Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Interprétation des cartes de glaces

Le code de l'œuf

Les données fondamentales sur la concentration, la phase de formation (âge) et la forme de glace (dimension des floes) sont présentées dans un ovale simple, dans lequel on inscrit un maximum de trois types de glace. Cet ovale et les codes qu'il contient sont appelés « code de l'œuf ». Pour indiquer les observations des glaces interprétées à partir d'images radar, on omettra alors l'ovale.

Dans les figures et les tableaux suivants où l'on donne des gammes d'épaisseur, de tailles de floes ou autres dimensions, on choisira la valeur de code la plus élevée lorsque la valeur observée coïncide avec la limite entre deux intervalles.

Le diagramme ci-dessous résume le code de l'œuf (voir également les figures 3.2 [p. 3-26] et 3.3 [p. 3-27]). Ce dernier suit la convention internationale et doit être utilisé pour le codage de toutes les observations visuelles des glaces de mer et d'eau douce sans exception.

Figure 3.1: Le code de l'œuf

Diagramme des constituents du code de l'oeuf: la concentration totale et partielle, stage de formation et la dimension prédominante des floes.

On trouvera dans les pages suivantes les règles permettant d'indiquer l'information dans chaque niveau de l'œuf.

3.4.1 Concentration (C)

Diagramme du code de l'oeuf indiquant la location de la concentration des glaces.

Concentration totale ( Ct ) des glaces dans le secteur, indiquée en dixièmes, de même que les concentrations partielles des premiers (Ca ),deuxième (Cb ), troisième (Cc ) et quatrième (Cd ) types de glace en épaisseur.

Notes

  1. On ne doit pas indiquer de valeur inférieure à un dixième (trace) dans l'ovale, sauf pour décrire l'eau libre (exemple 1, sec. 3.8).
  2. Cd ne doit être indiqué que lorsque Sd et Se le sont aussi (exemple 2, sec. 3.8).
  3. Lorsque Sd est indiqué et Cd omis Cdest égal à Ct- (Ca+Cb+Cc) (example 3, sec. 3.8).
  4. Lorsqu'il n'y a qu'un type de glace, on ne doit pas indiquer de concentration partielle (exemples 4 et 5, sec. 3.8).
  5. Lorsqu'il n'y a qu'un type de glace, mais avec une trace de glace plus mince, seule la concentration totale du type principal doit être indiquée (exemple 5, sec. 3.8).

 

3.4.2 Stade de formation (S)

Diagramme du code de l'oeuf indiquant la location du stage de development des glaces.

Stade de formation des glaces des premier (So ),deuxième (Sa ), troisième (Sb ) et quatrième (Sc ) rangs en épaisseur et des rangs en épaisseur et des types de glaces plus minces Sd et Se,dont les concentrations sont indiquées comme CaCbCcCdrespectivement.

  1. La glace plus épaisse désigne la glace plus vieille et, inversement, la glace plus mince les types de glace plus jeune.
  2. La glace est désignée comme glace de mer, de lac ou de rivière, selon son origine. Au Canada, on a pour habitude d'utiliser le code de glace de lac pour signaler la présence de glaces sur les Grands Lacs et dans la voie maritime du Saint-Laurent. Ailleurs, y compris pour le Saint-Laurent à l'est de Montréal, on utilise le code de glace de mer pour les divers stades de formation.
  3. Sa,Sbet Scdoivent représenter des concentrations d'au moins 1/10, sauf quand Ct est égal à zéro (exemple 1, sec. 3.8).
  4. On devrait limiter l'indication de Sa, Sb etSc à un maximum de trois catégories significatives. Dans des cas exceptionnels, on peut aussi indiquer des catégories supplémentaires :
    • So- stade de formation de glace plus épaisse que Sa, mais de concentration inférieure à 1/10 (exemple 6, sec. 3.8.)
    • Sd- stade de formation du plus épais des types restants (s'il en reste plus d'un). C'est le quatrième stade présent après Sa,Sb etSc.
    • Se- ne doit être indiqué que lorsqu'il reste un type de glace plus mince après Sd. On obtient la concentration partielle de Se en soustrayant les concentrations partielles (CaCbCcCd) de la concentration totale (Ct) (example 2, sec. 3.8).
  5. Lorsque Se est absent,Sd peut être une trace de glace (exemple 6, sec. 3.8).
  6. Les concentrations ne doivent pas être indiquées pour So ni Se(Example 2, sec. 3.8, et Example 6, sec. 3.8).
  7. On ne doit pas indiquer de concentration pour Sd lorsqueSe est absent (Example 3, sec. 3.8, et Example 5, p. 3.8).
Tableau 3.1 : Codes des stades de formation de la glace de mer (SoSaSbScSdSe)
ÉlémentÉpaisseurCode
Nouvelle glace< 10 cm1
Nilas, glace vitrée< 10 cm2
Jeune glace10 - 30 cm3
Glace grise10 - 15 cm4
Glace blanchâtre15-30 cm5
Glace de première année>= 30 cm6
Glace mince de première année30 - 70 cm7
Glace mince de première année, premier stade30 - 50 cm8
Glace mince de première année, deuxième stade50 - 70 cm9
Glace moyenne de première année70-120 cm1·
Glace épaisse de première année> 120 cm4·
Vieille glace-7·
Glace de deuxième année-8·
Glace de plusieurs années-9·
Glace d'origine terrestre-Symbole pour glace d'origine terrestre·
Indéterminée ou inconnue-X·

