Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Stratégie pour les sciences d’Environnement Canada 2014-2019

Couverture du rapport Stratégie pour les sciences d’EC Version PDF – 4,33 Mo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retournez à la table des matières

Message des sous-ministres

Les sciences font partie intégrante d’Environnement Canada depuis sa création en 1971. De nouveaux enjeux environnementaux apparaissent et les problèmes existants continuent d’évoluer et deviennent plus complexes; ainsi, les sciences sont aujourd’hui plus importantes que jamais pour permettre à Environnement Canada de mener les activités nécessaires pour maintenir un environnement propre, sécuritaire et durable pour les Canadiens. Nos politiques, nos programmes et nos services sont fondés sur de la surveillance et de la recherche scientifiques reconnues. Ainsi, en 2012-2013, les activités scientifiques et technologiques ont nécessité des investissements de plus de 584 millions de dollars et la participation de 3 700 de nos employés; ceci représente la majeure partie du budget du Ministère, et plus de la moitié de notre effectif. Ces activités scientifiques comportent des travaux ciblés en sciences de l’environnement et dans des domaines connexes comme les sciences atmosphériques, la météorologie, la physique, la biologie, la chimie, la toxicologie, l’hydrologie, l’écologie, le génie et l’informatique.

En raison du rôle important des sciences pour l’atteinte de notre mandat, de la vaste étendue de nos activités scientifiques et des ressources considérables consacrées à ces activités, Environnement Canada doit constamment veiller à ce que ses travaux scientifiques soient pertinents, efficaces et efficients. Nos activités scientifiques sont le fondement de notre mandat qui est de maintenir un environnement propre, sécuritaire et durable. Les politiques, règlements, programmes et services d’Environnement Canada sont fondés sur les meilleures connaissances scientifiques disponibles. La transparence est essentielle à la crédibilité de notre travail scientifique. Ainsi, les scientifiques d’Environnement Canada sont fortement encouragés à publier leurs résultats de recherche et nous partageons nos connaissances scientifiques avec le public au moyen de multiples canaux de communications.

La présente stratégie, intitulée Stratégie pour les sciences d’Environnement Canada 2014-2019, a été élaborée en réponse à l’impératif d’une amélioration continue. La Stratégie s’appuie sur l’orientation à long terme établie dans le Plan pour les sciences d’Environnement Canada de 2007 et dans le Rôle technologique de 2010; elle brosse un tableau renouvelé des activités scientifiques menées à Environnement Canada et présente sa vision scientifique, sa mission et ses principes ainsi que l’orientation que prendront les sciences. La présente Stratégie pour les sciences explique l’objectif des activités scientifiques menées par le Ministère et établit nos orientations scientifiques pour les cinq prochaines années. L’objectif de la Stratégie estde mieux harmoniser nos activités scientifiques avec les priorités fédérales en déterminant les domaines scientifiques d’intérêt essentiels pour appuyer le mandat du Ministère. La nouvelle mission met l’accent sur l’importance d’établir des liens entre les producteurs de résultats scientifiques et leurs divers utilisateurs. Le but est de renforcer les liens entre ces deux grands groupes afin de mieux soutenir notre mandat ministériel en s’appuyant sur notre production scientifique de classe mondiale.

Les employés d’Environnement Canada de tout le pays, ainsi que d’autres ministères et organismes fédéraux et des partenaires scientifiques de l’extérieur ont participé à l’élaboration de la Stratégie. Nous sommes très fiers du processus de consultation et de mobilisation qui a été utilisé pour élaborer la Stratégie, ainsi que du niveau de mobilisation dont a fait preuve notre personnel. La collaboration est la pierre angulaire des activités scientifiques à Environnement Canada et elle est indissociable de la position d’autorité du Ministère en la matière, tant au Canada et que sur la scène internationale. Nous tirons de la fierté de notre capacité de produire des informations scientifiques d’excellence et pertinentes, en réponse aux priorités fédérales les plus pressantes.

Nous vous invitons à lire la Stratégie pour les sciences afin de vous renseigner sur le rôle scientifique d’Environnement Canada et sur la manière dont les sciences nous aident à résoudre les problèmes environnementaux actuels et à nous préparer pour l’avenir.

Le sous-ministre,
Bob Hamilton
Environnement Canada

La sous-ministre déléguée,
Andrea Lyon
Environnement Canada

Retournez à la table des matières

Introduction

Environnement Canada est un ministère à vocation scientifique. Ses travaux scientifiques produisent l’information essentielle dont il a besoin pour accomplir son mandat consistant à maintenir un environnement propre, sécuritaire et durable au Canada. Il faut à ces fins maintenir une expertise et une infrastructure scientifiques uniques, comme des réseaux de surveillance pancanadiens qui mesurent les paramètres environnementaux, et de grands modèles numériques, exécutés sur des superordinateurs, pour prévoir la météo, la pollution atmosphérique et les changements climatiques. Environnement Canada effectue des activités scientifiques pour assumer un rôle fédéral clé de protection de l’environnement en appuyant les règlements environnementaux, les politiques publiques, les activités et les services. Les activités scientifiques du Ministère doivent pouvoir répondre aux besoins des mandats et des échéanciers réglementaires actuels, de même que définir et mettre au point la capacité de relever de nouveaux défis environnementaux. La protection de l’environnement implique également de réagir aux enjeux et aux défis à mesure qu’ils se manifestent. Le Canada fait face à une variété de défis environnementaux, qui vont de la sécurité de la navigation sur son vaste territoire – dans des conditions climatiques parfois difficiles – à la protection des écosystèmes vulnérables à des stresseurs et des pressions variés, notamment les substances toxiques, les changements climatiques et le développement industriel. À la tête de l’un des plus grands programmes scientifiques au gouvernement fédéral, Environnement Canada est un chef de file national, voire mondial, qui fait progresser les connaissances scientifiques sur l’environnement, fait des liens entre ces connaissances et les applique, et ce, dans le but de prévoir les enjeux environnementaux les plus pressants et d’y faire face. Les futures réalisations scientifiques d’Environnement Canada contribueront à une fonction publique de calibre mondial, ce qui est le but de Destination 2020, dirigé par le greffier du Conseil privé.

Avant l’élaboration de la présente stratégie, les activités scientifiques d’Environnement Canada étaient guidées par deux documents, le Plan pour les sciences, publié en 2007, et le Rôle technologique, publié en 2010. Ces documents ont établi les grandes orientations stratégiques destinées à guider les activités et les priorités scientifiques et technologiques du Ministère. Ces documents énonçaient trois thèmes scientifiques, dont l’élaboration d’un système intégré de surveillance de l’environnement et de prévision environnementaleNote de bas de page 1. Depuis, Environnement Canada, en collaboration avec le gouvernement de l’Alberta, a mis en œuvre le plus grand programme de surveillance intégrée de l’environnement au Canada, destiné à déceler d’éventuels effets environnementaux cumulatifs provenant de l’exploitation des sables bitumineux en Alberta. Les leçons tirées de cette initiative et d’autres programmes seront mis à profit pour contribuer à la résolution de problèmes environnementaux complexes d’importance nationale.

