Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier : Région des Grands Lacs    

Septembre 2014

(PDF ; 1,07 Ko)

Événements météorologiques majeurs – région des Grands Lacs de juin à août 2014

L’été 2014 a été plus frais que la normale dans le bassin des Grands Lacs, alors que les températures en juillet et en août fluctuaient de 1 °C (1,8 °F) à 3 °C (5,4 °F) sous les normales. En fait, 5 des 8 États américains aux abords des Grands Lacs ont classé juillet 2014 comme étant de 11e mois de juillet le plus froid qu’ils aient connu.

Les précipitations continues ont prédominé dans tout le bassin des Grands Lacs, entraînant une hausse des niveaux d’eau plus forte qu’à l’habitude pour cette époque de l’année dans chacun des lacs, à l’exception du lac Ontario où les flux sortants supérieurs à la moyenne compensaient les précipitations. Le lac Supérieur a terminé le trimestre avec des niveaux au-dessus de la moyenne que l’on n’avait pas observés depuis 1996. Au début de septembre, les niveaux des lacs Michigan et Huron étaient tout juste sous la moyenne mensuelle à long terme et s’élevaient à des niveaux qui n’avaient pas été vus depuis 1998, selon les annales.

Cet été, une prolifération d’algues nuisibles s’est manifestée dans le lac Érié; les fortes précipitations et le ruissellement d’engrais agricoles pourraient en être la cause. On entend par efflorescences algales nuisibles une densification significative des algues avec d’importants effets sur les plans socioéconomiques ou écologiques, dont la présence de toxines, l’encrassement des plages, l’obstruction des prises d’eau, la dévaluation des propriétés ou des problèmes d’olfagustation.

Les inondations se sont avérées cet été un véritable problème pour l’ensemble du bassin des Grands Lacs. À la mi-août, Detroit (Michigan) et Windsor (Ontario) ont connu d’importantes inondations à la suite d’averses torrentielles. À Detroit, il est tombé le 11 août entre 102 mm (4 po) et 152 mm (6 po) de pluie en moins de 8 heures, en grande partie en pleine heure de pointe à la fermeture des bureaux. Ce même jour, 74 mm (2,9 po) de pluie sont tombés à Windsor, qui a connu son deuxième mois d’août le plus pluvieux des annales. Le 4 août, il s’est produit d’importantes inondations d’autoroutes, de rues et de quelques centaines de résidences à Burlington (Ontario), à certains endroits jusqu’à 190 mm (7,5 po) de pluie sont tombés en quelques heures seulement. Plusieurs collectivités du Minnesota ont également ressenti les impacts des inondations à la fin du mois de juin. En particulier, la rivière Mississippi a atteint une crue de ses eaux à un niveau presque record, soit de 6 m (20 pieds) à Minneapolis-Saint Paul, ce qui a imposé la fermeture de plusieurs routes. Le maire de Saint Paul (Minnesota) a déclaré l’état d’urgence pour cette région.

Figure 1 : Carte des Grands Lacs montrant les événements marquants de l’été 2014.

Description longue

Figure 1: Carte des Grands Lacs montrant les événements marquants de l’été 2014. Au cours de ce trimestre, ce sont des conditions de pluviosité qui ont prévalu dans tout le bassin des Grands Lacs, entraînant une hausse des niveaux d’eau plus forte qu’à l’habitude pour cette époque de l’année, et ce, pour chacun des lacs sauf le lac Ontario. Le lac Supérieur n’a été libre de glace que le 6 juin, soit la date de déglacement la plus tardive enregistrée depuis 40 ans. À la mi-août, les pluies abondantes à Detroit (Michigan) et à Windsor (Ontario) ont provoqué d’importantes inondations d’habitations et de principaux corridors de transport. Cet été, une prolifération d’algues nuisibles s’est manifestée dans le lac Érié, laquelle a eu des répercussions sur l’alimentation en eau potable dans certaines collectivités tributaires de l’eau du lac.

