Énergie renouvelable

L'énergie renouvelable provient de ressources énergétiques qui se régénèrent naturellement, comme le soleil, le vent, l'eau, la biomasse et la chaleur qui se dégage de la Terre. Les ressources énergétiques renouvelables se caractérisent principalement par le fait qu'elles se reconstituent naturellement ou par des pratiques de gestion durable, de façon à ne pas s'épuiser aux niveaux actuels de consommation. On ne peut donc pas manquer de ressources renouvelables.

Les ressources renouvelables peuvent être employées pour la production d'électricité, le chauffage et la climatisation des bâtiments, la production de chaleur pour des procédés industriels, ou la création d'énergie mécanique pour broyer des déchets ou pomper de l'eau. Certaines technologies peuvent s'appliquer à la cogénération d'énergie thermique et d'électricité.

De plus, les ressources d'énergie renouvelable peuvent être employées pour produire des biocarburants liquides comme l'éthanol ou le biodiesel, pouvant tous deux servir de carburant dans des applications mobiles ou stationnaires. Les technologies d'électrolyse de l'eau servent à produire de l'hydrogène à partir de l'énergie renouvelable, pour des applications mobiles (transports) ou stationnaires alimentées par pile à combustible ou combustion directe.

Pour de plus amples renseignements sur des technologies particulières d'énergie renouvelable, veuillez consulter le Programme d'information et d'éducation en matière d'énergies renouvelables (Ressources naturelles Canada). Nous vous invitons également à vous renseigner sur les mesures fédérales de promotion de l'énergie renouvelable au Canada.

Comment l'énergie renouvelable favorise-t-elle l'air pur?

Non seulement l'énergie renouvelable produit-elle peu d'émissions de gaz à effet de serre, sinon pas du tout, mais aussi la plupart des formes de cette énergie n'émettent aucun des polluants atmosphériques qui causent le smog, les pluies acides ou les polluants atmosphériques dangereux. Lorsque que l'on remplace des combustibles fossiles par des énergies renouvelables à faibles émissions, la pollution atmosphérique s'en trouve réduite, pour un air plus pur.

Les formes d'énergie renouvelable reposant sur la combustion de biomasse comportent effectivement une certaine pollution atmosphérique qui contribue au smog, mais non aux pluies acides. Toutefois l'énergie géothermique provenant de sources géologiques peut libérer du dioxyde de soufre, qui contribue aux pluies acides. Pour ce qui est des combustibles fossiles, des techniques antipollution peuvent permettre de réduire ces émissions.

Quelles sont les autres incidences environnementales de l'énergie renouvelable?

L'énergie renouvelable a d'autres conséquences pour l'environnement, par exemple la perturbation des terres et des écosystèmes dans les réservoirs hydroélectriques, ou la variation des débits d'eau en aval des barrages; les effluents d'eau du traitement de la biomasse ou des combustibles renouvelables; les déchets de cendre de la combustion de la biomasse; et l'impact sur les terres des cultures intensives pour la bioénergie. De plus, dans le cycle de vie complet de l'énergie renouvelable, la construction d'installations de production d'énergie renouvelable fait souvent appel à des combustibles fossiles, qui ont des incidences considérables. Comme toutes les formes de production énergétique ont une certaine incidence environnementale, il faut au bout du compte en arriver à un compromis entre les besoins d'aménagement énergétique et la gérance de l'environnement. Le principe du développement durable peut s'appliquer utilement à l'encadrement de nouveaux projets pour atténuer d'éventuelles incidences sur l'environnement.

Quelle est la situation actuelle de l'énergie renouvelable au Canada?

L'énergie renouvelable compte pour environ 1 900 petajoules de l'approvisionnement en énergie primaire du Canada, soit environ 16,5p.100. Le Canada est donc un chef de file mondial en matière d'énergie renouvelable, celle-ci comptant pour une moyenne de 6,1p.100 des approvisionnements dans les pays de l'OCDE et de 5,2p.100 de ceux des É.-U., mais il reste que la plus grande partie de notre énergie provient des combustibles fossiles.

Ces statistiques ne tiennent pas compte de l'énergie solaire acquise passivement, par exemple par les fenêtres, pour un apport considérable au chauffage pendant les froids hivers canadiens. Il faut également signaler que le chauffage au bois représente la quatrième source en importance du chauffage résidentiel, après le gaz naturel, le mazout et l'électricité.

L'hydroélectricité classique fournit environ les deux tiers de l'énergie renouvelable du Canada, et quelque 60p.100 de son électricité. L'électricité elle-même ne représente qu'environ 20p.100 de la consommation énergétique du Canada, le reste étant attribuable aux transports, à la consommation industrielle (p.ex., fonderies, fabrication d'automobiles) et à des formes de chauffage et de climatisation autres qu'électriques.

Date de modification :