Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Intervalle de pluie et graphiques d’emplacement

Précipitations maximales absolues au cours d’une tempête

Le graphique du niveau de précipitations maximum absolu de la tempête en fonction de la distance selon la trajectoire de la tempête indique que 9,5 % (8 cas) se situaient à droite de la trajectoire, 3,5 % (3 cas) se situaient le long de la trajectoire et 86,9 % (73 cas) se situaient à gauche de la trajectoire. La plupart des cas ont généré moins de 200 mm de pluie avec quelques valeurs aberrantes à plus de 400 km à gauche de la trajectoire. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée
Le graphique du niveau de précipitations maximum absolu de la tempête en fonction de la distance selon la trajectoire de la tempête indique que 9,5 % (8 cas) se situaient à droite de la trajectoire, 3,5 % (3 cas) se situaient le long de la trajectoire et 86,9 % (73 cas) se situaient à gauche de la trajectoire. La plupart des cas ont généré moins de 200 mm de pluie avec quelques valeurs aberrantes à plus de 400 km à gauche de la trajectoire. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée

Le graphique ci­dessus montre la répartition des précipitations maximales absolues enregistrées pour chaque tempête en fonction de l'emplacement de la trajectoire de celle­ci. Cette distribution représente 84 cas pour lesquels les précipitations maximales pendant une tempête ont été de 25 mm ou supérieures.

87 % des précipitations maximales ont été enregistrées à la gauche de la trajectoire:

  • 84 % ont été enregistrées au plus à 400 km à la gauche de la trajectoire;
  • 60 % ont été enregistrées au plus à 200 km à la gauche de la trajectoire;
  • 33 % ont été enregistrées au plus à 100 km à la gauche de la trajectoire;
  • 9,5 % des épisodes de chutes de pluie maximales ont été enregistrés à la droite de la trajectoire.
  • 3,5 % des épisodes de chutes de pluie maximales ont été enregistrés le long de la trajectoire.

Cela s'explique par le fait que les précipitations maximales, lesquelles étaient enregistrées à la droite de la trajectoire et à l'intérieur du mur de l'œil, sont principalement observées à la gauche de la trajectoire au fur et à mesure que les masses d'air continental tropical se transforment en système post­tropical.

Un grand nombre des épisodes de précipitations les plus importantes (plus de 100 mm) se sont produits au plus à 100 km, et tous ceux de 150 mm et plus se sont produits au plus à 200 km. Tous les cas d'épisodes à la droite de la trajectoire sont survenus au plus à 200 km, et la moitié, au plus à 100 km.

La distance moyenne des précipitations maximales enregistrées à la gauche de la trajectoire est de 203 km, et la médiane est de 151 km. La distance moyenne des précipitations maximales enregistrées à la droite de la trajectoire est de 88 km, et la médiane est de 48 km. Cependant, les cas pour lesquels la distance maximale excède 500 km ont probablement été influencés ou causés par des caractéristiques se trouvant à l'extérieur de la circulation de masses d'air continental tropical. Par conséquent, si nous mettons de côté ces cas, les distances sont les suivantes:

  • À la gauche de la trajectoire : 168 km; médiane de 138 km;
  • À la droite de la trajectoire: 88 km; médiane de 48 km.

(Remarque : La distance moyenne à la droite de la trajectoire demeure la même, car aucune distance moyenne n'a été enregistrée à plus de 500 km à la droite de la trajectoire.)

Précipitations maximales par rapport à la vitesse des tempêtes

Le graphique des précipitations maximales en fonction de la vitesse du vent n’indique pas une baisse importante de la tendance exponentielle comme on le prédisait  si l’on utilisait l’équation des précipitations max = 2 500/vitesse du vent de la tempête. De plus, les données présentaient une faible tendance linéaire. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée
Le graphique des précipitations maximales en fonction de la vitesse du vent n’indique pas une baisse importante de la tendance exponentielle comme on le prédisait si l’on utilisait l’équation des précipitations max = 2 500/vitesse du vent de la tempête. De plus, les données présentaient une faible tendance linéaire. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée

Ce graphique montre le lien qui existe entre les précipitations maximales et la vitesse de progression masses d'air continental tropical (pour les cas à la gauche et à la droite de la trajectoire). L’examen de ce graphique permet d'obtenir certains résultats intéressants et inattendus. Une analyse de régression linéaire donne une équation de régression décrite par Y=0,225X + 69,553, mais des données peu adaptées comme l'indique le coefficient de corrélation (R2) dont la valeur est de 0,0037. La régression révèle une légère diminution des précipitations ainsi qu'une réduction de la vitesse des tempêtes, contrairement à ce qui était prévu au départ.

