Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Les dix principaux événements météorologiques canadiens de 1999

On se souviendra de la fin des années 1990 pour ses gigantesques désastres météorologiques, plus particulièrement les débordements du Saguenay (1996) et de la Rivière Rouge (1997) et la pire tempête de verglas de notre histoire (1998).  Mais contrairement à certaines prévisions pessimistes, la dernière année du siècle et du millénaire a été relativement tranquille.

Si les dégâts matériels causés par les phénomènes météorologiques extrêmes ont coûté aux Canadiens des millions de dollars en 1999, la facture a quand même été beaucoup moins élevée qu'au cours des dernières années. Les événements météorologiques tels que la fin de Wiarton Willie, le remplacement d'El Niño par sa jumelle La Niña, de la neige en juillet à Calgary, l'absence d'icebergs, d'inondations et d'incendies, un nouveau record de chute de neige en une journée et du ski en été près de Vancouver (du jamais vu) ont été moins sérieux que d'autres phénomènes importants rapportés au cours des dernières années. D'une certaine façon, le temps nous a épargné bien des maux en nous faisant la vie un peu plus facile en 1999.

Les dix événements météorologiques les plus importants de 1999 rapportés ci-dessous sont classés en fonction du nombre de personnes et de la superficie touchées ainsi que des répercussions économiques qu'ils ont eues.

Les dix principaux événements météorologiques de l'an 1999

  1. La tempête de neige du siècle à Toronto
  2. Une nouvelle année très, très chaude
  3. Pluies et vents en C.-B.... mais où sont les inondations ?
  4. Un printemps humide ralentit les semailles dans les Prairies
  5. Un bas niveau record de l'eau dans les Grands Lacs et le bassin du Saint-Laurent
  6. Le Canada de l'Atlantique: une autre sécheresse et beaucoup d'ouragans
  7. Un été qui a fait des heureux dans l'Est et des mécontents dans l'Ouest
  8. L'avalanche du Nouvel An fait neuf victimes au Québec
  9. Tragédies routières causées par de mauvaises conditions météorologiques
  10. Été sans orage

Autres phénomènes météorologiques de 1999 d'importance presque semblable

  • Fait très rare, une faible tornade a frappé la Nouvelle-Écosse le 18 août à Pugwash, détachant la salle à manger d'un café et la transportant à l'autre bout du terrain de stationnement, laissant la cuisinière et le gérant interloqués dans la cuisine.
  • Le 1er novembre, après une journée où l'on a battu un record de chaleur dans les Prairies, une puissante tempête a déferlé sur le sud du Manitoba avec les vents soutenus les plus forts jamais enregistrés en novembre, soit des vents de 87 km/h.
  • Le 11 février, la station climatique bénévole de Tahtsa Lake West, à environ 120 km au sud-sud-ouest de Terrace en Colombie-Britannique, a amélioré le record canadien pour la plus grosse chute de neige en une journée, atteignant 145 cm. Le record mondial pour une journée est de 193 cm et c'est Silver Lake au Colorado qui remporte la palme.
  • Au cours de la deuxième semaine de mars, Moncton, la grande ville canadienne qui reçoit le plus de neige, n'avait accumulé que 117 cm de neige (c'est peu pour la ville). Au cours de cette semaine, la vénérable capitale de la neige a reçu 116 autres centimètres dont 65 sont tombés le 7 mars, un nouveau record de chute de neige en un jour.
  • Côté température, les organisateurs de Winnipeg n'auraient pu mieux tomber lorsqu'ils ont choisi la période de 17 jours entre le 23 juillet et le 8 août pour la tenue des Jeux panaméricains.  Il n'est tombé que 21 mm de pluie en trois semaines, principalement la nuit. Le 29 juillet, lorsque le mercure a atteint 32.5°C, plusieurs spectateurs ont perdu conscience et de nombreux autres ont dû recevoir des soins pour épuisement.
  • À Wiarton en Ontario, le 3 février, des centaines de personnes ont défilé devant un tout petit cercueil de pin dans lequel se trouvait une marmotte en peluche ressemblant à Willie de Wiarton. La marmotte Willie est morte au cours de l'automne ou de l'hiver. La ville a reçu des messages de condoléances des quatre coins de la planète, et le site web de Willie a accueilli près d'un million de visiteurs. Lorsqu'ils ont appris le décès de Willie, les enfants ont éclaté en sanglots et certains députés ont même proposé de lui faire des funérailles nationales.
  • Comme les eaux étaient plus chaudes et qu'il y a eu des vents dominants au large des côtes de Terre-Neuve et du Labrador, il n'y a pas eu d'iceberg au sud de St. John's cette année, pour une deuxième fois seulement en 85 ans depuis le naufrage du Titanic. L'an dernier, il y a eu près de 1 000 icebergs au sud de St. John's.
  • En juillet, près de 65 cm de neige sont tombés dans la région de haute montagne entre le Lac Louise et Jasper que l'on appelle Saskatchewan Crossing. La région a reçu tellement de neige que la GRC a dû fermer la Promenade des glaciers. Calgary a enregistré plusieurs heures de pluie mélangée de neige en juillet. Le jour le plus froid, le mercure est tombé à 2,7oC et les vents ont atteint environ 40 km/h (avec des rafales à 54 km/h) produisant un facteur de refroidissement de -14oC et 1,150 W/m2.
  • La saison des incendies de forêt partout au Canada a été l'une des plus tranquilles jamais enregistrées. Un automne pluvieux suivi d'un un printemps humide et frais dans l'Ouest et dans le Nord de l'Ontario ont favorisé une baisse des feux de forêt. Au total, il y a eu cette année environ 1 500 feux de forêt de moins que l'an dernier, mais, ce qui est encore plus important, c'est que les feux de forêt n'ont touché que 50 % du territoire normalement détruit par les flammes.
  • Red Deer, en Alberta, a reçu 273,4 mm de précipitations du 1er au 15 juillet, dépassant le record précédent de 189.5 mm pour le mois de juillet atteint en 1986.
  • Cette année, Vancouver devrait établir un nouveau record pour le nombre de jours de pluies en un an. À la fin de novembre, Vancouver avait déjà 173 jours de précipitations. La normale est de 164 pour l'année et le record de 192 jours a été établi en 1981. Comme décembre a été jusqu'ici orageux et humide, les chances sont bonnes pour que la ville batte son record en 1999.