Le Plan pour les sciences et le Rôle technologique demeurent pertinents; toutefois, les activités scientifiques menées à Environnement Canada ont aujourd’hui des besoins différents de ceux qui existaient à la création de ces documents. Depuis que le Plan pour les sciences a été publié en 2007, Environnement Canada a réorganisé et simplifié certaines de ses activités, dont ses activités scientifiques. Aujourd’hui plus que jamais, les activités scientifiques d’Environnement Canada sont axées sur la production de l’information essentielle pour élaborer les politiques, réaliser les programmes et fournir les services qui permettent au Ministère de respecter son mandat.

L’adoption d’une approche simplifiée et stratégique pour réaliser ses activités scientifiques permet à Environnement Canada de faire face aux enjeux nouveaux et émergents ainsi que de composer avec des changements organisationnels, comme l’évolution du rôle de la science au gouvernement fédéral, et avec la nécessité de fonctionner efficacement et d’utiliser de façon optimale l'argent des contribuables. Pour aller de l’avant, Environnement Canada doit continuer d’aligner ses travaux scientifiques sur les grandes priorités environnementales du gouvernement du Canada. Pour ce faire, il doit utiliser les ressources scientifiques avec efficacité et efficience, maintenir les partenariats, veiller à établir des relations appropriées entre producteurs et utilisateurs de données scientifiques et maintenir les normes élevées de qualité et de crédibilité des travaux scientifiques du Ministère auxquelles s’attendent les Canadiens. La gestion de la qualité est assurée grâce à des paramètres et à des procédés établis, comme l’examen par des pairs et l'accréditation, et à des évaluations ciblées de l’utilité et de l’incidence de l’application des résultats scientifiques du Ministère. Tous les employés contribuent à l’objectif de s’aligner sur les priorités fédérales en s’ajustant et en adaptant continuellement leurs activités scientifiques en fonction des priorités actuelles et futures du Ministère.

La Stratégie pour les sciences comporte trois grandes parties destinées à orienter les travaux scientifiques d’Environnement Canada en fonction des priorités environnementales fédérales, au cours des cinq prochaines années, soit de 2014 à 2019. La première partie, les sciences à Environnement Canada, décrit brièvement le Ministère en tant qu’organisme à vocation scientifique ainsi que les activités scientifiques essentielles qu’il accomplit pour s’acquitter de son mandat. La deuxième partie présente la vision, la mission et les principes visant à orienter les activités scientifiques du Ministère en fonction des priorités fédérales. La troisième partie énonce les orientations futures en matière scientifique et, pour ce faire, elle définit les enjeux prioritaires pour les cinq prochaines années et propose des mécanismes pour intégrer la vision et les principes de la Stratégie aux activités du Ministère et accroître sa capacité de faire face aux enjeux émergents.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Voici les trois orientations stratégiques du Plan pour les sciences de 2007 :

  1. établir une capacité intégrée de surveillance de l’environnement et de prévision environnementale;
  2. comprendre les risques cumulatifs;
  3. gérer les risques, optimiser les possibilités et accroître la résilience.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

 

Retournez à la table des matières

1. La science d’Environnement Canada

Capacité scientifique

Les gens sont au cœur des activités scientifiques d’Environnement Canada. Le personnel scientifique et technique représente plus de la moitié des effectifs du Ministère. Ils sont chercheurs scientifiques, spécialistes des sciences physiques, ingénieurs, biologistes, chimistes, météorologues, technologues ou gestionnaires scientifiques. Environnement Canada conserve des effectifs scientifiques à l’interne parce que les sciences sont au cœur de son mandat. Le personnel scientifique et technique hautement qualifié d’Environnement Canada possède l’expertise requise pour produire de façon continue des résultats scientifiques de pointe.

La capacité scientifique interne du Ministère est grandement accrue grâce à plusieurs collaborations partout au Canada et sur la scène internationale. Les scientifiques d’Environnement Canada font partie d’une communauté internationale de scientifiques de l’environnement; ils collaborent avec des institutions internationales de premier plan comme l’Organisation météorologique mondiale et l’Environmental Protection Agency des États-Unis pour régler des problèmes environnementaux communs. De nombreux scientifiques du Ministère travaillent en étroite collaboration avec d’autres ministères fédéraux et d’autres ordres de gouvernement et entretiennent également des liens formels avec des universités, notamment à titre de professeurs associés. Plus des trois quarts des publications scientifiques du Ministère évaluées par un comité de lecture sont rédigées en collaboration avec des partenaires provenant d’universités et d’autres organisations non gouvernementales. La collaboration à des projets de recherche avec d’autres établissements de haut niveau permet à Environnement Canada de demeurer à la fine pointe de la recherche scientifique, laquelle sert à éclairer ses politiques, ses programmes et ses services. Ces activités visant à soutenir l’excellence et la nature de collaboration de la science en appui aux priorités fédérales contribuent au but de Destination 2020 qui est de faire en sorte que la fonction publique demeure une institution de calibre mondial.

Les scientifiques d’Environnement Canada collaborent aussi étroitement avec les gouvernements, les organisations et les communautés autochtones afin de tenir compte des connaissances traditionnelles autochtones, de concert avec la recherche scientifique. Ainsi, les connaissances traditionnelles autochtones fournissent des perspectives historiques et à long terme sur l’écologie locale et améliorent la compréhension des interactions entre les espèces dans ces écosystèmes, en particulier pour les périodes de l’année et les cycles des espèces pendant lesquels les scientifiques du Ministère ne sont habituellement pas présents sur le terrain. À titre d’exemple, les connaissances traditionnelles autochtones peuvent fournir des observations sur des caractéristiques de la faune comme le comportement, l’utilisation de l’habitat et la répartition ainsi que sur les variations temporelles de ces paramètres, sans compter qu’elles peuvent mettre en évidence des domaines sur lesquels pourraient porter de futurs travaux scientifiques.

L’infrastructure scientifique et technique d’Environnement Canada est une ressource d’importance nationale. Les scientifiques du Ministère effectuent des travaux scientifiques et consultent et utilisent des connaissances scientifiques partout au Canada, dans des installations de recherche et développement de calibre international, à des sites de surveillance, dans des centres de prévision des intempéries, sur le terrain et dans les bureaux. Le Ministère utilise ses infrastructures de surveillance de l’environnement pour produire des prévisions météorologiques, surveiller la qualité de l’air et de l’eau et mener des recherches scientifiques. Ces activités et d’autres fonctions soutiennent une multitude de décisions importantes contribuant à protéger des vies, à soutenir des secteurs économiques sensibles aux variations météorologiques et climatiques, à protéger le patrimoine environnemental du Canada et à atténuer les pertes d’espèces et d’habitats.

Réputation

Environnement Canada est considéré comme un chef de file mondial dans le domaine des sciences de l’environnement. Au cours des dernières années, il a publié plus de 700 articles scientifiques évalués par des pairs chaque année, dont beaucoup paraissent dans des revues scientifiques de premier plan. Les publications de recherche du Ministère sont citées à une fréquence bien plus grande que la moyenne mondiale. Les Canadiens font systématiquement confiance à Environnement Canada pour l’exactitude et la fiabilité de ses prévisions météorologiques. Les données de surveillance du Ministère sont utilisées de façon intensive par d’autres administrations au Canada, par des organisations du secteur privé et par la communauté scientifique universitaire.