 

Tableau 3.2 : Codes des stades de formation de la glace de lac ( SoSaSbSc SdSe)
ÉlémentÉpaisseurCode
Nouvelle glace de lac< 5 cm1
Glace de lac mince5 - 5 cm4
Glace de lac moyenne15 - 30 cm5
Glace de lac épaisse30 - 70 cm7
Glace de lac très épaisse>70 cm1·

Notes (tableaux 3.1 et 3.2:)

  1. Sur la ligne horizontale qui indique SoSaSbScSd, un point (·) doit être placé pour distinguer les classes de glaces. Chaque chiffre de code à la gauche du (·) est considéré comme affecté d'un (·) (Examples 2, 3 et 6, sec. 3.8).
  2. Les codes 3 et 6 ne doivent apparaître sur les cartes canadiennes que si le SSG ne peut déterminer avec certitude le stade de formation de la glace dans le secteur observé.
  3. Les codes 8 et 9 ne doivent apparaître que lorsque des mesures ont été prises.
  4. Les codes 8· et 9· ne doivent apparaître normalement sur les cartes canadiennes que du 1er octobre au 31 décembre; cependant, si le SSG est sûr de son observation, ces codes peuvent être utilisés toute l'année; autrement, on se sert du chiffre 7·.
  5. Le symbole Symbole pour glace d´origine terrestre ·ne doit être utilisé qu'à l'intérieur de l'œuf et lorsque la concentration de glace d'origine terrestre est de 1/10 ou plus.On ne doit utiliser le code X (lequel signifie « indéterminé ») pour désigner le stade de formation ou la forme de glace que s'il n'est pas possible de faire autrement.

3.4.3 Formes de glaces (F)

Diagramme du code de l'oeuf indiquant la location de la formes des glaces.

Taille des floes correspondant respectivement à SaSbScSdet Se (quand Sd et Sesont supérieurs à une trace).

Notes:

  1. L'usage international de l'OMM permet aussi de signaler Fp et Fs, comme formes première et secondaire de toutes les glaces, sans rapport avec les stades de formation.
  2. Au Canada, l'usage est d'utiliser les codes FaFbF pour désigner les tailles prédominantes de floes de SaSbScrespectivement. Il devient donc nécessaire, lorsque seuls Sa et Sbsont présents, de faire suivre Faet Fbd'un tiret (-) à la place où serait normalement (-) Fc (Example 7, sec. 3.8
Tableau 3.3 : Codage des tailles de floes (Fa FbFcFdFe)
ÉlémentTailleCode
Glace en crêpes-0
Petits glaçons, sarrasins, sarrasins agglomérés< 2 m1
Glaçons2 - 20 m2
Petits floes20 - 100 m3
Floes moyens100 - 500 m4
Grands floes500 - 2000 m5
Floes immenses2 - 10 km6
Floes géants> 10 km7
Banquise côtière-8
Icebergs, bourguignons ou floebergs-9
Indéterminée, inconnue ou sans forme-X

Notes Tableaux 3.3:

  • La taille désigne la plus grande dimension horizontale.
  • On doit utiliser au moins un code 8 pour la banquise côtière ou pour la banquise consolidée. Les autres types de glaces encastrées peuvent être décrits par leur taille en tant que floes (exemple 9, sec. 3.8).
  • Il est parfois impossible de déterminer le stade de formation de la banquise côtière. On doit alors noircir la zone pour indiquer qu'il s'agit de banquise côtière (tableau 3.9).
  • Comme la nouvelle glace n'a pas de forme définie, lorsque ce stade de formation est présent sous forme de Sa, SbouSc, on doit utiliser le symboleX pour la taille des floes (exemple 4, sec. 3.8).
  • La taille des floes n'est pas indiquée pour So, Sd niSe si la concentration de ces types de glace est inférieure à 1/10. Autrement, la taille des floes pour Sd et Seest optionnelle.
  • S'il y a des tailles de floes très diverses dans un secteur ne renfermant qu'un type de glace, le SSG peut indiquer les catégories appropriées de taille de floes dans la partie inférieure de l'ovale réservée à cette fin. On doit indiquer la catégorie de floes les plus grands dans la partie gauche de l'ovale, suivie des autres tailles pertinentes. Dans ce cas, les concentrations partielles indiquées (CaCbCcCd) correspondraient à la concentration partielle des tailles de floes, plutôt qu'aux divers types de glaces.

