Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Stratégie de gestion du risque relative au mercure - Points saillants

Une stratégie de gestion du risque relative au mercure a été publiée et fournit une description complète et définitive des progrès réalisés à ce jour par le gouvernement du Canada en matière de gestion des risques associés au mercure. Elle donne également un aperçu des objectifs, priorités et mesures actuelles et à venir ainsi que des programmes de surveillance mis en place pour traiter les risques continus associés au mercure.

Le gouvernement du Canada s'engage à protéger la santé humaine et l'environnement contre les risques présentés par le mercure.

Mesures nationales

Au cours des dernières décennies, le gouvernement du Canada a mis en œuvre un large éventail de programmes réglementaires et non réglementaires, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, le secteur industriel et d'autres parties intéressées, pour contrôler les émissions de mercure. Grâce à ces mesures, le Canada a fait d'importants progrès en réduisant d'environ 90 % les émissions de sources nationales de mercure anthropique depuis les années 1970.

Tendance des émissions de mercure au Canada pour les années 1970 à 2007

Graphique illustrant les émissions de mercure en tonnes pour les années 1970 à 2010

Le mercure peut être transporté sur de longues distances dans l'atmosphère et peut se déposer à des endroits très éloignés des sources des émissions de mercure. Environ 95 % des dépôts de mercure anthropique actuels au Canada proviennent de sources étrangères.

Graphique illustrant les dépôts anthropiques totaux au Canada en 2006 pour environ 65 tonnes.

Mesures internationales

L'accélération des efforts mondiaux déployés sera essentielle pour atteindre les objectifs canadiens en matière d'environnement et de santé humaine et relatifs aux risques que pose le mercure. Le Canada participe aux négociations en vue d'élaborer un instrument international juridiquement contraignant sur le mercure, en vertu du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). En outre, le Canada est un membre actif des Partenariats mondiaux sur le mercure du PNUE qui vise à protéger la santé et l’environnement mondial des rejets du mercure.

Mesures canadiennes proposées

MesureRésultats attendus
Règlement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'électricité.Ce règlement devrait réduire les émissions de mercure de la production d'électricité d'environ 40 % d'ici 2020 et 65 % d'ici 2030 par rapport aux concentrations de 2005 et pourrait même atteindre une réduction de 96 % d'ici 2050.
On prévoit que le Règlement sur les produits contenant certaines substances toxiques proposé entrera en vigueur d’ici 2012 et interdira l’importation, la fabrication et la vente des produits contenant du mercure.Il est estimé que la réduction potentielle du mercure utilisé dans les produits s’élèvera à 90 tonnes au cours des 20 premières années.
Participation continue aux négociations (Programme des Nations Unies pour l'environnement) en vue d'un instrument international juridiquement contraignant sur le mercure et amélioration de la participation du Canada aux initiatives régionales, sectorielles et bilatérales.Réductions potentielles des dépôts de mercure provenant de sources étrangères.
Surveillance continue des changements des teneurs en mercure de l'environnement.Plus de prises de décisions éclairées des gouvernements, de l'industrie et des consommateurs.

Pour consulter la stratégie de gestion du risque relative au mercure, veuillez cliquer ici.

Date de modification :