Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Tout le monde parle de l'eau : il est temps d'agir!

Brochure - PDF ( 1,9 Mo)

Nous devons tous contribuer à protéger et à conserver l’eau. Des plus hauts niveaux de la politique gouvernementale jusqu’aux gestes individuels, chaque goutte d’eau compte.

Cette brochure présente les éléments essentiels au sujet des ressources en eau du Canada ainsi qu’un aperçu de ce que le gouvernement du Canada fait pour garder l’eau propre et sans risques pour la santé.

De l’eau, de l’eau partout?

Le saviez-vous?

Le Canada vient au premier rang pour la qualité de l’eau dans les Amériques, selon l’Indice de performance environnementale.

Plus de 8 500 rivières et 2 millions de lacs recouvrent 8,9 % de la superficie totale du Canada.

Les Grands Lacs constituent le plus grand système d’eau douce de surface sur Terre,  renfermant environ 18 % des réserves d’eau douce du monde.

Le Canada possède environ 7 % des réserves d’eau douce renouvelable de la planète, ce qui en fait la troisième réserve d’eau douce en importance au monde. Nous pourrions penser que les réserves d’eau sont inépuisables, alors qu’en réalité, l’accès à de l’eau propre est limité. Nous devons apprendre à utiliser l’eau plus judicieusement si nous voulons continuer à profiter des avantages sociaux, économiques et environnementaux qu’elle nous procure.

Nous devons passer à l’action maintenant, et c’est pourquoi le gouvernement du Canada adopte une approche globale de la gestion de l’eau qui comprend le Plan d’action pour l’assainissement de l’eau. Ce plan répond aux préoccupations environnementales immédiates sans perdre de vue les objectifs à long terme pour l’amélioration des infrastructures, de la recherche et de la surveillance des ressources en eau douce du Canada.

Ensemble, nous pouvons conserver cette précieuse ressource naturelle dès maintenant et pour l’avenir.

Assainir nos eaux

Le saviez-vous?

Le plus long fleuve au Canada est le fleuve Mackenzie (Territoires du Nord-Ouest-Alberta-Colombie-Britannique). Il s’étend sur 4 241 kilomètres.

Avec une profondeur de 614 mètres, le Grand lac des Esclaves, situé dans les Territoires du Nord-Ouest, est le lac le plus profond du Canada. Il pourrait facilement submerger la Tour CN.

Le lac Supérieur est le plus grand lac d’eau douce au monde par secteur.

Nous avons négligé nos lacs et nos rivières pendant trop longtemps, en puisant plus d’eau qu’il n’en fallait ou en rejetant des polluants industriels, des eaux usées, des produits chimiques et des eaux de ruissellement des terres agricoles dans ces écosystèmes délicats.

Le gouvernement consacre beaucoup d’efforts pour réduire la pollution à la source en réglementant notamment les effluents d’eaux usées municipales ainsi que ceux d’industries comme les fabriques de pâtes et papiers et les mines de métaux.

En 2010, Environnement Canada a versé plus de 140 millions de dollars à des programmes liés à l’eau et à la science, y compris au nettoyage de plans d’eau importants comme le lac Winnipeg, les Grands Lacs et le Saint-Laurent. En travaillant avec nos partenaires, nous avons pu restaurer les dommages environnementaux dans trois secteurs préoccupants des Grands Lacs : le port de Collingwood, le bras de Severn et le port the Wheatley.

À l’aide du Fonds d’assainissement du lac Simcoe, qui s’élève à 30 millions de dollars sur cinq ans, le gouvernement du Canada vient appuyer des partenaires régionaux chargés des projets d’assainissement du Lac Simcoe, à savoir : réduire les apports de phosphore, rétablir les habitats, restaurer la pêche en eaux froides et améliorer la recherche et la surveillance. Depuis 2008, Environnement Canada a approuvé 184 projets d’une valeur totale de près de 20 millions de dollars.

Pleins feux sur le bassin du lac Winnipeg

Les gouvernements du Canada et du Manitoba ont signé une entente qui décrit l’approche collaborative et coordonnée à long terme entre les deux gouvernements afin d’assurer la durabilité et la santé du lac Winnipeg. Ces derniers travailleront en étroite collaboration pour effectuer des recherches scientifiques et mener des activités de surveillance dans le bassin.

Travaillons ensemble

Participez à un projet d’action communautaire. Consultez les programmes de financement d’Environnement Canada qui pourraient aider votre organisation à lancer un projet de nettoyage, à l’adresse www.ec.gc.ca/pace-cape

Le gouvernement du Canada travaille avec plusieurs partenaires, y compris des organisations locales, des universités, d’autres ordres de gouvernement et la communauté internationale afin de trouver des façons de protéger et de conserver l’eau.

