Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

2015 Rapport sommaire : données révisées déclarées par les installations

7. Données sur les éliminations et transferts


Cette section présente la répartition des quantités éliminées ou transférées de substances déclarées à l’INRP, les principales substances déclarées dans ces catégories, la répartition par secteur et l’évolution des quantités déclarées depuis 2006.

Les données déclarées dont il est question dans la présente section sont divisées en deux catégories, soit les éliminations et les transferts, lesquelles sont divisées en sous-catégories, définies ci-dessous :

  • Éliminations sur le site – une substance peut être éliminée de façon définitive selon diverses méthodes, incluant l’enfouissement, l’injection souterraine ou l’épandage. Elle est dite sur le site si elle est effectuée sur les lieux de l’installation déclarante.
  • Éliminations hors site – lorsque l’élimination se fait à l’extérieur du site, elle est dite « hors site ». Ces transferts peuvent avoir lieu autant au Canada que vers l’extérieur du pays. Les méthodes employées sont les mêmes que dans les éliminations sur le site.
  • Transfert hors site pour traitement préalable à l’élimination – aussi appelée « Traitement avant élimination » ou « Traitement » – cette catégorie indique qu’une substance peut avoir été altérée physiquement, chimiquement, biologiquement, par incinération, ou par son passage dans une usine municipale de traitement des eaux usées avant d’être éliminée hors site.
  • Les résidus miniers désignent des déchets rejetés à l’issue de la transformation des minerais, des concentrés de minerai ou d’autres matériaux miniers (p. ex., les sables bitumineux), visant à extraire les composants commercialisables tels que les métaux, les minéraux ou le bitume. Selon le type de procédé utilisé et le matériau récupéré, les résidus miniers peuvent inclure des roches finement broyées, du sable, de l’argile, de l’eau, des produits chimiques utilisés dans les procédés et des métaux résiduels, des minéraux et du bitume.
  • Les stériles sont des roches qui sont retirées au cours des opérations d’extraction minière pour pouvoir accéder aux minerais et qui ne sont pas transformées. Les stériles sont généralement constitués de morceaux fragmentés de roches de différentes tailles.
  • Transferts hors site aux fins de recyclage – aussi appelée « Recyclage hors site » ou « Recyclage » – sont associés aux activités empêchant une matière ou un élément de cette matière de devenir un déchet destiné à l’élimination finale. Les installations qui atteignent les seuils de déclaration de l’INRP soumettent de l’information sur les quantités de substances qu’elles transfèrent hors site aux fins de recyclage. Les activités de recyclage sur le site n’ont pas à être déclarées.

Les quantités éliminées ou transférées des substances déclarées à l’INRP ont représenté 32 % des quantités déclarées en 2015, soit 1 563 374 tonnes. La répartition de ce total par catégorie est présentée à la figure 7-1.

Figure 7-1 Répartition des éliminations et transferts totaux déclarés à l’INRP en 2015

Diagramme circulaire à pointe de tarte représentant la répartition des éliminations et transferts totaux déclarés à l'INRP en 2015

Longue description

 

CatégorieQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Éliminations sur le site269 57217%
Éliminations hors site98 6806%
Résidus miniers738 02247%
Stériles79 6475%
Traitement préalable à l’élimination38 0413%
Recyclage hors site339 41222%
Total des éliminations et transferts déclarés1 563 374100%

Comme il est indiqué dans la Figure 7-1, la majorité des quantités éliminées ou transférées déclarées à l’INRP en 2015 proviennent de la gestion des résidus miniers, qui représentent 47 % (738 022 tonnes) du total des éliminations et des transferts.

La Figure 7-2 montre comment cette répartition a évolué depuis 2006.

Figure 7-2 Évolution des quantités éliminées ou transférées totales déclarées à l’INRP entre 2006 et 2015

Le graphique en aires superposées représente la répartition des éliminations et transferts totaux par milieu depuis 2006 relatif au nombre d'installations

Longue description

 

AnnéeÉliminations sur le site (tonnes)Éliminations hors site (tonnes)Résidus miniers (tonnes)Stériles (tonnes)Traitement préalable à l’élimination (tonnes)Transferts hors site aux fins de recyclage (tonnes)Nombre d’installations ayant déclaré à l’INRP
2006337 720366 841537 9253 68039 153378 8379 125
2007366 611404 964486 7354 59833 740402 0058 943
2008274 698534 258554 7939 98152 586342 4438 843
2009267 439512 166520 24811 99246 619344 0018 529
2010249 659546 064615 71617 43350 679389 3658 151
2011284 820342 092580 22021 57640 651458 4677 947
2012242 678307 016648 72335 38240 269346 1407 791
2013239 162118 965692 769125 42638 480302 2137 851
2014273 53197 448672 229102 24744 879306 0697 849
2015269 57298 680738 02279 64738 041339 4127 284

Entre 2014 et 2015, les quantités totales déclarées de substances éliminées ou transférées ont augmenté de 4 % (66 972 tonnes). Les résidus miniers du secteur de l’extraction minière et de l’exploitation en carrière et les transferts hors site aux fins de recyclage du secteur des services de la défense sont les principaux responsables de cette augmentation. Cette variation est légèrement compensée par les substances déclarées comme étant traitées avant leur élimination et par les stériles, dont les quantités ont diminué de 15 % (6 839 tonnes) et de 22 % (22 599 tonnes) respectivement, en 2015 par rapport à 2014.

