Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Résumé de la saison des cyclones tropicaux au Canada de 1996

Préparé par Richard Lafortune et Diane Ouellet

Pendant la saison des cyclones tropicaux de 1996, 13 tempêtes ont été baptisées. Neuf d’entre elles sont devenues des ouragans. Pour le Centre canadien de prévisions d’ouragan (CCPO), la saison de 1996 n’a pas été aussi animée que la précédente. Pendant l’année, quatre tempêtes, dont deux ouragans, sont entrées dans la zone de responsabilité du CCPO.

Trajectoires des tempêtes de 1996. Six cyclones tropicaux ont pénétré dans la zone d’intervention du Centre canadien de prévision des ouragans : Fran, Bertha, Josephine, Edouard, Hortense et Arthur.

Le National Hurricane Center (NHC) à Miami, en Floride, réévalue les données relatives à un système météorologique au sud-est des provinces Maritimes (du 19 au 21 novembre). Par conséquent, le nombre total de tempêtes baptisées pour 1996 pourrait être haussé de un.

Nombre de bulletins en 1996 :        

  • 43 messages de prévision
  • 48 bulletins d’information sur les ouragans

Bertha (du 5 au 14 juillet)

  • 14 messages de prévision – début le 11 juillet, 0530Z; fin le 14 juillet, 1130Z
  • 13 bulletins d’information sur les ouragans - début le 11 juillet, 0730Z; fin le 14 juillet, 1330Z

L’ouragan Bertha, déclassé au stade de tempête tropicale après avoir touché terre en Caroline du Nord, a effleuré la côte est, de la baie de Chesapeake à la côte du Maine. Le CCPO a classé Bertha au stade de tempête post-tropicale pendant les premières heures du 14 juillet, avant qu’elle n’entre en territoire canadien. Les vestiges de Bertha ont traversé les Maritimes et Terre-Neuve, avant de se diriger vers le large le 15 juillet.

Au Canada atlantique, des avertissements de pluie abondante ont été diffusés. Les hauteurs de pluie maximales se situaient entre 40 et 95 mm, la plus élevée (70-95 mm) ayant été observée au nord de la trajectoire de la tempête. À l’aéroport de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, 93 mm de pluie sont tombés, ce qui représente un record absolu pour une période de 24 heures. Un rapport non officiel mentionne que 94 mm sont tombés sur Fredericton, au Nouveau-Brunswick.

Un avis de vent pour la partie continentale de la Nouvelle-Écosse et un avertissement de vent pour les hautes-terres du cap Breton ont été diffusés; cependant, la vitesse maximale des vents était de 85 km/h, soit juste sous le seuil d’avertissement. Des avertissements de vent en mer ont également été diffusés pour la région de la Nouvelle-Écosse, le golfe du Saint-Laurent ainsi que pour les secteurs maritimes à l’ouest et au sud de Terre-Neuve. La vitesse maximale des vents était de 35 à 45 nœuds.

Edouard (du 21 août au 3 septembre)

  • 15 messages de prévision - début le 31 août, 1730Z; fin le 3 septembre, 2330Z
  • 15 bulletins d’information sur les ouragans - début le 31 août, 1930Z; fin le 4 septembre, 0130Z

L’ouragan Edouard s’est lentement dirigé vers le nord près du méridien 70° O. Le 1er septembre, il se trouvait à environ 500 km au sud du cap Cod. Peu après, Edouard a viré vers le nord-est. Vers la fin de l’après-midi le 2 septembre, il est entré dans la zone de responsabilité du CCPO. Il a continué vers le nord-est et a été déclassé au stade de tempête tropicale en soirée. Le soir suivant, le CCPO a classé Edouard au stade de tempête post-tropicale et a estimé que son centre se situait à environ 185 km au sud‑sud-est de l’île de Sable.

Des avertissements et avis de pluie abondante ont été diffusés pour la Nouvelle-Écosse, l’Île‑du‑Prince‑Édouard et le sud du Nouveau-Brunswick. La principale source d’inquiétude était la faible vitesse de la tempête. Sur le sud de la Nouvelle-Écosse, la hauteur maximale de pluie était de 95 à 140 mm. À Yarmouth et à Shearwater, respectivement 135,6 mm et 133,2 mm sont tombés. Terre-Neuve n’a pas reçu de précipitations importantes.

Des avertissements de vent ont été diffusés pour les secteurs du sud de la Nouvelle-Écosse ainsi que pour les hautes-terres du cap Breton. Des rafales de 70 km/h ont été observées le long de la côte atlantique de la partie continentale de la Nouvelle-Écosse. Les rafales maximales pour les hautes-terres (Les Suêtes) ont atteint 120 km/h. Pour les secteurs maritimes du Canada atlantique, de nombreux avertissements de vent ont été diffusés. La vitesse maximale des vents observée pour la région était de 40 à 50 nœuds.

Des vagues de 3 à 5 m (et de plus de 11 m près du centre de la tempête) ont entraîné un ressac supérieur à la normale le long de la côte sud de la Nouvelle-Écosse. La combinaison de hautes vagues et de hautes marées a causé l’érosion des plages.

