Programmes de financement pour les espèces en péril

Introduction

Version PDF - 840 Ko

La Loi sur les espèces en péril a été adoptée en 2002 pour prévenir la disparition des espèces sauvages canadiennes ou leur extinction, en favorisant le rétablissement des espèces en voie de disparition ou menacées et en encourageant la gestion d'autres espèces pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en péril. Trois programmes de financement ont été mis en place pour contribuer à la réalisation de cet objectif : le Programme d'intendance de l'habitat pour les espèces en péril, le Fonds autochtone pour les espèces en péril et le Fonds interministériel pour le rétablissement.

Programme d'intendance de l'habitat (PIH)

Qu'est-ce que le Programme d'intendance de l'habitat?

Depuis l'an 2000, le Programme d'intendance de l'habitat accorde un financement aux intendants pour la protection et la conservation des espèces en péril et de leurs habitats. Par le fait même, le programme profite aussi à d'autres espèces et contribue à ce qu'elles ne deviennent pas préoccupantes du point de vue de la conservation. Les activités financées par le programme doivent se dérouler sur des terres privées, des terres publiques provinciales, des terres autochtones, en eau douce ou dans le milieu marin partout au Canada.

Le Programme d'intendance de l'habitat en action

Voici des exemples de projets qui sont soutenus par le Programme d'intendance de l'habitat :

  • Élimination du mélilot blanc envahissant dans l'alvar de Prairie Point, en Ontario, afin d'améliorer l'habitat de la gérardie de Gattinger, une espèce en voie de disparition.
  • Au Manitoba, élaboration d'une stratégie d'aménagement des paysages pour l'habitat hivernal du caribou des bois, une espèce menacée.
  • En Nouvelle-Écosse, recrutement de bénévoles locaux pour protéger une tourbière qui est l'habitat de la plus grande population de benoîtes de Peck, une espèce en voie de disparition, en en interdisant l'accès aux véhicules tout terrain.

Qui est admissible?

Les organismes non gouvernementaux, les organismes autochtones, les collectivités, les individus, les entreprises, les associations communautaires ainsi que les gouvernements provinciaux, territoriaux et les administrations municipales sont admissibles au financement.

Qui participe au Programme d'intendance de l'habitat?

Le programme est géré en collaboration par Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et l'Agence Parcs Canada. Environnement Canada est responsable de l'administration du programme.

Comment puis-je en savoir davantage sur le Programme d'intendance de l'habitat?

Pour en savoir davantage sur la manière dont les mesures d'intendance contribuent à la protection des espèces en péril, veuillez visiter le site Web.

Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP)

Qu'est-ce que le Fonds autochtone pour les espèces en péril?

Le Fonds autochtone pour les espèces en péril a été mis en place en 2004 pour aider les organismes et les communautés autochtones à acquérir, à parfaire et à utiliser des connaissances et des compétences leur permettant de participer activement à la conservation et au rétablissement des espèces en péril. Le programme soutient des projets de protection et de rétablissement des espèces en péril et de leurs habitats sur les terres autochtones.

Le Fonds autochtone pour les espèces en péril en action

Voici des exemples de projets qui sont soutenus par le Fonds autochtone pour les espèces en péril :

  • Élaboration d'une plan d'aménagement des paysages dans les communautés du Nord pour le caribou de Peary, une espèce en voie de disparition, en interrogeant des aînés et des chasseurs inuits et en combinant leurs connaissances traditionnelles autochtones avec d'autres données sur les espèces sauvages afin de parvenir à une meilleure compréhension de la répartition de la population locale de caribous.
  • Réduction des risques d'enchevêtrements dans les engins de pêche et de collisions avec les bateaux pour la tortue luth, une espèce en voie de disparition, en offrant aux membres des collectivités autochtones une formation sur l'utilisation d'autres méthodes de pêche.
  • Élimination du pin sylvestre envahissant qui est en concurrence avec l'aristide à rameaux basiliaires, une espèce en voie de disparition sur les terres de la Première nation de Beausoleil en Ontario.

Qui est admissible?

Les organismes et les communautés autochtones (ou les intervenants qui travaillent en leur nom) sont admissibles au financement.

