Gestion de la qualité des effluents des usines de pâtes et papiers au Canada

Accéder au PDF (441 Ko)

Le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers (le Règlement) supervise le rejet de substances nocives par les usines de pâtes et papiers dans les eaux où vivent des poissons.

Depuis 1985, la qualité des effluents des usines de pâtes et papiers rejetés directement dans l'environnement, comme indiqué dans le Règlement, a connu une amélioration considérable. En 2014, 97,5 %, 99,9 % et 99,8 % des échantillons d'effluents ont satisfait aux exigences réglementaires en matière de tests de toxicité sur les poissons, de demande biochimique en oxygène et du total des matières en suspension, respectivement.

Le Règlement établit des limites quant à la quantité totale de matières en suspension et de matières exerçant une demande biochimique en oxygène et interdit le rejet d'effluents qui représentent une létalité aigüe pour les poissons. Depuis 1996, toutes les usines sont soumises aux Règlements.

Pourcentage des tests réglementaires réussis par les usines de pâtes et papiers, Canada, 1985 à 2014 (années sélectionnées)

Graphique de dispersion - voir description longue ci-dessous

Description longue

Le graphique de dispersion montre le pourcentage des tests ayant satisfait aux normes réglementaires en matière de toxicité, de demande biochimique en oxygène et du total de matières en suspension en 1985, 1996, 1998, 2000, 2002, 2003, 2008, 2012, 2013 et 2014. Au cours de cette période, le pourcentage de tests ayant satisfait aux normes réglementaires a augmenté. En 2014, les tests de toxicité, de demande biochimique en oxygène et du total de matières en suspension ont satisfait aux normes réglementaires 97,5 %, 99,9 % et 99,8 % du temps respectivement, par rapport à 25 %, 68 % et 60 % du temps en 1985.

Données du graphique
Pourcentage des tests réglementaires réussis par les usines de pâtes et papiers, Canada, 1985 à 2014 (années sélectionnées)
AnnéeTests de toxicité réussis
(pourcentage)
Nombre total de tests de toxicitéTests de demande biochimique en oxygène réussis
(pourcentage)
Nombre total de tests de demande biochimique en oxygèneTests du total de matières en suspension réussis
(pourcentage)
Nombre total de tests du total de matières en suspension
198525n.d.68n.d.60n.d.
1996782 51797,937 45399,745 366
199890,4n.d.99,7n.d.99,9n.d.
200094,9n.d.99,8n.d.99,8n.d.
200295,9n.d.99,9n.d.99,9n.d.
200396,41 96699,933 58599,941 926
200897,41 84799,920 88399,935 646
201298,31 53599,716 70699,829 383
201396,21 54099,916 85199,829 012
201497,51 45799,916 55999,828 670

Note : n.d. = non disponible.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,93 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : Les Tests de toxicité désignent les tests de toxicité des effluents sur les poissons. La Demande biochimique en oxygène désigne la quantité d'oxygène dissous nécessaire à la décomposition des matières organiques dans l'eau. Le Total de matières en suspension comprend toutes les particules dans l'eau qui ne passeront pas à travers un filtre. Quand les niveaux de demande biochimique en oxygène et du total de matières en suspension augmentent, un plan d'eau commence à perdre sa capacité à supporter les animaux aquatiques.
Source : Pour 1985–2008 : Environnement et Changement climatique Canada (2012) Rapport d'étape sur le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers. Pour 2012–2014 : Environnement et Changement climatique Canada. Division de la Loi sur les pêches et des produits forestiers (Eau) et ont été fournies par des fabriques réglementées de pâtes et papiers et par des installations extérieures de traitement.

Les pâtes sont produites à partir de bois, de plantes à fibres ou de vieux papiers. Elles peuvent être produites au moyen de processus chimiques, semi-chimiques ou mécaniques pour décomposer les matières brutes en fibres qui seront utilisées pour fabriquer le papier. Le Canada est un des chefs de file en matière de production de produits de pâtes et papiers dans le monde. En 2014, le secteur des usines de pâte à papier, de papier et de carton employait 29 655 CanadiensNote de bas de page [1] et a contribué à 0,3 % du produit intérieur brut du Canada.Note de bas de page [2]

Des quantités importantes d'eau sont utilisées dans le cadre de la production de pâtes. Le secteur se classe au second rang derrière les municipalités en ce qui concerne le déversement d'eaux usées dans l'environnement canadien. Par exemple, une usine de pâte kraft typique déverse de 80 000 à 130 000 mètres cubes d'effluents par jour dans les eaux, soit l'équivalent d'environ trois à cinq piscines olympiques d'effluents par jour. Les effluents sont une combinaison complexe de déchets produits dans le cadre de la production de pâtes et papiers, incluant les eaux usées provenant de l'écorçage du bois, du lavage de la pâte, du blanchiment de celle-ci, ainsi que de la récupération des produits chimiques de cuisson. Avant leur rejet, les effluents sont traités, habituellement en deux étapes, à savoir les traitements primaire et secondaire. Au cours du traitement primaire, les matières en suspension sont retirées par le passage dans des clarificateurs et/ou des bassins de décantation. Au cours du traitement secondaire, des bactéries décomposent les matières biodégradables et les composés toxiques, ce qui réduit la demande biochimique en oxygène, la toxicité et les niveaux du total des matières en suspension qui peuvent endommager l'habitat des poissons en aval de l'usine. Le traitement biologique secondaire est devenu commun en 1996 à la suite de l'établissement des limites réglementaires actuelles en 1992.

Indicateurs connexes

Renseignements supplémentaires

Îcone : Laces et cours d'eau vierges Lacs et cours d'eau vierges

Cet indicateur appuie la mesure vers l'atteinte de l'objectif à long terme de la Stratégie fédérale de développement durable 2016–2019 : Des lacs et des cours d'eau propres soutiennent la prospérité économique et le bien-être des Canadiens.

Accéder au PDF (441 Ko)

Date de modification :