Description du réseau

Liste des réseaux

Le Canada a commencé à surveiller les précipitations acides le1er juillet 1973 à Mount Forest en Ontario. Dès lors, les scientifiques ont compris que les précipitations acides exerçaient des effets néfastes sur les écosystèmes aquatiques, et ils ont commencé à déployer des réseaux de surveillance. Le Réseau canadien d’échantillonnage des précipitations (RCEP), le premier, a commencé ses activités en 1977. Il comptait 48 stations disposées d’un bout à l’autre du pays.

Le système de la base de données NAtChem sur la chimie des précipitations a été mis en place par Environnement Canada en 1987. Il s’agit d’une base de données centralisée canadienne permettant d’étudier la chimie des précipitations à l’échelle régionale, au Canada ainsi qu’aux États-Unis. Les données proviennent de réseaux de surveillance fédéraux et provinciaux canadiens et d’importants réseaux de surveillance américains. Cette section décrit les objectifs, les protocoles d’exploitation et les stations des réseaux de surveillance des dépôts humides qui alimentent la base de données NAtChem. Afin de pouvoir comparer l’information en provenance de réseaux différents ayant chacun leur propre protocole d’exploitation, il est indispensable de standardiser les données. Il importe de souligner que les réseaux ne sont pas identiques, et que les objectifs et les protocoles appliqués peuvent différer grandement de l’un à l’autre.

La liste des renseignements fournis sur chaque réseau comprend une description du réseau, sa période d’activité, son historique, ses objectifs, les périodes d’échantillonnage, l’instrumentation et les composés chimiques analysés. Ces renseignements sont donnés pour les réseaux en activité ainsi que pour ceux qui ne le sont plus.