Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Sources des données et méthodes de l'indicateur sur le changement du niveau de risque de disparition des espèces sauvages

Méthodes

4.1 Évaluations de statuts par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) utilise un processus reposant sur les connaissances scientifiques et sur les connaissances autochtones et des collectivités pour évaluer les espèces sauvages en péril. Tous les mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens indigènes entrent dans le mandat actuel du COSEPAC.

Dans le cadre de son travail, le COSEPAC élabore la « Liste des espèces candidates du COSEPAC », une liste prioritaire des espèces sauvages à évaluer; il gère la production de rapports sur la situation des espèces sauvages et il organise des réunions au cours desquelles les espèces sauvages sont évaluées et classées dans les catégories de risque. Pour tout ce qu’il entreprend, le COSEPAC utilise la meilleure information possible pour l’aider à évaluer le risque de disparition des espèces sauvages. Cette information peut provenir de n’importe quelle source fiable de connaissances sur les espèces sauvages et leur habitat.

Le COSEPAC commande annuellement des rapports de situation pour les espèces sauvages candidates prioritaires inscrites à la Liste des espèces candidates du COSEPAC ou pour les espèces qui doivent être réévaluées (mises à jour de rapports de situation). Un rapport de situation est un document technique exhaustif qui compile et analyse la meilleure information disponible sur la situation d’une espèce sauvage au Canada. Il renferme de l’information sur la biologie d’une espèce sauvage, ainsi que de l’information sur sa répartition au Canada, la taille et les tendances des populations, la disponibilité et les tendances à l’égard de l’habitat, ainsi que les menaces qui pèsent sur l’espèce.

Tous les rapports de situation (y compris les mises à jour et les rapports non sollicités) doivent respecter les normes de qualité et d’exhaustivité du COSEPAC et peuvent faire l’objet d’examens minutieux par le sous-comité de spécialistes des espèces approprié et le sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones, ainsi que par les autorités responsables de l’espèce sauvage (y compris les gouvernements des provinces et territoires où l’espèce est présente, les ministères fédéraux responsables de l’espèce sauvage et les conseils de gestion des ressources fauniques). D’autres experts externes peuvent également être appelés à réviser les rapports de situation. Une fois les révisions terminées et les modifications nécessaires apportées, le rapport est distribué à tous les membres du COSEPAC.

Les membres du COSEPAC se servent des rapports de situation à des fins de discussion et de désignation du statut au cours de réunions semestrielles d’évaluation des espèces sauvages. Pour chaque espèce sauvage considérée au cours de ces réunions, le COSEPAC tient compte des cinq points suivants pour la désignation d’un statut canadien :

  1. Le rapport contient-il suffisamment d’information pour qu’il soit possible de déterminer l’admissibilité de l’espèce sauvage?
  2. Si cette information est suffisante, l’espèce sauvage est-elle admissible à l’évaluation?
  3. Le rapport de situation est-il adéquat et acceptable aux fins de l’évaluation?
  4. Quel statut découle de la mise en application des directives et critères quantitatifs d’évaluation approuvés par le COSEPAC?
  5. La situation ainsi établie de l’espèce est-elle conforme à la définition que donne le COSEPAC du statut proposé?

Les espèces sauvages sont classées dans une des sept catégories suivantes : Disparue (D), Disparue du pays (DP), En voie de disparition (VD), Menacée (M), Préoccupante (P), Non en péril (NEP) ou Données insuffisantes (DI). En mai 2014, on comptait 936 espèces avec un statut (voir le tableau 1).

Tableau 1 : Statut des espèces sauvages évaluées par le COSEPAC en date de mai 2014
StatutNombre total d’espèces
Disparue15
Disparue du pays22
En voie de disparitionNote de bas de page [A]306
MenacéeNote de bas de page [A]165
PréoccupanteNote de bas de page [A]200
Non en péril172
Données insuffisantes56
Total936
Note de bas de page A

La somme des espèces désignées En voie de disparition, Menacées et Préoccupantes correspond à un total de 671 espèces à risque.Note de bas de page [1]

Retour à la référence de la note de bas de page A

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 519 O)

4.2 Changements de statuts

Le COSEPAC note également un « changement de statut » dans ses évaluations, basé sur les deux plus récentes évaluations. Ce changement de statut fournit l’information de base pour l’indicateur des Indicateurs canadiens de la durabilité de l’environnement (ICDE), tel que résumé dans le tableau 2.

