qualité des eaux douces d’EC, ainsi que des services de laboratoire juridique au soutien des enquêtes d’application de la loi sur la faune et l’environnement. Le LEEPY appuie les nouvelles priorités grâce à l’élaboration et à la mise en œuvre de méthodes d’analyse chimique.

L’unité de toxicologie du LEEPY, capable d’analyser les organismes d’eau douce et d’eau marine et d’effectuer les essais biologiques connexes, est le centre des activités toxicogénomiques aquatiques d’EC, y compris de l’élaboration de méthodes pour produire des empreintes d’expression génétiques associées aux effets préjudiciables sur la vie aquatique. L’équipement spécialisé, qui comprend un système quantitatif de réaction en chaîne de la polymérase en temps réel (PCR Temps Réel) et des appareils de séquençage de l’ADN, permettent l’identification des espèces botaniques et fauniques par les empreintes génétiques au soutien de projets d’analyse judiciaire relative aux espèces sauvages

Le personnel du Programme de surveillance de la qualité des eaux marines au CSEP coordonne et mène les enquêtes de surveillance de la qualité des eaux marines en Colombie-Britannique. Quatre laboratoires de microbiologie accrédités ISO 17025, incluant le laboratoire principal du CSEP et trois laboratoires mobiles, traitent les échantillons au soutien du mandat d’EC dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques. En menant des enquêtes approfondies sur la qualité de l’eau, sur la surveillance de la qualité des eaux marines dans les zones de récolte et sur l’identification des sources de pollution ayant une possible incidence sur les zones de récolte, le Programme formule des recommandations qui contribuent directement au mieux-être des Canadiens en protégeant la santé publique.

Centre de recherche sur la faune du Pacifique (Delta, BC)

Centre de recherche sur la faune du Pacifique

© Environnement Canada, 2008

Le Centre de recherche sur la faune du Pacifique est situé dans la réserve nationale de faune (RNF) d’Alaksen, près du rivage du fleuve Fraser, juste au sud de la ville de Richmond. La RNF d'Alaksen offre un sanctuaire d'hivernage à la sauvagine, comme la Petite Oie des neiges, et aux oiseaux chanteurs migrateurs.

La RNF d'Alaksen fait partie d'un réseau d'aires de conservation protégées et reconnues localement qui comprend des aires de gestion de la faune de la Colombie-Britannique, des zones importantes pour la conservation des oiseaux et un site du Réseau de réserves pour les oiseaux de rivage dans l'hémisphère occidental. Ces aires de conservation spéciales ont été créées pour protéger et gérer l'estuaire du fleuve Fraser -- un paysage unique et menacé de la côte ouest du Canada. L'estuaire est une caractéristique écologique importante du delta du fleuve Fraser et a reçu la désignation de site Ramsar comme zone humide d'importance internationale.

Le personnel du Service canadien de la faune (SCF) et de la Direction des sciences de la faune et du paysage (DSFP) travaille au Centre de recherche sur la faune du Pacifique. Cette installation est située sur l'île Westham où l'on retrouve des exploitations agricoles privées. Le SCF et la DSFP participent à la gestion de ce paysage d'exploitation agricole pour le bien-être de la faune hivernante.

Centre de recherche sur les eaux et d'impacts du climat (Victoria, BC)

Centre de recherche sur les eaux et d'impacts du climat

© Environnement Canada, 2014

Le Centre de recherche sur les eaux et d’impacts du climat (CREIC) situé à la University of Victoria à Victoria, en Colombie-Britannique, a été constitué en 2002 à la suite d’une entente collaborative entre Environnement Canada (EC) et l’université afin d’améliorer la recherche évaluant les impacts des changements et des variabilités climatiques sur les ressources hydrographiques canadiennes.

Le Centre, qui comprend huit scientifiques et techniciens d’EC, ainsi que plusieurs détenteurs d’une bourse de perfectionnement postdoctoral et des diplômés, opèrent les laboratoires sur le terrain et de modélisation permettant les mesures et l’évaluation des divers paramètres hydrologiques, hydroclimatiques et écologiques dans les rivières et les lacs canadiens, tout en plaçant un accent sur le Nord canadien. Ces renseignements permettent l’élaboration d’indicateurs de changements et de variabilités climatiques et de prévision des tendances dans les systèmes aquatiques sensibles aux extrêmes hydroclimatiques et à la variabilité.

Les résultats sont ensuite utilisés afin d’orienter les stratégies d’adaptation pour aider à la gestion des systèmes touchés par ces changements et variations. Les systèmes de modélisation avancés permettent aux scientifiques du Centre de démontrer la manière dont le changement et la variabilité climatiques touchent les processus hydrologiques, géochimiques et écologiques à l’échelle locale, régionale et internationale. La recherche du CREIC fournit des renseignements clés liés au mandat d’EC visant à soutenir la durabilité environnementale.

Date de modification :