Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Résumés de la saison des cyclones tropicaux au Canada de 2009

Bill | Danny

Deux cyclones tropicaux ont pénétré dans la zone d'intervention du Centre canadien de prévision des ouragans (CCPO) en 2009.

Trajectoires des tempêtes de 2009.

Résumés des bulletins de 2001 à 2009
Statistiques Sur Les Bulletins
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
Bulletins d’information sur les ouragans
(WOCN3X/7X CWHX)
37
90
48
93
87
104
113
68
110
Nombre de tempêtes décrites dans les bulletins
2
6
4
5
7
8
8
8
6


Bill

Tempête

Le 15 août, Bill a amorcé sa trajectoire en tant que dépression tropicale au large des côtes de l’Afrique. Plusieurs jours plus tard, la tempête s’est intensifiée pour atteindre la force d’un ouragan. Bill est passé à l’ouest des Bermudes avec l’intensité d’un ouragan de catégorie 2, mais est demeuré à une distance suffisamment éloignée de l’île, où il n’a causé aucun dommage important. Bill a poursuivi sa trajectoire en direction nord avant de bifurquer vers le nord-est et d’entrer dans les eaux du banc Georges avec une force de catégorie 1 tôt le 23 août. En après-midi, il est passé à moins de 20 km du cap de Canso, en Nouvelle-Écosse. Peu de temps après minuit, Bill s’est affaibli au stade de tempête tropicale avant de traverser les péninsules de Burin et d’Avalon, à Terre-Neuve, en direction de l’océan, passant au nord de la plate-forme Hibernia le matin du 24 août.

Image de trajectoire pour la tempête Bill

Image de trajectoire pour la tempête Bill

Conditions

Contrairement à de nombreux systèmes tropicaux qui sont absorbés par des systèmes frontaux à leur arrivée au Canada atlantique, Bill a croisé une masse d’air tropical humide dans la majeure partie des Maritimes et de Terre-Neuve. En Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve, au moins une station a enregistré des chutes de pluie de 70 mm. Des rafales ont atteint 93 km/h à l’île Hart, en Nouvelle-Écosse, et 131 km/h au cap Race, à Terre-Neuve. En mer, une bouée située dans le banc de LaHave, au sud-est de la Nouvelle-Écosse, a enregistré des vents de 135 km/h, les plus forts produits par l’ouragan Bill.

L’état de la mer a été la caractéristique la plus remarquable de Bill. Des bouées situées en mer libre dans les eaux canadiennes ont enregistré d’importantes hauteurs de vague, soit de 10 à 14 m. L’onde de tempête maximale mesurée dans le port d’Halifax a atteint un peu plus de 0,5 m, alors qu’à St. Lawrence, à l’embouchure de la baie Placentia, à Terre-Neuve, on a signalé une onde de tempête de 0,9 m.

Certaines pointes de vent et quantités maximales de pluie durant l’ouragan Bill
Pointes de vent (km/h)Quantités maximales de pluie (mm)
Île de Sable, N.-É.
124
Lockeport, N.-É.
71,0
Île Hart, N.-É.
93,0
Queensport, N.-É.
72,0
Île St. Paul, N.-É.
102
Alliston, Î.-P.-É.   
66,8
St. Lawrence, T.-N.-L.
96,0
Winterland, T.-N.-L.
63,0
Cap Race, T.-N.-L.
131
Gander, T.-N.-L.
71,2


Dommages

En Nouvelle-Écosse, Bill a produit des vagues spectaculaires qui sont venues se briser sur le rivage. En fait, deux jours avant le passage de Bill, une bouée ancrée près de l’embouchure du port d’Halifax a enregistré la houle produite. La même bouée a plus tard enregistré une hauteur de vague maximale de 9 m, immédiatement après le passage de Bill. Des vagues extrêmement violentes ont emporté le pont-jetée à Western Head, en Nouvelle-Écosse, et les routes longeant la mer ont été obstruées par des algues, du sable et des débris. Des pierres de la taille de ballons de volley-ball ont été projetées sur la route à l’île Cape Sable, en Nouvelle-Écosse. Des curieux se sont rués vers Peggy’s Cove et d’autres plages populaires pour observer la force des vagues en Nouvelle-Écosse, et des embouteillages se sont produits quand la GRC a fermé les routes menant à ces endroits. La sécurité du public est devenue préoccupante quand trois jeunes hommes qui se trouvaient sur un rocher à Peggy’s Cove ont été emportés par une vague. Heureusement, ils n’ont pas été entraînés vers la mer. Un examen des plages après la tempête a permis de constater que des dommages avaient été causés à quelques escaliers et trottoirs de bois.

