Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Plan pour les sciences d'Environnement Canada

Quelle direction voulons-nous prendre?

Les sciences à Environnement Canada : orientations stratégiques

Quelles seront les prochaines étapes? Comment Environnement Canada peut il remplir sa mission scientifique?

Cette section du Plan pour les sciences présente trois orientations à long terme destinées à guider le Ministère et ses partenaires dans les activités scientifiques vers l'atteinte de l'objectif suivant, en tablant sur la connaissance des possibilités et des défis actuels et émergents eu égard aux sciences de l'environnement : faire de la durabilité environnementale un moyen d'améliorer la santé humaine et l'environnement et de favoriser la compétitivité à long terme.

Les orientations stratégiques ne sont que des balises qui guideront l'utilisation de nos ressources scientifiques et le déroulement de nos activités scientifiques au cours des prochaines années. Elles sont illustrées dans le schéma suivant.

  1. Élaborer un système intégré de surveillance de l'environnement et de prévision environnementale.
  2. Comprendre les risques cumulatifs.
  3. Gérer les risques, optimiser les possibilités et accroître la résilience.

La surveillance, la recherche et l'analyse intégrées forment l'assise qui permet de mieux comprendre les processus de base en action dans l'environnement. Des connaissances acquises vient la connaissance des effets et des risques cumulatifs que les pressions et les stress imposés à l'environnement mettent en jeu. Des systèmes intégrés de prévision environnementale peuvent donc être mis au point pour aider les décideurs à déterminer comment les politiques et les programmes en place influent sur l'environnement et quels changements il faut apporter pour améliorer l'environnement ainsi que la santé et la sécurité de la population et la compétitivité du pays. De cette façon, les données scientifiques de grande qualité sur l'environnement s'intègrent aux systèmes d'aide à la décision dont les divers intervenants se servent pour mieux gérer les risques, exploiter les possibilités et rendre les systèmes environnemental, social et économique plus résilients.

Pour chacune des orientations stratégiques, le Plan pour les sciences présente un but et une justification et propose les cibles que devraient viser les activités scientifiques d'Environnement Canada.

Première orientation stratégique
Élaborer un système intégré de surveillance de l'environnement et de prévision environnementale

But

Mettre en place et utiliser un système multidisciplinaire de surveillance et de prévision pour mieux connaître l'évolution de l'environnement.

Justification

La résolution des importants problèmes environnementaux, qu'il s'agisse des dommages causés par les conditions atmosphériques ou de la perte de biodiversité ou de ressources en eau, nécessite l'adoption d'approches intégrées et multidisciplinaires. Nous ne pouvons plus traiter à la pièce les problèmes du smog, des changements climatiques, de la détérioration de la qualité de l'eau ou de la réduction de la biodiversité, maintenant que nous savons que leurs aspects physiques, chimiques et biologiques sont en interaction. Ces problèmes n'existent pas en vase clos; ils forment un réseau complexe d'enjeux interdépendants aux niveaux local, national et international. Voici quelques exemples.

  • Les scientifiques ont établi une corrélation entre les émissions découlant de la production et de l'utilisation de l'énergie et les changements climatiques, l'acidification, le smog et la présence de mercure dans l'environnement.
  • Les changements et la variabilité du climat exercent une influence sur l'utilisation du territoire, les fonctions de l'écosystème, l'approvisionnement en eau et les phénomènes météorologiques extrêmes.
  • À leur tour, les changements dans l'utilisation du territoire produisent des effets sur la qualité de l'eau, l'aménagement urbain, la disponibilité de l'habitat, la biodiversité, les voies de migration pour la faune et le climat.
  • Les changements dans la qualité de l'eau, l'habitat et d'autres facteurs environnementaux peuvent favoriser la propagation mondiale de maladies pouvant se transmettre aux humains.

La résolution des importants problèmes
environnementaux, qu'il s'agisse
des dommages causés par les conditions
atmosphériques ou de la perte
de biodiversité ou de ressources en
eau, nécessite l'adoption d'approches
intégrées et multidisciplinaires.