Travail

En tant que ministère fédéral à vocation scientifique, Environnement Canada occupe une place unique parmi les institutions canadiennes qui œuvrent en sciences de l’environnement, étant donné qu’il a le mandat de mener des activités scientifiques destinées à servir les priorités environnementales fédérales. Au sein du Ministère, les sciences englobent un large éventail d’activités, comme la surveillance à court et à long terme, la recherche et le développement, la modélisation, l’évaluation des risques, la production de rapports et les applications demandées par les clients. La planification annuelle cherche continuellement à harmoniser ces activités avec le mandat du Ministère et les priorités environnementales courantes, et elle évalue également l’efficacité opérationnelle et l’optimisation des ressources.

La science soutient la plupart des fonctions du Ministère, notamment son engagement d’être un organisme de réglementation de calibre mondial, ses activités d’application de la loi, ses services météorologiques et ses fonctions en matière d’élaboration de politiques. Une bonne part des activités scientifiques d’Environnement Canada répond à des exigences legislatives, notamment aux exigences en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [articles 44 à 53] qui charge le ministre d’effectuer des recherches et des études sur les effets de la pollution sur la qualité de l’environnement et sur la prévention de la pollution, et de constituer et exploiter un réseau de contrôle de la qualité de l’environnement. Les activités scientifiques appuient également les pouvoirs réglementaires du Ministère, notamment ceux qui sont prévus par la Loi sur les pêches et visent à empêcher que des substances nocives ne soient libérées dans l’eau. Tous les travaux scientifiques réalisés par Environnement Canada visent l’atteinte des trois objectifs stratégiques du Ministère - maintenir un environnement propre, sécuritaire et durable - comme l’indiquent les documents annuels sur le rendement du Ministère, le Rapport sur les plans et les priorités et le Rapport ministériel sur le rendement. Les parties qui suivent donnent une brève description et des exemples d’activités scientifiques essentielles qu’Environnement Canada effectue pour atteindre chacun de ses résultats stratégiques.

Un environnement propre – Minimiser les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur environnement

Les connaissances et données scientifiques produites par Environnement Canada appuient la gestion des substances et des déchets, les interventions en matière de changements climatiques et d’air pur ainsi que l’application des règlements. Les principales activités scientifiques menées dans ces domaines consistent à déterminer et évaluer les risques que présentent les produits chimiques préoccupants, existants ou nouveaux, surveiller la qualité de l’air ambiant et la pollution de l’eau et produire des rapports à leur sujet, produire l’Inventaire canadien des gaz à effet de serre et l’Inventaire national des rejets de polluants, effectuer des travaux de recherche et développement sur la chimie et les processus atmosphériques et évaluer les émissions des secteurs des transports et de l’industrie.

Environnement propre

Polybromodiphényléthers (PBDE)

Les travaux scientifiques d’Environnement Canada aident à protéger les Canadiens contre les produits chimiques nocifs, un mandat confié au Ministère en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999). En 2008, à la suite d’une évaluation scientifique rigoureuse fondée sur la documentation existante effectuée par Environnement Canada et Santé Canada, le gouvernement a promulgué le Règlement sur les polybromodiphényléthers dans le but de limiter l’utilisation de certains de ces composés chimiques sur le marché canadien. L’évaluation scientifique a permis de constater que les PBDE, utilisés comme ignifugeants dans de nombreux produits, sont toxiques pour l’environnement. Certaines formes de PBDE s’accumulent avec le temps dans les organismes et dans l’environnement, ce qui peut entraîner des effets chroniques même lors d’une exposition à de faibles doses. L’objectif pour ces substances est, en langage réglementaire, « l’élimination virtuelle » de l’environnement canadien. Les activités scientifiques et de gestion des risques continuent de cibler d’autres PBDE afin de réglementer ceux qui, à la lumière de données scientifiques fiables, sont jugés nocifs.

Un environnement sécuritaire – Fournir à la population canadienne les renseignements pertinents pour prendre des décisions éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat

Grâce à ses activités scientifiques, Environnement Canada fournit aux Canadiens et à des secteurs de l’économie canadienne comme l’agriculture et les transports de l’information pertinente sur les conditions environnementales immédiates et à long terme. Les principales activités scientifiques portent sur les outils et les techniques destinés à améliorer les prévisions concernant les conditions météorologiques, atmosphériques et aquatiques, la modélisation climatique mondiale et régionale et la recherche et développement sur les processus atmosphériques et environnementaux.

Environnement sécuritaire

Prévision des phénomènes météorologiques violents

Les Canadiens sont habitués aux phénomènes météorologiques violents. Les tempêtes hivernales - blizzards, chutes de neige abondantes et verglas - sèment le chaos dans les transports d’un océan à l’autre. L’observation des changements climatiques a amené les scientifiques à envisager la possibilité d’une occurrence accrue de phénomènes météorologiques plus violents. Les sciences de l’atmosphère sont essentielles pour fournir aux Canadiens des prévisions et des avertissements exacts et opportuns de phénomènes météorologiques violents. Les scientifiques et les météorologues d’Environnement Canada élaborent des modèles météorologiques complexes qui sont exécutés sur l’un des superordinateurs les plus puissants au Canada. La Loi sur le ministère de l’Environnement et la Loi sur la gestion des urgences confient à Environnement Canada le mandat d’élaborer des outils, des produits et des services fondés sur la science destinés à aider les Canadiens et les secteurs sensibles aux conditions météorologiques à se préparer aux situations d’urgence, et à y faire face, et à gérer les risques liés aux conditions météorologiques.

Un environnement durable – Préserver et restaurer l’environnement naturel du Canada pour les générations actuelles et futures

Les données et connaissances scientifiques d’Environnement Canada éclairent les décisions qui contribuent à préserver et à restaurer les ressources en terres, en eau et en biodiversité du Canada. Les principales activités scientifiques consistent entre autre à étudier la qualité et la disponibilité des vastes ressources en eau du Canada, y compris les principales voies navigables comme les Grands Lacs, le lac Winnipeg et le fleuve Saint-Laurent, et à mener des travaux de recherche et de modélisation sur les espèces en péril et d’autres espèces sauvages pour comprendre l’état de santé des écosystèmes.

Environnement durable

Caribou des bois – population boréale

En 2012, le gouvernement du Canada a publié le programme de rétablissement de la population boréale du caribou des bois. Ce programme est fondé sur des connaissances scientifiques et les connaissances traditionnelles autochtones et préconise une démarche robuste et pratique pour conserver les populations de caribou. La réussite de la mise en œuvre du programme et du rétablissement de la population boréale du caribou des bois dépend de l’engagement, de la collaboration et de la coopération des nombreux intervenants - gouvernements provinciaux, communautés autochtones, intervenants industriels, universitaires, organisations environnementales non gouvernementales et grand public canadien - qui font tous leur part pour protéger cette importante espèce.

Technologie

Les sciences et la technologie sont intimement liées. Les science modernes de l’environnement utilisent des outils technologiques pour étudier, surveiller et comprendre l’environnement naturel, et l’innovation technologique peut réduire les impacts sur l’environnement.

