Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Les dix événements météorologiques Canadiens les plus marquants de 2005

Table des matières

3. Catastrophe météorologique la plus coûteuse de l'histoire de l'Ontario

Dans l'après-midi du 19 août, une ligne d'orages violents s'est déplacée vers l'Est en passant par le sud de l'Ontario, de Kitchener à Oshawa, y compris le nord de Toronto. Selon le Bureau d'assurance du Canada, l'orage a laissé dans son sillage d'importants dommages, ce qui en a fait le sinistre assuré le plus coûteux de l'histoire de la province, soit plus de 500 millions de dollars de dommages, plus de deux fois et demie les pertes essuyées par l'Ontario à la suite de la tristement célèbre tempête de verglas de 1998 et la deuxième catastrophe en importance de l'histoire canadienne.

Des douzaines d'orages éclataient simultanément. Au pire de la tempête, le système a engendré deux tornades de catégorie 2 dont les rafales atteignaient entre 180 et 250 km/h. La première tornade a frappé de Milverton au lac Conestogo (ouest d'Elmira). La deuxième a sévi de Salem au lac Bellwood (nord de Guelph). Les tornades ont déraciné des centaines d'arbres, en plus d'en démembrer un grand nombre, rompu des lignes électriques, renversé des voitures et des camions ainsi qu'endommagé plusieurs maisons, chalets et granges. Voici un exemple pour illustrer la force incroyable de l'orage. Sur une ferme, les vents tourbillonnants ont enfoncé un stylo à bille de sept centimètres dans un arbre, fendant le tronc.

Même si un rare avertissement de tornade a été émis pour Toronto, l'orage a frappé différemment à son approche depuis le Nord-Ouest. Il a apporté des pluies torrentielles, des grêlons de la taille d'une balle de golf, de forts vents rectilignes et des crues soudaines. Au plus fort de la tempête, les rafales de vent soufflaient à 72 km/h, et la foudre frappait 1 400 fois par minute. Cependant, ce sont les crues soudaines qui ont causé le plus de dégâts. L'orage a déversé 103 mm de pluie en une heure dans une bande s'étendant sur North York et les environs. Il est comparable à l'ouragan Hazel qui, en 1954, a laissé derrière lui 53 mm de pluie tombée en une heure. Aux bureaux de Downsview d'Environnement Canada, 130 mm de pluie sont tombés, dont 100 mm en moins d'une heure, une quantité inégalée pour un orage dans la région de Toronto, et fort probablement de la tempête la plus importante en 100 ans. Le déluge a inondé deux étages du bâtiment, poussant les employés à s'entasser dans le sous-sol et dans l'auditorium intérieur pour se protéger de l'orage. Un quartier ou deux au nord de Thornhill, une observatrice météorologique a vidé son pluviomètre qui contenait 175 mm d'eau. En périphérie de la ville, des pluies torrentielles ont créé des embouteillages et bloqué les conducteurs. Les services d'incendie ont répondu à plus de 1 000 appels. Dans une situation dramatique, les services maritimes ont secouru quatre personnes qui étaient tombées dans les courants rapides de la rivière Don.

Un inventaire préliminaire a permis de déterminer que plus de 15 000 demandes d'indemnité ont été soumises pour des refoulements causés par les pluies torrentielles et pour des dommages aux structures causés par le vent. Les sinistres assurés ne comprennent pas les importants dommages aux infrastructures dans la ville. Par exemple, environ 30 m de l'avenue Finch Est ont été emportés. Les réparations n'étaient toujours pas terminées à la fin de l'année.