Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Inventaire national des rejets de polluants – publication des données révisées pour 2010

Notes techniques

Voici les hypothèses et les considérations prises en compte par Environnement Canada lors de l’analyse des données de l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) présentée dans l’Aperçu des données révisées de l’INRP pour 2010 :

  • L'analyse des données repose sur la version de la base de données de l'INRP du 27 mars 2012. Environnement Canada a effectué quelques vérifications de données pour s'assurer qu'elles étaient conformes et complètes. Environnement Canada continuera d'analyser les données. Les données figurant dans le présent rapport ne sont fournies qu'à titre informatif. Toute interprétation des données devra tenir compte de la présence possible d'erreurs relativement aux estimations, aux calculs ou à la saisie de la part des installations.
  • Certains chiffres dans les analyses, les graphiques et les tableaux ayant été arrondis, il se pourrait que leur somme ne corresponde pas au total indiqué.
  • Au total, 8096 installations ont effectué une déclaration à l’INRP en 2010. Ce nombre comprend les installations ayant effectué une déclaration pour une substance ou plus en 2010, mais n'inclus pas les installations ayant effectué une déclaration seulement pour indiquer qu’elles avaient fermé leurs portes ou qu’elles n’avaient pas atteint les seuils de déclaration de l’INRP. (Les installations qui ont soumis une déclaration pour une ou plusieurs substances au cours de l’année précédente doivent aviser Environnement Canada si elles n’atteignent plus les seuils de déclaration.) Les déclarations de cette nature ne sont pas incluses dans le compte pour 2010; toutefois, il est possible de consulter les renseignements sur ces installations à l'aide de l'outil de recherche en ligne de l’INRP ou en téléchargeant les bases de données de l’INRP.
  • Le soufre réduit total (SRT) a été ajouté à la liste des substances de l’INRP pour l’année de déclaration 2007 en raison des préoccupations relatives à son incidence sur la qualité de l’air. Aux fins de déclaration à l’INRP, le soufre réduit total est composé de six substances distinctes. Parmi celles-ci, trois substances (le sulfure d’hydrogène [H2S], le disulfure de carbone [CS2] et l’oxysulphide de carbone [COS]) sont également répertoriées séparément dans la liste de substances de l'INRP. Il existe donc un potentiel de « double comptage » si les données sur le soufre réduit total et les substances individuelles sont combinées. Afin d’éviter une double comptabilisation, les trois substances individuelles ont été exclues des analyses sur les rejets sur site, tandis que le soufre réduit total a été exclus des analyses sur les éliminations et les tranferts hors site pour le recyclage. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le potentiel de double comptabilisation et sur d'autres points en lien avec l'analyse des données de l'INRP, veuillez consulter la page sur les facteurs à considérer dans l’analyse des données de l'INRP.
  • Les renseignements sur l’emplacement géographique des installations comprennent les ajustements pour les installations qui ont indiqué des adresses postales ou des latitudes et des longitudes qui diffèrent de leur emplacement physique réel.
  • Les sept polluants atmosphériques suivants sont compris dans l’analyse des principaux contaminants atmosphériques (PCA) : matière particulaire totale, matière particulaire d'un diamètre inférieur ou égal à 10 microns (PM10), matière particulaire d'un diamètre inférieur à ou égal 2,5 microns (PM2,5), monoxyde de carbone, oxydes d’azote (exprimés sous forme de NO2), dioxyde de soufre et composés organiques volatils. Ces principaux contaminants atmosphériques sont indiqués dans la partie 4 de la liste des substances de l’INRP et ont été ajoutés à l’année de déclaration 2002. L’ammoniac rejeté dans l’atmosphère peut également être considéré comme un des principaux contaminants atmosphériques, mais il fait partie de la catégorie des « rejets dans l’atmosphère, dans les eaux et dans le sol (excluant les principaux contaminants atmosphériques) », étant donné qu’il est également rejeté dans les eaux en grande quantité.
  • Pour le calcul des rejets totaux à l'air de la matière particulaire, les émissions de la poussière de route ont été incluses. Afin d'éviter le compte en double ou en tripe des particules, les valeurs les plus élevées ont été utilisées parmi la matière particulaire totale, les PM10 ou les PM2,5 déclarés par les installations, étant donné que les installations peuvent rencontrer les seuil de l'INRP pour les fractions plus petites (0,5 tonnes pour les PM10 et 0,3 tonnes pour les PM2,5) sans rencontrer le seuil de 20 tonnes pour la matière particulaire totale.
  • Les installations qui déclarent un rejet de moins d'une tonne pour l'une des substances inscrites sous la partie 1A ne sont pas tenues de déclarer leur rejets dans chacun des médias, mais seulement la valeur du rejet total. La valeur des rejets totaux déclarés à l'INRP peut donc dépasser la somme des rejets déclarés dans l'atmospère, l'eau et le sol.
  • Les installations peuvent déclarer des valeurs négatives pour les substances contenues dans les stériles et les résidus miniers. Déclarer une valeur négative pour les stériles ou les résidus miniers indique que la quantité d'une substance retirée d'une zone de gestion a dépassé la quantité de la substance déposée dans cette zone pour une année donnée. Les quantités totales pour élimination peuvent varier selon l’inclusion des valeurs négatives aux calculs.