Nouveau-Brunswick

Bureau du Service canadien de la faune (Sackville, NB)

Le bureau d'Environnement Canada à Sackville, au Nouveau-Brunswick, est installé à côté du marais de Tantramar, à proximité de nombreux habitats fauniques productifs comme des marais d'eau douce ou côtiers, des vasières intertidales, des lacs ou des terrains boisés de forêts acadiennes. Nichée entre la baie de Fundy et le détroit de Northumberland, la région est un important site de halte pour les oiseaux qui empruntent la voie migratoire de l'Atlantique. De nombreux oiseaux aquatiques et de rivage se concentrent dans les réserves nationales de faune et les refuges d'oiseaux migrateurs d'Environnement Canada avoisinants et se rassemblent dans le site du Réseau de réserves pour les oiseaux de rivage de l'hémisphère occidental situé dans les cours supérieurs de la baie de Fundy.

Le bureau jouxte le parc pédagogique de Sackville (le Sackville Waterfowl Park) et constitue une véritable plaque tournante pour la recherche sur la faune et la surveillance des espèces par le personnel d'Environnement Canada ainsi que ses partenaires d'Études d'Oiseaux Canada, de Canards Illimités Canada et des universités alentour. Voici certaines des études menées sur le terrain dans la région : recherche et surveillance des populations d'oiseaux de rivage résidentes et des bécasseaux migrateurs du nord, surveillance des oiseaux marins en mer et dans les colonies de la baie de Fundy, appui scientifique à la conservation des terres humides dans les aires protégées voisines, programmes de baguage de la sauvagine à l'aide d'hydroglisseurs et de zones d'appât, recherche et surveillance des oiseaux terrestres, en particulier sur les populations d'hirondelles et d'autres oiseaux insectivores aériens en déclin.

Apprenez-en davantage sur la recherche en matière de faune et la science du paysage.

Centre des sciences de l’environnement de l’Atlantique (Moncton, NB)

Atlantic Environmental Science Centre

© Environnement Canada, 2008

Le Centre des sciences de l’environnement de l’Atlantique (CSEA), situé à l’Université de Moncton, au Nouveau‑Brunswick, accueille 35 membres du personnel scientifique, technique et administratif d’Environnement Canada (EC).   

Le CSEA abrite les laboratoires spécialisés du Laboratoire des essais environnementaux de l’Atlantique (LEEA), qui fournit des analyses chimiques et toxicologiques accréditées ISO 17025 pour aider EC à respecter ses obligations en vertu de la Loi sur les ressources en eau du Canada, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, la Loi sur les pêches et la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Le laboratoire fournit des services analytiques des métaux, des pesticides, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et de concordance des échantillons d’hydrocarbures pour la recherche et la surveillance de l’environnement ainsi que pour les agents d’application de la loi d’EC effectuant des enquêtes judiciaires. Le LEEA soutient la recherche sur les effets toxiques et le sort environnemental des pesticides utilisés dans les secteurs de l’agriculture, de la foresterie et de l’aquaculture. Le LEEA mesure aussi les effets nocifs sur les organismes d’eau douce, d’eau salée et d’estuaire causés par l’exposition à des substances chimiques. De l’équipement spécialisé permet d’étudier les effets génétiques des substances toxiques.

La Surveillance de la qualité de l’eau douce des rivières et des lacs de la région de l’Atlantique est assurée avec la collaboration de multiples partenaires fédéraux et provinciaux au soutien de la Loi sur les ressources en eau du Canada. Des instruments de surveillance automatisée en temps réel et le matériel logistique mobile servent à recueillir des échantillons d’eau et d’invertébrés principalement sur l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick.

Les données scientifiques recueillies offrent des renseignements essentiels à l’élaboration des Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement et aux études qui appuient le Plan de gestion des produits chimiques du gouvernement du Canada et le Programme de biosurveillance des côtes de l’Atlantique basés sur le Réseau canadien de biosurveillance aquatique d’EC.  

Le CSEA abrite l’un des trois laboratoires de microbiologie du programme de Surveillance de la qualité des eaux marines accrédités ISO 17025 dans la région de l’Atlantique. Le rôle principal du laboratoire est de soutenir le mandat d’EC défini dans le Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM), qui est mis en œuvre conjointement par l’Agence canadienne d’inspection des aliments et le ministère des Pêches et des Océans. Le rôle principal d’EC dans le PCCSM est d’évaluer la viabilité des zones de croissance des mollusques.

Programme de bioévaluation des sciences des bassins versants (Fredericton, NB)

Programme de bioévaluation des sciences des bassins versants

© Environnement Canada, 2014

Le Programme de bioévaluation des sciences des bassins versants (PBSBV) d’Environnement Canada, situé à l’Université du Nouveau-Brunswick, à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, a mis sur pied une équipe interdisciplinaire sur la recherche aquatique en collaboration avec la Canadian Rivers Institute. Cinq membres du personnel scientifique d’EC, 15 chercheurs postdoctoraux et des étudiants se concentrent sur l’élaboration d’outils d’analyse et de modèles de prévision afin d’évaluer les effets et les risques cumulatifs sur les écosystèmes aquatiques, et d’améliorer les approches de biosurveillance et d’évaluation des risques écologiques.

 Les installations spécialisées du PBSBV comprennent des chambres expérimentales dans un environnement contrôlé et un système de mésocosme composé de bassins artificiels extérieurs qui permettent de concevoir des programmes de surveillance de la biodiversité pour l’Arctique canadien, la forêt boréale et la région des sables bitumineux. Des laboratoires de pointe d’analyse des invertébrés et d’analyses fondées sur les traits caractéristiques fournissent un soutien scientifique au Réseau canadien de biosurveillance aquatique (RCBA). Les capacités de traitement d’échantillons d’ADN de « Biosurveillance 2.0 » ont permis de concevoir de nouveaux outils de biosurveillance pour les régions des sables bitumineux de l’Alberta ainsi que d’élaborer des approches aux effets cumulatifs sur les paysages agricoles, y compris sur l’Initiative du bassin du Lac Winnipeg.