Dans le Canada atlantique, Environnement Canada a signé un accord de coopération environnementale avec les quatre gouvernements provinciaux. Cet accord comprend un plan de travail et une annexe relative à l’eau décrivant la façon dont ces gouvernements collaboreront à protéger et à conserver nos ressources en eau. De plus, les Initiatives sur les écosystèmes de l’Atlantique d’Environnement Canada fournissent une aide financière aux groupes communautaires afin qu’ils exécutent des projets qui auront un impact positif sur l’ensemble de l’écosystème.

Nos scientifiques d’un bout à l’autre du pays collaborent avec des chercheurs de renommée internationale. Par exemple, l’Université de la Saskatchewan, qui a récemment reçu la chaire d’excellence en recherche du Canada en matière de sécurité de l’eau, a installé son nouvel institut de recherche sur la sécurité des eaux au Centre national de recherche en hydrologie d’Environnement Canada. C’est à cet endroit que les scientifiques tentent de régler les questions régionales et nationales relatives à l’eau, à l’aide d’une approche interdisciplinaire et intégrée.

Le Canada et les États-Unis sont touchés par les mesures que l’un ou l’autre prennent relativement aux rivières et aux lacs transfrontaliers. Ces deux pays collaborent à la gestion de ces eaux par le biais du Traité des eaux limitrophes. Le gouvernement du Canada a signé un certain nombre d’accords, comme l’Accord Canada–États-Unis relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, pour restaurer et conserver l’intégrité chimique, physique et biologique des eaux des Grands Lacs et de la section du fleuve Saint-Laurent qui chevauche la frontière entre le Canada et les États-Unis.

De plus, le gouvernement du Canada fournit une importante contribution sur la scène internationale, avec sa participation de plus de 30 ans au Système mondial de surveillance continue de l’environnement de l’ONU (GEMS/Eau) et à son investissement de 2,5 millions de dollars.

L’eau que nous consommons et les produits chimiques

Une goutte de pétrole peut rendre 25 litres d’eau impropre à la consommation.

Les eaux usées domestiques et les activités industrielles sont responsables de la pollution de l’eau laquelle peut sérieusement mettre en danger les poissons et les autres espèces sauvages. Chaque plan d’eau fait partie d’un écosystème à équilibre délicat qui interagit en permanence avec l’air environnant et les terres avoisinantes. Les plans d’eau douce ont une grande capacité de décomposer les déchets, mais pas dans les quantités déversées de nos jours.

Une telle surcharge engendre une pollution qui finit par déséquilibrer l’écosystème. Les produits chimiques déversés dans les écosystèmes peuvent réduire le taux de fertilité des poissons et des espèces sauvages, leurs causer des déformations génétiques et des tumeurs, endommager leur système immunitaire et même entraîner leur mort.

Au moyen du Plan de gestion des produits chimiques, le gouvernement du Canada prend des mesures afin de réglementer les produits chimiques dangereux pour la santé de la population canadienne et des écosystèmes. En outre, la réglementation fédérale restreint la quantité de phosphore présent dans les produits nettoyants domestiques et industriels, comme les détergents pour lave-linge et pour lave-vaisselle. Les phosphates contenus dans ces produits et libérés dans l’environnement peuvent pénétrer dans les cours d’eau et favoriser la croissance des algues, y compris les algues bleues, dans les lacs et les rivières.

Ce que vous pouvez faire

  • Utilisez à la maison des produits qui respectent l’environnement et certifiés ÉcoLogoM. Consultez le site www.ec.gc.ca/education pour plus de renseignements.
  • Utilisez des détergents sans phosphate.
  • Ne jetez jamais de substances nocives dans les égouts pluviaux, car ils se déversent directement dans les cours d’eau.
  • Débarrassez-vous adéquatement des peintures, des huiles automobiles et d’autres substances potentiellement dangereuses, sinon elles pourraient pénétrer dans des sources d’eau souterraine. Communiquez avec votre municipalité pour connaître les méthodes d’élimination des matières dangereuses dans votre région.

Les sciences de l'eau à votre service

Le saviez-vous?

Chaque jour, plus de 600 scientifiques et professionnels techniques travaillant à Environnement Canada effectuent des recherches de pointe afin de mieux comprendre les enjeux environnementaux qui ont un impact sur les ressources en eau du Canada.

Depuis 40 ans, les scientifiques d’Environnement Canada se penchent sur divers facteurs qui ont un impact sur la quantité d'eau et sur sa qualité. Ils cherchent notamment à comprendre et à améliorer la qualité de l’eau dans l’écosystème des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, à comprendre les cuvettes des Prairies ainsi que les bassins de l’Arctique et des rivières du Nord.