Pour cerner un problème environnemental, les scientifiques doivent examiner plusieurs problèmes interdépendants. Ils doivent également s'assurer qu'une solution à un problème n'aura pas pour effet d'exacerber un autre problème. Pour s'attaquer à ce réseau complexe, ils doivent adopter une approche globale tenant compte de l'ensemble du système terrestre. Ainsi, au lieu de surveiller et de prévoir les conditions météorologiques ou la qualité de l'eau, nous devons plutôt surveiller et prévoir un état intégré des composantes de ce système -- l'air, l'eau, le sol et les organismes vivants -- en créant des systèmes d'aide à la décision connexes et souples.

Cibles

Pour s'aligner sur cette orientation stratégique à long terme, les activités scientifiques d'Environnement Canada devraient se concentrer sur les cibles suivantes :

  • S'orienter vers des modèles de prévision environnementale et des systèmes de surveillance de l'environnement intégrés et plus complets.
  • Affiner les échelles temporelles et spatiales des prévisions et des analyses des systèmes environnementaux.
  • Allonger les listes des paramètres de l'environnement à mesurer à des échelles temporelles et spatiales plus fines.

Deuxième orientation stratégique
Comprendre les risques cumulatifs

But

Élaborer et mettre en oeuvre des stratégies et des moyens de prévoir, de comprendre et de caractériser les aspects suivants et de fournir des informations à leur sujet :

  • les effets cumulatifs sur la santé et sécurité humaines et les écosystèmes de facteurs de stress multiples en interaction dans le temps, et les risques qu'ils présentent;
  • les risques et les possibilités que présente l'évolution de l'environnement quant à la compétitivité à long terme du Canada.
Justification

Nous devons améliorer l'efficacité et l'efficience des systèmes réactifs actuels qui déterminent et évaluent les risques et nous informent à ce sujet. Ainsi, il faut déterminer, dans un délai raisonnable, la toxicité individuelle de plusieurs milliers de polluants chimiques, biologiques, génétiques et physiques. Mais nous devons aussi connaître l'ensemble des risques associés à de multiples facteurs de stress. Par exemple, deux polluants chimiques, considérés individuellement, peuvent être relativement inoffensifs, mais lorsqu'ils se mélangent, leur toxicité peut augmenter fortement. De la même manière, nous devons connaître les risques cumulatifs que présentent des phénomènes comme l'acidification, l'accroissement de l'exposition au rayonnement UV et les changements climatiques eu égard à la disponibilité de l'eau et à la biodiversité dans un écosystème particulier.

Ces exemples illustrent des situations où l'on réagit à des problèmes qui sévissent déjà dans l'environnement. Or, nous devons faire beaucoup plus que réagir. À mesure que nous rendons les systèmes réactifs actuels plus efficaces, nous devrions mettre au point des systèmes fondés sur les connaissancesscientifiques qui sont davantage proactifs et axés sur la prévention. Cela donnera le temps aux décideurs d'intervenir et de réduire les risques à un niveau acceptable avant que les problèmes n'empirent et ainsi d'éviter de prendre des mesures réactives qui pourraient être coûteuses.

Enfin, les risques et les possibilités liés aux changements climatiques eu égard à la compétitivité à long terme du Canada sont mal connus. Nous devons nous employer à mieux prévoir et à mieux déterminer les vulnérabilités des écosystèmes et des humains à ces changements et les risques que ceux ci présentent, et à mieux informer la population à leur sujet.