Entre 2006 et 2015, le total des substances éliminées et transférées a diminué de 6 % (100 782 tonnes). Les quantités déclarées pour plusieurs catégories d’éliminations et de transferts ont diminué, en particulier les éliminations hors site (73 % [268 161 tonnes]), les éliminations sur le site (20 % [68,148 tonnes]) et les transferts hors site aux fins de recyclage (10 % [39 425 tonnes]). En revanche, depuis l’ajout de ces catégories à l’INRP en 2006, les quantités de résidus miniers et de stériles ont augmenté de 37 % (200 097 tonnes) et de 2 064 % (75 967 tonnes), respectivement.

Dans le Tableau 7-1, les quantités déclarées de substances éliminées et transférées et le nombre d’installations déclarantes pour ces catégories sont répartis par secteur. Les secteurs responsables de la majorité des éliminations ou transferts de substances déclarés à l’INRP sont les secteurs de l’extraction minière et de l’exploitation en carrière, de la fabrication et de l’extraction de pétrole et de gaz.

Tableau 7-1 Répartition par secteur des éliminations et des transferts en 2015
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage des quantités déclaréesNombre d’installationsPourcentage d’installations
Électricité5 676<1%422%
Fabrication381 35024%1 15062%
Extraction minière et exploitation en carrière758 32149%905%
Extraction de pétrole et de gaz246 96116%1307%
Autres secteurs171 06611%43223%
Total1 563 374100%1 844100%

La Figure 7-3 indique l’emplacement de ces installations à travers le Canada. Les plus grandes installations sur la carte sont surtout des mines de métaux ayant principalement déclaré des résidus miniers : l’une est une mine de fer située non loin de la frontière entre Terre-Neuve-et-Labrador et le Québec et l’autre une mine d’or et d’argent située à proximité de la frontière entre l’Ontario et le Québec. Une installation d’extraction de pétrole et de gaz de l’Alberta est également visible, étant donné qu’elle déclare de grandes quantités de sulfure d’hydrogène en tant qu’injection souterraine. La carte comporte aussi quatre installations de fabrication représentées par de grands cercles : deux raffineries de pétrole, une au Nouveau-Brunswick et l’autre dans le sud de l’Ontario, une installation de production et de traitement de métaux non ferreux en Colombie-Britannique et une installation de traitement de brasque usée au Québec.

Figure 7-3 Carte des installations ayant déclaré des éliminations et des transferts en 2015, par secteur, et quantités totales déclarées

Carte du Canada représentant la localisation des installations déclarant des éliminations et des transferts en 2015, par secteur et quantités totales déclarées

Longue description
Électricité :
Provinces/territoiresMoins de
3 000 tonnes
3 000 –
15 000 tonnes
15 000 –
30 000 tonnes
30 000 –
60 000 tonnes
Plus de
60 000 tonnes
Total
Alberta10000010
Ontario10000010
Québec200002
Colombie-Britannique600006
Saskatchewan300003
Manitoba300003
Nouvelle-Écosse500005
Nouveau-Brunswick200002
Terre-Neuve-et-Labrador100001
Territoires du Nord-Ouest000000
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard000000
Yukon000000

 

Fabrication :
Provinces/territoiresMoins de
3 000 tonnes
3 000 –
15 000 tonnes
15 000 –
30 000 tonnes
30 000 –
60 000 tonnes
Plus de
60 000 tonnes
Total
Alberta90100091
Ontario6426010649
Québec2355110242
Colombie-Britannique78101080
Saskatchewan16000016
Manitoba38000038
Nouvelle-Écosse16000016
Nouveau-Brunswick13001014
Terre-Neuve-et-Labrador200002
Territoires du Nord-Ouest000000
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard200002
Yukon000000

 

Extraction minière et exploitation en carrière :
Provinces/territoiresMoins de
3 000 tonnes
3 000 –
15 000 tonnes
15 000 –
30 000 tonnes
30 000 –
60 000 tonnes
Plus de
60 000 tonnes
Total
Alberta400004
Ontario18601126
Québec10331017
Colombie-Britannique4323012
Saskatchewan14000014
Manitoba230005
Nouvelle-Écosse000000
Nouveau-Brunswick110002
Terre-Neuve-et-Labrador120014
Territoires du Nord-Ouest130004
Nunavut010001
Île-du-Prince-Édouard000000
Yukon100001

 

