infoNIVEAU

Niveau des Grands Lacs et du Saint–Laurent
Volume 24, Numéro 2

Février 2016

Version PDF (460 KB)

Des niveaux plus élevés que l’année dernière

L’apport en eau des Grands Lacs en janvier 2016 a été variable, mais les niveaux d’eau de tous les Grands Lacs étaient supérieurs aux niveaux de l’an dernier.

  • En janvier, le niveau mensuel moyen du lac Supérieur a dépassé de 23 cm la moyenne de sa période de référence (1918–2014) et était de 1 cm de plus qu’en janvier 2015.
  • En janvier, le niveau moyen du lac Michigan–Huron a dépassé de 28 cm la moyenne et de 6 cm le niveau enregistré en janvier de l’an dernier.
  • Le niveau moyen du lac Érié a dépassé de 24 cm la moyenne et de 7 cm le niveau enregistré en janvier de l’an dernier.
  • Le niveau du lac Ontario était de 7 cm au-dessus du niveau moyen de janvier et de 7 cm au-dessus du niveau de l’an dernier.
  • Le niveau du fleuve Saint–Laurent à la hauteur de Montréal est demeuré sous la moyenne.

Après sa hausse record en décembre, le lac Supérieur a poursuivi son déclin saisonnier en janvier en baissant de 6 cm, comparativement à la baisse moyenne (1918–2014) de 7 cm. De plus, après la hausse de décembre, le niveau du lac Michigan–Huron a poursuivi son déclin saisonnier sous l’effet des conditions sèches de janvier en baissant de 6 cm alors que la moyenne est de 3 cm. Le niveau du lac Érié a augmenté de 3 cm en janvier, comparativement à sa baisse mensuelle moyenne de 1 cm. Le niveau du lac Ontario a augmenté de 19 cm en janvier, ce qui est considérablement plus élevé que sa hausse moyenne de 5 cm, en raison d’apports relativement élevés du lac Érié, des conditions légèrement pluvieuses sur le bassin et des débits sortants près de la normale.


Données sur le niveau d’eau des Grands Lacs:
Niveau moyen mensuel de janvier 2016
LacComparativement
à la moyenne mensuelle
(1918–2014)

Comparativement
à il y a un an
Supérieur
23 cm au-dessus
1 cm au-dessus
Michigan–Huron
28 cm au-dessus
6 cm au-dessus
Sainte–Claire
35 cm au-dessus
23 cm au-dessus
Erié
24 cm au-dessus
7 cm au-dessus
Ontario
7 cm au-dessus
7 cm au-dessus

 

Données sur le niveau d’eau des Grands Lacs:
Niveau au début de février 2016
LacComparativement
à la moyenne au début du mois
(1918–2014)
Comparativement
à il y a un an
Supérieur
23 cm au-dessus
2 cm au-dessus
Michigan–Huron
27 cm au-dessus
3 cm au-dessus
Sainte–Claire
40 cm au-dessus
46 cm au-dessus
Erié
27 cm au-dessus
15 cm au-dessus
Ontario
13 cm au-dessus
17 cm au-dessus


Niveaux au début de février

Au début du mois de février, les niveaux de tous les Grands Lacs étaient aussi au-dessus de la moyenne (1918–2014) et au-dessus des niveaux de l’année dernière. Au début du mois de février, le niveau du lac Supérieur était de 23 cm supérieur à la moyenne de 1918 à 2014 et de 2 cm supérieur au niveau de février 2015. Au début du mois de février, le niveau du lac Michigan–Huron était 27 cm au-dessus de la moyenne de 1918 à 2014 et 3 cm au-dessus du niveau de l’année dernière. Le niveau du lac Érié était de 27 cm supérieur à la moyenne au début de février et 15 cm plus haut qu’à la même époque l’an dernier. Dans le lac Ontario, le niveau au début de février a dépassé de 13 cm la moyenne, ce qui est 14 cm de plus qu’à la même époque l’an dernier.

Évaporation hivernale des lacs

L’évaporation des lacs (eau transférée à l’atmosphère lorsque l’eau se refroidit) est un processus complexe qui contribue, au même titre que les précipitations et les débits entrants et sortants, à la fluctuation du niveau d’eau des Grands Lacs. L’évaporation des Grands Lacs est généralement à son maximum à l’automne et au début de l’hiver lorsque la température de l’air au-dessus des lacs baisse, que la température de l’eau demeure relativement chaude et que les lacs sont libres de glace. Le taux d’évaporation des lacs varie en fonction de nombreux facteurs, notamment de la vitesse des vents, de la température de l’air, de la température de l’eau et de la couverture glacielle. Une évaporation importante se produit lorsque de l’air sec et froid circule au-dessus d’un lac dont la température de l’eau est plus chaude; on constate habituellement ces conditions lorsque les températures au-dessus du point de congélation chutent rapidement sous zéro.

Jusqu’à présent cette année, les températures de l’air au-dessus des normales saisonnières constatées cet automne et cet hiver ont limité l’évaporation en raison du faible écart entre les températures de l’eau et de l’air et ont contribué au ruissellement des précipitations dans les lacs, alors que ces précipitations sont habituellement figées sous forme de neige ou de glace. Par conséquent, les apports en eau ont été supérieurs à la normale et les niveaux d’eau au début du mois de février étaient plus élevés que ceux de l’année dernière. Lorsque les températures chutent rapidement et que le lac est libre de glace, la brume qui se forme à la surface du lac indique une évaporation.

Prévision des niveaux d’eau

En tenant compte des niveaux enregistrés au début de février et en supposant que les conditions d’apport en eau se situeront dans la moyenne, les niveaux des lacs Supérieur et Michigan–Huron devraient poursuivre leur baisse saisonnière au cours du mois de février, alors que les niveaux des lacs Érié et Ontario devraient poursuivre leur hausse saisonnière. Pour obtenir une représentation graphique des niveaux d’eau récents et prévus liés aux Grands Lacs, consultez le Bulletin mensuel des niveaux de l’eau du Service hydrographique du Canada.

 

Précipitations en janvier dans les Grands LacsFootnote 1
Lac
%
Bassin des Grands Lacs
74%
Lac Supérieur
67%
Lac Michigan–Huron
84%
Lac Erié
(y compris le lac Sainte–Claire)
59%
Lac Ontario
64%

 

Débits sortants des Grands Lacs en janvierFootnote 1
Lac
%
Lac Supérieur
125%
Lac Michigan–Huron
125%
Lac Erié
115%
Lac Ontario
98%

 

 

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Derrick Beach (Éditeur)
Enjeux frontaliers de l’eau
Service météorologique du Canada
Environnement Canada
Burlington ON L7S 1A1
Tél. : 905-336-4714
Téléc. : 905-319-6939
Courriel : ec.LEVELnews-infoNIVEAU.ec@canada.ca

Rob Caldwell
Bureau de régularisation des Grand Lacs et du Saint–Laurent
Service météorologique du Canada
Environnement Canada
111, rue Water Est
Cornwall ON K6H 6S2
Tél. : 613-938-5864

Date de modification :