Aires protégées, par province et territoire

Le pourcentage de la superficie terrestre et d’eau douce protégée se situe entre 2,8 % et 14,4 % selon la province ou le territoire. Les différences dans la géographie et l’utilisation historique des terres influent sur le degré de protection. Par exemple, l'Île-du-Prince-Édouard est très agricole, tandis que l'utilisation récréative des paysages montagneux de la Colombie-Britannique est compatible avec la protection de l'environnement.

Pourcentage total des terres et de l’eau douce protégés par province et territoire, Canada, 2012

Pourcentage total des terres et de l’eau douce protégés par province et territoire, Canada, 2012

Voir les données de ce graphique
Comment cet indicateur est calculé

Note : Les aires protégées incluent les terres et l’eau douce, mais les aires marines sont exclues.
Source : Pour le Canada (sauf le Québec) : Conseil canadien des aires écologiques (CCAE) (2013) Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation (SRSAC). Pour le Québec : Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (2013) Base de données du Registre des aires protégées au Québec. Les données sont à jour au 31 décembre 2012.

La Colombie-Britannique, l'Alberta, le Yukon, le Manitoba et l’Ontario ont la plus grande proportion de terres bénéficiant d'un certain niveau de protection (plus de 10 % pour les aires terrestres).

Le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest, le Québec, la Nouvelle-Écosse et la Saskatchewan ont 8 à 10 % de leur territoire sous protection.

Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard ont moins de 5 % de leur territoire sous protection.

Indicateurs connexes