Vue d’ensemble du climat régional de juin à août 2014

Température de l’eau de surface

Les températures de l’eau de surface étaient plus froides que la normale au cours de l’été 2014. Le lac Supérieur, le lac Michigan et le lac Huron ont enregistré généralement des écarts par rapport aux températures proches de la normale pouvant aller jusqu’à -6,6 °C (-11,9 °F) par rapport à la moyenne. Les températures de l’eau du lac Ontario se sont écartées de la moyenne, jusqu’à -4,6 °C (-8,3 °F) de la moyenne, tandis que le lac Érié a enregistré des écarts par rapport aux températures proches de la normale pouvant aller jusqu’à -1 °C (-1,8 °F) de la moyenne. Les températures de l’eau inférieures à la normale sont attribuables à des températures de l’air inférieures à la normale et à un déglacement tardif.

Moyenne à long terme (MLT) fondée sur les données de 1992 à 2013

Figure 2 : Températures des eaux de surface : Écarts par rapport à la moyenne à long terme de 1er juin au 31 août 2014.

Température du lac : Écarts par rapport à la moyenne à long terme (ºC)

Échelle de température de l'eau

Description longue

Figure  2 : Températures des eaux de surface : Écarts par rapport à la moyenne à long terme du1er juin au 31 août 2014. Carte des Grands Lacs indiquant les écarts (différence) de température des eaux de surface (en degrés Celsius) par rapport à la moyenne à long terme. En général, les températures des eaux de surface de tous les Grands Lacs étaient en deçà de la moyenne. Les tons de vert à bleu indiquent les endroits avec des écarts de température des eaux de surface inférieurs de 4 à 6,5 oC (de 7 à 11,7 oF) par rapport à la moyenne à long terme; cela s’est produit dans la partie orientale du lac Supérieur, dans la partie orientale du lac Michigan et dans une petite section orientale du lac Huron. Les tons orange, gris clair et gris indiquent les endroits où des écarts de température des eaux de surface sont inférieurs de 1,5 à 3,5 oC (de 2,7 à 6,3 oF) par rapport à la moyenne à long terme; cela s’est produit dans les parties centrale et occidentale du lac Supérieur, dans les parties ouest et centre-ouest du lac Michigan, dans les parties centre et nord-ouest du lac Huron, dans la partie occidentale de la baie Georgienne et dans la partie sud du lac Ontario. Les tons jaunes à beige indiquent les endroits comportant des écarts de température des eaux de surface près de la moyenne à inférieurs de 1,5 oC (2,7 oF) par rapport à la moyenne à long terme; cela s'est produit dans tout le lac Érié, dans le nord-ouest du lac Supérieur, dans le sud du lac Michigan et de la baie Verte, dans le sud du lac Huron et de la baie Saginaw, dans l’est de la baie Georgienne et dans le nord et l’ouest du lac Ontario.

Niveaux d'eau des Grands Lacs

Le niveau d’eau de chacun des Grands Lacs reste au-dessus des niveaux enregistrés l’an dernier, au début du mois de septembre, à l’exception du lac Ontario, dont le niveau était 2 cm (0,8 po) plus bas que l’an dernier. Le temps pluvieux continu a contribué au niveau enregistré par le lac Supérieur à la fin du trimestre, de 15 cm (5,9 po) supérieurs à sa moyenne à long terme et de 20 cm (7,9 po) supérieurs au niveau de l’an dernier. Le niveau des lacs Michigan et Huron a continué d’augmenter, et était à la fin du trimestre de 2 cm (0,8 po) inférieur à la moyenne; toutefois, de 42 cm (16,5 po) supérieurs au niveau de l’an dernier. Les autres lacs ont également eu des apports d’eau plus abondants que la moyenne. Au début du mois de septembre, le niveau du lac Érié était de 11 cm (4,3 po) supérieurs à la moyenne tandis que le niveau du lac Ontario était de 7 cm (2,8 po) supérieurs à la moyenne.

Statistiques des niveaux d’eau tirées de la base de données 1918-2013.

