Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation nationale des données des études de suivi des effets sur l'environnement des fabriques de pâtes et papiers : résultats des cylces 1 à 3

8.0 Essais de toxicité sublétale - Introduction

Dans le cadre du programme d’ESEE, toutes les usines de pâtes et papiers du Canada doivent mesurer le niveau de toxicité sublétale de leurs effluents. Deux fois par année, en été et en hiver, les usines font une série de trois essais sur : 1) le développement des premiers stades des poissons, 2) la reproduction d’un invertébré et 3) l’inhibition de la croissance ou la reproduction des algues. Les essais de toxicité sublétale se font selon des méthodes fixées par règlement et s’appliquent à différentes espèces selon le type d’environnement récepteur (pour les méthodes spécifiques, voir Environnement Canada, 2004a).

Aux fins de la présente évaluation nationale, les résultats des essais de toxicité sublétale sont utilisés pour mesurer les changements dans la qualité des effluents. À l’échelle des usines, ces données peuvent aussi servir à comprendre et à estimer, dans les situations où les rejets sont multiples, les apports relatifs des diverses sources aux effets observés dans le milieu récepteur.

La mesure terminale utilisée pour mesurer la qualité des effluents est la concentration inhibitrice de 25 % (CI25) -- c. à d., la concentration de l’effluent à laquelle on observe une inhibition (de la croissance ou de la reproduction, par exemple) de 25 % chez les organismes d’essai exposés par rapport aux organismes de référence. Dans un essai en eau douce, si l’effluent à pleine concentration n’a pas d’effet inhibiteur de 25 %, la mesure terminale obtient une valeur de = 100 %. Pour les essais en eau salée, la plus forte concentration pour les effluents ajustés pour la salinité est de = 60 %. On notera donc que, dans les essais en milieu estuarien/marin, si l’effluent à pleine concentration n’a pas d’effet inhibiteur de 25 %, la mesure terminale obtient une valeur de = 60 % parce qu’il s’agit de la plus haute concentration pouvant être utilisée lorsqu’on ajoute, comme c’est normalement le cas, une saumure hautement concentrée à l’effluent afin d’en ajuster la salinité. On a récemment modifié la méthode d’ajustement de la salinité. On ajoutera maintenant des sels secs. Cette méthode rendra possible les essais sur des effluents à pleine concentration.