Extraction pétrolière et gazière :
Provinces/territoiresMoins de
3 000 tonnes
3 000 –
15 000 tonnes
15 000 –
30 000 tonnes
30 000 –
60 000 tonnes
Plus de
60 000 tonnes
Total
Alberta87921099
Ontario000000
Québec000000
Colombie-Britannique12120015
Saskatchewan11000011
Manitoba000000
Nouvelle-Écosse300003
Nouveau-Brunswick000000
Terre-Neuve-et-Labrador100001
Territoires du Nord-Ouest100001
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard000000
Yukon000000

 

Autres secteurs :
Provinces/territoiresMoins de
3 000 tonnes
3 000 –
15 000 tonnes
15 000 –
30 000 tonnes
30 000 –
60 000 tonnes
Plus de
60 000 tonnes
Total
Alberta1004100105
Ontario1307000137
Québec64300067
Colombie-Britannique52000052
Saskatchewan21000021
Manitoba17000017
Nouvelle-Écosse10000010
Nouveau-Brunswick11000011
Terre-Neuve-et-Labrador700007
Territoires du Nord-Ouest100001
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard300003
Yukon100001

Source : Inventaire national des rejets de polluants (INRP), données de 2015

7.1 Éliminations sur le site et hors site, et traitement préalable à l’élimination


La présente section porte sur les transferts hors site aux fins de traitement préalable à l’élimination, et sur les éliminations sur le site et hors site déclarés en 2015. Les résidus miniers et les stériles ne sont pas inclus dans cette section et sont examinés à la section 7.2.

Les éliminations sur le site, les éliminations hors site et les transferts hors site aux fins de traitement préalable à l’élimination ont représenté près de 26 % (406 293 tonnes) du total des éliminations et des transferts déclarés à l’INRP en 2015.

La Figure 7-4 montre que la majorité des éliminations sont effectuées sur le site, principalement par injection souterraine et enfouissement, ce qui représentent, respectivement, 40 % (162 778 tonnes) et 25 % (100 480 tonnes) du total des éliminations déclarées, à l’exclusion des résidus miniers et des stériles. Les principales méthodes d’élimination pour les éliminations hors site sont similaires, l’injection souterraine et l’enfouissement représentant 12 % (48 872 tonnes) et 9 % (38 307 tonnes), respectivement, du total des éliminations déclarées. En ce qui concerne les transferts hors site aux fins de traitement préalable à l’élimination finale, le traitement par incinération ou à l’aide d’un procédé thermique est la méthode de traitement la plus fréquemment utilisée, avec un peu plus de 3 % (13 618 tonnes) du total des éliminations, suivie par les transferts aux usines municipales de traitement des eaux usées, avec près de 3 % (10 419 tonnes) du total des éliminations, à l’exclusion des résidus miniers et des stériles.

Figure 7-4 Répartition des types d’élimination déclarés à l’INRP en 2015, à l’exclusion de la gestion des résidus miniers et des stériles

Diagramme circulaire à pointe de tarte représentant la répartition des quantités déclarées des éliminations en 2015, excluant les résidus miniers et stériles

Longue description
Éliminations sur le site :
CatégorieQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage du total des quantités déclarées
Épandage6 3142%
Enfouissement100 48025%
Injection souterraine162 77840%
Total des éliminations sur le site déclarées269 57266%

 

Éliminations hors site :
CatégorieQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage du total des quantités déclarées
Épandage8 7932%
Enfouissement38 3079%
Stockage2 7081%
Injection souterraine48 87212%
Total des éliminations hors-site déclarées98 68024%

 

Traitement préalable à l’élimination :
CatégorieQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage du total des quantités déclarées
Traitement biologique1 413<1%
Traitement chimique5 9061%
Incinération ou procédé thermique10 4193%
Usines municipales de traitement des eaux usées13 6183%
Traitement physique6 6842%
Total des traitements avant l’élimination déclarés38 0419%

Total des quantités déclarées: 406 293 tonnes

En 2015, les secteurs ci-dessous ont déclaré plus de 40 000 tonnes de substances éliminées (à l’exclusion des résidus miniers et de stériles) :

  • Extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques (extraction de pétrole et de gaz);
  • Traitement et élimination des déchets (autres);
  • Fabrication de tous les autres produits minéraux non métalliques (fabrication).

