Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Points saillants des recherches récentes

 Augmentation des températures au Canada au XXIe siècle

Cette animation présente les températures prévues sur le continent nord-américain pour la période de 2000 à 2100, selon les simulations du modèle canadien du climat du globe (MCCG3). Le changement climatique devrait apporter des températures sensiblement plus élevées au Canada au cours de ce siècle, notamment dans les régions polaires. Les changements de température sont indiqués par rapport à la moyenne de la période 1981­2000.

Futur réchauffement climatique en Amérique du Nord

Schéma de diagnostic selon le MCCG3/T47. Se reporter au texte pour une description complète.

Les détails relatifs aux changements de gaz à effet de serre adoptés pour cette simulation (scénario dénommé « A2 ») se trouvent à la section sur le forçage du MCCG3. Les données provenant de cette simulation et bien d'autres peuvent être téléchargées à partir de la section des données.


Hausse des quantités de dioxyde de carbone dans le monde

À Alert (Nunavut), située à l'extrémité nord de l'île Ellesmere, à 800 km environ du pôle Nord, Environnement Canada procède à un relevé unique de mesures de l'augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre. Les mesures sont effectuées par l'observatoire de veille de l'atmosphère du globe du Dr Neil Trivett, qui est l'emplacement le plus au nord du monde au sein d'un réseau international de stations de surveillance coordonné par l'Organisation météorologique mondiale. L'isolement de cet emplacement garantit la conformité des mesures aux changements atmosphériques terrestres, puisqu'il n'y a pratiquement aucune contamination par des sources de dioxyde de carbone à proximité.

Mesure du taux de dioxyde de carbone atmosphérique à Alert, Canada

Changement des précipitations mondiales. Se reporter au texte pour une description complète.

Le graphique montre que le dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère de la planète augmente rapidement depuis 1975. La ligne rouge représente la tendance moyenne à la hausse, tandis que la ligne bleue reflète les fluctuations annuelles. (Tous les ans, le dioxyde de carbone s'amenuise en été dans l'hémisphère nord, pendant que les plantes croissent et absorbent le carbone de l'atmosphère, et il augmente à nouveau en hiver.)

Cette étude confirme les tendances mondiales en matière de dioxyde de carbone et fournit de meilleures estimations sur les sources et puits de carbone en Amérique du Nord, notamment pour les régions nordiques. Le graphique présente les rapports de mélange moyens quotidiens du dioxyde de carbone en parties par million (ppm), de 1975 à 2008.


L'influence humaine sur les changements de précipitations mondiales

Pour la première fois, une influence humaine modifiant la distribution des précipitations mondiales au cours du XXe siècle a été détectée par une équipe de chercheurs internationale menée par des scientifiques d'Environnement Canada : Xuebin Zhang et Francis Zwiers

Changement des précipitations mondiales

Changement des précipitations mondiales. Se reporter au texte pour une description complète.

Les scientifiques ont montré que l'activité humaine a grandement contribué au changement de configuration des précipitations mondiales, dont l'intensification de la pluie et de la neige dans les régions nordiques (zones en vert sur la carte), des conditions plus sèches dans les régions tropicales au nord de l'équateur (en jaune) et des pluies plus abondantes dans les tropiques sud (en vert).

Le changement de configuration des précipitations mondiales observé correspond à celui qui résulte des simulations modélisées déterminées par l'effet combiné du changement de taux de gaz à effet de serre et de celui des aérosols sulfatés dans l'atmosphère. Les simulations ont été effectuées à l'aide de 14 modèles climatiques différents. Les observations, tout comme les simulations modélisées, ont indiqué une tendance à l'augmentation des précipitations (en vert) dans les hautes latitudes du Nord comprenant le Canada ainsi que dans l'hémisphère sud, et une tendance à la baisse des précipitations (en jaune) dans une large zone au nord de l'équateur comprenant le Mexique, l'Amérique centrale et l'Afrique du Nord. Les zones en gris représentent les zones de transition où les résultats ont été peu probants.

Référence : Zhang, X., Zwiers, F.W., Hegerl, G.C., Lambert, F.H., Gillett, N.P., Solomon, S., Stott, P., Nozawa, T. 2007. Detection of human influence on 20th century precipitation trends . Nature. doi:10.1038/nature06025