Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Lutte contre la pollution des eaux

Dans cette section :


Introduction

Souvent, la qualité de l'eau est plus importante que sa quantité. La qualité de l'eau influe sur l'usage que nous en faisons, mais l'inverse est également vrai. Lorsque nous utilisons de l'eau, nous altérons sa qualité. Ce cercle vicieux indique que l'habitude que nous avons depuis toujours de rejeter les eaux d'égout non traitées et les déchets chimiques directement dans les rivières, les lacs, les estuaires ou les océans en vue de leur éventuelle « assimilation » dans l'environnement n'est plus acceptable, que ce soit du point de vue technique ou moral.

L'explosion démographique, les activités industrielles et la vitesse à laquelle de nouveaux composés chimiques et produits sont mis au point et utilisés posent une menace à l'environnement mondial. Les processus naturels de décomposition dans les masses d'eau ne suffisent plus pour venir à bout de ces apports de polluants.

La méthode à utiliser pour réduire la pollution doit tenir compte des facteurs suivants :

  • le type de polluant : Est-il dégradable? persistant? Est-ce un métal? un pesticide? une dioxine? un BPC?
  • la source : Le polluant provient-il d'une canalisation industrielle? du champ d'un fermier? de l'atmosphère?
  • les effets : Le polluant est-il nuisible aux poissons? aux oiseaux? aux plantes? aux humains?

Objectifs et recommandations en matière de qualité de l'eau

Aucun paramètre ne permet de déterminer à lui seul la qualité de l'eau. Ainsi, on peut se servir d'eau potable pour l'irrigation, mais l'eau destinée à l'irrigation ne respecte pas nécessairement les normes applicables à l'eau potable.

Au Canada, les gouvernements ont recours à diverses mesures, comprenant entre autres des recommandations et des objectifs, pour protéger la qualité de l'eau. Ces deux mesures sont semblables, car elles indiquent la quantité d'une substance dont nous pouvons, en tant que société, tolérer la présence dans l'eau. Mais les recommandations et les objectifs sont établis et mis en oeuvre différemment.

Les recommandations concernant la qualité de l'eau sont établies de façon scientifique; elles indiquent la concentration maximale admissible des substances en vue d'une utilisation particuliére de l'eau, comme l'abreuvement du bétail ou la baignade. Ces recommandations nationales servent de buts pour la protection de l'environnement.

Par contre, les objectifs de qualité de l'eau spécifient les concentrations permises de substances pour toutes les utilisations projetées de l'eau à un endroit précis dans un lac, une riviére ou un estuaire. Les objectifs sont fondés sur les recommandations concernant la qualité de l'eau pour les utilisations à cet endroit, ainsi que sur les résultats de la consultation du public et sur des considérations d'ordre socio-économique.

Voir aussi : la section sur Objectifs et recommandations en matière de qualité de l'eau.


Règlements

Idéalement, on devrait empêcher les contaminants qui polluent de pénétrer dans l'eau. Tout au plus, dans certaines circonstances, leur rejet en concentrations basses seulement peut être permis. Dans la totalité des provinces et des territoires du Canada, il existe des règlements antipollution. Lorsqu'il s'agit de décider des substances à contrôler, de déterminer leur concentration et la façon dont elles peuvent entrer en contact avec l'environnement, il faut se poser plusieurs questions, à savoir :

  • Quelles sont les sources, la quantité et les effets des diverses substances?
  • Qu'est-ce qui arrive à ces substances et que font-elles après avoir pénétré dans l'eau? Se transforment-elles? En quoi?
  • Où les substances finissent-elles par se retrouver?
  • Peut-on les empêcher de pénétrer dans les masses d'eau ou les éliminer au moyen d'un traitement?

Les phosphates contenus dans les détergents à lessive constituent un exemple d'une substance dont la réglementation a eu pour résultat de réduire la pollution. La Loi canadienne sur la protection de l'environnement (LCPE) permet de réglementer beaucoup plus de substances qui ont des répercussions néfastes sur l'environnement.


Technologie

La technologie peut servir dans bien des cas à réduire ou à éliminer les substances qui peuvent nuire à l'environnement. Les stations d'épuration des eaux d'égout, lorsqu'elles sont bien exploitées et entretenues, permettent d'éliminer de nombreuses substances toxiques des eaux usées et de retourner l'eau traitée dans une rivière ou un lac sans causer de dommages aux eaux d'aval. Les stations de traitement peuvent prendre l'eau d'un lac ou d'une rivière et la rendre potable.

Mais qu'arrive-t-il lorsque les contaminants ne sont pas éliminés, même au moyen des méthodes de traitement de l'eau les plus modernes? Ils peuvent être présents en quantité minime seulement; toutefois, comme ils sont persistants, ils peuvent s'accumuler pour donner lieu à des concentrations très nuisibles. Dans ce cas, il n'existe qu'une seule façon de protéger les générations futures et tout l'écosystème : empêcher les produits chimiques de pénétrer dans le réseau hydrographique.


Soyez un consommateur responsable 

Chacun d'entre nous peut faire quelque chose pour protéger la qualité de l'eau et l'environnement : recycler les produits non dégradables comme le verre, les canettes et l'huile à moteur. De nombreuses municipalités canadiennes possàdent des programmes de recyclage.

Optez pour des produits sans danger. La plupart des produits chimiques à usage domestique et des pesticides vendus au Canada ont des symboles d'avertissement figurant sur leur étiquette. Ces étiquettes vous disent s'il s'agit d'un produit inflammable, corrosif, explosible ou toxique. Il est important d'éliminer adéquatement ces produits pour éviter d'affecter la qualité de l'eau.

Voir aussi : la section sur la qualité de l'eau

Date de modification :