Habitat protégé pour les espèces en péril

En date du 31 mars 2013, on comptait 1 737 kilomètres carrés d’habitat protégé au Canada grâce au Programme d’intendance de l’habitat (PIH) pour les espèces en péril, au profit de jusqu’à 417 espèces évaluées comme étant « en péril » (en voie de disparition, menacée ou préoccupante) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). La superficie protégée a augmenté constamment depuis le début du programme en 2000–2001.

Superficie cumulative d’habitat protégé pour les espèces en péril au Canada grâce à des projets financés par le PIH, 2000 à 2012

Superficie cumulative d’habitat protégé pour les espèces en péril au Canada grâce à des projets financés par le PIH, 2000 à 2012

Voir les données de ce graphique
Comment cet indicateur est calculé

Note : La ligne verte indique la superficie cumulative d'habitat protégé par le Programme d’intendance de l’habitat. Les années réfèrent aux années fiscales (d’avril à mars). L’année 2012 réfère donc à la période du 1er avril 2012 au 31 mars 2013.
Source : Environnement Canada (2013) Service canadien de la faune, Bureau des programmes de financement des espèces en péril.

En date de mai 2013, 654 espèces sauvages ont été évaluées comme étant en voie de disparition, menacées ou préoccupantes par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).Note de bas de page [1] Plusieurs autres pourraient être en péril. Par exemple, le rapport Espèces sauvages pour l'année 2010 classe la situation de 2 013 espèces comme étant en péril, possiblement en péril ou sensibles.Note de bas de page [2] Bien qu'une espèce puisse être considérée en péril pour de nombreuses raisons, dans la plupart des cas, le déclin d’une espèce est attribuable aux activités humaines qui altèrent l'habitat, tel que le développement urbain, l'agriculture, le développement des ressources naturelles, les espèces envahissantes, la pollution et les changements climatiques. Reconnaissant l'importance de l'habitat naturel pour la survie et le rétablissement des espèces, le gouvernement du Canada a lancé le PIH en 2000. Le PIH supporte la Loi sur les espèces en péril (LEP) et donne la priorité aux espèces inscrites sur la Liste des espèces en péril (Annexe 1 de la LEP).

Le PIH fournit un financement pour des activités d'intendance qui, avec d'autres mesures de conservation, protègent des terres pour les espèces en péril et appuient le rétablissement de ces espèces, améliorent l'habitat ou atténuent les menaces qui pèsent sur ces espèces par suite de l'activité humaine. Le PIH considère l'habitat comme « protégé » quand il a été protégé par un achat, un don ou d'autres accords juridiquement contraignants, comme des servitudes de conservation et des baux.Note de bas de page [3] Le PIH n’est pas le seul programme qui protège l'habitat pour les espèces en péril. Il y a plusieurs organisations et initiatives fédérales, provinciales et non gouvernementales qui protègent aussi ces habitats.

Indicateurs connexes

Renseignements supplémentaires

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Ceci n’inclut pas les espèces sauvages inscrites comme disparues (15) ou disparues du pays (22) (données à jour en date de décembre 2012).

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (2012) Espèces sauvages 2010: La situation générale des espèces au Canada, Groupe de travail national sur la situation générale. Consulté le 6 septembre 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Le terme « servitude » inclut les servitudes (au Québec) et les « covenants » (en Colombie-Britannique). Les aires sécurisées dans le cadre du PIH sont protégées. Toutefois, elles peuvent ou non être officiellement classées comme « aires protégées » en vertu de la définition de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), telle qu’appliquée au Canada.

Retour à la référence de la note de bas de page 3