Titre d'article

Septembre - decembre 2009

Information scientifique destinée aux spécialistes de l’eau, décideurs et responsables des politiques et autres parties intéressées dans la gestion efficace des ressources hydriques du Canada

Septembre - decembre 2009

Dans le présent numéro :

Notes sur la science

Documents et rapports

Au sujet de ces nouvelles en direct


Notes sur la science

Le Commissaire à l’environnement de l’Ontario lève son chapeau…

  • Couvert du cadre décisionnel pour Canada-OntarioDans son Rapport annuel d’octobre 2009, le Commissaire à l’environnement de l’Ontario, Gord Miller, a commenté positivement l’adoption du Cadre décisionnel relatif à l’Accord Canada-Ontario concernant les sédiments contaminés des Grands Lacs. Il a souligné que le Cadre « améliorait le processus d’évaluation scientifique des sédiments contaminés » et a loué la « consultation publique à grande échelle et l’examen par les pairs national et international », réalisés à la phase d’élaboration.
  • Environnement Canada et le ministère de l’Environnement de l’Ontario ont élaboré le Cadre en vertu de l’Accord Canada-Ontario (ACO) afin d’harmoniser les approches fédérale et provinciale en matière d’évaluation des sédiments. Les membres d’EC qui ont participé au Groupe de travail sur les sédiments de l ’ ACO, chargé de l’élaboration du cadre, étaient Janette Anderson (coprésidente), Lee Grapentine, Roger Santiago et Michael Zarull.

RésEau et ICDE – Parmi les dix meilleurs sites web canadiens sur la gestion des eaux

  • L’Association canadienne des géographes a sélectionné les sites web de RésEau et des Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement comme étant deux des dix meilleurs sites web canadiens à être cités pour la Journée de l’eau, dans la Semaine de sensibilisation à la géographie 2009. Codirigé par la Direction générale des sciences et de la technologie de l’eau et la Direction générale de l’intégration du savoir d’EC, le projet RésEau vise à bâtir des partenariats avec Santé Canada et RNCan, les gouvernements provinciaux, des ONGE, des organismes communautaires et des écoles. Il s’agit d’une initiative de cybergouvernement qui vise essentiellement à fournir de l’information sur les ressources en eau.  
  • RésEau fait la promotion d’une eau saine et sécuritaire pour tous les citoyens et écosystèmes canadiens. Le site web des ICDE présente les principaux indicateurs environnementaux nationaux, qui témoignent de l’état des projets en matière de qualité de l’eau et de l’air et de gaz à effet de serre ainsi que les tendances associées. C’est en fait un vaste partenariat entre Santé Canada, Statistique Canada ainsi que toutes les provinces et tous les territoires du Canada. La Direction des sciences et de la technologie de l’eau d’EC (Division de la surveillance de la qualité de l'eau), en collaboration avec la Direction générale de l’intégration du savoir, a concrètement appuyé cette initiative nationale qui permet aux Canadiennes et aux Canadiens de jouir d’une information pertinente et à jour sur les grandes préoccupations environnementales. Cette initiative est d’ailleurs maintenant reconnue comme étant une partie intégrante du Plan d’action du Canada..

Initiative des sciences coopératives et de surveillance (ISCS)

  • Le personnel de la Division de la surveillance de la qualité de l'eau à la réunion du Comité directeur de l’ISCS | Photo : Division de la surveillance de la qualité de l'eau , Environnement CanadaLe personnel de la Division de la surveillance de la qualité de l'eau – section Ontario a coorganisé – en plus d’y participer – la réunion du Comité directeur de l’Initiative des sciences coopératives et de surveillance à Windsor, en Ontario. L’ISCS a été élaborée pour faciliter la coordination des programmes scientifiques associés aux Grands Lacs, d’une part, et pour mettre en oeuvre des programmes abordant les enjeux définis par les équipes de gestion du Plan d’aménagement panlacustre (PAP) du lac Supérieur et leurs partenaires, d’autre part. Cette approche facilite le rapprochement de nombreuses agences fédérales, provinciales et étatiques et d’autres partenaires, notamment le Conseil des gestionnaires de la recherche des Grands Lacs (CGRGL) de la Commission mixte internationale (CMI), le Great Lakes Regional Research Information Network (GLRRIN) et la Commission des pêcheries des Grands Lacs (CPGL), leur permettant ainsi de mieux étudier les enjeux des Grands Lacs selon un cycle rotationnel au cours duquel l’attention est concentrée sur un lac pendant l’année de référence.  
  • Cette initiative multiagence améliore la prestation des projets scientifiques du fait qu’elle combine les efforts, lorsque c’est possible sur le plan opérationnel, afin d’aborder les principaux besoins et lacunes en matière de données scientifiques. Celles-ci sont communiquées aux clients afin de les aider à prendre des décisions de gestion adaptative efficaces et efficientes. John Lawrence (EC) et Paul Horvatin (U.S. EPA) ont coprésidé la réunion. Une autre réunion est prévue pour janvier 2010 en vue de faire progresser la coordination des projets scientifiques sur les Grands Lacs.