Qui participe au Fonds autochtone pour les espèces en péril?

Le Fonds autochtone pour les espèces en péril est géré en collaboration par Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et l'Agence Parcs Canada avec le soutien d'Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Environnement Canada et Pêches et Océans Canada sont responsables de l'administration du programme.

Comment puis-je en savoir davantage sur le Fonds autochtone pour les espèces en péril?

Pour en savoir davantage sur la manière dont les collectivités autochtones participent au rétablissement des espèces en péril, veuillez visiter le site Web.

Fonds interministériel pour le rétablissement (FIR)

Qu'est-ce que le Fonds interministériel pour le rétablissement?

Le Fonds interministériel pour le rétablissement a été mis en place en 2002 pour soutenir les projets concernant les espèces en péril entrepris par d'autres ministères fédéraux, à savoir les ministères autres que les trois organismes fédéraux (Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et l'Agence Parcs Canada) responsables de la mise en oeuvre de la Loi sur les espèces en péril. Le programme a pour objet d'orienter le financement vers les activités de rétablissement prioritaires déterminées par les programmes de rétablissement ou les plans d'action et d'appuyer les inventaires d'espèces en péril principalement présentes sur les terres, y compris les eaux de celles-ci, qui relèvent des autres ministères fédéraux.

Le Fonds interministériel pour le rétablissement en action

Voici des exemples de projets qui sont soutenus par le Fonds interministériel pour le rétablissement :

  • Mesures d'atténuation des menaces de l'agriculture sur le rétablissement de l'habitat du dard de sable et du fouille-roche gris du sud du bassin versant de la rivière l'Assomption au Québec.
  • Déplacement à titre expérimental d'une population en voie de disparition de rats kangourous d'Ord de sites sources appropriés en Alberta et surveillance de son comportement sur les lieux de la réintroduction en utilisant des transpondeurs passifs intégrés.
  • Suivi des schémas de déplacement de la couleuvre à queue fine en voie de disparition pour obtenir des renseignements sur son habitat et ses schémas de déplacement sur un site à l'Observatory Hill en Colombie-Britannique.

Qui est admissible?

Les autres ministères fédéraux qui souhaitent mettre en oeuvre des mesures de rétablissement ou effectuer des inventaires concernant les espèces en péril prioritaires sont admissibles à un financement par le Fonds interministériel pour le rétablissement. Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et l'Agence Parcs Canada ne sont pas admissibles au programme.

Qui participe au Fonds interministériel pour le rétablissement?

Le Fonds interministériel pour le rétablissement est géré en collaboration par Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et l'Agence Parcs Canada avec les conseils et le soutien de plusieurs autres ministères. Environnement Canada est responsable de l'administration du programme.

Comment puis-je en savoir davantage sur le Fonds interministériel pour le rétablissement?

Pour en savoir davantage sur la manière dont le Fonds interministériel pour le rétablissement soutient le rétablissement des espèces en péril et de leurs habitats sur les terres fédérales, y compris les eaux sur celles-ci, veuillez visiter le site Web.

La coopération est la clé de voûte du rétablissement des espèces en péril

Au Canada, la propriété et la gestion des terres sont partagées entre différents groupes d'intervenants. À ce titre, la responsabilité de l'intendance et de la protection des espèces sauvages est également partagée. Des approches judicieuses du rétablissement des espèces en péril nécessitent une collaboration entre les gouvernements, les propriétaires fonciers privés, le secteur des ressources naturelles, les peuples autochtones et les collectivités.

Ces partenariats favorisent le rétablissement des espèces en péril sur le terrain plus que ne pourrait le faire un seul organisme fédéral, en élargissant la portée des projets, en renforçant la collaboration sur les plans privés et publics ainsi qu'en partageant les ressources et en améliorant la durabilité des activités des projets communautaires et ce, même après la fin du financement fédéral.

Ces programmes de financement concernant les espèces en péril encouragent les possibilités et les synergies entre les organismes et tous les ordres de gouvernement travaillant au rétablissement des espèces en péril. Ils soutiennent les Canadiennes et les Canadiens dans leurs efforts visant à respecter les exigences du processus national de rétablissement des espèces et de la Loi sur les espèces en péril.

Date de modification :