recherche, science faunique et paysagère

Titre d'article

Analyse judiciaire relative aux espèces sauvages

Les travaux de recherche sur la conservation des espèces sauvages recourent à l’analyse de l’empreinte génétique et des enzymes pour établir des distinctions entre les espèces, les populations et les individus, ainsi que pour obtenir de l’information sur la dynamique des populations et les types d’accouplement à partir d’échantillons de tissus d’espèces sauvages. Cette information est utilisée dans le cadre des activités d’application de la loi et des mesures de conservation.

Image d’une Paruline à ailes dorées | Photo : Carl SavignacMesures de conservation

La recherche sur la génétique de la conservation a aidé à établir que l’hybridation peut représenter une menace pour certaines espèces parce qu’elle compromet l’intégrité génétique et entraîne une réduction de la biodiversité.

Utilisant des marqueurs d’ADN mitochondrial transmis maternellement, des chercheurs ont par exemple examiné récemment l’importance et la direction du flux génique entre les Parulines à ailes bleues et les Parulines à ailes dorées qui constituent une espèce menacée. L’introgression d’ADN mitochondrial a aidé à déterminer que la stratégie courante de croisement de ces espèces peut mener à la disparition locale des populations génétiquement pures de Parulines à ailes dorées.

Les gestionnaires des espèces sauvages se servent de cette information pour déterminer les menaces auxquelles sont exposées les espèces en péril et pour mettre au point des mesures de conservation destinées à protéger et à rétablir ces espèces conformément à la Loi sur les espèces en péril.

Mesures d'application de la loi

L’information génétique est particulièrement importante pour identifier les espèces d’origine inconnue dans les causes relatives à l’application de la loi, car les preuves fondées sur l’ADN sont essentielles au succès des poursuites intentées en raison de nombreuses infractions liées aux espèces sauvages.

Image de produits importés illégalement | Photo : Environnement CanadaEnvironnement Canada est l’organisme responsable de la mise en œuvre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), et il lui incombe par règlement de faire appliquer les dispositions de la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial. Plus de 30 000 espèces sauvages actuellement répertoriées dans diverses annexes et il se peut que des mesures de restriction du commerce empêchent leur entrée au Canada. L’information génétique tirée des échantillons suspects constitue une preuve scientifique qui fait autorité lors des poursuites.

Le gouvernement canadien a le pouvoir d’adopter et d’appliquer des règlements pour protéger les espèces d’oiseaux énumérées nommément ou implicitement dans la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. La détermination de l’origine taxinomique et d’autres renseignements grâce à l’analyse de l’ADN aide à déceler les activités qui contreviennent à la législation. L’information génétique peut aussi fournir de nouvelles données sur l’abondance et la répartition des espèces et servir de base au Règlement sur les oiseaux migrateurs.

Image d’un agent de la faune inspectant une carcasse de sauvagine | Photo : Environnement CanadaEn collaboration avec la Direction générale de l’application de la loi d’Environnement Canada, les experts en analyse judiciaire relative aux espèces sauvages contribuent au processus d’inspection et d’enquête et augmentent ainsi le taux de réussite des poursuites et assurent la conformité aux lois et aux règlements destinés à mieux protéger et conserver les espèces sauvages au Canada.

Un nouveau laboratoire de génétique de la conservation installé au Centre national de la recherche faunique à Ottawa (Ontario) fournira un soutien interne aux efforts déployés dans ce domaine. Les investissements récents dans des fournitures et du matériel spécialisés tels qu’un instrument de mesure de la PCR (réaction en chaîne de la polymérase quantitative) en temps réel, un analyseur de fragments d’ADN et un système de quantification de l’ADN, permettront de mieux soutenir la recherche relative à la génétique de la conservation. Les services offerts par le laboratoire comprennent l’élaboration du protocole d’échantillonnage, les observations propres aux cas, l’examen des preuves et l’intervention de témoins experts.

Experts dans le domaine de l’analyse judiciaire relative aux espèces sauvages

Lectures complémentaires :