Une nouvelle espèce de crevette envahissante dans le fleuve Saint-Laurent est associée à l’expédition

  • Photo prise au microscope de l’Hemimysis anomala ou crevette rouge sang | Photo : Dr Jerome Marty de l’Institut des sciences environnementales du fleuve Saint-LaurentDans le cadre d’un nouveau projet de recherche collaborative sur les effets des espèces non indigènes de l’écosystème des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, Yves de Lafontaine, Ph.D., et Jerome Marty, Ph. D., de l’Institut des sciences environnementales du fleuve Saint-Laurent (ISEFSL), ont terminé  un premier programme d’échantillonnage visant à confirmer la présence de Hemimysis anomala, appelée communément « crevette rouge sang », découverte pour la première fois en 2006 dans les Grands Lacs et ensuite en 2008 dans le fleuve Saint-Laurent. L’échantillonnage s’est effectué de nuit, du 28 au 30 septembre, à proximité du port de Montréal. Sur quinze stations analysées, la nouvelle espèce envahissante n’a été trouvée qu’aux sites protégés dans le port, surtout le long des murs, où la densité s’élevait à plus de 1000 individus par mètre cube. Des échantillons quantitatifs et qualitatifs ont été recueillis pour mieux comprendre la dynamique et la structure génétique des populations et faire des analyses chimiques. Les résultats seront comparés avec des données similaires recueillies dans le lac Ontario et le lac Érié afin d’évaluer les écarts possibles entre les populations des lacs et celle du fleuve de cette nouvelle espèce envahissante.

Le fleuve Saint-Laurent se réchauffe

  • Photographie aérienne du fleuve Saint-Laurent, près de Montréal | Photo : Christiane Hudon, Environnement CanadaUne équipe de scientifiques du Centre Saint-Laurent a récemment publié dans un article les conclusions d’une analyse des variations du niveau et de la température du fleuve Saint-Laurent, près de Montréal, de 1919 à 2007. Les chercheurs ont constaté que la température annuelle moyenne de l’eau a augmenté de 1,3 °C de 1960 à 2007. L’étude révèle également que, depuis 1981, on n’a connu aucune des années où la température était la plus basse, alors qu’on a observé six des dix années où la température était la plus élevée. De plus, de 1919 à 2007, le niveau annuel moyen et l’ampleur de la crue printanière ont diminué de façon importante en raison des activités humaines en chaîne (contrôle des embâcles, régularisation, modification du littoral, excavation du lit fluvial). La modification conjuguée des températures au printemps et du niveau de l’eau a des incidences majeures sur le succès de reproduction du grand brochet, de la perchaude et de la carpe commune.

Atelier sur les Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement –Indicateur de la qualité de l’eau (IQE), à Saskatoon, en Saskatchewan, les 4 et 5 novembre 2009

  • Cette rencontre avait pour but de se pencher sur les améliorations apportées à la « comparabilité nationale ». Quarante-deux représentants provinciaux et territoriaux et de bureaux régionaux d’EC y ont participé. Il a entre autres été question de la voie à suivre quant aux principaux sites pour l’IQE, de l’éventail optimal de paramètres et des échantillons ciblés sur l’uniformité intra-bassin et inter-bassin.
  • Des présentations ont été faites sur les outils statistiques permettant d’optimiser l’utilisation des réseaux, les tendances en matière de nutriments, l’uniformité nationale dans la sélection des principaux paramètres, l’approche permettant de produire un IQE corrigé en fonction de la saisonnalité, les nouvelles techniques d’échantillonnage de métaux et le nouveau processus d'AQ/CQ intégré dans le calculateur et la base de données IQE. Les présentations par affiches ont quant à elles porté sur la surveillance intégrée des facteurs d’intensité de l’utilisation du sol, l’évaluation des invertébrés benthiques, les techniques de télédétection pour l’indicateur complémentaire (p. ex. les fleurs d’eau) et les perspectives historiques sur les indices de la qualité de l’eau depuis les années 1960, notamment un examen de l’approche américaine

Rencontre dans le cadre du Programme de surveillance intégrée de la rivière Thompson

