Conseils sur l'observation du temps violent d'été

Comme nous le savons tous, le temps violent d'été peut survenir de manière imprévue. Malgré cela, les prévisionnistes d’Environnement Canada savent que, bien souvent, des indices nous permettent de savoir ce qui va se produire.

Par exemple, les jours pour lesquels sont prévus des températures élevées ainsi qu'un taux d'humidité élevé sont propices aux orages. Ce genre de situation est difficile autant pour vous que pour le prévisionniste. Le prévisionniste sait que ces jours-là, la masse d'air peut exploser en grappes de cellules orageuses de taille petite à moyenne qui se développent individuellement, mais qui peuvent se regrouper pour former de gros orages.

La question est de savoir à quel endroit ces cellules orageuses éclateront. Les prévisionnistes aiment utiliser l’analogie suivante pour décrire la situation : «Imaginez que vous placez une casserole d'eau sur le feu et que vous réglez la chaleur au maximum. Nous savons qu'à un moment donné, l'eau commencera à bouillonner, mais il est pratiquement impossible de savoir où se produira la première bulle».

Les prévisionnistes bénéficient d’une connaissance des effets à l’échelle locale et de la météorologie à l'échelle moyenne pour restreindre la recherche, de plus leur compréhension de ces données s’améliore constamment. Les veilles de ces types d'orages ont souvent un délai d'avertissement plus court que celui prévu pour les orages associés aux modèles à plus grande échelle.

En d'autres situations de temps violent d’été, les indices sont beaucoup plus clairs, possiblement lorsque l’on sait que des épisodes de temps violent se sont manifestés la veille dans les environs. Ces épisodes sont souvent liés aux systèmes dépressionnaires qui traversent une région. Dans certains cas, de nombreux orages peuvent éclater en avant d'un front chaud, sur son côté ou à son arrière. Souvent, le front chaud est suivi d'un front froid, qui peut lui aussi produire des orages.

Ces systèmes sont plus faciles à suivre par satellite, par radar ou grâce aux observateurs météo. Il faut alors bien faire attention aux prévisions, aux communiqués spéciaux, aux veilles et aux avertissements. Dans ces situations, les veilles sont généralement émises avec un délai d'avertissement plus important, ce qui donne amplement le temps à la plupart des gens de se préparer.

Pour ceux d’entre vous qui souhaitent participer davantage à l’observation du temps violent d’été et de ses indices, consultez le Manuel de l'observateur de temps violent. Ce guide vous fournira des renseignements sur toutes les situations susmentionnées et plus encore, pour que vous puissiez devenir, si vous le souhaitez, les yeux et les oreilles du Service météorologique d'Environnement Canada pendant les épisodes de temps violent. Si vous ne souhaitez pas devenir un observateur, ce guide constitue tout de même une excellente ressource en matière de temps violent.

Enfin, souvenez-vous de ne jamais vous mettre en danger lorsque vous tentez d’observer des épisodes de temps violent. L’observation du temps doit toujours être effectuée à partir d'une distance sécuritaire.