Figure 7-5 Évolution des éliminations déclarées à l’INRP entre 2006 et 2015, à l’exclusion des résidus miniers et des stériles

Diagramme à barres superposées représentant les quantités des principales substances éliminées, excluant les résidus miniers et stériles, depuis 2006

Longue description
AnnéeSulfure d’hydrogène (tonnes)Autres substances (tonnes)Zinc (et ses composés) (tonnes)Amiante (forme friable) (tonnes)Méthanol (tonnes)Fluorure de calcium (tonnes)Ammoniac (total) (tonnes)Phosphore (total)(tonnes)Manganèse (et ses composés) (tonnes)
2006565 51666 06926 55714 15819 6655 49517 55816 17412 521
2007604 46481 91021 77717 10319 2282 98925 31220 27912 253
2008672 67367 01426 00926 40823 2434 44914 10516 73410 907
2009639 78781 72519 49623 70020 9173 69511 91517 1347 855
2010613 67579 89121 69236 49421 76729 90815 26817 10210 604
2011412 24083 37042 15927 93125 40032 61615 52817 48610 835
2012335 73769 37235 10428 05122 70242 68923 00416 72616 579
2013150 58464 53124 77933 34328 26444 13521 74517 20312 021
2014164 70573 88724 60634 13721 79947 14919 68216 55613 337
2015165 15360 23723 92723 30737 52346 75817 72818 75012 910

Comme il est indiqué à la Figure 7-5, les plus grandes quantités de substances éliminées sur le site et hors site, ainsi que celles qui ont été traitées en 2015 (à l’exclusion des résidus miniers et des stériles) s’apparentent à celles qui ont été déclarées en 2014. Le sulfure d’hydrogène est principalement déclaré par le secteur de l’extraction de pétrole et de gaz, car on le retrouve dans le gaz naturel.

Entre 2014 et 2015, les quantités totales éliminées (à l’exclusion des résidus miniers et des stériles) ont diminué de 2 % (9 565 tonnes). Cette diminution est attribuable à une baisse de la quantité d’amiante (forme friable) enfouie déclarée par les installations de traitement et d’élimination de déchets. Pour la plupart de ces installations, la quantité d’amiante éliminée varie d’une année à l’autre, en fonction de la quantité d’amiante transférée aux sites d’enfouissement de sources externes. En Alberta, une installation de traitement et d’élimination de déchets qui avait éliminé d’importantes quantités d’amiante en 2014 (5 076 tonnes) n’a pas eu à éliminer cette substance sur son site en 2015. En revanche, une augmentation des quantités déclarées de méthanol aux fins d’injection souterraine a contrebalancé la diminution globale des quantités totales éliminées (à l’exclusion des résidus miniers et des stériles) : six installations albertaines offrant des services à des installations d’extraction de pétrole et de gaz ont mentionné des changements aux niveaux de production et au traitement sur le site pour expliquer cette variation.

Entre 2006 et 2009, une installation pétrolière de la Colombie-Britannique a contribué à une augmentation lente, mais constante, des éliminations déclarées à l’INRP, principalement en raison de transferts hors site. De 2010 jusqu’à sa fermeture à la fin de 2012, cette installation a contribué de façon significative à une diminution de l’injection souterraine de sulfure d’hydrogène.

 

7.2 Élimination des résidus miniers et des stériles


Les éliminations des résidus miniers et des stériles ont représenté 52 % (817 670 tonnes) des quantités éliminées et transférées totales déclarées à l’INRP en 2015, soit environ 738 022 tonnes de résidus miniers et 79 647 tonnes de stériles. Près de 93 % de ces quantités déclarées proviennent du secteur minier.

D’une manière générale, les substances inscrites à l’INRP contenues dans les résidus miniers et les stériles sont présentes naturellement, habituellement en faibles concentrations, dans les dépôts de roche ou de bitume retirés au cours des activités minières. Cependant, les quantités globales peuvent être importantes en raison du volume de matériaux retirés ou transformés. Par ailleurs, bien que les résidus miniers et les stériles au Canada soient gérés de façon à réduire le risque de contamination dans l’environnement, le drainage acide, le potentiel de fuites des bassins de résidus miniers et la possibilité que la faune soit en contact avec les résidus miniers demeurent des sources de préoccupation.

Figure 7-6 Évolution des quantités de résidus miniers et de stériles déclarées à l’INRP entre 2006 et 2015

Diagramme à barres superposées représentant les quantités des principales substances de résidus miniers et stériles depuis 2006

Longue description
AnnéeManganèse (et ses composés) (tonnes)Phosphore (total) (tonnes)Cuivre (et ses composés) (tonnes)Zinc (et ses composés) (tonnes)Nickel (et ses composés) (tonnes)Autres substances (tonnes)
2006190 93879 63054 25362 39753 184101 203
2007174 51079 38251 02951 54754 01380 853
2008207 09781 23562 85065 25754 51193 825
2009191 25797 27258 68756 80438 65289 567
2010246 0529568061 67554 09338 304137 345
2011231 323102 88753 46874 03444 43695 647
2012263 970143 32768 32355 58845 702107 196
2013346 953163 27894 75152 69052 349108 174
2014314 981172 11294 35738 69253 357100 977
2015349 959176 45286 67244 42951 034109 126

Comme il est illustré à la Figure 7-6, de nombreux métaux et composés de métaux tels le manganèse, le cuivre, le nickel et le zinc ainsi que le phosphore figurent parmi les substances déclarées en plus grandes quantités dans les résidus miniers et les stériles en 2015. Ces mêmes substances composent traditionnellement la catégorie des résidus miniers et des stériles à l’INRP depuis l’entré en vigueur de leurs déclarations en 2006.

