Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation nationale des données des études de suivi des effets sur l'environnement des fabriques de pâtes et papiers

4.2 Étude des populations de poissons

Évaluation nationale des données des ESEE

L’étude des populations de poissons consiste à effectuer un suivi des poissons dans les eaux réceptrices des effluents des fabriques et à faire une comparaison avec des poissons capturés dans une zone de référence. La démarche adoptée consiste à étudier la croissance, la reproduction, la condition et la survie pour évaluer la santé générale du poisson et peut signaler qu’une espèce est en péril.

Les études de suivi des poissons réalisées pendant le cycle 1 se sont heurtées à plusieurs problèmes. Ainsi, ce n’est qu’à 8 % des fabriques (9 des 115 études) qu’il a été possible de capturer le nombre minimum nécessaire de poissons (20 mâles et 20 femelles de deux espèces) dans les zones exposées et les zones de référence (Environnement Canada, 1997). L’objectif n’a été atteint que partiellement ou presque complètement que pour 50 % des fabriques et il n’a pas été atteint pour 42 % d’entre elles (nombre insuffisant de poissons de chaque espèce et de chaque sexe). Les problèmes les plus courants survenus au cours du cycle 1 ont été le nombre insuffisant de poissons, l’incertitude quant à l’exposition aux effluents, l’absence de sites de référence appropriés et la présence d’autres effluents. Les études du cycle 2 se sont avérées mieux réussies car, pour plus de 82 % d’entre elles, il a été possible de recueillir suffisamment de données pour en permettre l’interprétation.

Comme dans le cas des études de la communautés d’invertébrés benthiques, tous les effets notés au cours du cycle 2 n’étaient pas nécessairement attribués aux fabriques. Pour certains sites, des incertitudes quant au plan d’étude faisaient douter des résultats obtenues. En outre, les effets mesurés ne sont pas toujours pertinents du point de vue écologique, pour un site en particulier et à un temps donné du moins en ce qui touche certains aspects. Ainsi, si la population de poissons se maintient, cela peut indiquer qu’elle peut survivre en dépit de la présence d’effluents de mauvaise qualité, bien que cela puisse également supposer l’accès à des eaux non polluées à certains moments du cycle biologique (McMaster et al., 1991; Munkittrick et al., 1997, 1998).