De façon générale, on peut dire que les tempêtes qui se déplacent à une vitesse de 16 à 30 nœuds entraînent le plus souvent des précipitations de l'ordre de 25 mm ou plus, alors que la fréquence diminue au fur et à mesure que la vitesse de la tempête augmente, comme on peut s'y attendre. Ce qui est quelque peu étonnant, toutefois, c'est la quantité beaucoup plus faible de pluies abondantes accompagnant les tempêtes les plus lentes. Plus de la moitié des précipitations de plus de 150 mm sont associées aux tempêtes se déplaçant rapidement. Presque tous ces épisodes sont liés aux systèmes post­tropicaux ou transitoires plus puissants qui interagissent avec d'autres caractéristiques à l'échelle synoptique ayant précédemment fait l'objet de discussion. Ainsi, il n'existe pas de lien étroit entre les quantités de précipitations maximales et la vitesse des tempêtes. En général, il semble que, au moment de déterminer les quantités de précipitations maximales, l'intensité et l'ampleur d'une tempête sont presque aussi importantes que sa vitesse de progression.

Sur le plan théorique – La tendance inattendue, en ce qui a trait aux quantités de précipitations relativement à la vitesse d'une tempête, peut être expliquée en partie par un examen plus approfondi de l'intensité de celle­ci. En règle générale, les tempêtes plus lentes étaient des tempêtes tropicales de faible intensité ou des systèmes dépressionnaires tropicaux. Par conséquent, il s'agissait de systèmes peu profonds dépourvus de convection profonde considérable et de bandes de pluie bien organisées. Ces systèmes peu profonds étaient guidés par un courant de guidage plus faible et de plus basse altitude responsable de leur faible vitesse. La faible convection et les bandes de pluie ont entraîné des taux de précipitations moins intenses, et leur plus petite taille a contrebalancé la durée accrue à laquelle on pourrait s'attendre par un déplacement plus lent. Par contre, la majorité des tempêtes se déplaçant rapidement étaient de plus grande envergure et beaucoup plus intenses. Une convection profonde, des circulations atmosphériques plus étendues, des bandes de précipitations importantes et l'humidité de nature plus tropicale ont donné lieu à des taux de précipitations plus intenses qui ont plus que compensé la vitesse de progression plus rapide et la diminution de la durée des précipitations. Un autre élément favorisant l'augmentation de la quantité des précipitations d'un grand nombre de ces tempêtes est l'interaction plus importante avec certains éléments extratropicaux, comme les limites frontales et les rapides de courant-jet en altitude.

Les graphiques suivants présentent un aperçu général de la répartition de la pluie pour un seuil de pluie donné relativement à la trajectoire d’une tempête. Ils tiennent compte de toutes les données provinciales; par conséquent, de nombreux points et lignes du graphique peuvent être associés à une seule tempête. Les lignes représentent la plage et l'emplacement des quantités de précipitations pour chaque tempête pour l'intervalle de seuils respectif. Les points verts sur chaque graphique représentent la quantité de précipitations maximales pour chaque tempête. Veuillez noter que, dans tous les cas, des valeurs négatives sont attribuées aux précipitations enregistrées à la gauche de la trajectoire, et des valeurs positives sont attribuées à celles enregistrées à la droite.

Plages de précipitations de 25 mm

C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 25 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 179 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 25 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. La plupart des amplitudes se produisent à gauche de la trajectoire sur de plus grandes distances, alors que les amplitudes à droite de la trajectoire ont lieu sur une plus courte distance
C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 25 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 179 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 25 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. La plupart des amplitudes se produisent à gauche de la trajectoire sur de plus grandes distances, alors que les amplitudes à droite de la trajectoire ont lieu sur une plus courte distance

Plages de précipitations de 50 mm

C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 50 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 120 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 50 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. La plupart des amplitudes se produisent sur la trajectoire ou à gauche de la trajectoire sur de plus grandes distances, alors que les amplitudes à droite de la trajectoire ont lieu sur une plus courte distance
C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 50 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 120 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 50 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. La plupart des amplitudes se produisent sur la trajectoire ou à gauche de la trajectoire sur de plus grandes distances, alors que les amplitudes à droite de la trajectoire ont lieu sur une plus courte distance

