Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Les dix événements météorologiques canadiens les plus marquants de 2007

Les Canadiennes et les Canadiens se souviendront peut-être de 2007 comme de l'année durant laquelle les changements climatiques ont commencé à se faire sérieusement sentir dans leur pays. Au « sommet du monde », la disparition des glaces marines de l'Arctique - remarquée en septembre - a été si frappante qu'elle a rapidement été classée comme l'événement météorologique le plus marquant. En effet, les Nations Unies ont déclaré que la perte de glace record constituait l'un des principaux événements mondiaux. L'amincissement et le rétrécissement de la banquise, résultant en grande partie d'un trop grand nombre d'années chaudes consécutives, ont eu un impact majeur sur les résidents du Nord - tant sur les personnes que sur les plantes et les espèces sauvages. La disparition de l'eau du réseau des Grands Lacs est aussi une préoccupation, particulièrement en ce qui a trait au lac Supérieur, où les eaux sont tombées en septembre aux niveaux les plus bas depuis 1900, année où l'on a commencé à prendre des mesures. À divers égards, la perte de glace et d'eau record est liée plutôt au climat qu'aux conditions météorologiques, et elle met en relief le fait que les changements climatiques commencent à avoir des effets tangibles au Canada.

À certains moments de l'année 2007, l'Ouest a connu trop d'intempéries. Les résidents des Prairies ont reçu un nombre record d'avertissements de temps violent au cours de l'été, notamment pour des tornades, des pluies abondantes, des tempêtes de vent et des tempêtes de grêle. Par exemple, la tempête de grêle dévastatrice du mois d'août à Dauphin, au Manitoba, n'a été que l'une des 279 averses de grêle qui ont frappé les Prairies en 2007. Les récoltes perdues en raison de la grêle ont été évaluées à près de 200 millions de dollars et, pour la première fois, elles ont dépassé les primes demandées. Les habitants des Prairies ont aussi dû tolérer une humidité très élevée, devenue insoutenable et suffocante, qui a établi un nouveau record humidex canadien de 53 dans la ville de Carman, au Manitoba. À l'inverse, le sud de l'Ontario a eu droit à peu d'intempéries, l'été 2007 ayant été l'un des plus secs depuis plus de 50 ans, s'inscrivant dans une période de sécheresse qui a duré dix mois, de janvier à octobre. Durant cette période, des conditions de sécheresse records ont été enregistrées dans plusieurs lieux de la région.

Les hivers du début et de la fin de l'année ont créé un contraste frappant et constituent deux autres événements météorologiques retenus. Le choc causé par un jour de Noël vert en 2006 à Québec, à Timmins et à Thunder Bay - là où un Noël blanc est généralement garanti - s'est avéré le phénomène d'une seule année. Les amateurs de neige et de glace ont continué au début de l'année 2007 leur quête d'un hiver digne de ce nom. Et lorsque l'hiver est arrivé, bien que persistant, il était trop tard. La nature a semblé vouloir se racheter à la fin de 2007 en nous envoyant des périodes de froid préhivernales, de la pluie verglaçante et de grandes quantités de neige, faisant ainsi de la première moitié de décembre 2007 une période enneigée dont on se souviendra.

Parmi les autres événements météorologiques marquants de cette année, mentionnons les crues menaçantes en Colombie-Britannique. En raison d'une accumulation annuelle de neige record en montagne, des milliers de résidents ont craint durant des mois d'être inondés. Et alors que des inondations dévastatrices ont eu lieu dans la région centrale intérieure et sur la côte nord, des résidents chanceux des abords du fleuve Fraser ont quant à eux été épargnés puisqu'une tempête importante a changé de direction au dernier instant. La chance a été une fois de plus au rendez-vous lorsque la première tornade de catégorie F5 enregistrée au Canada (la catégorie la plus élevée de l'échelle Fujita sur l'intensité des tornades, échelle reconnue internationalement), avec ses vents de plus de 420 km/h, a touché le sol le 22 juin à Elie, au Manitoba. La plupart des résidents étaient absents lorsque la tornade a frappé la ville.

Dans le Canada atlantique, l'un des événements majeurs a été le passage de l'ouragan Noël en novembre. Bien que plus faible que Juan, Noël a amené des vents et des vagues qui ont détruit plusieurs plages, quais et docks. Heureusement, il n'y a eu aucune victime. Les gens étaient bien préparés et ont semblé bien saisir le pouvoir de destruction de cette grosse tempête. Bien que les dommages à la propriété résultant de phénomènes météorologiques extrêmes comme l'ouragan Noël aient entraîné en 2007 des pertes se chiffrant dans les millions de dollars, celles-ci étaient moindres que celles des dernières années. Nous pouvons remercier la nature de nous avoir fait grâce cette année de tornades mortelles, d'ouragans dévastateurs, de sécheresses de grande étendue et de fléaux.

En général, l'année 2007 a été une autre année chaude pour le Canada - la 11e année d'affilée - quoiqu'elle n'ait pas été aussi chaude que les dernières années. L'année a été marquée par le deuxième hiver le plus chaud jamais enregistré, dépassant de quelque 3 °C la température normale. Nous avons connu le septième été le plus chaud avec des températures excédant de près de 1 °C les températures normales et, de janvier à novembre, la température moyenne au niveau national était d'environ 1 °C au-dessus des normales. Toutes les régions ont connu du temps plus chaud et l'est de l'Arctique tout particulièrement : il a eu droit à sa quatrième période la plus chaude enregistrée pour les mois de janvier à novembre. Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'année 2007 a aussi été, à l'échelle mondiale, une autre année chaude. Les températures moyennes à la surface étaient de 0,4 °C au-dessus de la moyenne annuelle enregistrée entre 1961 et 1990. De plus, on estime que l'hémisphère nord a connu cette année la deuxième température moyenne la plus chaude enregistrée depuis le début du XXe siècle.

Les dix événements météorologiques les plus marquants de 2007

Les événements météorologiques les plus marquants de 2007 que nous énumérons ci-dessous sont classés de un à dix en fonction de certains facteurs comme l'impact qu'ils ont eu sur le Canada et les Canadiennes et Canadiens, l'étendue de la région touchée, les répercussions sur l'économie et le temps durant lequel l'événement a fait les grands titres des médias.

  1. Disparition des glaces au " sommet du monde "
  2. Menace persistante d'inondations en Colombie-Britannique
  3. Conditions météorologiques préhivernales chaotiques d'un océan à l'autre
  4. Été tropical dans les Prairies
  5. Ah que le sud de l'Ontario est sec!
  6. Tempête Noël dévastatrice, contrairement à Juan
  7. Les Grands Lacs : jusqu'où le niveau de l'eau baissera-t-il?
  8. Un hiver manqué - ou presque!
  9. Grêle record dans les Prairies
  10. Première tornade de catégorie F5 au Canada

En seconde place des événements marquants

Faits saillants météorologiques régionaux