Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

2015 Rapport sommaire : données révisées déclarées par les installations

5. Emplacement géographique des installations ayant effectué une déclaration à l'INRP


Les 7 284 installations qui ont déclaré des rejets directs, des éliminations et des transferts à l’INRP en 2015 sont réparties dans l’ensemble des provinces et des territoires du Canada, comme l’illustrent la Figure 5-1 et le Tableau 5-1.

Figure 5-1 Carte des installations ayant soumis une déclaration à l’INRP pour 2015, par secteur industriel

Carte du Canada représentant la localisation des installations ayant soumis une déclaration à l'INRP pour 2015, par secteur industriel

Longue description
Provinces/territoiresÉlectricitéFabricationExtraction minière et exploitation en carrièreExtraction pétrolière et gazièreAutres secteursTotal
Alberta40244242 3022662 876
Ontario631 12910283621 664
Québec27588390159813
Colombie-Britannique2124324313132733
Saskatchewan175422479133705
Manitoba128212559170
Nouvelle-Écosse8425837100
Nouveau-Brunswick441601869
Terre-Neuve-et-Labrador217842565
Territoires du Nord-Ouest27052539
Nunavut25040433
Île-du-Prince-Édouard1500713
Yukon201014

Source : Inventaire national des rejets de polluants (INRP), données de 2015

Ce tableau montre les installations ayant déclaré pour 2015 (7 284 installations), excluant celles qui n’ont pas rencontré les critères de déclaration (1 327 installations).

Tableau 5-1 Emplacement des installations ayant soumis une déclaration à l’INRP pour 2015, par province et territoire
Provinces/territoiresNombre d’installationsPourcentage
Alberta2 87639%
Ontario1 66423%
Québec81311%
Colombie-Britannique73310%
Saskatchewan70510%
Manitoba1702%
Nouvelle-Écosse1001%
Nouveau-Brunswick691%
Terre-Neuve-et-Labrador651%
Territoires du Nord-Ouest391%
Nunavut33<1%
Île-du-Prince-Édouard13<1%
Yukon4<1%
Total7 284100%

L’Alberta possède le plus grand nombre d’installations ayant effectué une déclaration à l’INRP pour 2015 (2 876 installations, soit 39 % du total). De ce nombre, 80 % (2 302 installations) font partie du secteur de l’extraction de pétrole et de gaz. Entre 2014 et 2015, le nombre d’installations déclarantes de la province a diminué de 370, principalement en raison d’installations du secteur de l’extraction du pétrole ayant indiqué ne plus répondre aux critères de déclaration de l’INRP pour 2015.

L’Ontario détient le deuxième plus grand nombre d’installations ayant effectué une déclaration en 2015 (1 664 installations, soit 23 % du total). La majorité de ces installations sont issues du secteur de la fabrication, et sont concentrées dans le sud de l’Ontario. Le nombre d’installations ayant soumis une déclaration en Ontario est demeuré stable entre 2014 et 2015.

Le Québec, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique comptent chacun environ 10 % des installations ayant effectué une déclaration en 2015 (813 au Québec, 733 en Colombie-Britannique et 705 en Saskatchewan).

Au Québec, la majorité des installations proviennent du secteur de la fabrication, notamment les usines de fabrication de produits chimiques et de produits en bois. Toutes les fonderies d’aluminium au Canada sont situées au Québec, sauf une qui se trouve en Colombie-Britannique. La plupart des installations manufacturières sont situées le long du corridor Québec-Windsor, qui longe le fleuve Saint-Laurent. En 2015, 19 installations de moins qu’en 2014 ont soumis une déclaration à l’INRP, tous secteurs confondus.

En Colombie-Britannique, 43 % (313 installations) des installations déclarantes de la province font partie du secteur de l’extraction de pétrole et de gaz, et 33 % (243 installations), du secteur de la fabrication, en particulier de produits en bois. En 2015, 48 installations de moins qu’en 2014 ont soumis une déclaration à l’INRP. Cette diminution est principalement attribuable au secteur de l’extraction de pétrole et de gaz.

En Saskatchewan, 68 % (479 installations) des installations déclarantes proviennent du secteur de l’extraction de pétrole et de gaz. Les autres installations déclarantes incluent des mines d’uranium et de potasse, ainsi que des installations de manutention et de stockage de grains. En 2015, 85 installations de moins qu’en 2014 ont soumis une déclaration à l’INRP. Cette diminution est principalement attribuable au secteur de l’extraction de pétrole et de gaz.

Au Manitoba, les secteurs déclarant à l’INRP sont variés et incluent des usines de fabrication d’aliments pour animaux et de produits chimiques, des mines ainsi que des installations du secteur de la manutention des grains. En 2015, cinq installations de moins qu’en 2014 ont soumis une déclaration à l’INRP.

Dans les provinces de l’Atlantique, les installations de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle Écosse qui ont soumis une déclaration sont réparties dans divers secteurs, comme ceux de la production d’électricité, de la fabrication (produits alimentaires, produits en bois) et d’autres (services de défense, traitement des eaux usées). Terre-Neuve-et-Labrador, de son côté, comporte surtout des installations de production d’électricité, localisées le long des côtes, ainsi que des mines. La Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador détiennent également toutes les installations pétrolières et gazières extracôtières en activité au Canada. Globalement, en 2015, 12 installations de moins qu’en 2014 ont soumis une déclaration à l’INRP, tous secteurs confondus.

La plupart des installations dans le Nord du Canada (Yukon, Territoires-du-Nord-Ouest et Nunavut) sont des groupes électrogènes diesel desservant les collectivités situées hors réseau, des exploitations minières et des activités d’extraction de pétrole et de gaz. Globalement, en 2015, quatre installations de moins qu’en 2014 ont soumis une déclaration à l’INRP, principalement du secteur des services de défense, parce qu’elles ne rencontraient plus les critères de déclaration de l’INRP.

Pour plus de renseignements sur les rejets directs, les éliminations et les transferts déclarés par province, veuillez vous reporter à la section 10.7, intitulée Répartition par province et territoire des rejets, éliminations et transferts déclarés.

Date de modification :