Environnement Canada est pourvu d’un important réseau de spécialistes qui collectent des données sur la quantité d'eau et sur sa qualité. Conjointement avec d’autres ministères fédéraux et d’autres gouvernements provinciaux et territoriaux, nos spécialistes surveillent les caractéristiques chimiques et biologiques des bassins hydrographiques du Canada dans plus de 460 sites. En partenariat avec les provinces et les territoires, ils mesurent les niveaux d’eau et fournissent une estimation des débits dans 2 600 sites supplémentaires.

En plus de surveiller la qualité et la quantité d’eau douce, Environnement Canada surveille également, depuis 1971, les eaux marines coquillières dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques. La surveillance de la qualité de l’eau des secteurs de croissance et de cueillette des mollusques permet de protéger le public contre la consommation de fruits de mer contaminés et de faire en sorte que le Canada respecte les normes internationales en vigueur.

Les recherches actuelles sur les sciences de l’eau portent notamment sur la prolifération d’algues nocives et les manières de réduire leurs impacts, sur les sables bitumineux et leur impact potentiel sur la qualité de l’eau, sur la façon dont la qualité de l’air et de l’eau souterraine touche la qualité de l’eau de surface et la biodiversité aquatique, et sur les impacts de l’agriculture et de l’aquaculture. Nos scientifiques ont créé des technologies novatrices, ils ont amélioré les systèmes de traitement des eaux de ruissellement et des eaux usées, ils ont mis à l’avant-plan la question de la recherche écotoxicologique des programmes de réglementation internationaux et ils créent de nouvelles connaissances scientifiques afin de mieux gérer les ressources aquatiques.

Dans le cadre de l’initiative des Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement (ICDE), le gouvernement fédéral produit des rapports sur les indicateurs environnementaux qui permettent de surveiller à long terme des éléments qui préoccupent les Canadiens. Les indicateurs de la disponibilité de l’eau permettent de suivre les niveaux d’eau au fil du temps et l’incidence des humains sur les réserves d’eau attribuable à l’utilisation des terres, au stockage en réservoirs, à la déviation des cours d’eau et aux prélèvements d’eau.

Les scientifiques d’Environnement Canada fournissent les connaissances dont ont besoin les Canadiens pour régler les problèmes environnementaux et pour protéger l’environnement aquatique d’aujourd’hui et à venir.

Prenons soin de l’eau

Le traitement des eaux usées est une priorité. Il est inacceptable que les eaux usées non traitées ou insuffisamment traitées continuent d’être déversées dans certaines voies d’eau du pays.

Le Canada est le deuxième consommateur d’eau par habitant au monde, dépassé seulement par les États-Unis.

Un Canadien consomme en moyenne 328 litres d’eau par jour à la maison. Notre consommation est la suivante :

  • 35 % le bain
  • 30 % la chasse d’eau
  • 25 % la lessive et le nettoyage
  • 10 % la cuisson et la consommation

Vous pouvez réduire votre consommation d’eau en adoptant de saines habitudes, comme fermer le robinet quand vous vous brossez les dents ou acheter des appareils à faible consommation d’eau.

Tous les ordres de gouvernement, en collaboration avec le Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME), se sont penchés sur cette question et conviennent qu’il faut agir. Pour relever ce défi, Environnement Canada a élaboré un projet de règlement sur les effluents des systèmes d’assainissement des eaux usées.

Une fois en vigueur, le projet de règlement éliminerait progressivement les rejets d’eaux usées non traitées ou insuffisamment traitées et il obligerait les installations de traitement des eaux usées à adopter des pratiques de traitement secondaire ou l’équivalent. Cela réduirait les risques pour la santé humaine et l’environnement ainsi que pour les produits de la pêche. Le projet de règlement serait mis en œuvre graduellement, à l’aide d’une approche axée sur les risques, afin de donner aux installations le temps de respecter les nouvelles normes. Dans des situations de risques élevés, les exploitants d’installations auront jusqu’en 2020 pour se conformer au règlement, tandis que les exploitants d’installations à faible ou moyen risque auront jusqu’en 2030 ou 2040. La coordination entre les provinces et les territoires se poursuivra au fur et à mesure que le règlement fédéral sera mis en œuvre. 

Pour en savoir davantage au sujet du programme L’assainissement de l’eau – une approche globale du gouvernement du Canada, et pour savoir comment protéger cette ressource naturelle, visitez le site Web www.ec.gc.ca, ou téléphonez au 1-800-668-6767 (sans frais)/ATS 819-994-0736.