  • La rencontre annuelle dans le cadre du Programme de surveillance intégrée de la rivière Thompson, organisée par la Ville de Kamloops, a rassemblé différents intervenants (gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux, industrie, Premières Nations) en vue de discuter de l’état de la qualité de l’eau de la rivière Thompson. Ayisha Yeow (Division de la surveillance de la qualité de l'eau), invitée à y participer, a présenté les toutes dernières données sur l’état et les tendances provenant de la station de surveillance à long terme de la qualité de l’eau du site de la rivière Thompson River à Spences Bridge, exploité conformément à l'Accord entre le Canada et la Colombie-Britannique sur le contrôle de la qualité de l'eau.  À l’approche de l’aboutissement d’un programme de partenariat de six ans, la rencontre s’est soldée par une discussion sur l’établissement des lacunes en matière de données et les orientations futures en matière de surveillance.

Le Réseau canadien de biosurveillance aquatique (RCBA) lance un programme menant à un diplôme en ressources naturelles au Collège Aurora (Territoires du Nord-Ouest)

  • CABIN workshop participants at Aurora College, NWT | Photo: Sarah Hall, Bureau national de surveillance de la qualité de l'eau, Environnement CanadaSarah Hall, Tara Paull et Rob Phillips, du Bureau national de surveillance de la qualité de l'eau, ont animé un atelier de certification de trois jours fondé sur le programme RCBA au Collège Aurora, à Fort Smith, aux Territoires du Nord-Ouest. Officiellement adoptée dans le programme menant à un diplôme en ressources naturelles de deux ans du collège, cette formation RCBA est un engagement en matière de développement des capacités issu de l’Étude sur l’hydrologie et l’écologie de l’Arctique de l’Année polaire internationale (API), menée par EC.
  • Parmi les participants figuraient des étudiants et des chargés de cours du Collège et de l’Institut de recherche Aurora à Inuvik et du personnel du bureau local de l’agence Parcs Canada à Inuvik. Grâce à cette formation RCBA, combinée à des développements similaires dans le programme d’études secondaires aux T.-N-.O., il sera possible d’améliorer les activités de sensibilisation et d’éducation et de renforcer la capacité de S et T dans le nord des territoires en matière de gestion améliorée des écosystèmes aquatiques. Conformément au projet API, les prochaines étapes incluent la mise en oeuvre d’une formation certifiée subséquente en collaboration avec le Nunavut Arctic College (à Iqaluit, au Nunavut). En outre, EC pilotera un projet de « formation des formateurs » avec les collèges des T.-N-.O. et du Nunavut afin d’améliorer le renforcement des capacités techniques et scientifiques dans le nord tout en consolidant le réseau national RCBA au nom d’EC et des partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux.

Le fil RSS S et T d’EC : un nouvel outil pratique pour les utilisateurs de la science et de la technologie

  • La Division de la liaison en S et T vient de lancer un fil RSS, « Nouveautés en sciences et technologie à Environnement Canada ». Le site web d’EC en S et T propose de l’information à jour aux utilisateurs de la S et T, notamment les gouvernements, les organismes de réglementation en matière d’environnement, les politiciens et les décideurs, les planificateurs de l’utilisation du sol, les chercheurs et l’industrie. Ce fil RSS permet un accès rapide au nouveau contenu.
  • Cliquer ici pour s’inscrire au fil RSS et rester à jour

Documents et rapports

Symposium sur la conservation A.D. Latornell, du 18 au 20 novembre 2009


Au sujet de ces nouvelles en direct

Pour tisser de meilleurs liens entre la science et la politique de l’eau, ce bulletin d’information gratuit produit par Liaison en sciences et technologie fournit aux professionnels de l’eau de l’information d’actualité sur les activités de recherche de la Direction des sciences et de la technologie de l’eau d’Environnement Canada aux professionnels de l’eau, aux décideurs et aux responsables des politiques, aux gouvernements, et aux autres groupes impliqués dans la gestion efficace des ressources en eau.

Respect de la vie privée – Environnement Canada ne fera pas la vente ni le commerce de votre adresse de courriel.

Contact – Veuillez faire parvenir vos questions et vos commentaires à Leah Brannen, Liaison avec la science et la technologie.

Abonner | Désabonner

Pour recevoir l'avis par courriel annonçant les nouvelles publications, envoyez un courriel et laissez l'objet et le corps du message en blanc.

Liaison S-T | Tél 905 336-4780 | Téléc 905 336-4420

Environnement Canada | 867 Lakeshore Rd., Burlington (Ontario) Canada L7R 4A6