Préparation

Il est essentiel de se préparer à une urgence environnementale afin de pouvoir mettre sur pied des mesures d’intervention rapides et efficaces qui aideront à réduire les répercussions sur la santé des gens et de l’environnement.

Environnement Canada travaille en partenariat avec d’autres ordres de gouvernement, l’industrie et les communautés en vue :

  • la connaissance de l'environnement afin que les risques peuvent être identifiés, et des mesures éclairées peuvent être prises pour protéger les milieux sensibles;
  • la connaissance des substances déversées étant de prédire la trajectoire de substances déversées ainsi que l'équipement de bonne réponse peut être positionné au bon endroit; et
  • science opérationnelle accessible 24/7 en un temps opportun d'informer la préparation et à la protection de l'environnement de prise de décision de réponse.

Pour aider à améliorer la préparation aux incidents de pollution d'urgence, Environnement Canada contribue à l'élaboration de plans d'urgence qui décrivent les rôles, les processus de décision et de communication, et de l'expertise et de la capacité ainsi que la réponse à une situation d'urgence peut se produire rapidement et efficacement. Environnement Canada participe également à l'exercice de ces plans visant à renforcer leur efficacité et permettre l'amélioration continue.

Connaissance de l'environnement: Miser sur la technologie pour protéger les zones vulnérables

Lorsqu’on identifie les risques possibles, il est important de connaître l’environnement qui pourrait être touché par un déversement. Environnement Canada produit des cartes numériques géospatiales des zones vulnérables, des bases de données, des images satellites et d’autres outils qui contiennent des renseignements détaillés sur les zones écologiquement vulnérables et sur les facteurs saisonniers qui ont une incidence sur les principales ressources physiques, biologiques et culturelles. Le Ministère travaille en partenariat avec d’autres organismes fédéraux et provinciaux, l’industrie et les organismes internationaux qui œuvrent dans ce domaine.

Planification d’urgence

En vertu de la Loi sur la gestion des urgences (2007), tous les ministres fédéraux sont tenus de s’assurer que chaque ministère, organisme ou société d’État du gouvernement fédéral dispose d’un plan d’intervention pour les urgences civiles associées à leur secteur de responsabilité.

Le Plan opérationnel d’intervention en cas d’urgences environnementales d’Environnement Canada (Plan d’opérations) est un élément essentiel des tâches de préparation et d’intervention du Ministère en cas d’urgences environnementales. Le Plan définit la portée et le cadre d’Environnement Canada selon lesquels ce dernier fournit son expertise scientifique et informer le public des mesures d’intervention visant à maîtriser les urgences environnementales. Aussi, il définit clairement le rôle d’Environnement Canada dans divers types d’urgences environnementales, décrit le processus de notification des urgences et fournit des lignes directrices sur les procédures à l’intention du personnel du Ministère.

Environnement Canada est également signataire, avec d’autres ministères fédéraux ainsi qu’avec les États-Unis et d’autres pays, d’un bon nombre de plans et d’ententes bilatérales et multilatérales où les parties conviennent de s’apporter, au besoin, une aide et une assistance mutuelles :

Exercices

Des exercices réguliers et bien planifiés constituent le moyen le plus efficace d’améliorer de façon importante et mesurable la capacité d'intervention et le niveau de préparation. Les agents d’intervention d’urgence participent régulièrement à des exercices organisés par les partenaires des interventions d’urgence qui leur permettent de pratiquer et d'améliorer leurs compétences individuelles et collectives, leurs techniques et capacités d’intervention. La participation à des exercices réguliers aide également à valider ou à prouver l’efficacité opérationnelle des plans, des installations, de l’équipement et des procédures d’intervention. Par la suite, les intervenants peuvent mieux déterminer les lacunes ou les faiblesses des procédures générales de gestion des interventions, et apporter les correctifs nécessaires.