Entre 2014 et 2015, les quantités déclarées de résidus miniers et de stériles ont augmenté de 6 % (43 194 tonnes). Six installations minières ont déclaré des augmentations de plus de 8 000 tonnes de résidus miniers et de stériles en 2015 par rapport à l’année précédente. Différentes raisons expliquent cette augmentation :

  • Deux installations – une à Terre-Neuve-et-Labrador et une au Québec – ont déclaré de plus importantes quantités de résidus miniers ou de concentrations de minerai;
  • Une installation du Québec a signalé une augmentation de ses niveaux de production en 2015;
  • Une installation de la Colombie-Britannique disposait d’un ensemble plus vaste de données d’essai pour caractériser les composants des résidus miniers;
  • Une installation du Nouveau-Brunswick a repris ses activités après une fermeture en 2008;
  • Une installation de la Colombie-Britannique a indiqué qu’elle avait commencé à exploiter un bassin à résidus miniers en 2014 et que ses niveaux de production avaient augmenté en 2015.

L’augmentation a été contrebalancée par des diminutions marquées des quantités déclarées de résidus miniers et de stériles par trois installations minières :

  • Une installation de la Colombie-Britannique a repris ses activités en août 2015 après l’arrêt temporaire de ses opérations suite à un bris de son bassin de résidus miniers en août 2014. Par conséquent, la production à cette installation ne s’est échelonnée que sur cinq mois;
  • Une installation de la Colombie-Britannique est actuellement en état d’entretien et de maintenance en raison de la faiblesse du prix du molybdène depuis juillet 2015;
  • Une installation du Québec a interrompu ses activités en 2015 en raison de la faiblesse du prix du fer.

Entre 2006 et 2015, les quantités déclarées de résidus miniers et de stériles ont augmenté de 51 % (276 064 tonnes). Ce changement peut être attribué à différents facteurs, notamment une installation de Terre Neuve et Labrador qui, à elle seule, est responsable d’une grande partie de cette tendance à la hausse, avec des quantités déclarées de 98 832 tonnes ou plus depuis 2006. L’arrivée de nouvelles installations déclarant d’importantes quantités de résidus miniers et de stériles, comme une mine d’or et d’argent en Ontario, en 2013, et une mine de cuivrez-zinc en Colombie-Britannique, en 2014, a aussi contribuer à cette tendance.

 

7.3 Transferts hors site aux fins de recyclage


Les transferts hors site aux fins de recyclage ont représenté près de 22 % (339 412 tonnes) des quantités éliminées et transférées totales déclarées à l’INRP en 2015. La Figure 7-7 présente les catégories de recyclage hors site et les quantités déclarées par les installations en 2015.

Figure 7-7 Répartition des catégories de recyclage déclarées à l’INRP en 2015

Diagramme circulaire à pointe de tarte représentant la répartition des quantités déclarées de recyclage en 2015

Longue description
CatégorieQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Récupération des acides et des bases132 63539%
Récupération des résidus de dépollution880<1%
Récupération des catalyseurs5 3892%
Récupération d’énergie8 6003%
Récupération des matières inorganiques (sauf les métaux)4 2901%
Récupération des métaux et leurs composés138 83941%
Récupération de substances organiques (sauf les solvants)29 1869%
Autres7 8612%
Récupération de solvants6 6012%
Raffinage ou réutilisation des huiles usées5 1282%
Total du recyclage déclaré339 412100%

En 2015, les catégories de recyclage les plus couramment utilisées pour les transferts hors site ont été la récupération des acides et des bases et la récupération des métaux et de leurs composés. En 2015, les secteurs suivants ont déclaré plus de 10 000 tonnes de substances transférées hors site aux fins de recyclage :

  • Fabrication : raffineries de pétrole; laminage, étirage, extrusion et alliage de métaux non ferreux (sauf le cuivre et l’aluminium); production de ferro-alliages et usines sidérurgiques intégrées.
  • Extraction de pétrole et de gaz : extraction de pétrole par des méthodes non classiques.
  • Autres : services de défense; grossistes-marchands de pétrole et de produits pétroliers; traitement et élimination des déchets.