Cibles

Pour s'aligner sur cette orientation stratégique à long terme, les activités scientifiques d'Environnement Canada devraient se concentrer sur les cibles suivantes :

  • Établir les tendances passées et présentes, réaliser des projections et des scénarios futurs des changements de l'environnement et déterminer la sensibilité de divers systèmes, des besoins de la société et des secteurs économiques à ces changements.
  • Élaborer des moyens de mieux évaluer les possibilités et les risques cumulatifs que présentent les stress environnementaux, en particulier ceux qui sont causés par l'urbanisation, l'industrialisation, l'exploitation des forêts, l'agriculture, la production d'énergie et les changements climatiques.
  • Mettre au point des systèmes d'alerte précoce et des méthodes d'examen préalable, élaborer des scénarios, établir des indicateurs physiques et utiliser des espèces indicatrices clés pour pouvoir déterminer et caractériser systématiquement, avant qu'ils se produisent, les effets des menaces individuelles et cumulatives qui pèsent sur la santé des humains et de l'environnement ainsi que sur la compétitivité à long terme du Canada.
  • Renforcer notre capacité de communiquer les résultats de nos activités scientifiques à différents groupes d'utilisateurs, dont les analystes des politiques et les décideurs, et de transférer la technologie et des connaissances scientifiques aux fournisseurs de services essentiels.

Troisième orientation stratégique
Gérer les risques, optimiser les possibilités et accroître la résilience

But
Les milieux humides et les animaux qui y vivent, comme cette grenouille léopard, font face à un nombre de plus en plus important de risques causés par les agresseurs environnementaux tels que le changement des utilisations des sols, les changements climatiques et la pollution. Photo : Bill Bowman
Les milieux humides et les animaux qui y vivent, comme cette grenouille léopard, font face à un nombre de plus en plus important de risques causés par les agresseurs environnementaux tels que le changement des utilisations des sols, les changements climatiques et la pollution. Photo : Bill Bowman

Aider les clients à réduire les risques et exploiter les possibilités qu'offre l'évolution de l'environnement, tout en augmentant la résilience de l'environnement, des collectivités et des secteurs clés de l'économie au Canada.

Justification

L'orientation stratégique énoncée précédemment vise à améliorer la connaissance des risques que présentent les changements de l'environnement. La prochaine étape consiste à aider les citoyens à agir, à savoir réduire ces risques à un niveau acceptable, à exploiter les possibilités et à augmenter la résilience face aux risques futurs.

Nous sommes conscients que la baisse de la qualité de l'environnement a des effets négatifs sur la santé et la sécurité de la population ainsi que sur notre productivité et notre compétitivité économiques. Nous savons également que les moyens que nous prenons pour maintenir notre qualité de vie et pour accroître la productivité ont des répercussions
sur l'environnement. Où se trouve le point d'équilibre? Quels sont les risques acceptables? La science peut nous aider à réduire les risques au moyen de stratégies innovatrices d'adaptation et d'atténuation, tout en augmentant la résilience de nos systèmes naturel, social et économique face aux risques futurs.

Cibles

Pour s'aligner sur cette orientation stratégique à long terme, les activités scientifiques d'Environnement Canada devraient se concentrer sur les cibles suivantes :

  • Mettre au point des approches et des systèmes fondés sur les connaissances permettant d'établir les priorités quant aux mesures à prendre et recommander des stratégies d'intervention et de gestion des risques (p. ex, des équipes et des réseaux de spécialistes pouvant être mobilisés rapidement en cas de crise ou d'urgence environnementale).
  • Déterminer les coûts et les avantages propres aux différents risques ainsi que les possibilités et les obstacles à la mise en oeuvre des stratégies de gestion des risques.
  • Renforcer la capacité d'exploiter les prévisions météorologiques et environnementales en temps réel pour répondre aux besoins à court et à long terme des Canadiens.
  • Établir l'approche globale propre à la science de l'adaptation (comportementale, institutionnelle, analytique, réglementaire et technologique) aux niveaux local, national et international.
  • Promouvoir l'utilisation des sciences et de la technologie en vue d'innover quant aux mesures d'atténuation à prendre pour réduire les risques et accroître la résilience (p. ex., utiliser des bassins hydrographiques comme zones tampons naturelles pour protéger les collectivités contre les inondations et les sécheresses).