Enquête nationale sur les prises

La nature est au cœur de la culture canadienne et elle est une source de fierté nationale. Selon un sondage mené par Environnement Canada (L'importance de la nature pour les Canadiens : Les avantages économiques des activités reliées à la nature), en 1996 seulement, les Canadiennes et les Canadiens ainsi que les visiteurs au Canada ont consacré 11 millions de dollars à des activités liées à la nature. Il s'agissait d'activités de plein air comme l'observation d'espèces sauvages, la pêche et la chasse sportives. Bien que le nombre de chasseurs connaisse un déclin, la chasse demeure une activité traditionnelle importante. De fait, l'enquête a révélé qu'environ 5 p. 100 des Canadiennes et des Canadiens étaient des chasseurs actifs alors que deux fois plus de personnes étaient intéressées à participer à la chasse. Canard colvert
Canard colvert

Le Canard colvert est observé dans de nombreux endroits au Canada, le mâle se distinguant par sa tête vert foncé. Au printemps, on peut admirer la femelle avec son plumage d'un brun riche, laquelle est suivie de canetons couverts de duvet jaune.
Dessin – Marc Bélanger

La Convention concernant les oiseaux migrateurs et la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs confient au gouvernement fédéral la responsabilité de protéger les oiseaux migrateurs. Une partie importante de cette responsabilité consiste à gérer la chasse aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier tels que les canards et les oies et bernaches. Le Service canadien de la faune (SCF) s'acquitte de cette tâche en proposant des saisons de chasse annuelles et des limites de prises pour ces espèces. Ces propositions, qui sont développées en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, sont fondées sur l'information scientifique la plus récente pour ce qui est de la taille des populations et de l'état de santé de chaque espèce. Elles sont ensuite précisées après consultation du public et d'autres intervenants.

Une saine gestion des ressources renouvelables comme les oiseaux migrateurs doit être fondée sur la recherche et les enquêtes scientifiques. Ces études fournissent l'information nécessaire sur l'habitat essentiel de reproduction et d'hivernage, sur les indices et les tendances des populations, sur leurs structures et d'autres facteurs comme les taux de survie. Dans le cas des oiseaux migrateurs considérés comme gibier, il est important de connaître le rendement de la chasse pour évaluer aussi bien l'incidence qu'a eue la chasse sur la population que celle qu'aura la réglementation sur celle-ci.

En 1967, le SCF a lancé l'Enquête nationale sur les prises afin de recueillir les données nécessaires à la gestion des espèces d'oiseaux migrateurs. L'Enquête nationale sur les prises regroupe deux relevés annuels effectués auprès de détenteurs du Permis de chasse aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier que le gouvernement fédéral avait introduits en 1966. Ces deux relevés sont le Questionnaire sur les prises (QP) et l'Enquête sur la composition des prises par espèce (ECPE). Les données de ces relevés et d'autres relevés du SCF servent à évaluer l'état des populations d'oiseaux migrateurs considérés comme gibier au Canada, leur productivité, leurs taux de survie et le nombre de prises possibles dans le cadre d'une exploitation durable.

Le Questionnaire sur les prises est envoyé à quelque 45 000 chasseurs choisis au hasard. Il sert surtout à évaluer les prises d'oiseaux migrateurs considérés comme gibier et le rendement de la chasse au Canada. Un plus petit groupe de chasseurs participe à l'Enquête sur la composition des prises par espèces (ou Relevé des ailes et des queues), dont les données sont combinées à celles du Questionnaire sur les prises pour évaluer combien d'individus de chaque espèce de sauvagine ou d'autres espèces considérées comme gibier ont été tués, de même que la répartition par âge et par sexe des prises. Les chasseurs participant à cette enquête remettent une aile de chaque canard et la queue de chaque oie et bernache qu'ils tuent au cours de la saison de chasse. Ces parties sont envoyées aux bureaux du SCF dans des enveloppes pour ailes spécialement conçues. Elles sont envoyées plus tard vers un autre bureau du SCF où se déroule l'événement annuel appelé « Grand battement d'ailes ». Le Grand battement d'ailes est l'occasion durant laquelle les experts du SCF, des représentants d'autres organismes de conservation de la faune et le public se réunissent pour examiner les plumes des ailes et des queues que les chasseurs ont envoyées.

Voici une description plus détaillée de la méthodologie employée pour nos enquêtes.

Données de l'Enquête sur les prises

Bureau de l'Enquête nationale sur les prises
Centre national de la recherche faunique
Service canadien de la faune
1125, promenade Colonel By (chemin Raven)
Ottawa (Ontario) K1A 0H3