Figure 7-8 Évolution des transferts hors site aux fins de recyclage déclarés à l’INRP entre 2006 et 2015

Diagramme à barres superposées représentant les quantités des principales substances de recyclage  depuis 2006

Longue description
AnnéeAcide sulfurique (tonnes)Zinc (et ses composés) (tonnes)Plomb (et ses composés) (tonnes)Cuivre (et ses composés) (tonnes)Manganèse (et ses composés) (tonnes)Chrome (et ses composés) (tonnes)Xylène (tous les isomères) (tonnes)Toluène (tonnes)Autres substances (tonnes)
2006141 52447 19746 48039 48018 90711 29516 5607 29550 098
2007163 59949 88647 14641 65624 55615 5516 8055 22747 578
2008117 65242 69749 86040 94721 33413 7796 0494 07546 050
2009108 79436 80742 35941 10115 8848 5764 1653 51782 798
2010117 42893 55344 46365 47715 1987 3764 5183 31438 038
2011148 648113 72340 68268 26020 60310 9416 8619 73639 013
2012139 07651 19629 19321 65331 95310 2388 2248 69145 915
2013133 21823 51138 63218 12923 2194 5508 9199 13542 899
2014126 98227 15540 61420 19420 6733 9809 0348 92048 516
2015134 64921 37439 30347 15817 7835 15010 25211 82451 919

L’acide sulfurique est l’acide le plus récupéré, tandis que le plomb, le zinc, le manganèse et le cuivre (et leurs composés) figurent parmi les métaux les plus recyclés. Au cours de la dernière décennie, ces substances sont celles qui ont été le plus souvent déclarées comme étant transférées hors site aux fins de recyclage.

Entre 2014 et 2015, les transferts hors site aux fins de recyclage ont augmenté de 11 % (33 343 tonnes). De toutes les substances déclarées pour le recyclage hors site, le cuivre et l’acide sulfurique ont connu les plus importantes augmentations. La hausse des transferts d’acide sulfurique aux fins de recyclage est principalement attribuable à deux installations :

  • Une raffinerie de pétrole de l’Ontario a déclaré en 2015 le transfert hors site aux fins de recyclage de 35 243 tonnes d’acide sulfurique, soit 5 972 tonnes de plus qu’en 2014 – cette différence est attribuable à la variabilité opérationnelle (les quantités déclarées ont toujours varié de 24 430 à 35 559 tonnes);
  • Une installation de fabrication du Québec qui avait cessé ses activités en 2014 et qui n’avait pas déclaré de transferts aux fins de recyclage cette année-là a repris ses activités au début de 2015.

Les quantités déclarées à l’INRP pour les transferts hors site aux fins de recyclage ont diminué de 10 % (39 425 tonnes) entre 2006 et 2015. Une grande partie de cette diminution est attribuable au secteur de la fabrication de matériel de transport, qui a déclaré des quantités moins élevées de zinc et de ses composés au cours de cette période. La réduction des niveaux de production causée par une baisse de la demande de produits fabriqués, la diminution de la production de ferraille, la modification de la composition de l’acier et les nombreux cas d’installations ne répondant pas aux critères de déclaration pour le zinc et ses composés sont les facteurs qui ont entraîné la diminution des quantités déclarées pour ce métal. En 2010 et en 2011, une installation minière (fonderie et raffinerie de métaux) de l’Ontario a déclaré des quantités importantes de zinc transféré hors site aux fins de recyclage à la suite de la cessation des ses activités en mai 2010.

 

7.4 Éliminations et transferts de substances toxiques déclarées à l’INRP


La liste des substances déclarables à l’INRP contient environ une centaine de substances toxiques au sens de la LCPE (1999). Ces substances sont identifiées à l’aide d’un astérisque dans les tableaux de la section 10 (Annexe – Répartition des données déclarées par les installations à l’INRP pour 2015 par substance et par catégorie de substance). À des fins de simplicité, elles seront appelées « substances toxiques » dans la présente section.

La Figure 7-9 montre que les substances toxiques ont représenté 23 % (364 810 tonnes) des substances éliminées et transférées déclarées à l’INRP en 2015. Les quantités déclarées de substances toxiques ont augmenté de 2 % (6 736 tonnes) comparativement à 2014 et de 29 % (82 790 tonnes) comparativement à 2006. Une bonne partie de cette augmentation est attribuable aux éliminations sur le site de fluorure de calcium par une installation de traitement de la brasque usée qui a démarré ses activités en 2008; le fluorure de calcium est un composé de la brasque usée, un déchet généré par le secteur de la fabrication d’aluminium.

Figure 7-9 Répartition et évolution des éliminations et des transferts de substances toxiques et non toxiques déclarables à l’INRP entre 2006 et 2015

Diagramme à barres superposées représentant la distribution des éliminations et transferts depuis 2006

Longue description
AnnéeSubstances toxiques (au sens de la LCPE [1999]) - Éliminations sur le site et hors site, et traitement avant l’éliminationSubstances toxiques (au sens de la LCPE [1999]) - Résidus miniers at stérilesSubstances toxiques (au sens de la LCPE [1999]) -Transferts hors site aux fins de recyclageSubstances non toxiques - Éliminations sur le site et hors site, et traitement avant l’éliminationSubstances non toxiques - Résidus miniers at stérilesSubstances non toxiques - Transferts hors site aux fins de recyclage
200680 078108 81793 125663 636432 789285 711
200788 822111 35081 814716 493379 984320 191
200889 889115 71682 360771 653449 059260 083
200994 14394 078117 414732 080438 162226 587
2010132 98097 28379 038713 422535 866310 327
2011141 043109 40180 435526 521492 395378 032
2012147 282115 50973 796442 682568 596272 344
2013155 661120 07480 059240 946698 121222 154
2014156 985117 30583 784258 873657 171222 284
2015153 598121 10590 107252 695696 565249 305

