Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Industrie canadienne

Jusqu'aux années 1980, la plus grande source anthropique de mercure au Canada était l'industrie de chloralcali. Bien que cette industrie utilise toujours le mercure afin de fabriquer du chlorure et de l'hydroxyde de sodium, les émissions ont maintenant diminuées en raison des mesures antipollution, de la conversion des procédés à des procédés sans mercure et de la fermeture des usines. Dans les années 1970, le Canada faisait état de 15 usines de chloralcali en opération. Aujourd'hui, il existe seulement une installation canadienne qui est située au Nouveau-Brunswick.

CharbonDe 1990 à 1995, les émissions anthropiques de mercure au Canada sont passées d'environ 35 tonnes à 12 tonnes par année, surtout à cause de l'amélioration des procédés dans l'industrie minière des métaux communs. En 1995, cette industrie était la plus importante source d'émission de mercure dans l'atmosphère, avec un pourcentage d'émission total d'environ 40 %. De 1995 à 2003, les émissions anthropiques de mercure au Canada ont diminué pour atteindre au total un peu moins de sept tonnes. Trois secteurs, la production d'électricité la fusion des metaux de base les incinérateurs, représentaient plus de la moitié des émissions de mercure dans l'atmosphère, avec un pourcentage respectif de 36 % et 17 % des émissions de mercure au Canada.

Le graphique circulaire ci-dessous illustre les émissions atmosphériques de mercure au Canada à partir de différents secteurs pour 2003. La catégorie « Autres » comprend les émissions produites par la combustion de carburant et de bois résidentiel, l'industrie d'ashphalte, les crématoriums, l'industrie chimique et emplacements de remblai. Pour obtenir une description plus détaillée des émissions de mercure, veuillez faire une recherche de l'Inventaire national des rejets de polluants d'Environnement Canada qui est une base de données sur les rejets annuels de polluants dans l'air, dans l'eau ainsi que sur les éliminations et le recyclage de tous les secteurs.

Rejets de mercure dans l'atmosphère au Canada en 2003

Diagramme circulaire qui représente les rejets de mercure dans l'atmosphère au Canada en 2003. Les sources de rejets sont: la production d'électricité à 34%, l'incinération à 20%, la fusion des métaux de base à 19%, l'industrie du ciment et béton à 6%, les industries de l'acier et du fer à 6%, les autres sources insdustrielles à 11% et les sources diverses à 4%, pour un total de 6949 kg de mercure.

Environnement Canada et d'autres ministères fédéraux ont répondu au besoin de gestion du mercure en élaborant de nombreuses initiatives de politiques et de programmes. En outre, le Canada est signataire de plusieurs accords internationaux et continentaux qui comportent des engagements à réduire les émissions anthropiques de mercure. Vous trouverez une liste complète d'outils canadiens de gestion du mercure sur ce site. L'engagement du Canada à l'égard de la réduction des émissions de mercure dans l'atmosphère est en partie attribuable à la réduction de près de 90 % des émissions nationales de 1970 à 2003.

Liens Connexes