Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Rejets de substances nocives dans l'environnement

Il est prouvé que les substances toxiques rejetées dans l’environnement ont des effets nocifs sur la santé humaine, la faune et la diversité biologique. Par exemple, les métaux toxiques et les polluants organiques peuvent être inhalés ou se déposer sur le sol et dans l’eau, d’où ils peuvent pénétrer dans la chaîne alimentaire et s’accumuler dans les tissus des organismes vivants. Certaines de ces substances peuvent aussi être transportées sur de grandes distances dans l’air.

Les indicateurs de rejets de substances nocives dans l'environnement permettent de faire le suivi des rejets de trois substances toxiques : le mercure (Hg), le plomb (Pb), le cadmium (Cd) et leurs composés, dans l’air et dans l’eau. Ces substances sont inscrites sur la liste des substances toxiquesNote de bas de page [1] en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], ce qui fait que leur rejet dans l’environnement est suivi de près. Les données utilisées pour calculer ces indicateurs proviennent des sommaires des émissions de polluants atmosphériques de 2012 et des tendances historiques ainsi que des rejets déclarés par les installations dans l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP), l’inventaire canadien des rejets de polluants prescrit par la loi et accessible au public.

En 2012, les émissions de Hg, de Pb et de Cd dans l’air ont diminué pour atteindre environ 10 % des niveaux de 1990 (des réductions d’émissions de 90 %, 87 % et 90 % respectivement). Ces réductions résultent principalement d’une diminution des émissions de source industrielle.

Émissions atmosphériques de métaux lourds, Canada, 1990 à 2012

Émissions atmosphériques de métaux lourds, Canada, 1990 à 2012

Description longue

Le graphique linéaire indiciel présente les changements annuels dans les émissions de 1990 à 2012, en pourcentages des émissions de 1990, pour trois métaux lourds constituant des polluants atmosphériques au Canada : le mercure, le plomb et le cadmium. En 2012, les émissions atmosphériques de mercure, de plomb et de cadmium étaient d’environ 10 %. Les émissions de ces métaux lourds ont diminué de 90 %, de 87 % et de 90 %, respectivement, de 1990 à 2012.

Voir les données de ce graphique
Comment cet indicateur est calculé

Note : Les émissions de sources naturelles (telles que les volcans) ne sont pas incluses.
Source : Environnement Canada (2014) Sommaires des émissions de polluants atmosphériques de 2012 et tendances historiques.

Les rejets de Hg, de Pb et de Cd dans l’eau ont diminué de 54 %, 43 % et 45 % respectivement entre 2003 et 2012. Ces réductions sont surtout attribuables à une diminution des rejets provenant des usines de traitement des eaux usées et de certaines sources industrielles.

Rejets de métaux lourds dans l’eau, Canada, 2003 à 2012

Rejets de métaux lourds dans l’eau, Canada, 2003 à 2012

Description longue

Le graphique linéaire indiciel présente les changements annuels dans les rejets de métaux lourds dans l’eau de 2003 à 2012, en pourcentages des émissions de 2003, pour trois métaux lourds au Canada : le mercure, le plomb et le cadmium. Les rejets de mercure, de plomb et de cadmium dans l’eau ont diminué de 54 %, de 43 % et de 45 %, respectivement, de 2003 à 2012.

Voir les données de ce graphique
Comment cet indicateur est calculé

Note : Ce graphique tient compte seulement des rejets dans l’eau déclarés dans l'INRP en fonction des critères de déclaration à l'INRP pour les rejets de Hg, de Pb et de Cd et de leurs composés. Ces quantités ne doivent pas être interprétées comme si elles représentaient des totaux exhaustifs de rejets dans l’eau de ces polluants au Canada.
Source : Environnement Canada (2014) Inventaire national des rejets de polluants – Données et tendances de 2012.

Détails sur les rejets de substances nocives dans l’environnement par substance

Thème III : Protéger la nature, tel que formulé dans la stratégie fédérale de développement durable.
Cet indicateur est utilisé dans la mesure du progrès vers l’atteinte de Cible 4.8 : Gestion des produits chimiques - Réduire les risques pour les Canadiens et les incidences sur l'environnement et la santé humaine que posent les rejets de substances nocives de la Stratégie fédérale de développement durable pour le Canada 2013-2016.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

L’article 64 de la LCPE (1999) définit une substance comme étant toxique si elle pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à a) avoir ou peut avoir immédiatement ou à long terme, des effets nocifs sur l’environnement ou sur la diversité biologique, b) mettre en danger ou peut mettre  en danger l’environnement essentiel pour la vie, ou c) constituer ou peut constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaine.

Retour à la référence de la note de bas de page 1