Plages de précipitations de 75 mm

C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 75 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 68 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 75 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. La plupart des amplitudes se produisent à gauche de la trajectoire avec quelques-unes seulement à droite de la trajectoire. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée
C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 75 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 68 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 75 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. La plupart des amplitudes se produisent à gauche de la trajectoire avec quelques-unes seulement à droite de la trajectoire. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée

Plages de précipitations de 100 mm

C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 100 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 44 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 100 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. Seules quelques amplitudes se situent sur la trajectoire ou à gauche de celle-ci
C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 100 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 44 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 100 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. Seules quelques amplitudes se situent sur la trajectoire ou à gauche de celle-ci

Plages de précipitations de 150 mm

C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 150 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 7 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 150 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. Toutes les amplitudes se situent à gauche de la trajectoire
C’est une série chronologique d’une amplitude de précipitations de plus de 150 mm par cyclone tropical en fonction de la distance selon les trajectoires de tempêtes de 1979 à 2008 avec un total de 7 cas. Les lignes noires ont une amplitude de plus de 150 mm, alors que les points verts montrent l’emplacement des précipitations maximales. Toutes les amplitudes se situent à gauche de la trajectoire

Ces seuils de précipitations pourraient aider à élaborer des prévisions de pluie associées aux épisodes masses d'air continental tropical. La valeur de chaque seuil a une fréquence d'occurrence exprimée en fonction de l'endroit où sont enregistrées les précipitations (à la gauche ou à la droite de la trajectoire) et de la plage des distances (de 0 à 100 km, de 100 à 200 km, de 200 à 400 km, et plus de 400 km). Un total de 417 cas de quantités de précipitations seuils sont atteints en climatologie (Remarque : Les précipitations seuils enregistrées à la gauche et à la droite de la trajectoire ont été comptées comme deux cas). Voici certains points clés pouvant être tirés de ces données:

  • Seulement 19 % des épisodes ont entraîné des quantités de précipitations seuils à la fois à la gauche et à la droite de la trajectoire;
  • Environ 72 % des valeurs seuils ont été enregistrées à la gauche de la trajectoire;
  • Environ 26 % des valeurs seuils ont été enregistrées à la droite de la trajectoire;
  • Environ 2 % des valeurs seuils ont été enregistrées le long de la trajectoire;
  • Les précipitations enregistrées à la droite de la trajectoire sont plus près de celle­ci que les précipitations enregistrées à la gauche de la trajectoire. Plus précisément :
  • Près de 72 % des précipitations enregistrées à la droite de la trajectoire ont été enregistrées au plus à 200 km de celle­ci, tandis que seulement 46 % des précipitations enregistrées à la gauche de la trajectoire ont été enregistrées au plus à 200 km de celle­ci.
  • Près de 42 % des précipitations enregistrées à la droite de la trajectoire ont été enregistrées au plus à 100 km de celle­ci, comparativement à 16 % des précipitations enregistrées à la gauche de la trajectoire ont été enregistrées au plus à 100 km de celle­ci.
  • Les quantités de précipitations abondantes de 150 mm ou plus les plus fréquentes ont été enregistrées au plus à 200 km à la gauche de la trajectoire.
  • Un seul cas de précipitations de 150 mm a été enregistré à la droite de la trajectoire; il est donc peu probable que des épisodes extrêmes se produisent à la droite de la trajectoire.

 

Modèle composite des plages moyennes de quantités de précipitations seuils pour toutes les tempêtes

Modèle conceptuel de l’amplitude composite moyenne du seuil de précipitations pour toutes les tempêtes. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée
Modèle conceptuel de l’amplitude composite moyenne du seuil de précipitations pour toutes les tempêtes. Voir ci-dessous le texte pour une description détaillée

Ce graphique composite des précipitations de masses d'air continental tropical illustre la trajectoire imaginaire des tempêtes et les précipitations moyennes climatologiques proposées. En règle générale, les précipitations plus abondantes surviennent dans les bandes progressivement plus étroites (à l'exception des précipitations de 100 mm, quantité légèrement supérieure aux précipitations de 75 mm enregistrées tout juste à la gauche de la trajectoire de la tempête). Au sens le plus large, ce graphique donne un aperçu composite de l'étendue et de la quantité réelles des précipitations pour toutes les tempêtes examinées en climatologie. Il pourrait servir à la prévision des précipitations et à la planification des ressources de gestion d'urgence.