Les scientifiques d’Environnement Canada mettent au point et utilisent tout un éventail d’outils et de dispositifs de mesure (des technologies) pour mener leurs activités scientifiques, surveiller l’environnement (air, eau, sol et biodiversité) et produire des prévisions. Par exemple, la surveillance de l’environnement nécessite une variété de technologies qui vont des outils pour mesurer des paramètres environnementaux et prélever des échantillons sur le terrain jusqu’aux infrastructures informatiques employées pour analyser, transformer et utiliser les données recueillies. Dans certains cas, Environnement Canada achète ces technologies et les intègre à ses systèmes et activités. Dans d’autres cas, le Ministère conçoit des technologies à l’interne, souvent avec la collaboration de scientifiques d’autres secteurs.

Les scientifiques d’Environnement Canada réalisent des études afin de comprendre et de déterminer les risques et les avantages pour l’environnement associés aux technologies. Cette information soutient les mesures de gestion des risques, notamment l’élaboration de règlements environnementaux.

Les scientifiques d’Environnement Canada évaluent le rendement des technologies environnementales et élaborent des méthodes et des outils de gestion des risques à l’appui de l’élaboration de règlements et de l’application de la loi. Le Ministère appuie également la mise au point de technologies propres par le truchement d’une gamme de programmes et de collaborations et encourage et favorise l’innovation technologique dans d’autres secteurs en élaborant des politiques et des règlements qui incitent à améliorer le rendement environnemental.

La Stratégie pour les sciences adopte une vision élargie des sciences qui englobe l’utilisation et la mise au point de technologies, lesquelles font partie intégrante du travail scientifique du Ministère, de même que l’évaluation des technologies et l’élaboration d’outils qui appuient la réglementation.

Retournez à la table des matières

2. Vision, mission et principes guidant la science d’Environnement Canada

Tel que discuté précédemment, la Stratégie pour les sciences répond à des changements organisationnels et contextuels survenus au Ministère. Les activités scientifiques réalisées par Environnement Canada continuent de répondre au mandat consistant à protéger l’environnement, à conserver le patrimoine naturel du Canada et à produire de l’information météorologique et climatique afin que les Canadiens soient informés et en sécurité. La vision, la mission et les principes de la Stratégie s’appuient sur les grandes orientations décrites dans le Plan pour les sciences de 2007. Ils visent à raffiner et à préciser ces orientations afin de faire progresser les activités scientifiques au Ministère et à les centrer sur les priorités fédérales, qui comprennent des priorités environnementales établies par le gouvernement du Canada, le ministre de l’Environnement et des organismes nationaux de gouvernance comme le Conseil canadien des ministres de l’environnement. Bien que la Stratégie établisse des orientations pour les cinq prochaines années, sa vision, sa mission et ses principes constituent des objectifs à long terme.

Vision

Être un chef de file en matière de sciences environnementales répondant aux priorités fédérales

Mission

Produire les connaissances, les données et les outils scientifiques requis pour permettre aux politiques, aux programmes et aux services d’Environnement Canada d’aider à offrir un environnement propre, sécuritaire et durable pour les Canadiens

Principes

Pertinence, transparence, réactivité, excellence et collaboration

Principe 1 – Pertinence

Les activités scientifiques d’Environnement Canada sont pertinentes aux besoins actuels et futurs des utilisateurs. Ces activités doivent contribuer à la réalisation du mandat du Ministère et  favoriser l’avancement des priorités fédérales clés de manière efficace et efficiente.

Principe 2 – Transparence

En raison de l’examen accru auquel est soumis le secteur et de la nature internationale et généralisée de la plupart des problèmes environnementaux, davantage de transparence est exigée. Les activités scientifiques d’Environnement Canada sont menées de manière ouverte et les résultats obtenus sont facilement accessibles.

Principe 3 – Réactivité

Les activités scientifiques d’Environnement Canada permettent de prévoir les conditions et les priorités environnementales nouvelles et en évolution, d’y réagir et de s’y adapter. Le Ministère conserve une expertise et une capacité interne qui couvre l’éventail des sciences de l’environnement et il s’en sert pour produire des informations et des solutions opportunes aux problèmes actuels.

Principe 4 – Excellence

Environnement Canada atteint l’excellence scientifique en utilisant et observant des normes et des processus reconnus à l’échelle internationale. La stature, la réputation et la productivité du Ministère découlent directement de sa culture d’intégrité scientifique, de sa rigueur, de son autorité et de sa créativité.

Principe 5 – Collaboration

La science est fondée sur la collaboration. Les scientifiques d’Environnement Canada collaborent avec des partenaires au Canada et à l’international grâce à des réseaux établis avec les universités, l’entreprise privée et d’autres organisations gouvernementales et non gouvernementales. La collaboration permet le partage de l’information et de l’expertise entre disciplines, secteurs et domaines de compétence afin de chercher ensemble des solutions viables aux problèmes environnementaux.

Ces cinq principes constituent un cadre qui établit les aspirations d’Environnement Canada et servent à expliquer comment il fonctionne en tant qu’organisme à vocation scientifique. Ces principes orientent le travail de tous les employés qui réalisent et gèrent des activités scientifiques au Ministère. Les mécanismes de mise en œuvre présentés dans la dernière partie de la Stratégie permettent de mettre ces principes en pratique.

Retournez à la table des matières

3. Orientations futures : Établissement des priorités et mise en œuvre de la stratégie

Pour être un chef de file en matière de sciences de l’environnement répondant aux priorités fédérales, Environnement Canada doit déterminer et communiquer ses priorités scientifiques, maintenir la capacité scientifique nécessaire pour s’acquitter de son mandat et mettre en place de nouvelles méthodes de travail afin de centrer les activités scientifiques du Ministère sur le maintien d’un environnement propre, sécuritaire et durable pour les Canadiens. La Stratégie guidera Environnement Canada dans le choix des priorités scientifiques au moyen des processus de planification ministériels existants en précisant les orientations clés et les domaines d’intérêt particulier pour les cinq prochaines années, et en mettant en place des mécanismes pour accroître la planification horizontale.

Le maintien d’une capacité scientifique appropriée est une préoccupation constante au Ministère; une production scientifique de qualité exige une excellente gestion des activités scientifiques. Environnement Canada continuera à s’assurer d’avoir le personnel approprié et les installations, les équipements et les systèmes nécessaires pour assurer la pertinence, la transparence, la réactivité, l’excellence et la nature de collaboration de ses activités scientifiques. La Stratégie vise à renforcer la capacité scientifique en mettant l’accent sur des mécanismes précis pour améliorer l’infrastructure scientifique en soutenant le personnel du Ministère et en effectuant une meilleure gestion des données.

Pour demeurer axé sur la livraison d’activités scientifiques nécessaires pour fournir aux Canadiens un environnement propre, sécuritaire et durable, Environnement Canada continuera à travailler en vue d’intégrer plus efficacement les activités scientifiques aux fonctions telles que l’élaboration des politiques, l’exécution des programmes et la prestation de services.

Des détails précis sur la façon dont le Ministère prévoit réaliser la vision de la Stratégie sont exposés ci-dessous. Les priorités scientifiques sont d’abord présentées, suivies des outils de gestion des sciences pour améliorer la façon dont le Ministère obtient des résultats et soutient les sciences.