Fran (du 23 août au 8 septembre) – Aucun bulletin

Après avoir suivi une longue trajectoire en traversant l’océan Atlantique, l’ouragan Fran a touché terre sur la côte de la Caroline du Nord, accompagné de vents de 215 km/h. Quelques heures après son arrivée à terre, il a été déclassé au stade de tempête tropicale tandis qu’il se déplaçait vers le sud-ouest de l’Ontario. Peu de temps après, les vestiges de Fran ont été classés comme système dépressionnaire. Des pluies abondantes ont été observées, tandis que le système poursuivait sa course vers le sud-ouest de l’Ontario. Le 7 septembre en soirée, il est entré en territoire canadien, puis a traversé les Cantons de l’Est au Québec, la Gaspésie et le nord de Terre-Neuve, avant de se diriger vers le large.

Un avertissement de pluie abondante a été diffusé pour le sud et le sud-ouest de l’Ontario. Du 6 au 8 septembre, en 24 heures, de 45 à 65 mm de pluie sont tombés. Les précipitations ont été peu importantes au Québec et au Canada atlantique, où les vestiges de Fran sont passés en tant que système dépressionnaire.

À l’exception d’un avertissement pour la navigation de plaisance dans les Grands Lacs, le vent n’a pas été un phénomène important en territoire canadien.

Hortense (du 3 au 16 septembre)

  • 15 messages de prévision - début le 12 septembre, 0530Z; fin le 15 septembre, 1730Z
  • 19 bulletins d’information sur les ouragans - début le 12 septembre, 0730Z; fin le 15 septembre, 1930Z

Juste après minuit, le 15 septembre, l’ouragan Hortense est devenu le premier ouragan à toucher terre dans la partie continentale de la Nouvelle-Écosse depuis Blanche, 21 ans plus tôt (1975). Bien qu’à son arrivée à terre, Hortense était une tempête tropicale avec une force tout juste à la limite de l’ouragan, elle a touché terre près de Sheet Harbour (Nouvelle-Écosse), à environ 100 km à l’est d’Halifax, accompagnée de vents de près de 120 km/h et d’un taux de précipitations horaire de 18 à 20 mm. Grâce à la vitesse à laquelle la tempête se déplaçait (50 km/h), ces taux de précipitations n’ont duré qu’une heure ou deux à tout endroit près de la trajectoire de la tempête. Peu de temps après avoir touché terre, Hortense a été déclassée au stade de tempête tropicale. Par la suite, elle s’est déplacée au sud de Terre‑Neuve et s’est affaiblie, si bien que le 15 septembre en après-midi, elle a été classée comme tempête post-tropicale.

De nombreux avertissements ont été diffusés par plusieurs bureaux de prévision dans l’est du Canada et au Canada atlantique, dont des avertissements de pluie abondante ainsi que des avertissements de vent pour les secteurs maritimes et les régions intérieures. Un avis de crue des eaux a également été diffusé pour la côte atlantique de l’est de la Nouvelle-Écosse.

La hauteur maximale de pluie près de Hortense était de 95 à 137,5 mm, avec de grandes quantités tombant sur de courtes périodes. Dans certains cas, les hauteurs associées à la tempête excédaient les totaux mensuels normaux.

Des vents d’une vitesse maximale de 161 km/h ont été observés à l’île Saint-Paul, dans le détroit de Cabot.

Les ondes de tempête observées varient de 0,75 m à Halifax à plus d’un mètre le long de la Eastern Shore de la Nouvelle-Écosse (soit à l’est d’Halifax). Des vagues de plus de huit mètres ont été signalées à proximité du port d’Halifax. De hauts niveaux d’eau ont également été observés le long des secteurs du nord de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le CCPO a commencé à diffuser des messages de prévision et des bulletins d’information sur les ouragans pendant les premières heures du 12 septembre, soit près de 3 jours avant qu’Hortense ne touche terre. À ce moment, la tempête se trouvait bien au sud de la région et se dirigeait vers le nord-ouest. Toutefois, on s’attendait à ce qu’elle entre en contact avec un important thalweg d’altitude au-dessus du centre de l’Amérique du Nord, ce qui aurait poussé la tempête à virer vers le nord-est et à accélérer. Contrairement à Edouard, Hortense a rapidement traversé la région des Maritimes.

Remarques:

  1. Bien que le NHC ait classé Hortense au deuxième rang en ce qui concerne l’intensité pour la saison de 1996, il s’agissait de la tempête la plus importante de l’année pour le CCPO.
  2. Les dommages signalés comprennent notamment de nombreux arbres déracinés, pannes d’électricité, fenêtres éclatées, toitures endommagées et inondations; les demandes de règlement d’assurance totalisent plus de 3 millions de dollars.
  3. Autres ouragans importants au Canada atlantique depuis Blanche : Evelyn (1977) et Bertha (1990) ont effleuré la côte est du cap Breton, tandis que Luis (1995) a traversé la presqu’île Avalon (Terre‑Neuve).