Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Dix ans de recherches les effets sur les environnementaux des effluents des fabriques de pâtes et papiers au Canada (1992-2002)

5.4 Caractéristiques des substances bioactives établies par les études sur le terrain et en laboratoire

C'est au milieu des années 1990 qu'il a été établi que les effluents avaient la capacité d'exercer des effets sur les organismes vivants, quels que soient les procédés de fabrication et les méthodes de traitement des effluents utilisés (voir Études de terrain et recherches mécanistes), ce qu'est récemment venu confirmer le second cycle des ESEE (Lowell et al., 2003). On peut en déduire au minimum que toutes les fabriques de pâte rejettent des composés similaires aux sites étudiés, et que ces composés ne sont pas éliminés par les traitements classiques des effluents. Des études sur les flux de résidus ont révélé que les déchets provenant des lessiveurs (condensats, liqueur noire) et les effluents de l'installation de blanchiment constituaient des sources de substances bioactives. Ensemble, ces observations autorisent à penser que la lignine serait la source de ces composés.

Bien que des études effectuées du milieu à la fin des années 1990 aient permis d'isoler des produits chimiques bien précis associés à l'induction des OFM et, dans certains cas, d'établir la structure chimique de ligands de l'AhR présents dans les effluents (Figure 5; Burnison et al., 1999; Martel et al., 1997), des substances chimiques non identifiées présentes dans les effluents des fabriques de pâte continuent de provoquer une augmentation de l'activité de l'EROD. Les composés qui perturbent la reproduction chez les poissons sauvages résistent davantage à l'identification. Cependant, on peut se faire une idée de l'origine et des propriétés des substances en jeu d'après les observations faites sur la nature de l'exposition et celle des réponses déclenchées dans le cadre des études sur le terrain et des expériences en laboratoire. Par exemple, certains éléments indiquent que des produits influant sur la production de stéroïdes chez le cyprin doré sont formés au cours du traitement secondaire des effluents, comme en témoigne l'exposition de sujets aux flux de résidus issus d'une usine de pâte au bisulfite blanchie et d'une fabrique de pâte kraft blanchie (Parrott et al., 2000a). D'autres observations révèlent que tant l'induction de l'EROD que les effets sur les taux de stéroïdes circulants chez les poissons requièrent une exposition continue pour durer et que, lorsqu'on met fin à l'exposition, les 2 paramètres reviennent à la normale (récapitulation dans Munkittrick et al., 1998; Van Der Kraak et al., 1998). D'autres études ont montré que les ligands de l'AhR et des stéroïdes sexuels s'accumulent au bout de 4 jours (Hewitt et al., 2000a, b), et que leur dépuration prend 6 jours, sauf en ce qui concerne les ligands des récepteurs androgéniques, qui demeurent dans les tissus (Hewitt et al., 2003). À une fabrique de pâte kraft blanchie, parmi les composés présents dans les condensats issus de la récupération chimique, ceux qui réduisent les taux de testostérone et la production de cette hormone par les gonades, se sont révélés polaires, immédiatement biodisponibles et capables d'induire une réponse en 7 jours (Hewitt et al., 2002).

La possibilité de synergie ou d'antagonisme entre les composés complique leur identification et la compréhension des mécanismes par lesquels ils exercent leurs effets. Des études menées récemment sur des effluents terminaux indiquent que le potentiel d'activité antiostrogénique associé aux effluents issus de plusieurs procédés pourrait être responsable de l'absence de réponses, en ce qui concerne la vitellogénine, qu'on a observée chez des poissons sauvages et des sujets de laboratoire (Marlatt, 2003).