Priorités

Au cours des cinq prochaines années, Environnement Canada continuera à orienter ses activités scientifiques sur les enjeux environnementaux d’importance pour le gouvernement du Canada. La nature complexe et prolongée de certains enjeux, comme l’eutrophisation, la portée mondiale et l’ampleur des problèmes, comme la pollution atmosphérique, les changements climatiques et la perte de la biodiversité, ainsi que la nécessité croissante d’approches multidisciplinaires exigent de nouvelles façons de penser et de faire. Cela signifie qu’il faut réaliser de nombreuses activités de façon horizontale et intersectorielle, concevoir des outils et des approches novateurs et orienter les activités scientifiques du Ministère sur des voies nouvelles, selon les besoins, pour répondre aux questions émergentes et persistantes. Pour le choix des enjeux et des priorités sur lesquels il mettra l’accent, le Ministère s’efforcera de :

  • se concentrer sur les enjeux actuels et émergents qui sont d’importance pour le gouvernement du Canada;
  • mettre à profit les compétences, les connaissances, les méthodes, les outils et les produits existants du Ministère;
  • cibler les activités scientifiques qui soutiennent des solutions efficaces aux problèmes environnementaux pressants;
  • orienter les efforts vers les activités et les sujets s’inscrivant dans le rôle du gouvernement fédéral dans le domaine des sciences et de la technologie.

Les quatre grands secteurs scientifiques présentés ci-dessous sont ceux sur lesquels le Ministère envisage de concentrer une grande partie de ses travaux au cours des cinq prochaines années. Ces enjeux prioritaires pour Environnement Canada aideront à la réalisation du programme environnemental du gouvernement du Canada. Il s’agit de questions d’importance nationale et internationale; la recherche de solutions aux principaux enjeux dans ces secteurs revêtira de plus en plus d’importance pour les Canadiens. Ces enjeux découlent des priorités ministérielles et pangouvernementales, de même que des échanges avec le personnel d’Environnement Canada et avec des partenaires et des intervenants clés, qui ont porté sur la nécessité d’énoncer clairement les impacts des activités scientifiques actuelles du Ministère et de déterminer les questions environnementales nouvelles auxquelles le Ministère devrait s’intéresser. Les activités spécifiques nécessaires pour s’attaquer à ces priorités peuvent changer au fil du temps tandis que les enjeux évoluent et que les connaissances scientifiques s’élargissent. Pour cette raison, Environnement Canada devra évaluer ces priorités annuellement et apporter, au besoin, les modifications pertinentes, ce qui permettra aux activités scientifiques du Ministère de demeurer pertinentes et réactives.

Secteur prioritaire 1

Réduire l’impact des contaminants et autres stresseurs environnementaux sur le milieu naturel 


Les activités scientifiques d’Environnement Canada viseront à acquérir des connaissances et à effectuer le suivi de l’origine, du devenir et de l’impact des contaminants critiques sur l’environnement. Notamment, le Ministère mettra l’accent sur la limitation des impacts des substances nocives, y compris les produits chimiques présents dans l’air, l’eau, le sol et les espèces sauvages, des polluants atmosphériques et des gaz à effet de serre. Ces contaminants peuvent interagir entre eux pour produire des résultats différents et parfois inattendus. Les impacts des contaminants peuvent aussi être accentués par des interactions avec d’autres stresseurs environnementaux, comme les changements climatiques. Environnement Canada s’efforcera aussi d’acquérir des connaissances et d’effectuer un suivi sur les effets cumulatifs des stresseurs environnementaux, y compris les changements climatiques, sur les espèces sauvages et les écosystèmes d’intérêt national.

Ces travaux sur les contaminants et sur les stresseurs environnementaux soutiendront un large éventail de politiques, règlements, lignes directrices, évaluations et activités d’application de la loi dans l’ensemble du Ministère. Ils contribueront aussi à éclairer et à faire progresser la gestion intégrée des écosystèmes aquatiques et terrestres du Canada, et permettront d’acquérir les connaissances scientifiques nécessaires pour la conservation des fonctions des habitats, de la biodiversité et des écosystèmes du Canada.


Ce secteur prioritaire est lié aux programmes suivants d’Environnement Canada : Gestion des substances et des déchets (3.1) et Changements climatiques et qualité de l’air (3.2)Note de bas de page1.

Secteur prioritaire 2

Fournir des avertissements rapides concernant les conditions météorologiques, climatiques et autres conditions environnementales changeantes


Afin d’améliorer les capacités ministérielles en matière de prévisions et d’avertissements météorologiques, climatiques et sur la qualité de l’air et de l’eau, Environnement Canada axera ses travaux scientifiques sur l’élaboration de nouveaux outils et systèmes de surveillance et de modélisation et sur l’amélioration des systèmes existants. Ces travaux contribueront aussi à fournir des outils et des services scientifiques de grande qualité aux Canadiens, aux décideurs et aux secteurs économiques ciblés.


Ce secteur prioritaire est lié aux programmes suivants d’Environnement Canada : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens (2.1) et Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs ciblés (2.2).

Secteur prioritaire 3

Atténuer l’incidence des changements climatiques et s’y adapter


Environnement Canada élabore et applique des règlements et d’autres mesures de contrôle pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et pour améliorer la qualité de l’air. À l’appui de ces mesures, les activités scientifiques d’Environnement Canada porteront sur l’acquisition de connaissances, le suivi et les prévisions relativement aux émissions et aux processus atmosphériques qui influent sur les changements climatiques. Le Ministère fournit aussi des données climatiques historiques et conçoit des modèles climatiques pour aider les Canadiens à s’adapter aux changements climatiques à mesure qu’ils se produisent. Environnement Canada axera aussi ses travaux scientifiques sur les connaissances fondamentales permettant de comprendre les changements climatiques anticipés afin d’aider les Canadiens à planifier et à s’adapter aux changements futurs. Afin d’appuyer davantage la gestion adaptative dans tout le Canada, le Ministère axera aussi ses travaux scientifiques sur l’acquisition de connaissances, le suivi et la prévision des impacts des changements climatiques sur les espèces et les écosystèmes.


Ce secteur prioritaire est lié aux programmes suivants d’Environnement Canada : Changements climatiques et qualité de l’air (3.2) et Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens (2.1).

Secteur prioritaire 4

Renforcer la conservation et la protection de l'environnement à l'appui du développement responsable des ressources


Dans le but d’assurer la durabilité de l’environnement naturel du Canada - qui consiste entre autres à prévenir la perte de la diversité biologique, à protéger les ressources en eau et à assurer la durabilité des écosystèmes à long terme - Environnement Canada axera ses travaux scientifiques sur l’acquisition de connaissances, le suivi et la communication de renseignements, de façon proactive, sur les impacts environnementaux de projets de développement des ressources choisis. Les activités scientifiques porteront sur l’étude des impacts, tant primaires que cumulatifs, et contribueront à réduire au minimum la perturbation des écosystèmes et des espèces sauvages, à éclairer la gestion des paysages et des habitats et à soutenir la restauration de l’environnement au besoin.


Ce secteur prioritaire est lié aux programmes suivants d’Environnement Canada : Biodiversité – Espèces sauvages et habitats (1.1), Ressources en eau (1.2) et Écosystèmes durables (1.3).

L’annexe I présente la liste détaillée des activités scientifiques dans chaque secteur prioritaire.

