Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2011


Canada atlantique - Faits Saillants Régionaux

Les tempêtes du nord-est de janvier s'abattent sur les provinces de l'Atlantique

Dix jours après qu'une énorme tempête du nord-est, qui se déplaçait lentement, se soit abattue sur la région des Maritimes, en déversant 35 cm de neige lourde et mouillée, une autre terrible tempête du nord-est a de nouveau frappé la région. La tempête n'a fait preuve d'aucune clémence à Terre-Neuve, où sont tombés 30 cm de neige et où des vents de 120 km/h ont frappé l'ouest et le centre de la province. Dû à une visibilité faible, voire nulle à certains moments, les véhicules ont dû ralentir sur les surfaces dangereuses au point de rouler au pas, et plusieurs véhicules ont glissé dans des fossés ou se sont écrasés contre un arbre. Les passagers d'autobus et d'avions ont subi de longs retards, mais le service de traversier a continué à fonctionner comme prévu. En raison de vents forts, le pont de la Confédération entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.) a dû être fermé à tous les véhicules, sauf les voitures et les petites fourgonnettes. Et sur l'île du Cap-Breton, des vents connus sous le nom de Suêtes ont soufflé à 130 km/h.

Une autre tempête hivernale

Aux alentours du 27 janvier, une autre tempête hivernale (la cinquième du mois) n'a déferlé qu'au sud de la Nouvelle-Écosse, en déversant de la neige, des granules de glace, de la pluie verglaçante et de la pluie. Les conditions de conduite étaient tellement dangereuses sur l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse que les autorités ont retiré les chasse-neige de toutes les routes secondaires. Au Nouveau-Brunswick, 30 cm de neige poussés par des vents à 75 km/h ont créé d'énormes bancs de neige à Moncton, et dans le petit village de Notre-Dame, le toit d'un centre communautaire s'est soudainement effondré. À la suite de nouvelles sorties de route par des autobus dans plusieurs villes, les trajets interurbains en autobus ont été suspendus. Les représentants ont fermé les écoles, les universités et les bureaux municipaux tôt dans la journée.

La ville de Moncton ensevelie sous la neige

Moncton a établi un nouveau record pour la plus grande quantité de neige au sol en février. Les 15 et 16 février au matin, 120 cm de neige recouvraient le sol de l'aéroport international du Grand Moncton, soit 1 cm de plus que le record précédent pour la quantité de neige au sol établi en 1992. À la fin du mois, l'accumulation totale des chutes de neige hivernales se chiffrait à 327 cm de neige. L’endurance de la neige au sol était très inhabituelle en raison de températures plus basses que la normale et du peu de pluie, soit seulement deux jours en février pour un total mensuel de 10 mm.

La tempête précédant l'Halloween fait peur au Canada atlantique

Surnommé « Snoctober » (neige d'octobre) par les médias américains, en raison de la chute de neige record tombée à New York et dans certaines parties de la Nouvelle-Angleterre, une importante tempête d'automne a également hanté les Maritimes, avec des vents violents et des chutes de pluie et de neige abondantes. Des vents soufflant à 100 km/h ont entraîné un ressac et des rafales de vent tout le long de la côte. Environ 35 000 clients de la Nova Scotia Power se sont retrouvés sans électricité. Au total, les Maritimes ont soit été inondées, soit enterrées, avec jusqu'à 60 mm de pluie en Nouvelle-Écosse et de 15 à 20 cm de neige dans des parties de l'ouest et du nord du Nouveau-Brunswick. La tempête précédant l'hiver a également déferlé à travers Terre-Neuve, en jetant une couche de neige de 15 à 25 cm sur diverses communautés, depuis Channel-Port aux Basques jusqu'à Clarenville. Gander a également reçu un manteau blanc de 22 cm, alors qu'à St. John’s, il n'y a eu que de la pluie.

Mois d'octobre exceptionnellement humide à Halifax

Halifax a enregistré une quantité phénoménale de pluie en octobre. Bien que ce mois-là soit généralement le plus humide dans cette ville, cette année, il l'a été incroyablement plus avec quelque 336 mm (260 % des précipitations normales) ou 85 mm de plus que le mois d'octobre le plus humide précédent en 2005. Un seul autre mois avait pu rivaliser jusque-là en termes d'humidité; il s'agissait d'août 1971, lorsque l’ouragan Beth a apporté la plus grande partie des chutes de pluie mensuelles en déversant 387 mm de pluie en une seule fois. Cette année, il y avait des indications précoces d'un mois très trempé, lorsque près de 140 mm de pluie sont tombés pendant les cinq premiers jours du mois. Et juste après la moitié du mois, une chute de pluie impressionnante de 104 mm s'est abattue le 20 octobre, soit le deuxième jour le plus humide jamais enregistré à l'aéroport d'Halifax.

La première grosse tempête hivernale

Le 23 novembre, une dépression au sud des Grands Lacs est passée par le sud de la Nouvelle-Écosse et a commencé à déverser de la neige lourde et humide à travers les Maritimes. Les chutes de neige les plus lourdes ont eu lieu dans le nord de la Nouvelle-Écosse, avec 39 cm à Wolfville et 35 cm à Greenwood. L'aéroport international Stanfield d'Halifax a reçu 34 cm de neige en une fois (soit le jour de novembre le plus enneigé jamais enregistré). Les élèves ont pu se réjouir à l’annonce de la fermeture des écoles, alors que les conducteurs étaient furieux contre les conditions qui ont causé la perte de contrôle et la collision d’une douzaine de véhicules. La tempête qui se déplaçait rapidement a continué en direction du nord-est en passant par le sud de la presqu’île d’Avalon, à Terre-Neuve, le 24 novembre. Elle a entraîné de fortes chutes de neige à l'est et au sud de la province qui, à l'instar d'Halifax, a dû fermer des écoles et a connu des conditions de conduite dangereuses. En outre, à St. John’s, on a enregistré un total de 25 cm de chute de neige en une journée de novembre.

Bombe météorologique sur la région Atlantique

Le 8 décembre, une tempête très intense s'est déplacée de Cape Cod au golfe du Saint-Laurent, en passant par la baie de Fundy. Un jour plus tard, elle a traversé le sud-est du Labrador. La « bombe météorologique », qui s'est rapidement accentuée et intensifiée, avec une pression centrale chutant d'au moins 2,4 kPa en 24 heures, comprenait de fortes chutes de neige dans le nord du Nouveau-Brunswick (25 cm) et du Labrador (44 cm), des pluies battantes (70 mm) en Nouvelle-Écosse, ainsi qu'un mélange de conditions météorologiques compliquées entre les deux. Les vents, qui comprenaient des rafales de la force d’un ouragan, ont dépassé 100 km/h dans les quatre provinces de l'Atlantique. À leur plus fort, les vents ont soufflé à 159 km/h à Englee, Terre-Neuve dans le nord de la péninsule. Des pannes de courant ont eu lieu un peu partout et ont touché plusieurs milliers de clients. Les écoles et les services de transport ont dû fermer. Les magasins ont également fermé en raison de projections de débris.