Contrairement aux rejets directs dans l’environnement, dont la majorité des quantités déclarées étaient des substances toxiques, les éliminations et transferts déclarés à l’INRP sont surtout composés de substances non toxiques. Il est à noter que les PCA, qui constituent une importante portion des rejets directs de substances toxiques, ne peuvent être déclarés dans la catégorie des éliminations et des transferts.

Les types de substances toxiques déclarées en plus grandes quantités varient d’une catégorie à une autre. En ce qui concerne les éliminations et les transferts pour traitement (à l’exception des résidus miniers et des stériles), d’importantes quantités de fluorure de calcium (fluorures inorganiques), de méthanol (composés organiques volatils) et d’amiante ont été déclarées. Les résidus miniers et les stériles sont surtout composés de métaux toxiques comme le nickel, le vanadium, l’arsenic, le plomb et leurs composés. Les substances transférées hors site aux fins de recyclage incluent le plomb, le toluène et le xylène (groupe de substances BTEX) ainsi que le méthanol (composés organiques volatils).

Pour l’année de déclaration 2015, la majorité des éliminations et des transferts de substances toxiques ont été déclarés à l’INRP par le secteur de la fabrication, tel qu’illustré à la Figure 7-10. En effet, ce secteur est celui ayant déclaré les plus grandes quantités d’éliminations et de transferts pour les groupes de substances suivants : dioxines et furanes, hexachlorobenzène, fluorures inorganiques, ammoniac (nutriments), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), phénols et phtalates. Le secteur de la fabrication est vaste et englobe une grande variété d’industries différentes, qui déclarent diverses substances en fonction de leurs activités. Le secteur des produits en bois a déclaré les éliminations et les transferts les plus importants de dioxines et de furanes; les fabricants de produits chimiques ont déclaré les éliminations et les transferts les plus importants d’hexachlorobenzène et d’HAP; une installation de traitement de la brasque usée a déclaré les éliminations et les transferts les plus importants de fluorures inorganiques; et, les fabricants de plastique et de caoutchouc ont déclaré les éliminations et les transferts les plus importants de phtalates. Les installations des secteurs du fer et de l’acier, du raffinage et de la fabrication du pétrole et du charbon, et de la fabrication des produits chimiques ont déclaré les quantités les plus élevées d’ammoniac.

La catégorie « Autres secteurs », principalement composée d’installations du secteur du traitement et de l’élimination des déchets, a déclaré des quantités élevées d’aldéhydes, de BTEX, de diisocyanates et de substances appauvrissant la couche d’ozone. En outre, le recyclage de BTEX a principalement été déclaré par les grossistes-marchands de pétrole et de produits pétroliers.

Les métaux toxiques ont été majoritairement déclarés par le secteur de l’extraction minière et de l’exploitation en carrière dans la catégorie des résidus miniers et des stériles. Les métaux toxiques incluent l’arsenic, le cadmium, le chrome hexavalent, le mercure, le nickel, le vanadium (sauf lorsqu’il fait partie d’un alliage) et leurs composés.

Figure 7-10 Répartition par secteur et par groupe de substances des éliminations et des transferts de substances toxiques en 2015

Diagramme à barres superposées représentant  la distribution des éliminations et transferts par secteur industriel pour certains groupes de substances en 2015

Longue description
Aldéhydes :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication3828%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz3,22%
Autres secteurs9570%

 

BTEX:
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication5 48817%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz7 09722%
Autres secteurs20 13062%

 

Métaux toxiques au sens de la LCPE :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité1 5821%
Fabrication49 21129%
Extraction minière et exploitation en carrière105 68262%
Extraction de pétrole et de gaz7 0334%
Autres secteurs6 7174%

 

Dioxines and furanes :
SecteurQuantités déclarées (grammes d’équivalent toxique)Pourcentage
Électricité0,07<1%
Fabrication16799%
Extraction minière et exploitation en carrière0,033<1%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs0,596<1%

 

Diisocyanates :
SecteurQuantités déclarées (kg)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication91137%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs1 57263%

 

Hexachlorobenzène :
SecteurQuantités déclarées (grammes)Pourcentage
Électricité0,080<1%
Fabrication17 077100%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs00%

 

Fluorures inorganiques :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication49 97099%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs2751%

Figure 7-10 Répartition par secteur et par groupe de substances des éliminations et des transferts de substances toxiques en 2015

Diagramme à barres superposées représentant  la distribution des éliminations et transferts par secteur industriel pour certains groupes de substances toxiques en 2015 (suite)