Gestion des sciences

La mise en pratique de la vision, de la mission et des principes de la Stratégie aura une influence sur la façon dont Environnement Canada planifie, communique et gère les activités scientifiques au sein du Ministère. Cette mise en œuvre influera sur notre façon de travailler à l’interne, mais aussi sur les liens et partenariats que nous établissons pour travailler de façon plus efficace et efficiente. Il faudra utiliser efficacement les structures de gouvernance existantes et mettre en œuvre des mécanismes pour renforcer les liens et les communications dans l’ensemble du Ministère, de même que pour accroître le soutien aux éléments organisationnels clés, comme les personnes et les données. Certains de ces mécanismes sont nouveaux dans la présente stratégie; d’autres s’inspireront des processus actuels pour mettre à profit la capacité existante.

Gouvernance

Pour que la mise en œuvre de la Stratégie soit un succès, le Ministère réunira les décideurs scientifiques clés pour la mettre en pratique. Un groupe composé de sous-ministres adjoints se réunira une ou deux fois par an pour fournir une orientation stratégique générale et faire rapport au sous-ministre de l’avancement des travaux. Le Comité exécutif de gestion d’Environnement Canada pourrait se charger de ce travail. Un comité de gestion (au niveau des directeurs généraux), avec l’appui d’un groupe de travail, se chargera des questions opérationnelles, comme attribuer la responsabilité d’initiatives spécifiques, élaborer et maintenir un plan de mise en œuvre et surveiller les progrès.

Mécanismes

Accroître les liens entre les scientifiques, les utilisateurs et les décideurs

La présente Stratégie pour les sciences facilitera un dialogue efficace et continu entre les scientifiques, les décideurs et les gestionnaires de programmes d’Environnement Canada pour la planification conjointe d’activités scientifiques, lorsqu’il y a lieu. Elle mettra aussi l’accent sur la communication des données scientifiques pertinentes aux décideurs supérieurs, comme le Comité exécutif de gestion du Ministère, contribuant ainsi à faire en sorte que les politiques et les priorités d’Environnement Canada fassent écho aux nouvelles réalisations scientifiques.

Améliorer l’infrastructure scientifique

Environnement Canada possède des infrastructures et des ressources scientifiques importantes pour réaliser et soutenir ses activités scientifiques, que ce soit les effectifs scientifiques et techniques de renommée internationale, les volumineuses données scientifiques, de même que les laboratoires spécialisés, les installations et les instruments pour la surveillance des conditions environnementales dans tout le Canada. La stratégie aidera à renforcer ces ressources en améliorant la gestion des données, en facilitant un meilleur accès externe aux travaux scientifiques du Ministère, en investissant dans les instruments météorologiques et de surveillance et en élaborant des outils et des politiques à l’appui du développement du leadership et de la gestion de la qualité dans l’ensemble du Ministère. Environnement Canada s’engage à maintenir une infrastructure à la fine pointe pour soutenir ses réalisations scientifiques de calibre mondial. Les partenariats sont importants pour atteindre ce but. Le partage de nos connaissances et de nos données avec des collaborateurs et des partenaires fait avancer les connaissances scientifiques et augmente l’impact de nos réalisations scientifiques, ce qui améliore ainsi l’efficacité et la pertinence de nos activités. De plus, le travail avec des partenaires est essentiel pour livrer les activités scientifiques de façon efficace et réactive, qu’il s’agisse du travail avec d’autres ministères fédéraux, de provinces ou d’universités, afin de maximiser nos infrastructures et nos ressources de calibre mondial.

L’annexe II présente des informations détaillées sur les mécanismes proposés.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Des informations détaillées sur les programmes d’Environnement Canada se trouvent dans le Rapport sur les plans et priorités annuel du Ministère.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Retournez à la table des matières

4. La voie à suivre

La mise en œuvre réussie de la Stratégie nécessitera l'engagement du personnel de tous les services du Ministère. Dans l’esprit du processus consultatif utilisé pour élaborer la Stratégie, la mobilisation des employés constituera aussi une part importante de sa mise en œuvre.

La mise en œuvre nécessitera l’élaboration et l’adoption de plans de travail internes détaillés qui constitueront les compléments opérationnels de la Stratégie; ces plans seront en lien avec la planification ministérielle annuelle et mettront en place les priorités et les mécanismes pour atteindre les objectifs énoncés dans la Stratégie. Ils attribueront la responsabilité des initiatives et établiront des échéanciers, des cibles et des indicateurs clairs pour mesurer les progrès réalisés. Dans la mesure du possible, les plans utiliseront les paramètres et les processus de production de rapports existants afin d’éviter le chevauchement. Ils seront révisés régulièrement et mis à jour au besoin.

La première étape de la mise en œuvre consistera à mettre à jour les mandats des comités ministériels existants et à créer de nouveaux comités, comme il est décrit dans la section précédente. Ces comités attribueront ensuite la responsabilité d’initiatives spécifiques et ils superviseront l’élaboration des plans de travail et la production de rapports sur l’avancement.

Pour une mise en œuvre efficace, il faudra aussi des moyens permettant de mesurer la performance et d’incorporer les pratiques exemplaires et les leçons apprises. En produisant régulièrement des rapports sur les résultats et en facilitant les communications dans tout le Ministère, Environnement Canada sera en mesure d’apporter des modifications aux éléments détaillés de la Stratégie, suivant les besoins. Cette stratégie est l’occasion d’atteindre de nouveaux buts et de mettre en évidence nos résultats, tout en réduisant au minimum le fardeau imposé par la production de rapports additionnels et en assurant une collaboration plus efficace.

Retournez à la table des matières

Remerciements

La présente Stratégie pour les sciences a été élaborée en suivant un processus de consultation et de mobilisation avec divers intervenants. Les consultations ont été menées à l'aide de plusieurs mécanismes : un questionnaire en ligne distribué aux employés du Ministère et aux intervenants externes clés ainsi que des ateliers fédéraux ayant eu lieu à sept endroits dans l'ensemble du pays. De nombreuses réunions ciblées se sont aussi déroulées pour mobiliser le personnel du Ministère et réviser les éléments de la Stratégie.

L’élaboration de la Stratégie a été réalisée sous la direction du Comité exécutif des sciences et de la technologie d’Environnement Canada et un comité directeur composé de représentants de la Direction générale des sciences et de la technologie, de la Direction générale de l’intendance environnementale, du Service météorologique du Canada et de la Direction générale de la politique stratégique. Beaucoup d’autres personnes d’Environnement Canada, dont des représentants de diverses directions générales (Vérification et évaluation, Communications, Services ministériels, Application de la loi, Finances, Ressources humaines et Affaires internationales) ont aussi participé au processus d'élaboration, tout comme d’autres ministères fédéraux et organisations partenaires de l’extérieur.

Nous remercions tous les participants.