3.4.4 Codage et symboles des cordons et bancs Symbole des cordons et bancsC

Le symbol Symbole des cordons et bancsplacé au bas de l'ovale dans la section réservée à la forme de glace, indique la présence de glace en cordons et bancs, dont la concentration totale est donnée par C (exemple 11, sec. 3.8).

Lorsqu'on observe des cordons et des bancs en eau libre, on doit placer le symbole de façon à en indiquer la position. Si la glace dans les cordons et les bancs a la même composition que celle située à l'intérieur d'une lisière adjacente, aucun ovale n'est requis. Sinon, il faut tracer un ovale avec une ou plusieurs flèches pointant vers le ou les symboles des cordons et bancs. À des fins de clarté, un symbole de cordon doit être inclus avec la concentration totale (exemple 10, sec. 3.8). Si, dans une zone, la glace est disposée en cordons et bancs et que les floes sont moyens ou plus grands, il faut indiquer la taille des floes à l'aide de deux ovales. La taille des floes est indiquée normalement dans le premier ovale; un symboleSymbole des cordons et bancsde cordons et bancs est placé entre les deux ovales. Le symbole Symbole des cordons et bancsest répété dans le second ovale devant la concentration totale de la glace dans les cordons et bancs (exemple 12a, sec. 3.8).

Voici une autre façon de rapporter cette même situation :

Si, dans une zone, la glace est disposée en cordons et bancs et que les floes sont moyens ou plus grands, il faut indiquer normalement la taille des floes. La concentration totale et la concentration des cordons doivent être indiquées dans la section réservée pour le symbol Ct les deux valeurs étant séparées par le symbole Symbole des cordons et bancsLorsque cette façon de rapporter est utilisée,CaCbCcet possiblement Cd indiquent la concentration totale, et non la concentration des cordons. Par exemple, Ct peut être indiqué comme étant 2Symbole des cordons et bancs9 , ce qui signifie que la concentration totale est de 2 dixièmes, avec des cordons ayant une concentration de 9 dixièmes et une (des) concentration(s) partielle(s) de 2 dixièmes (exemple 12b, sec. 3.8).

Si, dans une zone de banquise, un ou plusieurs types de glace plus épaisse sont encastrés sous forme de cordons et bancs, on doit utiliser deux ovales pour décrire ces derniers. Les concentrations partielles de l'ensemble des types de glaces sont indiquées dans le premier ovale et la concentration dans les cordons et bancs dans le second. Le symbole Symbole des cordons et bancsest placé entre les deux ovales et devant la concentration totale dans le second (exemple 13, sec. 3.8).

3.4.5 Codage des sarrasins

Diagramme du code de l'oeuf indiquant la location du codage des sarrasins.

S'il y a présence de sarrasins de 1 dixième ou plus, ils sont toujours codés Ca .

S'il y a des sarrasins, toujours inscrire (-) pour Sa sinon, utiliser le tableau habituel.

Les sarrasins sont déjà indiqués au tableau comme 1;Fa = 1 confirme donc le tiret (-) pour Sa .

On devra ajouter quatre chiffres (TÉMI ) sous l'ovale pour indiquer la répartition de l'épaisseur des sarrasins présents. Le tableau 3.4 présente les catégories d'épaisseur pour les sarrasins agglomérés. La répartition doit être inscrite de droite ( I ) à gauche (T ). S'il n'y a pas de sarrasins minces à coder mais qu'il y a des sarrasins moyens, épais ou très épais, il faut inscrire zéro ( 0 ) dans la colonne mince ( I ). Le même principe s'applique aussi catégories moyen ( M ) et épais (É ) quelle que soit la combinaison (exemple 14, sec. 3.8 et exemple 17, sec. 3.8).

Tableau 3.4 : Catégories d'épaisseur des sarrasins (TÉMI)
ÉlémentÉpaisseur
Très épais (T)> 4 m
Épais (É)> 2 - 4 m
Moyen (M)1 - 2 m
Mince (I)< 1 m

Photo d'un brise-glace escortant un cargo en amont des ponts de Québec;
Photo 3.2 : Brise-glace escortant un cargo en
amont des ponts de Québec; on aperçoit
nettement la présence d'épais sarrasins (brash)
de rivière.