Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

ARCHIVÉE - Rapport provisoire d'évaluation préalable de la quinoléine

Annexe 3 : Valeurs estimatives de la limite supérieure de l'absorption journalière de quinoléine chez la population générale du Canada

Absorption estimée (µg/kg p.c. par jour) de quinoléine, par groupes d'âge
Voie d'exposition0 à 6 mois1,2,3 0,5 à 4 
ans4
5 à 11
ans5
12 à 19 
ans6
20 à 59 
ans7
60 ans
et plus8
Nourris au lait materniséSans lait maternisé
Air ambiant91,75 × 10-33,75 × 10-32,92 × 10-31,66 × 10-31,43 × 10-31,24 × 10-3
Air intérieur90,01230,02630,02050,01160,01000,0087
Eau potable101,07 × 10-44 × 10-54,5 × 10-53,6 × 10-52 × 10-52,1 × 10-52,2 × 10-5
Aliments11s.o.s.o.s.o.s.o.s.o.s.o.s.o.
Sol122,4 × 10-43,9 × 10-41,3 × 10-43 × 10-52,5 × 10-52,5 × 10-5
Absorption totale0,0140,0140,0300,0240,0130,0110,01

Abréviation : s.o. = sans objet.
1 On n'a répertorié aucune donnée sur les concentrations de quinoléine dans le lait maternel.
2 On présume que le nourrisson pèse 7,5 kg, respire 2,1 m3 d'air par jour, boit 0,8 L d'eau par jour (lait maternisé) ou 0,3 L d'eau par jour (lait non maternisé) et ingère 30 mg de sol par jour (Santé Canada, 1998).
3 Pour les nourrissons nourris au lait maternisé, l'absorption par l'eau correspond à l'absorption par la nourriture. On n'a répertorié aucune donnée sur les concentrations de quinoléine dans le lait maternisé pour le Canada. En ce qui concerne les enfants non nourris au lait maternisé, 50 % d'entre eux ont commencé à manger des aliments solides à 4 mois et 90 % ont commencé à 6 mois (Santé Canada, 1990).
4 En supposant que l'enfant pèse 15,5 kg, qu'il respire 9,3 m3 d'air par jour, qu'il boive 0,7 L d'eau par jour et qu'il ingère 100 mg de sol par jour (Santé Canada, 1998).
5 En supposant que l'enfant pèse 31 kg, qu'il respire 14,5 m3 d'air par jour, qu'il boive 1,1 L d'eau par jour et qu'il ingère 65 mg de sol par jour (Santé Canada, 1998).
6 En supposant que le jeune pèse 59,4 kg, qu'il respire 15,8 m3 d'air par jour, qu'il boive 1,2 L d'eau par jour et qu'il ingère 30 mg de sol par jour (Santé Canada, 1998).
7 En supposant que la personne pèse 70,9 kg, qu'elle respire 16,2 m3 d'air par jour, qu'elle boive 1,5 L d'eau par jour et qu'elle ingère 30 mg de sol par jour (Santé Canada, 1998).
8 En supposant que la personne pèse 72,0 kg, qu'elle respire 14,3 m3 par jour, qu'elle boive 1,6 L d'eau par jour et qu'elle ingère 30 mg de sol par jour (Santé Canada, 1998).
9 La limite de détection estimée de quinoléine (0,05 µg/m3) pour l'air ambiant et l'air intérieur, tirée d'une enquête sur la qualité de l'air effectuée dans 75 maisons à Ottawa, a été utilisée pour calculer l'estimation de la limite supérieure d'exposition (Zhu et al., 2005). L'hypothèse selon laquelle les Canadiens passent trois heures par jour à l'extérieur est utilisée (Santé Canada, 1998).
10 Aucune donnée n'a été déterminée pour les concentrations de quinoléine dans l'eau potable. On a utilisé comme substitut le seuil de détection (0,001 µg/L) servant à mesurer la quinoléine dans les échantillons d'eau de surface de Rainy River, en Ontario, pour calculer la limite supérieure estimative de l'exposition (Merriman, 1988). Pour les nourrissons nourris au lait maternisé, la teneur en quinoléine de l'eau utilisée pour reconstituer ce lait correspond à l'apport provenant des aliments.
11 On n'a répertorié aucune donnée sur les concentrations de quinoléine dans les aliments.
12 La plus forte concentration (60 µg/kg en poids sec) de quinoléine détectée dans les échantillons de sol prélevés dans le sud de l'Ontario a servi à calculer la limite supérieure estimative de l'exposition (Webber, 1994).