À Terre-Neuve, l’onde de tempête a causé des problèmes. Deux maisons de retraite et un hôpital ont été évacués à Placentia. Heureusement, l’onde n’a pas franchi le front de mer, et seulement quelques inondations d'eau douce ont été constatées. Les pluies abondantes ont causé la formation de flaques d’eau et ont quelque peu érodé des routes de gravier. On a signalé qu’une route avait été emportée à North Harbour, dans la baie St. Mary’s à Terre-Neuve, mais on ne sait pas si l’érosion a été causée par de l’eau douce ou de l’eau de mer. 

Plusieurs arbres ont été abattus dans les capitales de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Écosse, et des branches, des brindilles et des feuilles jonchaient les routes des deux provinces. Au total, 42 000 clients de la Nova Scotia Power ont été touchés par des pannes d’électricité dimanche après-midi. Le service de traversier entre Terre-Neuve et la Nouvelle-Écosse a été interrompu et des vols ont été reportés ou annulés à l'Aéroport international Stanfield d'Halifax.

Avertissements et bulletins d'information

Le bureau météorologique d’Environnement Canada de Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador, et le Centre de prévision des intempéries de la Région de l'Atlantique, à Halifax, ont diffusé au total 129 avertissements publics de pluies abondantes, de vents forts et d’ondes de tempête. Les bureaux ont diffusé pour les secteurs maritimes 33 avertissements d’ouragan, de tempête et de coups de vent. Le CCPO a diffusé 39 veilles de tempête tropicale et d’ouragan et 23 avertissements de tempête tropicale pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve. La production de bulletins d’information sur les ouragans a débuté le matin du 20 août, et 30 bulletins d’information ont été diffusés par la suite.

Efforts de coordination et de communication

Les bureaux météorologiques d’Halifax et de Gander et le CCPO ont répondu à plus de 300 demandes de renseignements de la part des médias au sujet de la tempête; et 20 p. 100 de ces réponses ont été fournies avant même que le CCPO n’ait commencé à produire des messages. Le CCPO a présenté deux séances d’information technique à l’intention des médias le 21 août et deux autres durant la fin de semaine. Environ 20 journalistes et opérateurs de prise de vues ont participé en personne, et de 30 à 65 autres ont participé par téléconférence à chaque séance d’information. Certaines de ces séances ont été diffusées en direct. Les bureaux provinciaux de gestion des urgences ont été invités à participer, et le bureau de la Nouvelle-Écosse a fait une déclaration et répondu à des questions à la séance d’information de dimanche. La radio et le bureau des nouvelles de la SRC à Halifax ont couvert en direct l’évolution de la tempête pendant toute la journée dimanche. News World, le Weather Network et CTV ont aussi présenté des segments en direct.

Les météorologues spécialistes des alertes météo ont offert des mises à jour quotidiennes en plus d’informer continuellement les bureaux de gestion des urgences et les services d'urgence de santé de la Nouvelle-Écosse. Une séance d’information spéciale a été axée sur les Jeux du Canada à l’Île-du-Prince-Édouard. Les prévisionnistes et les météorologues spécialistes des alertes météo ont aussi tenu plusieurs consultations avec les services d’incendie et d’urgence de Terre-Neuve. En conséquence, la collectivité de Placentia a déclaré l’état d’urgence et évacué deux maisons de retraite et un hôpital.

Le site Web du CCPO a été visité plus d’un million de fois durant la tempête. 

