Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Classification des cyclones tropicaux (stades de développement)

« Possibilités » de cyclones tropicaux

Une des conditions nécessaires au développement d’un cyclone tropical est une zone de dépression avec perturbation en surface ou région de convergence. Les cyclones tropicaux ne surgissent pas soudainement de nulle part. Ils ont besoin d’un mécanisme déclencheur qui commence par créer une zone de convergence d’air aux niveaux inférieurs de l’atmosphère. Il peut s'agir de vieux fronts de température, de lignes de convergence, de temps perturbé ou d'ondes tropicales en provenance de l’est.

Lignes de convergence dans le développement d’un cyclone tropical. Photo: NASA
Lignes de convergence dans le développement d’un cyclone tropical.
Photo: NASA

Les ondes tropicales jouent un rôle particulièrement important dans le développement des cyclones tropicaux; 60 % des cyclones de l'Atlantique (et 85 % des plus puissants) voient le jour à cause de ces perturbateurs météorologiques. Les ondes tropicales, ou vagues de l’est, se déplacent vers l’ouest dans l’Atlantique tropical poussées par des alizés venus de l'est. Quand les autres conditions sont favorables, ces ondes peuvent causer des perturbations tropicales et donner naissance aux cyclones tropicaux.

Ondes de cyclone tropical en formation. © Environnement Canada, 2009
Ondes de cyclone tropical en formation. © Environnement Canada, 2009

Perturbation tropicale

Sous les tropiques, quand une zone de perturbation météorologique occasionne une zone d’orages en déplacement, tout le monde est sur un pied d’alerte. Dans l’Atlantique, quand la zone de tempête persiste depuis 24 heures, le National Hurricane Center (NHC) des États-Unis juge qu’il s’agit d’une perturbation tropicale et commence sa surveillance.

Image satellite d’une perturbation tropicale. Photo : NOAA
Image d’une perturbation tropicale. Photo : NOAA

Image satellite d'une perturbation tropicale prise le 27 août 2004. Photo: NOAA
Image d'une perturbation tropicale prise le 27 août  2004. Photo: NOAA

Dépression tropicale

Si la zone orageuse d’une perturbation tropicale développe un mouvement de rotation et de forts vents (20 nœuds ou 37 km/h), le système est alors appelé dépression tropicale et est numéroté. L’image montre la dépression tropicale 10 en 2004. Cette tempête n'a jamais franchi l'étape de la dépression tropicale.

Tempête tropicale

Quand les vents s'amplifient jusqu'à la force de rafales soutenues (34 nœuds ou 63 km/h), le NHC dit qu'il s'agit désormais d'une tempête tropicale. Bien que les vents soient minimes à côté d'un ouragan, il n'est pas rare que les tempêtes tropicales déversent entre 100 et 200 mm de pluie. On attribue un nom à la tempête.

Voici des images d'Alex, une tempête tropicale survenue les 1er et 2 août 2004. Alex s’est ensuite transformé en ouragan de catégorie 3 avant de remonter dans les eaux canadiennes.

L'ouragan Alex, le 1 août 2004, en tempête tropicale. Photo: NASA
L'ouragan Alex, le 1 août 2004,
en tempête tropicale. Photo: NASA
L'ouragan Alex, le 2 août 2004, en tempête tropicale. Photo: NASA
L'ouragan Alex, le 2 août 2004,
en tempête tropicale. Photo: NASA

Ouragan

Quand les vents atteignent 64 nœuds (119 km/h), un ouragan est né. C'est à ce stade qu'on peut souvent observer l'œil de la tempête. L'échelle de Saffir-Simpson comporte cinq catégories d'intensité d'ouragans. Les images montrent l’ouragan Alex en 2004.

Ouragan Alex, le 3 août 2004, Ouragan de catégorie 1 près des Carolines. Photo: NASA
Ouragan Alex, le 3 août 2004,
Ouragan de catégorie 1 près des Carolines.
Photo: NASA
Ouragan Alex, le 4 août 2004, Ouragan de catégorie 1 au sud de Cape Cod. Photo: NASA
Ouragan Alex, le 4 août 2004,
Ouragan de catégorie 1 au sud de Cape Cod.
Photo: NASA

L’ouragan Alex, le 5 août 2004

Alex, premier ouragan de taille à atteindre le Canada en plus de 20 ans*, était une tempête de catégorie 3 lorsqu'il est entré dans les eaux canadiennes. C’était le premier ouragan consigné de l’Atlantique à atteindre la puissance de catégorie 3 à une latitude si septentrionale. On a estimé à 180 km/h les vents soutenus d’Alex dans les eaux canadiennes, qui étaient 50 % plus destructifs que les vents de l'ouragan Juan (2003).

* Debbie (1982) était le dernier grand ouragan à atteint les eaux canadiennes avant Alex, plus de 20 ans plus tard.

Ouragan Alex, le 5 août 2004. Oeil de la tempête. Photo : NOAA
Ouragan Alex, le 5 août 2004. Oeil de la tempête. Photo : NOAA
Trajectoire de l’ouragan Alex, le 5 août 2004.
Trajectoire de l’ouragan Alex, le 5 août 2004

Échelle Saffir-Simpson d’intensité des ouragans

L’échelle Saffir-Simpson catégorise les ouragans selon 5 niveaux d’intensité. Elle sert à estimer les dommages et les inondations que l'ouragan risque de causer en atteignant les côtes. La vitesse du vent est le facteur déterminant de cette échelle, car la force des ondes de tempête dépend en grande partie de l'inclinaison de la plate-forme continentale et de la forme du trait de côte où frappe l'ouragan. (Remarque : Cette échelle est conçue pour les latitudes australes et n’a pas fait ses preuves au Canada. Par exemple, durant l’ouragan Juan (2003), l’échelle n’a pas vraiment été utile parce que les vents, marginaux, étaient de catégorie 2, mais ont causé des dommages aux arbres comme des vents de catégorie 3.

Le site Web du National Hurricane Center fournit une description détaillée de l’échelle Saffir-Simpson. (http://www.nhc.noaa.gov/aboutsshs.shtml)

Catégories types de cyclones tropicaux. Photo : NOAA
Catégories types de cyclones tropicaux. Photo : NOAA
Norme internationale pour le vent de surface dans les cyclones tropicaux
Type de CTVent (km/h)Onde (m)Pluie (mm)Vagues (m)
Dépression> 370.5200+Variables
Tempête Tropicale> 631.0200+Variables
Ouragan
Catégorie 1
> 118 1.2+ 200+Variables
Ouragan
Catégorie 2
> 152 1.8+ 200+Variables
Ouragan
Catégorie 3
>1762.7+200+Variables
Ouragan
Catégorie 4
> 2094.0+ 200+Variables
Ouragan
Catégorie 5
> 251 5.5+ 200+Variables

Vents de surface

La cote attribuée aux vents de surface des cyclones tropicaux se fonde sur une norme internationale : vents maximum soutenus moyens durant plus d’une minute, enregistrés à 10 mètres du sol (33 pieds) à l’écart d’immeubles, de structures et de toute friction avec le sol.