Secteur préoccupant du Port de Collingwood

Le port de Collingwood a été le premier secteur préoccupant (SP) au Canada à être rayé de la liste. En 1994, Environnement et Changement climatique Canada, en collaboration avec le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario et les collectivités locales, a déterminé que les utilisations bénéfiques diminuées dans le secteur avaient été rétablies conformément à l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs (AQEGL). Le port de Collingwood a par la suite été rayé de la liste des secteurs préoccupants par le gouvernement du Canada.

Un secteur préoccupant est retiré de la liste par le gouvernement du Canada lorsque l’information sur la surveillance environnementale confirme que la qualité de l’environnement a été restaurée conformément aux critères établis en consultation avec d’autres ordres de gouvernements et avec le public.

Pourquoi a-t-on attribué à ce lieu la désignation de secteur préoccupant?

On a attribué la désignation de secteur préoccupant au port de Collington en 1987 car un examen des données existantes avait indiqué une grave dégradation de la qualité de l’eau et de la santé de l’environnement à cet endroit. Les antécédents des activités liées à l’industrialisation, à l’urbanisation et à l’agriculture sur les terres près des rives et dans les affluents du port ont mené à l’altération des indicateurs d’utilisations bénéfiques en matière de qualité de l’environnement. Les grandes préoccupations environnementales qui ont mené à la désignation de ce secteur comprenaient la prolifération d’algues nuisibles dans le port et de sédiments contaminés.

Qu’est-ce qui a été accompli?

Afin de remédier aux conditions environnementales susmentionnées pour le port de Collingwood ainsi que d’atteindre les objectifs de l’AQEGL, on a élaboré un plan d’assainissement (PA). Le PA du port de Collingwood, qui a été lancé en 1987, comprenant les étapes suivantes :

  • détermination des défis environnementaux;
  • planification et mise en œuvre des mesures d’assainissement;
  • suivi de la remise en état et radiation de la liste du secteur préoccupant.

Le PA a été élaboré dans le cadre d’un partenariat entre les gouvernements fédéral et provincial avec la collaboration du Comité consultatif public. Ce dernier est composé de citoyens qui représentent l’industrie, des travailleurs, des organismes municipaux, des agriculteurs, des organismes gouvernementaux et des groupes de loisirs. Le PA a mobilisé et coordonné les mesures pour remettre en état la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème de ce port. La remise en état d’un SP est une responsabilité partagée.

Un élément essentiel de la remise en état du port de Collingwood était de réduire la concentration de phosphore et de contrôler l’eutrophisation (excédent de nutriments qui peut entraîner une croissance d’algues). Les solutions techniques étaient axées sur l’optimisation de l’élimination du phosphore à la station d’épuration des eaux usées de Collingwood dans le cadre d’un projet pilote innovateur. Cette technologie a produit des effluents d’une qualité comparable à celle obtenue par un traitement tertiaire – le niveau de traitement le plus élevé généralement utilisé dans les écosystèmes hautement fragiles – mais à moins de 10 % du coût de ce dernier. Depuis cette réduction des charges, le port n’est plus eutrophique.

En novembre 1992, un projet pilote a été mis sur pied afin d’enlever, de façon sécuritaire, les sédiments contaminés de métaux lourds (le cuivre, le plomb, le zinc et le chrome) au moyen d’une technologie de dragage innovatrice, la pompe Pneuma. Les sédiments ont été placés dans une installation d’élimination confinée. Le succès de ce projet pilote a mené à l’assainissement à grande échelle du port en 1993. Cela a permis de rétablir la communauté benthique qui s’était dégradée, d’éliminer la toxicité qui pesait de façon chronique sur les organismes vivants et de lever les restrictions à l’égard du dragage maritime. C’était la première fois que cette technologie était utilisée en Amérique du Nord; l’assainissement a constitué une étape cruciale vers la remise en état du port. Le coût total du projet pilote et de l’assainissement s’est élevé à 635 000 $ et 7 300 mètres cubes de sédiments contaminés ont été enlevés.

On a également consacré d’importants efforts à la protection du complexe existant de milieux humides de Collingwood (96 hectares), au contrôle de l’invasion de la salicaire commune  dans les marécages et par le rétablissement de l’habitat des poissons et des autres espèces sauvages dans le port et le bassin versant. On a créé une frayère et un habitat de croissance pour l’achigan et le brochet en plus d’améliorer des possibilités d’habitat pour le balbuzard, les oiseaux aquatiques, les amphibiens et les reptiles. Un réseau communautaire de bénévoles s’est mobilisé afin de surveiller les populations d’animaux sauvages. Le Projet de rétablissement du ruisseau Black Ash visait à prévenir l’érosion tout en intégrant le rétablissement de l’habitat à une démarche naturelle stabilisation des berges par le génie biologique. Les populations de poisson et de la faune ont bien réagi à ces initiatives, qui se sont soldées par la première recrudescence observée en plus de 30 ans.

Un fort accent a également été mis sur la prévention de la pollution. L’écologisation de Collingwood est devenue un plan d’action communautaire visant la prévention de la pollution pour les résidents, les entreprises et les industries. Les premières activités complètes du programme « Green Home Tune-ups » (Mise au point écologique des résidences) en Ontario ont été réalisées à Collingwood en 1994 à l’aide d’incitatifs offerts par le secteur financier.

L’un des projets les plus novateurs visant à sensibiliser la population à l’importance de la prévention de la pollution est la création du terrain de jeu écologique ENVIROPARK. Situé dans le parc Sunset Point, ce réseau unique de structures de jeu est conçu de manière à faire comprendre aux enfants la répercussion directe qu’a la vie quotidienne sur notre environnement.

Grâce aux mesures prises par le gouvernement du Canada et ses partenaires, la qualité de l’environnement s’est grandement améliorée, à tel point que toutes les cibles de déclassement du secteur de la liste des SP ont été atteintes ou dépassées.

À la suite de la surveillance environnementale, on a déterminé que les conditions environnementales dans le secteur avaient été rétablies et le port de Collingwood est devenu le premier SP à être rayé de la liste des SP.

Partenaires

 

Date de modification :