Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

7ième Rapport annuel - 2001-2002

Progrès en matière de prévention de la pollution 2001-2002 (7ième Rapport annuel) (PDF; 3,81 Mo)

Message du ministre de l'environnement

J'ai le plaisir de présenter le septième rapport annuel du Comité de coordination sur la prévention de la pollution (C2P2) du gouvernement du Canada, intitulé Progrès en matière de prévention de la pollution 2001-2002.

Prévenir la pollution, c'est éviter de créer des polluants au lieu de s'efforcer de les gérer après coup. Ce virage fondamental est non seulement une judicieuse stratégie environnementale, maisaussi une saine pratique commerciale.

En 1995, le gouvernement du Canada a adopté « La prévention de la pollution – une stratégie fédérale de mise en œuvre », qui l'engage à faire preuve d'une amélioration continue dans la prévention de la pollution, comme moyen de concrétiser le développement durable. Cette stratégie soulignait également la nécessité, pour les gouvernements, les entreprises, les collectivités ou les citoyens, d'intégrer la prévention de la pollution à nos choix et à nos décisions de tous les jours. Alors que six ministères avaient contribué à notre premier rapport annuel, aujourd'hui vingt ministères et organismes fédéraux ont relevé le défi et font état de leurs réalisations et de leurs succès.

En avril 2002, dans la ville de Québec, j'ai eu le privilège de participer à la Table ronde canadienne sur la prévention de la pollution et d'assister à un exposé présenté par deux jeunes Canadiens sur l'empreinte écologique de nos choix personnels quotidiens. Cet exposé abordait les mêmes enjeux que ceux soulevés par la stratégie fédérale de prévention de la pollution, et il véhiculait un message frappant de clarté et de simplicité : chaque décision, chaque choix que nous faisons comme citoyens, travailleurs ou comme leaders du milieu des affaires ou du gouvernement peut avoir une incidence sur le monde où nous vivons. Pour assurer la durabilité de l'environnement, il nous faut absolument comprendre l'impact environnemental de nos activités, et contrer cet impact par l'adoption d'une éthique de prévention.

Le rapport Progrès en matière de prévention de la pollution 2001–2002 reflète les choix et les décisions de nature environnementale effectués par les organismes et ministères du gouvernement fédéral. Il traduit également la sensibilisation croissante de ces instances quant à leur empreinte écologique. Le gouvernement du Canada est déterminé à prêcher par l'exemple en incorporant les pratiques de prévention de la pollution à ses propres opérations, en encourageant la prévention de la pollution à l'échelon national, en s'assurant que le secteur privé tienne compte de la prévention de la pollution dans ses activités, en permettant à toute la population canadienne d'avoir accès à de l'information sur la prévention de la pollution, et en participant à des initiatives internationales de prévention de la pollution.

En 2001–2002, la mise en œuvre de diverses activités a permis aux ministères fédéraux de déclarer d'impressionnantes réductions de leurs émissions de gaz à effet de serre, notamment par l'emploi de carburants de remplacement dans les parcs automobiles fédéraux, par la mise en place d'initiatives d'économie d'énergie dans les installations fédérales et par l'établissement, avec les autres ordres de gouvernement et le secteur privé, de programmes de partenariat tels que les EnviroClubsTM, le Programme d'économies d'énergie dans l'industrie canadienne ou le Toronto Region Sustainability Program. Les ministères fédéraux ont également signalé des réductions dans l'utilisation et les rejets de substances toxiques et dans la production de déchets, ainsi que des améliorations dans l'écologisation de leurs programmes. Dans certains cas, les ministères ont fait un pas de plus non seulement en appliquant les principes de prévention de la pollution à leurs propres opérations, mais aussi en revoyant et en révisant leurs politiques et programmes de façon à encourager d'autres intervenants, à l'échelle nationale et internationale, à incorporer la prévention de la pollution à leurs pratiques et activités.

Le présent rapport fait le point sur les objectifs que le gouvernement du Canada s'est fixés en 1995. Il met en évidence la diversité des connaissances que nous avons acquises sur la prévention de la pollution et ses liens étroits avec la compétitivité économique, ce qui nous permettra à l'avenir de cheminer encore plus loin sur la voie de la prévention de la pollution. En outre, le rapport incite chacun d'entre nous à faire encore mieux. Ensemble, nous devons nous efforcer de faire preuve d'une amélioration continue au cours des années à venir. Je vous invite à me faire part de vos commentaires sur ce rapport, et sur les progrès réalisés dans la concrétisation de nos engagements touchant la prévention de la pollution.

- L'honorable David Anderson, ministre de l'environnement

Message du ministre