Les espèces avec un statut « Nouveau » n’ont été évaluées qu’une fois, elles ne sont donc pas incluses dans l’indicateur. Les espèces avec un statut « Données insuffisantes » pour une ou les deux dates d’évaluation sont également exclues.

Les espèces sauvages qui sont rapportées dans la catégorie « Réorganisation » sont examinées individuellement et regroupées en unités des ICDE qui peuvent être considérées comme un tout. Si la direction du changement peut être déterminée sans ambiguïté, les unités sont assignées au groupe de changement des ICDE approprié. Par exemple, une espèce sauvage qui a été divisée en deux sous-espèces suite à la réévaluation serait traitée comme une seule unité des ICDE. Si les deux nouvelles sous-espèces ont changé dans le même sens lors de la réévaluation, l’unité se verrait doté une catégorie de changement des ICDE. Si la direction du changement ne peut pas être déterminée, l’unité reçoit une catégorie de changement « Inconnu ».

Pour les données de 2014, les 74 espèces sauvages ayant un changement de statut de catégorie « Réorganisation » ont été regroupées en 37 unités des ICDE dont le statut a pu être examiné. Sur les 37 unités, sept ont été assignées à la catégorie « Aucun changement », trois à la catégorie de « Risque moins élevé » et trois à la catégorie de « Risque plus élevé », tandis que les 24 autres n’ont pu être classées. Les unités qui n’ont pas pu être attribuées sans ambiguïté à une catégorie de changement ne sont pas incluses dans l’indicateur. Pour de l’information plus détaillée sur le classement des espèces sauvages ayant un changement de statut du COSEPAC de « Réorganisation », veuillez consulter l’Annexe 1.

Tableau 2 : Relation entre les changements de statut du COSEPAC et les changements du niveau de risque de disparition des ICDE
Changements de statut du COSEPACDéfinitionChangements du niveau de risque de disparition des ICDE
Dans une catégorie de risque plus élevéL'espèce sauvage est inscrite à une catégorie de risque plus élevé à la suite de la plus récente réévaluation.Risque plus élevé
Aucune modificationNote de bas de page [A]L'espèce sauvage demeure dans la même catégorie de risque à la suite de la réévaluation.Aucun changement
Dans une catégorie de risque moins élevéL'espèce sauvage est inscrite à une catégorie de risque moins élevé à la suite de la réévaluation.Risque moins élevé
N'étant plus en périlL'espèce sauvage est passée d'une catégorie de risque à la catégorie « non en péril ».Risque moins élevé
NouveauLes espèces sauvages examinées pour la première fois sont classées dans la catégorie « nouveau ».Exclu
ModificationL'espèce sauvage est passée d'une catégorie de risque à la catégorie « données insuffisantes » ou est passée de la catégorie « données insuffisantes » à une catégorie de risque.Exclu
RéorganisationNotede bas de page [B]L'espèce sauvage a été assignée à une unité désignable différente que précédemment.Désignation au cas par cas
Note de bas de page A

Les espèces sauvages qui font partie de la catégorie « données insuffisantes » aux deux dates des évaluations sont exclues.

Retour à la référence de la note de bas de page A

Note de bas de page B

Les espèces qui sont dans la catégorie « réorganisation » sont examinées individuellement et sont regroupées en unités. Si la direction du changement peut être déterminée sans ambiguïté, ces unités sont assignées au groupe de changement approprié.

Retour à la référence de la note de bas de page B

 

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Dans ses rapports, le COSEPAC inclut la catégorie « disparue du pays » dans le groupe d’espèces à risque.

Retour à la référence de la note de bas de page 1