Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Introduction à l'utilisation de l'eau

Dans cette section :


Introduction

L'eau travaille pour nous de maintes façons, nous rendant la vie plus facile et plus agréable. Nous devons cependant tous veiller à ne pas utiliser cette précieuse ressource excessivement ou abusivement.

L'eau est un élément essentiel de la vie, non seulement pour l'être humain mais pour tous les types de plantes et d'animaux. L'eau représente environ 65 % de la masse de notre corps; que l'organisme en soit privé d'aussi peu que 12 % et c'est la mort à court terme.

Non seulement l'eau est-elle essentielle à la survie, mais elle contribue de multiples façons à la qualité de notre vie. Depuis la nuit des temps, les êtres humains ont cherché à mettre l'eau en valeur pour améliorer leur existence. D'une certaine façon, l'histoire de la civilisation est celle des moyens de plus en plus ingénieux que l'être humain a mis au point pour mettre l'eau à son service. Prés de 5000 ans av. J.-C., nos ancêtres utilisaient déjà l'irrigation pour augmenter la production des récoltes. Des archéologues ont découvert des égouts en maçonnerie remontant à 2750 av. J.-C. et des toilettes à chasse d'eau datant d'une époque presque aussi reculée.

L'eau a joué, et continue de jouer, un rôle particulier dans la croissance de notre nation. Le commerce des fourrures, qui a favorisé l'exploration des vastes territoires du Canada, était entiérement tributaire de la présence de cours d'eau pour le transport. L'eau alimentait en énergie les meuneries et les scieries le long des cours d'eau des Maritimes et du Haut-Canada, rendant ainsi possible la production et l'exportation de céréales et de bois de construction, deux produits de base de l'économie d'antan. À mesure que l'industrie canadienne se diversifiait, on trouvait de nouvelles utilisations de l'eau, soit comme liquide de refroidissement, solvant, dispersant et source d'énergie hydroélectrique.

Le transport par eau est encore un moyen efficace de déplacer des marchandises en vrac. L'eau est aussi l'élément de base de l'énergie bon marché. Elle se veut une matiére premiére pour des produits chimiques, des médicaments, des boissons et des centaines d'autres produits. L'eau est une partie intrinsèque des procédés de fabrication de produits allant des avions aux fermetures à glissiére. En d'autres termes, nous dépendons de l'eau, que ce soit pour la majeure partie de notre technologie, pour notre confort et, évidemment, pour notre hygiéne personnelle et l'élimination de nos déchets.

Nombreux sont ceux qui croient, bien à tort, que les différentes utilisations de l'eau et la quantité d'eau que nous utilisons sont sans importance. Or, des utilisations particuliéres peuvent s'avérer incompatibles avec d'autres. Pour certaines utilisations, on retire l'eau du cycle naturel pour des périodes plus longues que d'autres. Et dans la majorité des cas, la qualité même de l'eau est altérée.

La qualité de l'eau est l'affaire de tout le monde puisqu'en définitive nous puisons tous à la même source. La plupart des Canadiens vivent en aval de quelqu'un d'autre, outre que la même source de base d'alimentation en eau, réapprovisionnée continuellement grâce au cycle hydrologique, a été utilisée des millions de fois au cours de la longue histoire de la Terre. Nous sommes maintenant conscients des limites de la réutilisation de l'eau ainsi que du moment et de l'endroit où elle retourne à la nature, diminuée en quantité et en qualité. Nous devons par conséquent nous appliquer à mieux comprendre l'utilisation de l'eau : Où l'utilisons-nous? Que faut-il mesurer? Quels en sont les principaux usages? Comment ces usages se font-ils concurrence et interagissent-ils entre eux? Comment gérer la concurrence croissante?


Endroits où nous utilisons l'eau

Les utilisations les plus évidentes et immédiates de l'eau ont lieu dans son milieu naturel : ce sont les utilisations dites sur place. Les poissons vivent dans les cours d'eau, et certains oiseaux et autres animaux y passent du moins une partie de leur existence. La production d'énergie hydroélectrique, l'expédition par bateau et les loisirs aquatiques sont des exemples d'utilisations sur place qui profitent à l'être humain.

Ces utilisations sur place ne sont pas toujours inoffensives. Par exemple, les fuites d'huile provenant des moteurs hors-bord et des cargos polluent l'environnement. Les grands réservoirs requis pour la production d'énergie hydroélectrique enlévent l'eau par évaporation et modifient complètement le régime des cours d'eau pour les utilisateurs en aval.

Les utilisations les plus nombreuses et les plus variées ont toutefois lieu sur terre : on parle alors d'utilisations par prélèvement. Ce terme est juste car l'eau est d'abord prélevée de sa source (une riviére ou un fleuve, un lac ou une nappe d'eau souterraine), dirigée ensuite par tuyau ou par canal vers les nombreux emplacements et utilisateurs différents, puis recueillie de nouveau pour être retournée à un lac, à un cours d'eau ou dans le sol. Les utilisations domestiques et industrielles, la production d'énergie thermique et nucléaire, l'irrigation ainsi que l'abreuvement du bétail appartiennent à cette catégorie.

Dans la plupart des utilisations par prélèvement, une partie de l'eau est consommée, c'est-à-dire que la quantité d'eau qui est retournée à la source d'où elle provient est moindre qu'avant le prélèvement. De plus, l'eau qui retourne ainsi à son milieu naturel est souvent dégradée. Par exemple, l'eau qui quitte nos maisons contient des déchets humains et domestiques. De nombreux procédés industriels polluent également l'eau, et leurs déchets liquides ne sont traités que partiellement -- lorsqu'ils le sont -- avant d'être retournés à la nature.


Utilisations futures de l'eau

Avec le temps, de plus en plus d'utilisateurs devront se partager une ressource en eau qui demeurera quant à elle limitée, ce qui exigera une amélioration du taux d'efficacité et de conservation de l'eau ainsi qu'un effort encore plus grand de regénération de sa qualité après usage. Et la conservation de l'eau ne se limite pas non plus aux utilisations proprement dites dont elle fait l'objet : la conservation de l'énergie, mesure souhaitable en soi, contribue indirectement à la conservation de l'eau. En effet, la consommation réduite en énergie se traduit par une demande moins élevée en production d'électricité, cette utilisation de l'eau étant de beaucoup supérieure à toutes les autres.

Si nous assumons les dépenses reliées à la longue détérioration qu'ont subi nos réseaux de distribution d'eau et d'assainissement et si nous rattrapons les années d'indifférence et de négligence dont ont souffert nos ressources en eau, nous serons vraiment en mesure de relever le défi de la conservation de l'eau, tant pour notre bien-être que pour celui des générations à venir. Toutefois, si nous ne savons pas tirer la leçon que nous enseignent les erreurs passées, nous ne ferons qu'hypothéquer encore plus lourdement nos ressources environnementales.

Nous devons apprendre d'une part à n'utiliser que le nécessaire et d'autre part à accorder nos besoins avec la disponibilité des ressources. Sachons ménager ces ressources afin de mieux en jouir plus tard.

Date de modification :