Précipitations

Le bassin des Grands Lacs a reçu 120 % des ses précipitations estivales moyennes. En juin, tous les bassins des lacs avaient reçu davantage de précipitations que la moyenne, et l’ensemble du bassin a enregistré des précipitations s’élevant à 135 % de la moyenne. Les mois de juillet et d’août ont été pluvieux pour tous les bassins des lacs, à l’exception du lac Supérieur. De manière générale, le bassin des Grands Lacs a enregistré des précipitations équivalant à 110 % de la moyenne en juillet et à 120 % de la moyenne, en août.

Carte : Les précipitations normales sont de la période 1981 à 2010.
Texte : Les précipitations normales sont celles de la période 1900 à 2010.

Figure 3: Précipitations : Pourcentage de la normale (%) - Du 1er juin au 31 août 2014

                            Précipitations : Pourcentage de la normale (%)

Échelle de température des neige

Description longue

Figure 3 : Précipitations : Pourcentage des normales (%). Carte des Grands Lacs indiquant la répartition des précipitations du 1er juin au 31 août 2014. Les endroits en vert et en vert foncé indiquent les pourcentages de précipitations supérieures à la normale et ils se concentrent sur la majeure partie des États américains limitrophes aux Grands Lacs, à l’exception du côté nord-ouest de l’Ohio. Des conditions pluvieuses ont également prévalu dans l’est et le nord-est de l’Ontario. Les pourcentages de précipitations inférieurs à la normale sont indiqués en brun et en beige et se concentrent sur le centre et l'est du lac Supérieur et ses rives orientales, sur le nord du lac Michigan, sur le centre-sud du lac Huron et sur le lac Érié et le sud-ouest de l’Ontario.                                             

Température

L’été a été plus froid que la normale dans le bassin des Grands Lacs, avec des écarts par rapport aux températures proches de la normale de -2 °C (-3,6 °F) par rapport à la normale. Le mois de juillet a été assez froid puisque l’on a enregistré des écarts allant de -1 °C (-1,8 °F) à -3 °C (-5,4 °F) par rapport à la normale. Le mois d’août a également été froid, avec des écarts par rapport aux températures proches de la normale pouvant aller jusqu’à -2 °C (-3,6 °F) par rapport à la normale. Le mois de juin a été le seul mois plus chaud que la normale, avec des écarts par rapport aux températures proches de la normale pouvant aller jusqu’à +2 °C (+3,6 °F) par rapport à la normale.

Le mois de juillet 2014 a été retenu pour illustrer les plus grandes anomalies.
Les températures normales sont celles de la période 1981 à 2010.

Figure 4: Température : Écart à la normale (°) – Juillet 2014

                                 Température : Écart à la normale (°)

Échelle de température des Grands Lacs

Description longue

Figure 4 : Température : Écart de juillet 2014 par rapport à la normale. Seul le mois de juillet 2014 indique la plus forte anomalie de température de l’été 2014. Carte des Grands Lacs indiquant les écarts de température (en degrés Celsius) par rapport à la normale. Les endroits en violet et en violet foncé correspondent aux endroits où la température était inférieure à la normale de 2 à 5 ºC (de 3,6 à 9 ºF); cela s’est produit dans l’ensemble de la région des Grands Lacs, mais les plus grands écarts de température se sont produits en périphérie et plus au sud du lac Michigan. Les endroits en mauve et en blanc correspondent aux endroits où la température était près de la normale à inférieure de 1 ºC (1,8 ºF); cela s’est produit vers le sud-est des lacs Érié et Ontario en direction de la Pennsylvanie et du New York et le sud du fleuve Saint-Laurent, se prolongeant vers l’est du Québec.