Retournez à la table des matières

Annexe I : Priorités de la science d’Environnement Canada pour 2014-2019

Priorités scientifiques d'Environnement Canada : Enjeux prioritaires fédéraux, Buts des activités scientifiques, Activités scientifiques 
Enjeux prioritaires fédérauxButs des activités scientifiques d'Environnement CanadaActivités scientifiques
Réduire l’impact des contaminants et autres stresseurs environnementaux sur le milieu naturel
  • Acquérir des connaissances et suivre l’origine, le devenir et l’impact des contaminants critiques dans l’environnement (air, eau, espèces sauvages) et sur les Canadiens, à l’appui de l’élaboration, de l’évaluation et de l’application des politiques, des règlements et des lignes directrices
  • Comprendre et suivre les effets cumulatifs des stresseurs environnementaux, y compris les changements climatiques, sur les espèces sauvages et les écosystèmes d’intérêt national
  • Éclairer et faire progresser la gestion intégrée des écosystèmes aquatiques et terrestres du Canada
  • Fournir les connaissances scientifiques nécessaires pour la conservation des fonctions des habitats, de la biodiversité et des écosystèmes du Canada
  • Appliquer une approche systémique pour éviter de transférer les problèmes d’un milieu à un autre
  • Concevoir et utiliser des modèles avec capacité prévisionnelle
  • Recueillir et intégrer des données cohérentes sur les polluants atmosphériques d’intérêt national dans les émissions et l’air ambiant, à l’appui de l’élaboration de stratégies pour la réduction des émissions et de normes sur la qualité de l’air
  • Effectuer des recherches et de la surveillance et concevoir des méthodes et des outils à l’appui de l’élaboration de règlements sur la pollution des eaux, et de la détermination de cibles et de recommandations pour la qualité de l’eau pour les écosystèmes d’intérêt national
  • Déterminer les stresseurs principaux et recueillir des données de référence et sur les tendances concernant les populations fauniques d’intérêt national
  • Recueillir ou consulter des données relatives à l’habitat et aux aires protégées d’intérêt national
  • Effectuer des recherches et concevoir des outils à l’appui de l’établissement d’objectifs clairs et réalisables pour les populations d’espèces en péril et d’oiseaux migrateurs d’intérêt national
  • Élaborer des modèles, effectuer des recherches et recueillir et intégrer des données cohérentes de référence et sur les tendances sur les produits chimiques d’intérêt national
  • Améliorer les outils et les méthodes pour comprendre les impacts des contaminants et des polluants sur l’environnement canadien
  • Améliorer les prévisions qualitatives et quantitatives relatives à l’air et à l’eau dans les zones à risque et en ce qui concerne les impacts transfrontaliers
  • Intégrer les recherches sur les changements climatiques (p. ex. changements en matière de température, d’eau, de précipitations) à d’autres stresseurs
  • Effectuer des recherches sur les processus environnementaux et concevoir des outils pour atténuer la contamination de l'atmosphère et des écosystèmes aquatiques et terrestres
  • Contribuer à l’élaboration d’indicateurs environnementaux nationaux
Fournir des avertissements rapides concernant les conditions météorologiques, climatiques et autres conditions environnementales
  • Soutenir la conception et l’utilisation d’outils et de systèmes de surveillance et de modélisation dans le but d’améliorer les prévisions météorologiques et climatiques et pour d'autres systèmes environnementaux, et de fournir des outils et des services scientifiques de grande qualité aux Canadiens, aux décideurs et aux secteurs économiques ciblés
  • Concevoir, perfectionner et appliquer des outils et des méthodes de modélisation à haute résolution afin d’améliorer les prévisions météorologiques et de la qualité de l’air, les prévisions immédiates et les prévisions climatiques
  • Recueillir, assimiler et intégrer des données pancanadiennes cohérentes sur les systèmes météorologiques
  • Améliorer les analyses des scénarios climatiques à l’échelle régionale et nationale, y compris la modélisation des conditions météorologiques et climatiques extrêmes
  • Améliorer l’accès aux renseignements climatiques et à l’information sur la qualité de l’eau et de l’air à l’intention des partenaires et des Canadiens dans le cadre d’initiatives scientifiques ouvertes
Changements climatiques – Atténuation et adaptation
  • Fournir les connaissances scientifiques fondamentales pour comprendre les changements climatiques prévus afin d’aider les Canadiens à planifier et à s’adapter aux changements futurs
  • Comprendre, suivre et prévoir les émissions et les processus atmosphériques qui influent sur les changements climatiques, à l’appui de l’élaboration et de la mise en œuvre des règlements et des politiques et de leur application
  • Comprendre, suivre et prévoir les impacts des changements climatiques sur les espèces et les écosystèmes à l’appui de l’adaptation et de la gestion
  • Recueillir, intégrer et analyser des données sur les sources et les puits de gaz à effet de serre
  • Perfectionner les inventaires des gaz à effet de serre à l’appui de l’établissement de cibles en matière de gaz à effet de serre
  • Effectuer de la recherche fondamentale sur le climat pour fournir des connaissances sur les vulnérabilités face aux changements climatiques
  • Effectuer de la modélisation et des recherches sur les scénarios dans le domaine des interactions entre l’utilisation des terres et le climat
  • Offrir des services climatologiques améliorés à des périodes temporelles et spatiales pertinentes en vue d'alimenter les études sur l'impact climatique et la planification de l'adaptation
  • Effectuer des recherches sur la répartition des espèces
  • Faire de la recherche et recueillir des données sur le carbone noir, et produire des inventaires du carbone noir
Renforcer la conservation et la protection de l'environnement à l'appui du développement responsable des ressources
  • Acquérir des connaissances, effectuer un suivi et fournir de l’information, de façon proactive, sur les impacts environnementaux (primaires et cumulatifs) de projets de développement des ressources choisis, dans le but de réduire au minimum la perturbation des écosystèmes et des espèces sauvages, d’éclairer la gestion des paysages et des habitats et de soutenir la restauration de l’environnement au besoin
  • Recueillir et intégrer des données de référence cohérentes dans des secteurs choisis susceptibles de faire l’objet d’activités accrues de développement des ressources, comme le Nord; effectuer des évaluations et produire des rapports sur les résultats
  • Concevoir des modèles et d’autres outils pour comprendre et prévoir les impacts de l’extraction des ressources sur l’environnement
  • Recueillir et analyser des données de surveillance cohérentes (air, eau, terre et biodiversité) pour comprendre les effets environnementaux cumulatifs possibles de l’exploitation des ressources, y compris l’industrie des sables bitumineux
  • Améliorer les techniques de collecte de données et de surveillance concernant les émissions liées à l’exploitation des ressources
  • Améliorer la collecte de données sur les espèces et les habitats d’intérêt national pour mieux soutenir la conservation et le développement durable
  • Améliorer la capacité d’utiliser l’observation de la Terre et la télédétection pour la surveillance environnementale

Retournez à la table des matières

Annexe II : Mécanismes spécifiques de mise en œuvre des principes de la stratégie

Accroître les liens entre les scientifiques, les utilisateurs et les décideurs

Exercices annuels d’identification de priorités horizontales

En réunissant chaque année les scientifiques et les utilisateurs concernés de l’ensemble du Ministère, pour examiner leurs besoins et leurs priorités sur le plan scientifique, on contribue à renforcer les liens et à harmoniser les activités scientifiques avec les priorités ministérielles. Des réunions de planification horizontale sur des sujets comme l’air, les produits chimiques, l’eau, des écosystèmes particuliers, les espèces sauvages, la météorologie et le climat, pourraient avoir lieu avant le cycle de planification ministériel de façon à permettre leur intégration aux processus de planification existants. La planification horizontale se fait déjà dans certains services du Ministère; cette initiative élargirait ce mode de planification et lui donnerait un caractère officiel. L’approche intégrée du Service météorologique du Canada et de la Direction des sciences et de la technologie atmosphériques est un exemple de pratique exemplaire.

