Étendue des milieux humides au Canada

Accéder au PDF (316 Ko)

Les milieux humides sont l'un des écosystèmes les plus productifs de la terre. Ils offrent de nombreux services écosystémiques et abritent un nombre disproportionnellement élevé d'espèces, y compris des espèces en péril et un nombre important d'oiseaux migrateurs, de poissons, d'amphibiens, une grande diversité de plantes et de nombreuses autres espèces.

Au Canada, les milieux humides couvrent environ 1,29 million de kilomètres carrés (km2), soit 13 % du territoireNote de bas de page [1] du pays, ce qui représente environ un quart des milieux humides qui existent encore dans le monde.Note de bas de page [2] Les activités de suivi des milieux humides révèlent en général que l'étendue de ces milieux diminue en raison de leur conversion en terres agricoles ou à d'autres types de développement.Note de bas de page [3]

La plus grande partie des milieux humides du Canada se trouve dans le bouclier boréal (25 % de l'aire des milieux humides du Canada), les plaines hudsonniennes (21 %) et les plaines boréales (18 %). Les milieux humides forment presque 80 % une très grande proportion des plaines hudsonniennes et une très faible proportion des régions montagneuses comme la cordillère arctique (moins de 0,5 %) et la cordillère montagnarde (moins de 2 %).

Étendue des milieux humides, Canada, circa 2000Note de bas de page [4]

Carte du Canada - Voir la description longue ci-dessous

Description longue

La carte présente la proportion des milieux humides dans l'ensemble du Canada. Les basses terres de la baie d'Hudson et la forêt boréale du sud-ouest renferment la plus grande proportion de milieux humides, alors que les régions de l'Arctique, de la Cordillère et des Prairies en renferment les plus faibles proportions.

Données de la carte
Étendue des milieux humides, Canada, circa 2000
ÉtiquetteÉcozoneSuperficie des milieux humides
(kilomètres carrés)
Proportion de milieux humides dans l'écozone
(pourcentage)
L01Cordillère arctique1 0590,45
L02Haut-Arctique48 8773,4
L03Bas-Arctique52 4725,6
L04Taïga des plaines138 73725,0
L05Taïga du Bouclier145 87311,0
L06Bouclier boréal320 77816,9
L07Maritime de l'Atlantique6 9206,3
L08Plaines à forêts mixtes12 85711,1
L09Plaines boréales235 93830,3
L10Prairies14 2693,1
L11Cordillère montagnarde8 1521,86
L12Maritime du Pacifique2 5871,2
L13Cordillère boréale7 1211,28
L14Taïga de la Cordillère2 5811,12
L15Plaines hudsonniennes276 23078,8
L16Toundra de la Cordillère1880,65
L17Hautes-terres de l'Atlantique3 5363,8
L18Plateaux semi-arides4600,81
 Total1 290 18712,9

Note : La somme des superficies de milieux humides des écozones ne correspond pas au total en raison de la généralisation des limites à l'échelle nationale.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,22 Ko)

Comment cet indicateur est calculé
Carte non étiquettée

Note : Les valeurs illustrées représentent la proportion de milieux humide dans chaque cellule de 25 km par 25 km.
Source : Service canadien de la faune, 2016.

Les milieux humides peuvent être définies comme « des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l'eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée ».Note de bas de page [5] Autrement, un milieu humide peut être défini par sa fonction, comme une terre qui demeure saturée d'eau suffisamment longtemps pour favoriser des processus aquatiques.Note de bas de page [6] Ces définitions englobent de nombreux types de milieux humides, mais les exemples connus comprennent les tourbières oligotrophes, les tourbières minérotrophes, les marais, les marécages et les étangs.

Les milieux humides sont des écosystèmes précieux. Ils abritent un nombre disproportionnellement élevé d'espèces et sont souvent très productifs. Les milieux humides fournissent divers bénéfice à la population. Parmi ces bénéfices, mentionnons les « services écosystémiques », qui comprennent la purification de l'eau et l'élimination des polluants, l'absorption de l'eau durant les périodes d'inondation ou de sécheresse, le captage et le stockage de carbone de l'atmosphère et la mise à la disposition d'endroits où il est possible d'observer les animaux sauvages et se reconnecter au milieu naturel.

Renseignements connexes

Accéder au PDF (316 Ko)

Date de modification :