Impacts régionaux de juin à août 2014

Qualité de l’eau

La prolifération d’algues nuisibles dans le lac Érié a rendu l’eau toxique et impropre à la consommation pour les résidents et les entreprises de la région ouest du lac Érié. Le 2 août, la ville de Toledo et des représentants de l’état de l’Ohio ont donné l’ordre aux résidents de Toledo de ne pas consommer l’eau du robinet (les restrictions ont été levées le 4 août). De nombreuses entreprises ont déclaré des pertes de revenu puisqu’elles ont dû fermer leurs portes pendant la situation d’urgence liée à l’eau. Le gouverneur de l’Ohio a déclaré l’état d’urgence pour les comtés Lucas, Wood et Fulton et a indiqué que des représentants faisaient le nécessaire pour que de l’eau potable soit expédiée aux résidents touchés. Le 26 août, les résidents de l’île Pelée (Ontario) ont été avisés de ne pas boire l’eau (les restrictions ont été levées le 9 septembre). Ces situations d’urgence liées à l’eau ont mis l’accent sur le problème des algues nuisibles dans le lac Érié, qui se produit depuis plus d’une décennie. Pour essayer de combattre ce problème, l’Ohio reçoit 2 millions de dollars en nouveaux fonds fédéraux d’urgence pour réduire le ruissellement dans le bassin ouest du lac Érié.

Navigation et loisirs

La récente hausse des niveaux d’eau a été bénéfique pour la communauté de la navigation commerciale et de plaisance dans les Grands Lacs. La Lake Carriers’ Association a cité à titre d’exemple un navire-transporteur qui a quitté Duluth (Minnesota) en juin 2014 et qui a pu transporter plus de 2 000 tonnes supplémentaires de fret par rapport à la même période l’an dernier. Les propriétaires de marinas disposaient de plus de rampes d’accès à vendre et devaient effectuer moins de dragage. Les plaisanciers et les pêcheurs étaient en mesure d’accéder à des régions du lac qui étaient inaccessibles auparavant.

Santé publique

L’absence de températures torrides cet été a permis de réduire les épisodes habituels de smog et de contamination par l’ozone au cours de l’été. En effet, le gouvernement de l’Ontario et Environnement Canada n’ont émis aucun avis sur la qualité de l’air cet été pour la région canadienne du bassin des Grands Lacs. Aux États-Unis, des « Ozone Action Day » n’ont été décrétés qu’au Michigan (Detroit et sud-ouest) du 20 au 22 juillet par le Department of Environmental Quality du Michigan. De plus, il n’y a pas eu de vague de chaleur cet été dans la région du bassin, et à de nombreux endroits, on a enregistré moins de la moitié du nombre normal de journées aux températures supérieures à 30 °C+ (86 °F+) au cours de l’été. Cette absence de vagues de chaleur a donné lieu à moins de stress thermique, ce qui a eu un effet positif sur la santé publique dans la région du bassin.

Infrastructures et transport

Plusieurs villes des Grands Lacs ont ressenti cet été les répercussions des inondations sur les infrastructures et les axes de transport. L’inondation qu’a connue Detroit (Michigan) le 11 août a laissé des milliers d’automobilistes bloqués sur des autoroutes et des rues inondées, dont un grand nombre sont restées fermées pendant plusieurs jours. Des interruptions de l’approvisionnement et l’absentéisme ont ralenti la production automobile à Detroit. Le 20 juin, de fortes pluies ont provoqué un important glissement de terrain derrière un centre médical de la University of Minnesota, déversant un torrent de boue et des débris d’arbres d’une hauteur de 1,8 m (6 pieds) à 2,4 m (8 pieds) sur une route plus bas.

Aperçu saisonnier d’octobre à décembre 2014

Aperçu – niveaux d’eau des lacs

L’automne est le temps de l’année où les niveaux d’eau connaissent généralement un déclin saisonnier. L’aperçu saisonnier d’octobre à décembre indique que les niveaux du lac Supérieur et du lac Érié devraient demeurer entre 9 cm (3,5 po) et 14 cm (5,5 po) au-delà de la moyenne, à moins que l’on connaisse des conditions de sécheresse ou de précipitations extrêmes. Le niveau des lacs Michigan et Huron devrait augmenter au-delà de la moyenne à moins d’un retour du temps sec. Le niveau du lac Ontario devrait baisser de quelques centimètres en dessous de la moyenne à moins d’apports d’eau plus abondants que la moyenne.