Plateformes collaboratives de partage de l’information

Pour que les scientifiques du Ministère demeurent réceptifs aux besoins des utilisateurs et aux besoins stratégiques, il est important de partager l’information ouvertement et de façon continue. Des plateformes en ligne accessibles à tout le personnel d’Environnement Canada (EC) ont déjà commencé à faciliter le partage de l’information. Une plateforme axée sur la planification scientifique pourrait permettre aux scientifiques d’afficher des informations détaillées sur leurs projets de recherche et leurs résultats, en plus de permettre aux utilisateurs de faire connaître les besoins scientifiques de leurs programmes. La plateforme contribuerait à la création de liens nouveaux au Ministère et permettrait d’accroître la collaboration dans le cadre de projets et d’initiatives présentant un intérêt mutuel et des compétences communes.

Mobilisation scientifique – « Connexion scientifique à EC »

Le personnel scientifique et les gestionnaires œuvrant dans l’ensemble des disciplines scientifiques et techniques du Ministère pourraient se réunir chaque année, ou au besoin, pour discuter des enjeux environnementaux nouveaux et pour offrir des conseils aux gestionnaires. Cette activité pourrait s’inspirer du modèle des forums portant sur des enjeux précis organisés par les gestionnaires supérieurs.

Nouveautés en sciences

Environnement Canada maintient une base de données regroupant les publications évaluées par les pairs « Nouveautés en sciences ». Les avis de nouvelles publications sont communiqués sur demande aux abonnés au Ministère. Cette base de données pourrait être très utile comme outil de communication de l’information scientifique pertinente pour les décideurs et les Canadiens. Le renforcement de la pertinence stratégique et de l’utilisation de cet outil pourrait en accroître l’utilité pour aider les gestionnaires supérieurs et les utilisateurs concernés à se tenir au fait des activités scientifiques du Ministère. En donnant accès à la base de données au grand public, on aiderait les Canadiens à demeurer au courant des réalisations scientifiques en cours à Environnement Canada.

Améliorer l’infrastructure scientifique

Gestion des données

La capacité d’Environnement Canada à gérer et à analyser des données n’a pas suivi la croissance de sa capacité à les recueillir et à les conserver. La collecte, le partage, l’utilisation et la pleine exploitation des données du Ministère nécessitent un effort constant. Des systèmes appropriés doivent être en place et les données doivent être conservées, organisées, accessibles, intégrées et correctement contextualisées. Environnement Canada prendra des mesures pour cataloguer, normaliser, décrire et intégrer ses vastes données pour améliorer l’accès à celles-ci et leur utilisation. Le Ministère travaillera aussi à la mise à jour des systèmes électroniques de transmission de données essentiels à l’élaboration des règlements.

Sciences et gouvernement ouvert

La transparence, la collaboration et l’excellence sont les marques d’une bonne démarche scientifique. Le fait de donner accès aux résultats scientifiques d’Environnement Canada aux partenaires et aux Canadiens permettra d’améliorer l’application, la réutilisation et l’incidence des activités scientifiques du Ministère, et favorisera le dialogue entre les disciplines et les secteurs. Entre autres, on pourrait élargir le libre accès aux données et aux publications, et explorer des approches plus ouvertes et en collaboration pour la réalisation des travaux scientifiques. Ceci contribuera aussi à renforcer la capacité, à Environnement Canada et à l’extérieur, de prévoir les conditions et les enjeux environnementaux changeants, d’y réagir et de s’y adapter.

Instruments météorologiques et de surveillance

Le maintien de technologies et d’instruments à la fine pointe est essentiel pour soutenir et garantir des travaux scientifiques reconnus mondialement. Le gouvernement du Canada s’est engagé à moderniser les services météorologiques du Canada au moyen de nouveaux investissements dans les infrastructures, comme le superordinateur, les radars et les stations terrestres de surveillance météorologique et climatique.

Intégrité scientifique et gestion de la qualité

Afin de maintenir des normes élevées en matière d’excellence et de transparence, Environnement Canada respecte les pratiques et les normes scientifiques mondialement acceptées dans bon nombre des activités scientifiques, de programmes et de services du Ministère. Ceci comprend l'accréditation des laboratoires d’analyse, l’assurance de la qualité et le contrôle de la qualité de la collecte de données ainsi que les systèmes intégrés de gestion de la qualité régissant la surveillance météorologique et de l’eau. Le Ministère s’efforcera d’élargir les processus de gestion de la qualité et d’en mettre en œuvre de nouveaux. Une activité sera de suivre l’exemple des grandes institutions scientifiques à l’échelle mondiale et à élaborer une politique en matière d’intégrité scientifique pour soutenir les scientifiques du Ministère à maintenir des normes d’excellence élevées.

Équipes de projets intra-ministérielles

Afin de soutenir les projets et les enjeux hautement prioritaires, le Ministère appuiera l’établissement d’équipes intra-ministérielles qui se chargeront des questions scientifiques prioritaires en fonction des besoins. Ces équipes prendraient modèle sur l’approche suivie par le Ministère pour la mise à contribution de spécialistes interdisciplinaires dans le cadre de projets de grande envergure, comme le Plan de gestion des produits chimiques ou le Programme de réglementation de la qualité de l’air. Ces équipes permettraient aux gestionnaires de suivre des approches similaires pour des projets à plus petite échelle ou à plus court terme. Ces équipes puiseront à même le large éventail de compétences et de connaissances à Environnement Canada, qui comprend la recherche scientifique, l’ingénierie, l’analyse économique et l’application de la loi, et donneront au personnel des possibilités de collaboration interdisciplinaire, de développement du leadership et d’apprentissage.

Le tableau suivant associe les mécanismes aux cinq principes de la Stratégie. Ces principes serviront de cadre pour l’élaboration des paramètres précis permettant de suivre l’avancement de la mise en œuvre des mécanismes. Le but consiste à utiliser ces mécanismes pour la mise en pratique des principes.

Sommaire des mécanismes pour la mise en œuvre des cinq principes : Accroître les liens entre les scientifiques, les utilisateurs et les décideurs
Accroître les liens entre les scientifiques, les utilisateurs et les décideursPrincipes de pertinencePrincipes de transparencePrincipes de réactivitéPrincipes d'excellencePrincipes de collaboration
Exercice annuel d’identification des priorités horizontalesouisans objet (s.o.)s.o.s.o.oui
Plateformes collaboratives de partage de l’informationouiouiouis.o.oui
Connexion scientifique à ECouis.o.ouiouioui
Nouveautés en sciencess.o.ouiouiouis.o.
Sommaire des mécanismes pour la mise en œuvre des cinq principe : Améliorer l’infrastructure scientifique 
Améliorer l’infrastructure scientifiquePrincipes de pertinencePrincipes de transparencePrincipes de réactivitéPrincipes d'excellencePrincipes de collaboration
Gestion des donnéess.o.ouis.o.ouioui
Sciences et gouvernement ouverts.o.ouis.o.ouioui
Instruments météorologiques et de surveillances.o.s.o.ouiouioui
Intégrité scientifique et gestion de la qualités.o.ouis.o.ouis.o.
Équipes de projets intra-ministériellesouis.o.ouiouioui

Retournez à la table des matières

Date de modification :