Québec

La Biosphère (Montréal, QC)

Biosphere

© Environnement Canada, 2008

Emblème architectural depuis l’Expo 67, la Biosphère est un lieu unique et spectaculaire situe en plein cœur du parc Jean-Drapeau sur l’ile Sainte-Hélène.

Dans une ambiance ludique et stimulante, la Biosphère présente des expositions et des animations Scientifiques pour le publique pour mieux comprendre les grands enjeux et découvrir les solutions pour vivre en écocitoyen au quotidien. Changements climatiques, qualité de l’eau et de l’air, énergie, temps violents et développement durable sont au nombre des sujets qui y sont traites.

 

 

 

 

 

 

Centre météorologique canadien (Dorval, QC)

Centre météorologique canadien

© Environnement Canada, 2008

C’est au Centre météorologique canadien que se trouve l’expertise sur le temps, le climat et sur la qualité de l’air ainsi que les urgences environnementales. Le Centre rassemble la capacité liée à la modélisation, à la prévision environnementale et celle au développement professionnel à l’échelle nationale, et ce, dans le but de favoriser un transfert efficace des sciences et des technologies. De plus, on y retrouve une innovation accrue ainsi que la formation et le perfectionnement de la main-d’œuvre.

Voici quelques caractéristiques principales de cette installation :

  • Les Opérations du Centre météorologique canadien, responsables des opérations, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, des systèmes automatisés d’analyse et de prévision du Service météorologique du Canada, de la réponse lors des contextes nucléaires, des fuites de matières toxiques et de cendres volcaniques ainsi que les systèmes de réponse opérationnelle visant la santé et la sécurité.
  • Des données provenant du Canada et du reste du monde, notamment des observations faites dans l’espace, sont acquises en temps réel, traitées et archivées après un contrôle de la qualité par le Centre météorologique canadien.
  • Les météorologues ainsi que les scientifiques et les ingénieurs en informatique et en sciences physiques du Centre collaborent avec des chercheurs en vue d’acquérir et de mettre en pratique de manière efficace de nouvelles connaissances dans le domaine afin d’améliorer continuellement les systèmes de prévisions météorologiques et environnementales du Canada. Les nouvelles technologies sont transférées aux systèmes et produits internes, de même qu’aux partenaires et aux utilisateurs finaux de l’extérieur (p. ex. Nav Canada).
  • Formation et développement de carrière pour assurer la présence d’une main-d’œuvre compétente et durable à tous les égards : du recrutement et de la formation à l’échelle nationale au développement de carrière, à l’apprentissage continu et à la certification des employés.
  • L’information générée au Centre météorologique canadien est à la base des prévisions spécialisées réalisées à l’intention du public, du monde maritime et de l’aviation. Des données et des produits spécialisés sont également fournis pour soutenir les opérations de divers organismes (p. ex. gouvernements provinciaux, ministère de la Défense nationale et utilisateurs finaux commerciaux).
  • Le travail lié à la prévision météorologique et environnementale dépend de la capacité en matière de superinformatique gérée par Services partagés Canada.

Centre Saint-Laurent (Montréal, QC)

Centre St. Laurent

© Environnement Canada, 2008

Situées au centre-ville de Montréal (Québec), les installations administratives et du laboratoire spécialisé du Centre Saint-Laurent (CSL) abritent plusieurs ministères du gouvernement, y compris Environnement Canada (EC).

Les chercheurs et le personnel technique qui travaillent sur les contaminants aquatiques et l’hydrologie des eaux et l’écologique  au CSL entreprennent des activités de laboratoire et sur le terrain qui génèrent des données scientifiques et des renseignements connexes visant à améliorer la connaissance des grands écosystèmes fluviaux.  Des études sur les répercussions des activités humaines et de la variabilité du climat sur les organismes, la diversité des plantes et la productivité orientent les décisions réglementaires liées aux taux de déversement des eaux du Saint-Laurent, à la « Loi sur les espèces en péril » (LEP) et à l’industrie de la pêche commerciale. Le sort, la biodisponibilité et la stabilité des nouveaux contaminants et de ceux qui existent déjà (p. ex., produits pharmaceutiques, nanomatériaux) dans les grands écosystèmes fluviaux font l’objet d’enquêtes à l’aide d’outils et de méthodes analytiques (p. ex., génomique, marqueurs biologiques) qui ont été élaborés et évalués par le personnel du CSL. Ces études permettent d’améliorer la sensibilisation aux multiples facteurs de stress ayant un effet sur les grands écosystèmes fluviaux.

Les enquêtes de surveillance de la qualité de l’eau qui permettent d’évaluer la pertinence des zones de croissance des mollusques le long de la rive nord du fleuve Saint-Laurent, au Québec, sont coordonnées et entreprises par l’unité du Programme de surveillance de la qualité des eaux marines du CSL. Ces activités répondent aux obligations d’EC dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques. Les scientifiques du Monitoring et de la surveillance de la qualité des eaux douces établissent des rapports sur la qualité de l’eau et la santé des écosystèmes aquatiques dans le fleuve Saint-Laurent fondés sur une surveillance régulière de l’eau, des sédiments, des terres humides et des organismes benthiques. Des études ciblées orientent et abordent des enjeux environnementaux tels que l’eutrophisation des cours d’eau et la présence d’autres substances toxiques dans l’eau (p. ex., des métaux, des pesticides et des polychlorinated diphenylethers (éthers diphényliques polychlorés)). 

Selon la norme internationale ISO17025, le Laboratoire des essais environnementaux du Québec d’Environnement Canada fournit des analyses chimiques et toxicologiques, une expertise scientifique et un soutien technique aux programmes de recherche et de surveillance d’EC, y compris le Plan d’action Saint-Laurent, les Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement, l’application de la loi en environnement et de la loi sur la faune, le Programme de réglementation de la qualité de l’air et les nouvelles priorités telles que le Plan de gestion des produits chimiques d’EC. 

Les programmes scientifiques du CSL appuient les responsabilités d’EC en vertu de la Loi sur les ressources en eau du Canada, la Loi canadienne sur la protection de l’environnement et la Loi sur les pêches.

Laboratoire national de météorologie du temps violent (Montréal, QC)

Le Laboratoire national de météorologie du temps violent a été créé en 2004. Sa mission est d’améliorer la compréhension et la prévision des événements météorologiques, en mettant avant tout l’accent sur l’application des modèles numériques à la prévision des phénomènes extrêmes. Le laboratoire partage les locaux du Centre de prévision des intempéries d’Environnement Canada à Montréal. Il fait notamment de la recherche appliquée pour résoudre les problèmes liés aux prévisions soumis par le ministère et faciliter le transfert de technologies aux programmes de prévision météorologique opérationnelle.

Date de modification :