Prévision des niveaux d’octobre à décembre 2014 (par rapport à la moyenne à long terme)
LacMaximum prévu par rapport à la moyenne à long terme en centimètresMinimum prévu par rapport à la moyenne à long terme en centimètresMaximum prévu par rapport à la moyenne à long terme en poucesMinimum prévu parrapport à la moyenne à long terme en pouces
SupérieurSupérieur de 25 cmInférieur de 3 cmSupérieur de 9,8 poInférieur de 1,2 po
Huron-MichiganSupérieur de 18 cmInférieur de 14 cmSupérieur de 7,1 poInférieur de 5,5 po
ÉriéSupérieur de 34 cmInférieur de 10 cmSupérieur de 13,4 poInférieur de 3,9 po
OntarioSupérieur de 12 cmInférieur de 19 cmSupérieur de 4,7 poInférieur de 7,5 po

Perspectives de United States Army Corps of Engineers et d'Environnement Canada (d’octobre à décembre 2014)

Aperçu – températures et précipitations

Environnement Canada (EC) et le Climate Prediction Center (CPC) prévoient pour leurs bassins respectifs de plus grandes chances de températures supérieures à la normale au cours de la période d’octobre à décembre sur les Grands Lacs. Toutefois, tant EC que le CPC indiquent qu’il n’y a aucun indice clair permettant de déterminer si les précipitations se situeront près des normales, sous les normales ou au-dessus des normales pour leur bassin au cours de la même période.

Le phénomène El Niño (en anglais seulement) a entre 60 et 70 % de chances de se produire d’ici le milieu ou la fin de l’automne. En se fondant sur les années précédentes, les hivers où El Niño se présente ont tendance à être plus chauds que la normale dans le bassin des Grands Lacs, avec des conditions plus sèches qu’à la normale dans le bassin est, moins de neige que d’habitude et une couverture de glace moins importante sur les lacs.

Aperçu des efflorescences algales nuisibles

Au début du mois de septembre, la prolifération d’algues nuisibles était toujours présente dans l’ouest du lac Érié et a maintenant atteint la rive nord du bassin centre-ouest. Toutefois, l’ampleur et la toxicité de la prolifération ont diminué depuis son point culminant au début du mois d’août. Selon les chercheurs, la prolifération d’algues nuisibles dans le lac Érié a tendance à disparaître d’ici le milieu ou la fin du mois d’octobre. Jusqu’à ce que la prolifération de 2014 ait disparu, on continuera à assurer une surveillance des niveaux de contamination de l’eau potable dans la région de Toledo.

Partenaires de la région des Grands Lacs

Environnement Canada
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Midwestern Regional Climate Center (en anglais seulement)
Northeast Regional Climate Center (en anglais seulement)
Great Lakes Region State Climatologists (en anglais seulement)
National Oceanic and Atmospheric Administration (en anglais seulement)
National Operational Hydrologic Remote Sensing Center (en anglais seulement)
Great Lakes Environmental Research Laboratory (en anglais seulement)
NOAA Great Lakes Sea Grant Network (en anglais seulement)
North Central River Forecast Center (en anglais seulement)
Climate Prediction Center (en anglais seulement)
Great Lakes Integrated Sciences & Assessments (en anglais seulement)
US Army Corps of Engineers, Detroit District (en anglais seulement)
National Integrated Drought Information System (en anglais seulement)
Great Lakes Water Level Dashboard (en anglais seulement)

Contact

NOAA renseignmenets

Molly Woloszyn : mollyw@illinois.edu
Samantha Borisoff : Samantha.borisoff@cornell.edu

Environment Canada-Informathèque :

greatlakes-grandslacs@ec.gc.ca
enviroinfo@ec.gc.ca

Pour plus d'informations :

U.S. Drought Portal (en anglais seulement)
Bulletin trimestriel sur le climat des Grands Lacs

Date de modification :