Danny

Tempête

Danny a pris naissance et s’est dissipé de manière désorganisée. La tempête s’est formée au large des côtes de l’Afrique. Au moment de passer à l’est des Bahamas, Danny avait atteint l’intensité d’une tempête tropicale. Elle s’est dirigée vers la Nouvelle-Écosse et est devenue difficile à cerner en tant qu’entité distincte dans la soirée du 29 août. Peu de temps après, elle a été absorbée par un centre de basse pression qui traversait le golfe du Maine. Les vestiges de Danny ont contribué au développement de cette dépression. Le centre de basse pression a par la suite traversé Terre-Neuve avant de se dissiper dans le milieu de l’Atlantique.

Image de trajectoire pour la tempête Danny

Image de trajectoire pour la tempête Danny

Conditions

Après la fusion de Danny et de la dépression dans le golfe du Maine, le système résultant a produit des pluies abondantes lors de son passage dans la baie de Fundy, puis à l’Île-du-Prince-Édouard. De 60 à 110 mm sont tombés sur la majeure partie du sud du Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard. Des quantités maximales de 110 à 130 mm ont été enregistrées le long du littoral de Fundy au Nouveau-Brunswick. Le centre de Terre-Neuve a reçu de 40 à 60 mm de pluie.

Dans les Maritimes, des rafales de plus de 90 km/h ont été signalées dans plusieurs collectivités de la Nouvelle-Écosse. Dans l’île du Cap-Breton, les suêtes ont soufflé à près de 120 km/h. Des rafales ont soufflé à 100 km/h à certains endroits de Terre-Neuve. Les vents des montagnes Table à Wreckhouse ont atteint 152 km/h.

Pointes de vent et quantités maximales de pluie durant la tempête tropicale Danny
Pointes de vent, par province (km/h)Quantités maximales de pluie, par province (mm)
Île St. Paul, N.-É.  
130
Grand Manan, N.-B.  
126,3
Grand Étang (Suêtes), N.-É. 
118
Saint John, N.-B.    
108,3
Summerside, Î.-P.-É.  
59,0
Moncton, N.-B. 
91,8
Grand Manan, N.-B.  
57,0
Charlottetown, Î.-P.-É. 
107,6
Wreckhouse, T.-N.-L.    
152
Brier Island, N.-É.    
100,5
Grates Cove, T.-N.-L.   
100
Harbour Breton, T.-N.-L.  
79,0


Dommages

Les pluies abondantes qui se sont abattues sur les Maritimes ont causé la fermeture d’un certain nombre de routes inondées. Au Nouveau-Brunswick, environ 50 sous-sols ont été inondés à Saint John, et 170 à Moncton. La Ville de Moncton a lancé une enquête, comprenant des reconstitutions simulées par ordinateur de son réseau d'évacuation des eaux usées afin de comprendre les problèmes de drainage. On a fait remarquer que des maisons d’une trentaine d’années n’avaient jamais été inondées de la sorte. La rivière Nine Mile dans le comté de Hants, en Nouvelle-Écosse, est sortie de son lit, submergeant 50 roulottes, y compris des voitures et des camions, dans un terrain de camping situé non loin de là. Des pannes d’électricité sporadiques se sont produites, et jusqu’à 17 000 clients se sont retrouvés sans électricité pendant que les vents perturbaient le réseau électrique de la Nouvelle-Écosse. À Terre-Neuve, les vents de Wreckhouse ont renversé deux roulottes qui quittaient la gare maritime de Port aux Basques.

Avertissements et bulletins d'information

Le bureau météorologique d’Environnement Canada de Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador, et le Centre de prévision des intempéries de la Région de l'Atlantique, à Halifax, ont diffusé au total 35 avertissements publics de pluies abondantes, de suêtes et de vents de Wreckhouse. Ces avertissements ont été diffusés au moins 24 heures avant les événements prévus. Les bureaux ont diffusé pour les secteurs maritimes 25 avertissements de coup de vent. Le CCPO a diffusé 15 bulletins d’information, le premier ayant été diffusé tôt le matin du 28 août.

Efforts de coordination et de communication

Durant l’approche et le passage de Danny, des météorologues spécialistes des alertes météo de l’Atlantique et des prévisionnistes du CCPO ont mené plus d’une soixantaine d’entrevues avec les médias et ont travaillé en étroite collaboration avec les bureaux régionaux de gestion des urgences, Sécurité publique Canada, la GRC, la Garde côtière canadienne et les sociétés de services publics.