Longue description
Nutriments :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication10 06143%
Extraction minière et exploitation en carrière2 1689%
Extraction de pétrole et de gaz2 93713%
Autres secteurs8 31635%

 

Substances appauvrissant la couche d’ozone :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication0,0882%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs5,798%

 

Hydrocarbures aromatiques polycycliques :
SecteurQuantités déclarées (kg)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication861 42453%
Extraction minière et exploitation en carrière1 044<1%
Extraction de pétrole et de gaz260 98216%
Autres secteurs512 01931%

 

Phénols :
SecteurQuantités déclarées (kg)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication27 95192%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs2 3998%

 

Phtalates :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité00%
Fabrication71100%
Extraction minière et exploitation en carrière00%
Extraction de pétrole et de gaz00%
Autres secteurs00%

 

Autres :
SecteurQuantités déclarées (tonnes)Pourcentage
Électricité184<1%
Fabrication7 5319%
Extraction minière et exploitation en carrière77<1%
Extraction de pétrole et de gaz21 66825%
Autres secteurs56 80166%

La Figure 7-11 indique l’emplacement des installations ayant déclaré l’élimination et le transfert de substances toxiques à travers le Canada. Les trois installations ayant déclaré les plus grandes quantités de substances toxiques éliminées et transférées (plus de 16 000 tonnes) proviennent du secteur de la fabrication et du secteur minier : les deux installations de fabrication sont une installation de traitement de la brasque usée au Québec et une installation de transformation de métaux non ferreux en Colombie-Britannique et l’installation du secteur minier est une mise de nickel-cuivre en Ontario.

Figure 7-11 Carte des installations ayant déclaré l’élimination et le transfert de substances toxiques en 2015, par secteur, et quantités totales déclarées

Carte du Canada représentant la localisation des installations déclarant des éliminations et transferts  des substances toxiques en 2015, par secteur et quantités totales déclarées de ces rejets

Longue description
Électricité :
Provinces/territoiresMoins de
500 tonnes
500 –
2 000 tonnes
2 000 –
4 000 tonnes
4 000 –
16 000 tonnes
Plus de
16 000 tonnes
Total
Alberta900009
Ontario900009
Québec100001
Colombie-Britannique600006
Saskatchewan300003
Manitoba100001
Nouvelle-Écosse500005
Nouveau-Brunswick200002
Terre-Neuve-et-Labrador100001
Territoires du Nord-Ouest000000
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard000000
Yukon000000

 

Fabrication :
Provinces/territoiresMoins de
500 tonnes
500 –
2 000 tonnes
2 000 –
4 000 tonnes
4 000 –
16 000 tonnes
Plus de
16 000 tonnes
Total
Alberta69500074
Ontario3965100402
Québec1524001157
Colombie-Britannique58000159
Saskatchewan10000010
Manitoba29000029
Nouvelle-Écosse10000010
Nouveau-Brunswick9100010
Terre-Neuve-et-Labrador100001
Territoires du Nord-Ouest000000
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard200002
Yukon000000

 

Extraction minière et exploitation en carrière :
Provinces/territoiresMoins de
500 tonnes
500 –
2 000 tonnes
2 000 –
4 000 tonnes
4 000 –
16 000 tonnes
Plus de
16 000 tonnes
Total
Alberta400004
Ontario17521126
Québec11041016
Colombie-Britannique7230012
Saskatchewan10200012
Manitoba221005
Nouvelle-Écosse000000
Nouveau-Brunswick101002
Terre-Neuve-et-Labrador300104
Territoires du Nord-Ouest112004
Nunavut000101
Île-du-Prince-Édouard000000
Yukon000000

 

Extraction pétrolière et gazière :
Provinces/territoiresMoins de
500 tonnes
500 –
2 000 tonnes
2 000 –
4 000 tonnes
4 000 –
16 000 tonnes
Plus de
16 000 tonnes
Total
Alberta801331097
Ontario000000
Québec000000
Colombie-Britannique13000013
Saskatchewan10100011
Manitoba000000
Nouvelle-Écosse100001
Nouveau-Brunswick000000
Terre-Neuve-et-Labrador100001
Territoires du Nord-Ouest100001
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard000000
Yukon000000

 

Autres Secteurs :
Provinces/territoiresMoins de
500 tonnes
500 –
2 000 tonnes
2 000 –
4 000 tonnes
4 000 –
16 000 tonnes
Plus de
16 000 tonnes
Total
Alberta83814096
Ontario1045410114
Québec52121056
Colombie-Britannique45000045
Saskatchewan16100017
Manitoba13100014
Nouvelle-Écosse700007
Nouveau-Brunswick600006
Terre-Neuve-et-Labrador400004
Territoires du Nord-Ouest100001
Nunavut000000
Île-du-Prince-Édouard200002
Yukon000000

Source : Inventaire national des rejets de polluants (INRP), données de 2015

Date de modification :