Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Enjeux polaires

Les régions circumpolaires sont importantes pour le Canada et les menaces que posent les changements climatiques, la pollution transfrontière et l’appauvrissement de la couche d’ozone sont des réalités, surtout aux pôles Nord et Sud. Ces deux zones sont des indicateurs sensibles des changements planétaires et les connaissances scientifiques et la technologie adaptées au climat froid acquises dans une région peuvent souvent s’appliquer à d’autres, ce qui est source d’occasions de partenariats et de partage d’information. En sa qualité de gestionnaire d’un quart de la région circumpolaire nord de la planète, le Canada est fortement intéressé à trouver des solutions à certains problèmes tels les polluants transfrontières, les changements environnementaux mondiaux et la conservation de la vie sauvage et de son habitat. Pour beaucoup de ces enjeux, l’obtention d’améliorations exige une collaboration internationale et des solutions mondiales.  

Une bonne gestion des menaces d’envergure internationale que subissent les régions polaires offre la possibilité de s’attaquer, avec des partenaires clés, aux enjeux environnementaux prioritaires. La collaboration du Canada sur les questions relatives à l’environnement de l’Arctique et de l’Antarctique s’effectue dans le cadre des discussions et des initiatives relevant du Conseil de l’Arctique et du Traité sur l’Antarctique.              

Conseil de l’Arctique :

Le Conseil de l’Arctique est un forum intergouvernemental de haut niveau qui favorise la coopération sur des enjeux préoccupants pour l’Arctique dont le développement durable et la protection de l’environnement dans le Nord. Le Canada est l’un des huit États de l’Arctique, membres du Conseil, dont sont aussi membres six groupes autochtones de l’Arctique ayant le statut de participants permanents. Les participants de niveau ministériel se réunissent tous les deux ans et les représentants officiels principaux se réunissent deux fois par an. Les ministères responsables de la participation du Canada au sein du Conseil sont le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) et le ministère des Affaires indiennes et du Nord (MAIN). Environnement Canada fournit un soutien technique et analytique de par une participation et un leadership actifs au sein des six groupes de travail du Conseil. Les questions d’ordre environnemental ont été mises de l’avant au cours de réunions récentes et passées du Conseil. Elles avaient trait à l’évaluation des polluants organiques persistants (POP) et du mercure; aux changements climatiques, y compris le rapport de l’évaluation des incidences du climat arctique, l’adaptation aux changements climatiques dans l’Arctique et les événements climatiques pontuels; à l’évaluation de la biodiversité dans l’Arctique; au programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire.   

Lien connexe : www.arctic-council.org

Traité sur l’Antarctique – Protocole de Madrid

Le Canada est devenu une Partie non consultative (aucune station dans l’Antarctique et aucun engagement ou obligation d’ordre financier en vertu du Protocole, donc absence de droit de vote aux conférences annuelles des membres) au Traité sur l’Antarctique en 1988. Le Traité sur l’Antarctique a pour objectif de veiller à ce que l’Antarctique soit utilisé exclusivement à des fins pacifiques et ne devienne pas un lieu ou un objet de discorde internationale. En 1991, le Protocole de Madrid au Traité sur l'Antarctique relatif à la protection de l'environnement désigne l’Antarctique comme une réserve naturelle internationalement reconnue et met en place une réglementation stricte des activités dans l’Antarctique. Le Canada a ratifié le Protocole de Madrid en 2003 et adopté la Loi concernant la protection de l'environnement en Antarctique (LPEA). Cette loi assigne au ministre de l’Environnement la responsabilité d’émettre des permis à des expéditions canadiennes entreprenant des activités dans l’Antarctique et de faire rapport des activités canadiennes au Secrétariat du Traité. Depuis 2004, le Canada a délivré 14 permis de voyage en Antarctique, surtout à des fins touristiques.

Lien connexe : http://www.ats.aq