Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Sources des données et méthodes de l’indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d’oeuvre

Mises en garde et limites

  • Dans certains cas, les chiffres sont soit non disponibles, soit trop petits pour être exprimés ou inclus dans les agrégats nationaux. Des mises en garde détaillées sur la qualité ou l’exhaustivité des données annuelles provenant de chaque province et territoire, y compris des indications précisant quelles données sont des estimations, peuvent être obtenues en créant des rapports personnalisés dans la Base de données nationale sur les forêts (BDNF). À l’aide de cette base de données, il est possible de visualiser l’approvisionnement et la récolte par année, par type de bois (feuillus ou résineux) et par tenure (provinciale, privée, fédérale et territoriale).
  • Un agrégat national peut masquer les récoltes qui sont supérieures ou inférieures à la possibilité annuelle de coupe (PAC) dans chacune des provinces. Il en va de même des agrégats provinciaux, qui peuvent masquer la variabilité entre les zones d’aménagement. S’il arrive qu’une récolte soit supérieure à la PAC durant une partie de la période visée par la réglementation, ce dépassement peut être compensé ailleurs, de telle sorte que la PAC globale n’a pas été dépassée au cours de la période en question.
  • Comme il est indiqué à la section Méthodes, les PACs ne sont qu’une approximation de l’approvisionnement en bois sur les terres de la Couronne. En effet, lorsque les organismes responsables de l’aménagement forestier établissent le niveau de récolte admissible, ils prennent en considération de nombreux facteurs en matière de politiques en plus de la durabilité écologique de la forêt.
  • Un pourcentage important des terres boisées dans la région de l’Atlantique est de propriété privée. Selon L’État des forêts au Canada, Rapport annuel 2011, le pourcentage des terres forestières qui sont de propriété privée est de 50 % au Nouveau-Brunswick, de 68 % en Nouvelle-Écosse et de 91 % sur l’Île-du-Prince-Édouard. À Terre-Neuve-et-Labrador, la province détient 99 % des terres forestières, mais 69 % des droits de coupe ont été accordés à des entreprises de pâtes et papier par le biais de licences de 99 ans, et ces terres sont donc considérées comme étant de propriété privée. Compte tenu de la forte proportion de terres privées dans la région de l’Atlantique, les organismes provinciaux qui établissent la PAC doivent également évaluer le potentiel d’approvisionnement en bois d’œuvre sur les terres privées. Le pourcentage présumé de forêts privées où le bois est disponible pour la récolte varie selon la province. Par exemple, au Nouveau-Brunswick, 100 % des lots boisés privés sont considérés comme disponibles pour l’approvisionnement en bois d’œuvre, tandis qu’en Nouvelle-Écosse, seulement 60 % sont considérés comme disponibles pour la récolte. Étant donné que les lots boisés privés ne sont pas réglementés, il existe une incertitude associée à cette partie de l’équation de l’approvisionnement en bois. Comme la région de l’Atlantique ne représente qu’environ 4 % de la PAC totale du Canada, l’incertitude est modérée.
  • Les estimations de l’approvisionnement en bois des terres privées sont souvent basées uniquement sur la moyenne des récoltes antérieures, lesquelles ne sont généralement pas réglementées. Même si des estimations sont fournies, il est difficile de savoir avec certitude si les récoltes sont effectuées de manière durable sur ces terres.
  • Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement utilise la superficie totale du Canada (terres et eaux) pour calculer la proportion du pays couverte par des forêts et autres terres boisées. Les chiffres présentés dans le rapport intitulé L’État des forêts au Canada et dans la Base de données nationale sur les forêts incluent les « autres terres arborées » et excluent les zones non inventoriées. La proportion de la superficie du Canada couverte par des forêts, autres terres boisées et autres terres arborées est de plus de 43 %.